En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 6 heures 46 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 7 heures 24 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 10 heures 7 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 15 heures 4 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 15 heures 26 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 16 heures 4 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 16 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 7 heures 7 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 9 heures 9 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 10 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 12 heures 3 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 14 heures 46 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 15 heures 1 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 15 heures 16 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 15 heures 30 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 16 heures 8 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 16 heures 12 min
Un monde de fous

Et maintenant Laurent Wauquiez : accusations de détournement de fonds publics, la nouvelle hystérie à la mode

Publié le 01 avril 2017
Une enquête préliminaire pour détournement de fonds publics a été ouverte contre Laurent Wauquiez, à la suite à un déplacement effectué en Chine en février. Au cours de cette visite, l'élu LR a participé à une soirée de soutien et à un appel aux dons pour François Fillon.
Gérald Pandelon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une enquête préliminaire pour détournement de fonds publics a été ouverte contre Laurent Wauquiez, à la suite à un déplacement effectué en Chine en février. Au cours de cette visite, l'élu LR a participé à une soirée de soutien et à un appel aux dons pour François Fillon.

Avant d'évoquer cette nouvelle affaire concernant M. Laurent Wauquiez, partons tout d'abord d'un constat objectif et sur lequel tous les candidats, quels que soient leurs opinions, devraient, s'ils faisaient montre d'un minimum d'honnêteté intellectuelle, s'accorder : les foudres judiciaires se sont abattues sur le candidat LR depuis qu'il a remporté la primaire de la droite, et jamais avant ; et ce, alors même que, si les faits prétendument reprochés à ce candidat et à son épouse avaient été réellement considérés par la sphère politique comme pénalement répréhensibles, sans doute s'en seraient-ils émus auparavant. Qu'à l'évidence, il existe dans cette affaire (ou non-affaire, on verra...) une hypocrisie indépassable à vouloir accabler François Fillon alors qu'aucun des autres candidats n'avaient la moindre objection à lui opposer avant sa victoire aux primaires de la droite, ne serait-ce que parce qu'ils ne pouvaient pas penser un seul instant qu'il en sortît vainqueur, tout affairés à ce que le seul candidat considéré comme estimable, même à gauche - surtout d'ailleurs...- ,puisse l'emporter : M. Alain Juppé.

Dès lors, dans cette vaste entreprise de délégitimation du candidat LR, il est aujourd'hui reproché au président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, M. Wauquiez, de s'être rendu coupable de l'infraction de détournement de fonds, délit présumé conduisant d'ores et déjà à l'ouverture d'une enquête préliminaire reposant sur le dépôt d'une plainte d'un élu d'opposition. Sans s'interroger d'ailleurs, à ce stade, sur les motifs évidents qui conduisent aujourd'hui ledit élu à déposer une plainte au parquet et la célérité de l'ouverture de ladite enquête par le ministère public, force est d'admettre que nous assistons à un emballement sans précédent de l'institution judiciaire pour faire échec à la victoire de la droite classique dans notre pays. Au-delà même d'ailleurs de la candidature de M. Fillon, tout semble permis pour entraver l'alternance politique, pourtant souhaitée par une majorité de Français, et par conséquent favoriser la candidature de M. Macron lequel, à l'évidence, qu'on l'accepte ou le déplore, demeure la créature préférée des médias, même s'il apparaît, à bien des égards, comme un produit manufacturé (par notre actuel président), investi d'une administration de mission : tuer la droite et pérenniser l'action de François Hollande. C'est ainsi qu'avant même de connaître avec certitude si M. Wauquiez aurait ou non pu bénéficier de fonds publics dans le cadre de son voyage en Chine, ce qui restera à démontrer, il existe déjà une vérité indiscutable : c'est que l'intéressé est dans le collimateur judiciaire, sur le seul fondement de la plainte d'un élu, dont, au surplus, nous ne savons pas si elle est nommément dirigée contre M. Laurent Wauquiez ou contre X. ; d'ailleurs, dans cette hypothèse, cela pourrait d'ores et déjà signifier qu'il n'existe aucunes charges à son encontre suffisamment accablantes pour conduire un magistrat instructeur éventuellement désigné à le convoquer aux fins d'une mise en examen. Bref... tuez les tous, le Dieu judiciaire reconnaîtra les siens... Qui n'a pas vu, par exemple, l'attitude très différente adoptée par Jean-Jacques Bourdin sur BFM à l'égard de Jérôme Chartier et sa particulière bienveillance lorsqu'il s'entretînt avec l'ancien Premier ministre Manuel Valls ? Pourquoi un tel traitement de faveur ? Pourquoi autant d'inégalités au nom de l'Egalité ?

Comment ne pas voir que c'est précisément la gauche qui devient intolérante alors même - et de façon paradoxale - qu'elle se présentait comme le parangon de ladite tolérance, droit acquis de la gauche ? Au fond, c'est comme si la gauche française n'avait plus d'efforts à fournir pour démontrer ses valeurs, des valeurs héritées par sa seule existence, des valeurs dont elle aurait héritées mais dont pourtant elle aurait abandonné toute application concrète, dans la vie réelle. De la même manière que l'on peut valablement s'interroger sur le motif ayant conduit ce journaliste à ne pas s'entretenir, à trois semaines du premier tour de l'élection présidentielle, avec le porte-parole de Madame Le Pen, David Rachline. Mais pourquoi l'enfer pour Céline et le paradis pour Aragon ? Où est la France, celle de la tolérance, de la grandeur et des valeurs ? Aussi, et avant même de connaître le sort qui lui sera réservé, il faut s'attendre à ce que des associations spécialisées dans la lutte contre ce type d'infractions, parmi lesquelles Anticor, se hâtent pour se constituer partie civile, pressée de tirer sur l'ambulance et de continuer à dévorer un cadavre moribond. Le paradoxe, c'est que tout cela se ferait au nom du Bien (celui dont est dépositaire la gauche, pendant que la droite serait la marque définitive du Mal), donc d'une certaine morale voire d'une méta-morale, c'est-à-dire une éthique. En réalité, et à rebours de louables intentions, ce qui se joue, c'est un calcul froid et méticuleux, savamment ordonnée et orchestré visant à écarter durablement de la vie politique française le candidat de la droite. A ce propos, il est assez étonnant de constater que ceux qui s'autoproclament comme les défenseurs du progrès, de la tolérance et de l'humanité en soient si dépourvus en réalité lorsqu'il s'agit de défendre leurs propres intérêts politiques. Sauf à admettre que notre pacte moderne citoyen doive se satisfaire que d'illusion, une illusion, en définitive, constitutive du politique.   

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lafronde
- 03/04/2017 - 05:08
Le Minsitère public à la remorque du Canard !
Ah j'oubliais que l'action publique du PNF ciblée sur Fillon a suivi sans délai la dénonciation de ce même Fillon dans un journal partisan, le Canard. Ce PNF n'a pas agit que pour l'égalité des justiciables devant la loi, il a aussi décidé de l'opportunité de poursuites immédiates au nom de la Société, de l'Intérêt général. De quel Intérêt général s'agit-il à trois mois de la sanction politique de la fin du quinquennat ? Ce PNF n'a-t-il pas confondu intérêt général et intérêt politique de l'Exécutif sortant ? Pour des Magistrats progressistes (comme ceux du Syndicat de la Magistrature c'est la même chose, il s'en explique dans Le Monde). L'envie de pénal c'est la signature des progressistes ! Nostalgiques de 1793, de l'Egalité réelle, de la Justice expéditive et de la guillotine !
lafronde
- 03/04/2017 - 04:22
La chronologie signe l'affaire d'Etat.
La chronologie de l'affaire Fillon signe l'affaire d'Etat. Pas de poursuite avant janvier 2017, trois mois avant la présidentielle. Des soupçons de délits pour des faits hypothétiques antérieur à sa prise de fonction comme Premier Ministre en 2007.Cette affaire relève de l'abus d'autorité : faute d'un procédure antérieure du Bureau de l'Assemblée et de son Président, en quoi le Ministère public est compétent pour vérifier l'activité d'un parlementaire, ses collaborateurs, ses dépenses ? Le PNF s'est saisi abusivement. Mais le PNF s'est aussi saisi arbitrairement. Si le PNF selon sa propre et innovante doctrine était compétent pour jauger l'activité des parlementaires, pourquoi cibler en premier celui des parlementaire qui est précisément le candidat de l'Opposition parlementaire ayant remporté les primaires ? Le PNF devra répondre de ses actes qui sont un détournement à des fins politiques du Ministère public. On le voit, la chronologie parle d'elle même. Point besoin d'un cabinet noir, une collusion idéologique et partisane suffit entre la présidence, le PNF et le CSA. Soit un détournement à des fins partisanes du pouvoir de nomination du président de la République. Indignité.
vieux croco
- 02/04/2017 - 17:04
je garde espoir
parfait lemillanh,il nous reste l'isoloir pour faire chavirer toute la sphère politico-artitisco-médiatique sans passer par le FN .On peut y arriver et le 23 avril 20 heures par Saint Georges !