En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Muse de campagne
Jusqu'à quel point gérer le gouvernement d'un État comme celui d'une entreprise peut il avoir du sens ?
Publié le 31 mars 2017
Si les États-Unis semblent s'organiser en interne pour adopter un mode de gouvernement qui ressemble à celui d'une entreprise, en France, l'idée fait son chemin. Et les candidats Emmanuel Macron et François Fillon semblent être les mieux placés pour correspondre à cette vision.
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les États-Unis semblent s'organiser en interne pour adopter un mode de gouvernement qui ressemble à celui d'une entreprise, en France, l'idée fait son chemin. Et les candidats Emmanuel Macron et François Fillon semblent être les mieux placés pour correspondre à cette vision.

Atlantico : Donald Trump prévoit de dévoiler un nouveau bureau de la Maison Blanche lundi avec une autorité étendue pour réorganiser la bureaucratie fédérale et accomplir des promesses de campagne clés. Le bureau de l'innovation américaine. Le but sera entre autre de récolter des idées du monde des affaires et de les appliquer au niveau gouvernemental. Mais est-ce que le style de pensée nécessaire pour l'analyse économique et la gouvernance d'un pays est le même que celui qui permet la réussite dans les affaires ?

Aurélien Véron : Les administrations ont besoin de se remettre en question pour évoluer. Le propre du secteur privé, c’est justement la recherche permanente de gains de productivité pour survivre en offrant à ses clients de meilleurs produits et services à coût moindre. Même si une administration ne s’adresse pas à des clients mais à des citoyens, ces derniers ont aussi droit à des améliorations du rapport qualité/ prix des services publics. Hélas, l’expérience nous montre qu’en l’absence de concurrence, l’inertie l’emporte sur l’émulation et mène à terme à la fossilisation de services entiers.

Ce n’est pas tout. La transformation doit venir des fonctionnaires eux-mêmes et non du seul conseil d’hommes d’affaires avisés. Sans l’aval des agents des administrations, sans les faire participer à ce travail quasi culturel sur eux-mêmes, rien ne pourra bouger leurs administrations en profondeur. Cela passe par l’introduction de méthodes modernes de management pour les motiver à titre individuel en valorisant la mobilité – incluant les mouvements du et vers le secteur privé -, l’esprit collaboratif, le sens de l’initiative et de l’excellence. 

Mais la meilleure force de changement reste la concurrence. L’ancien service public Air France s’est modernisé avec l’ouverture du transport aérien à Easy Jet ou Ryanair, la Poste avec l’arrivée des services de livraison de colis par DHL ou TNT. La meilleure solution consiste à rendre la plupart des services publics au secteur privé et à recentrer l’action de l’Etat sur ses missions régaliennes en s’inspirant en effet du secteur privé avec une transition participative de la part des fonctionnaires concernés pour qu’ils soient les acteurs du changement.

En France, Emmanuel Macron semble correspondre à cette démarche et entend gérer le pays comme on gérerait une entreprise. Jusqu'à quel point gérer le gouvernement d'un État comme celui d'une entreprise peut-il avoir du sens?

Si un Etat ne fait pas de bénéfices, chaque citoyen en est à la fois actionnaire et client. Les dirigeants de l’Etat ne peuvent continuer à imposer une soumission totale à ses « assujettis » sans leur rendre des comptes sur le coût et la qualité des services rendus autrement qu’au moment des élections. Des outils de comparaison internationale - à défaut de concurrence -, des mesures de satisfaction et des leviers de sanction – positive ou négative – doivent être mis en place pour actionner le ressort de la poursuite du progrès.

C’est pourquoi Emmanuel Macron propose d’embaucher sous statut de droit privé les fonctionnaires aux fonctions d’encadrement. Mais cela ne suffit pas car il ne touche en rien au statut des autres agents des administrations, seul moyen de les oxygéner. Difficile d’attendre la revitalisation de nos administrations profondément sclérosées en maintenant le cadre statutaire actuel et le pouvoir des centrales syndicales sur les carrières des fonctionnaires qui en sont les otages.

Un autre facteur décisif de la modernisation de l’Etat consiste à pousser la logique de la LOLF à son terme en abandonnant la comptabilité publique – simple comptabilité de caisse permettant toutes les manipulations optiques des comptes - à une comptabilité retraçant le plus fidèlement possible la réalité des engagements futurs des administrations. Il faut rendre impossible la disparition des comptes d’une promesse de dépense future, qu’il s’agisse de la hausse du point de retraite des régimes spéciaux, d’emprunts structurés pour reporter la charge des intérêts ou d’investissements reportés pour gagner du temps avant de les rentrer dans les comptes publics.

 

Quels candidats peuvent être en adéquation avec cette volonté de gérer un état comme une entreprise ? Et que proposent-ils dans ce sens ?

Quels candidats ont une expérience ou un lien fort avec le secteur privé ? Emmanuel Macron n'a passé qu'une courte période en' banque d'affaire, pas le meilleur endroit pour apprendre les notions managériales modernes. Sa culture reste celle de Bercy, de l'Elysée et des cénacles de hauts fonctionnaires. Ses conseillers sont issus du même univers. Aussi brillants soient-ils, leur vision reste bordée par les œillères du secteur d'Etat.

Francois Fillon n'a pas une plus grande expérience du privé et de ses méthodes managériales et de transformation. En revanche, il est entouré de vrais entrepreneurs et dirigeants qui ont baigné dans ce monde en évolution permanente. N'est-il pas dès lors mieux placé pour assurer cette transformation profonde de l'organisation des administrations publiques ? À côté de ce qui lui est reproché, c'est un atout que lui reconnaissent indéniablement les Français.

En 1996, le prix Nobel d'économie, Paul Krugman, avait rédigé un article intitulé "un pays n'est pas une entreprise", indiquant notamment que les logiques microéconomiques des entreprises divergent sensiblement des logiques macroéconomiques des Etats. Quels sont les risques de voir de telles logiques d'entreprises être menées au niveau étatique (balance commerciale, questions monétaires etc..) ?

L’opposition du secteur public au secteur privé a-t-il du sens ? L’intérêt général contre l’appât du gain ? Les artisans qui sacrifient une carrière plus sûre en entreprise pour vivre leur passion pour un savoir-faire ancestral sont aussi désintéressés que les enseignants. D’ailleurs, les premiers forment aussi nombre de jeunes avec l’apprentissage et le compagnonnage. Le haut fonctionnaire qui cumule les avantages en nature et les positions rémunératrices avant de pantoufler n’est-il pas aussi attiré par l’aisance matérielle qu’un cadre supérieur en entreprise ? L’assureur n’a-t-il pas autant conscience de son rôle social en protégeant les familles grâce à la responsabilité civile que son homologue de la sécu qui refuse des remboursements parce qu’ils ne rentrent pas dans les cases de ses formulaires ? La frontière entre public-privé n’est pas si évidente.

Certes, l’Etat ne distribue pas de dividendes à ses citoyens-actionnaires, il les taxe et endette leurs enfants. Il ne peut pas faire faillite tant qu’il reste un sou à prendre dans la poche de ses citoyens-assujettis. Il peut déclencher des guerres à l’autre bout du monde et massacrer des milliers de civils innocents – « victimes collatérales » - et se protéger derrière le droit international. Ses dirigeants peuvent tricher et mentir, s’autoamnistier, changer les règles du jeu en leur faveur et piétiner les entreprises – et les adversaires - qui gênent leur emprise sur le pouvoir. Ils savent que les poursuites sont rares hors période électorale. La différence essentielle entre l’Etat et l’entreprise, c’est qu’un entrepreneur qui agirait de la sorte se retrouverait rapidement dépouillé de ses biens, de ses droits et de sa liberté. 

La plus belle illustration de ce traitement différencié, c’est que François Mitterrand et Jacques Chirac ont fait deux mandats, laissé leur nom à des établissements prestigieux et restent adulés par leurs successeurs qui espèrent profiter autant de leurs privilèges extraordinaires.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
04.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
05.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
07.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
01.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
02.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
Déjà 10 ans de croissance record aux Etats-Unis : voilà les erreurs françaises et européennes qui nous en ont privé
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
SOS partis disparus : quand la démocratie française s’abîme dans une crise d’immaturité collective
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
06.
La droite après Les Républicains
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 31/03/2017 - 22:30
Etat et entreprise
Pour gérer l'état comme une entreprise il faudrait que ce soit ceux qui payent qui prennent les décisions. Autant dire que ce n'est pas politiquement correct et pas près d'arriver. Quant à Macron et Fillon, je ne vois pas une seule de leurs propositions qui pourrait faire penser qu'ils veulent un état rationnel, enfin au moins aussi rationnel qu'une entreprise moyenne. (sachant quand même que la plupart ne sont pas rationnelles, sinon elles s'en sortiraient mieux).