En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

03.

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

04.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

07.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
pépites > Justice
"Dépression sévère"
Julian Assange serait confronté à des tendances suicidaires suite à son emprisonnement
il y a 9 heures 36 min
pépites > France
Prévention du risque
Incendie de Lubrizol à Rouen : un appel à manifester a été lancé pour ce samedi 26 septembre
il y a 12 heures 11 min
décryptage > Culture
Série télévisée

Grand Hôtel : ces riches qu’on adore détester sur TF1

il y a 13 heures 23 min
pépite vidéo > Europe
Mauvaise surprise
Brexit : vers une fermetures de comptes bancaires pour les Britanniques au sein de l'UE ?
il y a 16 heures 1 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

il y a 16 heures 17 min
light > Justice
Internet
Harcèlement en ligne : le YouTubeur français Marvel Fitness condamné et incarcéré
il y a 16 heures 27 min
décryptage > Environnement
Climate week

Emission de CO2 : à calculs irrationnels, conclusions (volontairement) biaisées

il y a 17 heures 7 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France
il y a 17 heures 25 min
pépites > Santé
Fragiles
Emmanuel Macron dans un Ehpad du Loir-et-Cher
il y a 17 heures 47 min
pépites > Terrorisme
Danger immédiat
Menacée : une collaboratrice de Charlie Hebdo obligée de quitter son domicile
il y a 18 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
LFI
Jean-Luc Mélenchon se félicite de la "créolisation" au coeur de la société française
il y a 11 heures 15 min
light > Justice
FFR
Bernard Laporte et Mohed Altrad ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour conflit d'intérêts
il y a 12 heures 35 min
pépites > Société
Religion
Le Vatican condamne à nouveau toutes les formes d'euthanasie et de suicide assisté
il y a 15 heures 8 min
pépites > Justice
Business
Airbnb : la justice européenne valide la législation française sur la location de résidences secondaires
il y a 16 heures 8 min
décryptage > Politique
LREM (La République en Miettes)

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

il y a 16 heures 26 min
décryptage > Mode
Impact du confinement

Fahion week de Milan : la mode est en train d'opérer un grand virage

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Société
Vie en société

Sos civilité : le Coronavirus a malmené les bonnes manières. Voilà pourquoi nous avons besoin de les sauver

il y a 17 heures 23 min
décryptage > Politique
Naufrage de LREM

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

il y a 17 heures 38 min
décryptage > Justice
Justice

Réforme de l’ENM : les ambitions à la baisse d’Eric Dupond-Moretti

il y a 18 heures 40 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bridgestone : tout le monde ment et l’État paie très cher pour faciliter le mensonge partagé

il y a 19 heures 15 min
© Wikipédia commons
© Wikipédia commons
Bonnes feuilles

La France, cette République schizophrène empêtrée (pour de bon ?) dans "le choc des crises de civilisation"

Publié le 02 avril 2017
Une guerre se gagne d’abord dans les esprits. Mais au nom de quel héritage et pour quels idéaux les Européens seraient-ils encore prêts à se battre ? Cette question est la seule qui vaille. Dès 2002, avec une cruelle ironie, Philippe Muray invitait les djihadistes à « craindre le courroux de l’homme en bermuda ». Il annonçait la suite en ces termes : nous serons les plus forts car nous sommes les plus morts. Souhaitons-nous lui donner raison ? Extrait de "Pour quoi serions-nous encore prêts à mourir ?" d'Alexandra Laignel-Lavastine, aux Editions du Cerf (2/2).
Alexandra Laignel-Lavastine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Docteur en philosophie, historienne, essayiste, longtemps critique au Monde, Alexandra Laignel-Lavastine a reçu le Prix de l’Essai européen en 2005, le Prix de la Licra en 2015 pour La Pensée égarée. Islamisme, populisme, antisémitisme : essai sur les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une guerre se gagne d’abord dans les esprits. Mais au nom de quel héritage et pour quels idéaux les Européens seraient-ils encore prêts à se battre ? Cette question est la seule qui vaille. Dès 2002, avec une cruelle ironie, Philippe Muray invitait les djihadistes à « craindre le courroux de l’homme en bermuda ». Il annonçait la suite en ces termes : nous serons les plus forts car nous sommes les plus morts. Souhaitons-nous lui donner raison ? Extrait de "Pour quoi serions-nous encore prêts à mourir ?" d'Alexandra Laignel-Lavastine, aux Editions du Cerf (2/2).

D’un côté, nous sommes conviés à prendre en compte l’intérêt général et à revitaliser un « nous » civique bien mal en point ; de l’autre, nos sociétés, jetées dans l’ère de l’hyper-capitalisme mondialisé, encouragent implicitement le Be Yourself ! et les « moi, je » à n’en faire qu’une bouchée. D’une main, nous sommes tenus de reprendre du « redressement » (républicain ou citoyen) à tous les repas ; de l’autre, une part essentielle de notre modèle repose sur l’hyper-consumérisme et la satisfaction immédiate des désirs, autrement dit sur le principe de l’addiction pure et simple. Avec, en guise de supplément d’âme, un peu d’écologie, de développement durable, d’économie collaborative ou d’humanitaire.

Depuis peu, nous sommes invités en catastrophe à comprendre qu’un précieux héritage nous a été confié, que les libertés dont nous jouissons ne nous sont pas tombées du ciel ; en parallèle, l’air du temps incline à bannir le passé au profit du présent, à valoriser le fluide, le volatile, le jetable, le cool, le léger et la frivolité zappeuse. D’un côté, on en appelle à renouer avec une éthique républicaine forte et exigeante ; de l’autre, on s’attache depuis trois décennies à diffuser la logique de l’éphémère, du ludique et de la mode à l’ensemble du corps social. Liberté et citoyenneté se sont mises à dériver loin, très loin l’une de l’autre. Quant à la culture, elle n’est plus la culture. Elle a sombré dans le life style.

On promeut l’esprit critique, mais on omet que pour s’émanciper, un individu a besoin de maîtres. On vante l’autorité par laquelle une pensée s’affirme, mais on voue aux gémonies l’autorité devant laquelle la pensée s’incline. Sans comprendre que la première dépend de la seconde : avant de penser par soi-même, il faut emprunter un détour et apprendre à penser par les autres. On célèbre les mérites du fonctionnel à l’école sans voir qu’on amorce ainsi une série de périlleuses réductions en chaîne : réduction du Bien à l’efficace, du vrai au profitable et du possible au souhaitable, de sorte que nos jeunes cerveaux perdent tout repère et tout critère en matière d’« humanité », comme on dit dans le monde anglo-saxon.

En 1987, dans La Barbarie, le philosophe Michel Henry pressentait déjà qu’une « barbarie d’un type nouveau pénètre notre société et précipite sa ruine. Son principe est simple : pour la première fois dans l’histoire, savoir et culture divergent ». Une culture digne de ce nom se confond en effet avec l’action que la vie humaine exerce sur elle-même pour parvenir à des formes plus hautes et plus nobles. Or la sous-culture hyper-technologique ne s’en préoccupe en rien, elle n’a aucun rapport avec ce plus-haut et n’en n’aura jamais. C’est d’ailleurs pourquoi elle est parfaitement islamisto ou djihadisto-compatible.

Nous sommes donc moins dans le choc des civilisations annoncé par Samuel Huntington en 1996, que dans le choc des crises de civilisation, des crises civilisationnelles. Au début du XXIe siècle, deux civilisations profondément malades et en crise, chacune à sa façon, se retrouvent aux prises. Et c’est à cette civilisation européenne clivée, lézardée, déboussolée et malheureuse – donc peu vigoureuse –, que les djihadistes s’en prennent. Après avoir rallié au-dedans ses deux plus âpres contradicteurs – les tenants de la révolution et ceux de la réaction –, notre démocratie aurait pu s’approfondir. Or elle s’est surtout parachevée en s’adonnant au militantisme du vivre, du vivre ensemble, du multiculturalisme et de la relativité des valeurs. Nous sommes dans la coïncidence du triomphe (notre modèle s’exporte partout dans le monde) et de la chute (notre destin, désormais, nous échappe et nous ne sommes plus ni les premiers ni les meilleurs).

Extrait de Pour quoi serions-nous encore prêts à mourir ? d'Alexandra Laignel-Lavastine, aux Editions du Cerf 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires