En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

03.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

06.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 12 heures 15 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 13 heures 53 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 16 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 17 heures 41 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 18 heures 48 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 19 heures 53 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 20 heures 45 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 21 heures 10 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 21 heures 49 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 22 heures 13 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 12 heures 47 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 14 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 17 heures 20 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 18 heures 27 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 19 heures 3 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 20 heures 32 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 20 heures 59 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 21 heures 43 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 22 heures 6 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 22 heures 14 min
© AFP
© AFP
Revanche

Grand débat : quand les "manants" invités à la table des seigneurs font exploser la langue de bois

Publié le 05 avril 2017
Un débat à onze est une chose peu aisée, mais cela a l'avantage de permettre d'entendre de nouvelles voix. Et de perturber le train-train habituel des "gros" candidats, trop habitués à ne débattre qu'entre eux.
André Bercoff
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Bercoff est journaliste et écrivain. Il est notamment connu pour ses ouvrages publiés sous les pseudonymes Philippe de Commines et Caton.Il est l'auteur de La chasse au Sarko (Rocher, 2011), Qui choisir (First editions, 2012), de Moi,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un débat à onze est une chose peu aisée, mais cela a l'avantage de permettre d'entendre de nouvelles voix. Et de perturber le train-train habituel des "gros" candidats, trop habitués à ne débattre qu'entre eux.

Atlantico : On craignait un débat peu audible, où l'on ne pourrait ni discuter ni présenter clairement les idées des onze candidats. Qu'en a-t-il été ?

André Bercoff : Je crois qu'ils y a plusieurs enseignements à tirer : d'abord il ne s'agissait pas d'un débat inaudible. J'ai trouvé que ce débat était positif à plusieurs niveaux. Premièrement, les manants ont été invité à la table des seigneurs, et c'est une bonne chose ! Parce que eux, qui n'avaient rien à perdre ont pu dire un certain nombre de choses – et je ne parle pas du fond, on peut être en accord ou en désaccord avec ce qui a été dit. Ce qui est certain, c'est que la langue de bois à explosé de ce point de vue là : c'est-à-dire que Philippe Poutou et Nathalie Arthaud d'un côté, mais également Jacques Cheminade et François Asselineau de l'autre ont présenté deux tons et sons discordant par rapport au cinq que nous avions entendus précédemment, au « Conseil de sécurité » de la présidentielle. De ce point de vue, c'était plutôt positif.
 

Si l'on s'intéresse à ces cinq candidats dits « gros », comment s'en sont-ils sortis dans ce débat à onze ?

Les cinq s'en sont sortis avec des bonheur divers. Marine Le Pen ne s'en est pas mal sorti mais a un tout petit peu perdu le monopole de la France bouclier, la France des sans-grade, la France des petits qu'elle représentait jusque-là, à partir du moment où Poutou lui a opposé à l'immunité parlementaire l'immunité ouvrière. Je ne dis pas qu'elle a été déstabilisé par cela, mais que contrairement à son opposition aux cinq dans laquelle elle représente cette France périphérique qui se sent complètement délaissée, à onze avec les gauchistes Philippe Poutou et Nathalie Arthaud, on a vu un petit peu cette posture s’ébrécher.

François Fillon s'est positionné en retrait en première partie pour se préparer pour la seconde. On lui a beaucoup volé dans les plumes. Ce qui sera intéressant, c'est de voir ce que donnera son anaphore sur « un président exemplaire » en le comparant au « moi président » de François Hollande de 2012. Est-ce que cela lui portera chance ou pas ? Je ne sais pas, mais il n'était pas mauvais quand il nous a rappelé la dette. Il ne s'en est pas trop mal sorti compte tenu du fait que l'on n'a pas cessé de lui rappeler les affaires.

Emmanuel Macron, contrairement à ce qu'on affirmé de nombreux sondages qui le disent convaincant, fut à mon avis assez absent, pas prêt. Il n'était pas très offensif, ce qui était certainement sa tactique, mais on n'a pas cessé de lui rappeler qu'il « était d'accord avec tout le monde » et des attaques dans ce genre de registre.

Benoît Hamon, en perte de vitesse, jouait évidemment son va-tout. Je l'ai trouvé plus hargneux qu'autre chose.

Enfin Mélenchon s'est montré une nouvelle fois excellent tribun.

Ils sont en fait restés sur leur fond de commerce et je ne crois pas que cela a changé grand chose du point de vue du fond.

Si on observe maintenant les « petits » candidats, quels sont ceux qui ont profité de cette occasion pour se montrer et ont réussi à interpeller les Français ?

Nicolas Dupont-Aignan ne s'est pas mal débrouillé. Il a fait entendre sa voix, notamment sur le vote blanc qui fut quelque chose de fort. Je trouve que François Asselineau connaissait très bien ses dossiers, et adoptant sa posture de « comptable » de la Constitution, rappelant les sources, la documentation a été très cohérent. Il a dit que si on s'opposait à l'Europe, il fallait en sortir. Il a rappelé un certain nombre de points que l'on a tendance à oublier. Et je l'ai découvert, moi qui ne le connaissait pratiquement pas, et il fut évidemment une surprise. Philippe Poutou et Nathalie Arthaud était dans leur registre. Pour Nathalie Arthaud, l'avenir c'est la Commune de Paris : très bien ! Pour elle, rien n'existe, il n'y a ni Daech, ni Syrie, ni Europe, il n'y a que le patronat. C'est exploiteurs contre exploités, soit le discours d'Arlette Laguiller repris mots pour mots. Philippe Poutou était plus offensif mais dans des cordes assez proche. Il a été assez intéressant lors de ce débat comme déstabilisateur. Les autres n'ont pas beaucoup parlé.

Quels autres enseignements tirez-vous de ce débat ?

Ils auraient pu au fond faire deux débats. Ces interruptions permanentes des deux sœurs jumelles du chrono avec leur « ça suffit ! ça suffit ! » était assez irritante. Avec deux débats démocratiques composé de cinq et six personnes respectivement, en mélangeant évidemment  les candidats, on aurait eu un débat plus compréhensible. Mais ce débat était pas mal. Je ne pense pas qu'il ait changé grand chose, mais, même si c'est une banalité, il vaut mieux qu'il y ait un débat que pas de débat !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lafronde
- 06/04/2017 - 00:06
Certains candidats "pas au niveau"
De ces deux débats présidentiels, je préfère la version à cinq. Trop de candidats "pas au niveau" dans le débat à onze. Pas clair dans l'exposé de leur idéal de Société. Trop dans l'énumération revendicative comme Poutou et Arthaud. Trop concours Lépine comme Cheminade. Trop affectif comme Lassalle. Par contre Asselinau a été clair sur les effets contraignants des Traité européens. Sinon il était distrayant de voir la partie de Diplomacy entre les candidats. Chacun attaquant son adversaire préféré. Trop de candidats dépensiers, étatiques. La prochaine fois, la Droite devra donner des signatures pour permettre à Contribuables associés de présenter un candidat. Il doit y avoir plusieur scandidat pour baisser les impôts, et pas qu'un seul que le pouvoir peut dézinguer.
clint
- 05/04/2017 - 21:21
@lasenorita : Ph. Poutou est trotskiste et non communiste !
Et Trotsky et Staline étaient ennemis "à mort" ! Bien évidemment pour eux les nations n'existent pas !
lasenorita
- 05/04/2017 - 14:01
Il en manque un..
sur la photo: c'est Philppe Poutou, le communiste...qui n'aurait pas hésité à se faire photographier avec des tyrans, des assassins comme Staline.. mais avec des ''vrais'' Français: cela ne lui plaît pas!