En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

La réaction de la femme de Griveaux

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 58 sec
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 47 min 43 sec
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 3 heures 17 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 6 heures 38 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 8 heures 14 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 8 heures 42 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 20 heures 10 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 23 heures 9 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 27 min 2 sec
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 2 heures 51 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 7 heures 53 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 8 heures 28 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 19 heures 14 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 22 heures 28 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 23 heures 41 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Entre la France et le Maghreb, un choc des cultures souvent difficile à appréhender

Publié le 02 avril 2017
"Il y a vingt ans, j’émigrais à Paris pour finir ma spécialité médicale. Je voyais mon exode d’un oeil averti, pourtant j’imaginais trouver une terre de grande liberté et d’ouverture. J’idéalisais la France au point de croire que Paris était la ville de l’amour et de l’humour...". Dans ce livre, inspiré de son parcours personnel, Fatma Bouvet de la Maisonneuve laisse entendre la voix de celles et de ceux qui ont une histoire multiple et qui doivent surmonter toutes sortes de préjugés. Extrait de "Une Arabe en France . Une vie au-delà des préjugés", aux Editions Odile Jacob (2/2).
Le Dr Fatma Bouvet de la Maisonneuve est psychiatre addictologue à l'hôpital Sainte-Anne, présidente de Addict’elles (www.addictelles.com), auteure de "Les femmes face à l’alcool. Résister et s’en sortir" aux Ed Odile Jacob .  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fatma Bouvet de la Maisonneuve
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Dr Fatma Bouvet de la Maisonneuve est psychiatre addictologue à l'hôpital Sainte-Anne, présidente de Addict’elles (www.addictelles.com), auteure de "Les femmes face à l’alcool. Résister et s’en sortir" aux Ed Odile Jacob .  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Il y a vingt ans, j’émigrais à Paris pour finir ma spécialité médicale. Je voyais mon exode d’un oeil averti, pourtant j’imaginais trouver une terre de grande liberté et d’ouverture. J’idéalisais la France au point de croire que Paris était la ville de l’amour et de l’humour...". Dans ce livre, inspiré de son parcours personnel, Fatma Bouvet de la Maisonneuve laisse entendre la voix de celles et de ceux qui ont une histoire multiple et qui doivent surmonter toutes sortes de préjugés. Extrait de "Une Arabe en France . Une vie au-delà des préjugés", aux Editions Odile Jacob (2/2).

Mon arrivée à Paris

Il y a vingt ans, j’arrivais de Tunis pour terminer ma spécialité de psychiatrie et me former à l’addictologie. Je connaissais bien Paris pour y avoir fait du tourisme à plusieurs reprises, cependant je n’y avais jamais vécu. Comme lorsque je vivais à Tunis, je m’évertuais depuis mon arrivée, à porter les tenues les plus moulantes et les plus courtes possible. C’était à la mode là-bas lorsque j’en suis partie, je n’imaginais pas qu’il eut pu en être autrement à Paris. Alors, il n’y avait de plus profond que mon décolleté et de plus vif que le carmin de mon rouge à lèvres ou de mon vernis à ongles. Inutile de vous dire que mon look a été jugé outrancier par certains et n’a pas manqué de susciter quelques remarques.

Les moins originales étaient celles de mes collègues psy, toujours à la recherche d’un vague diagnostic de personnalité assené avec certitude : « Ça, c’est l’hystérie maghrébine. » Plusieurs années plus tard, j’appris par une Iranienne que cela s’appelait : « s’habiller à l’arabe ». Pour les Iraniennes s’habiller « comme une Arabe » relève du mauvais goût extrême, car inélégant et clinquant. Il n’y avait pas besoin d’explication à cela entre mon Iranienne et moi puisque malgré nous, resurgit alors un antique contentieux, pourtant bien enfoui et très rarement mentionné dans notre histoire maghrébine. Il consiste à rappeler que les Arabes n’auraient eu accès à la civilisation que grâce aux Iraniens et en contrepartie de l’Islam. Les clichés ont la vie dure et éclaboussent ceux qui n’en ont cure. C’est là que j’ai compris qu’on est toujours le « plouc » de quelqu’un y compris de ceux dont nous pensions être proches.

À peine quelques jours après mon arrivée à Paris, je fais une deuxième rencontre déterminante. C’était en consultation spécialisée d’alcoologie. Une femme d’une cinquantaine d’années vient me voir pour une première fois. Motif : maladie alcoolique. Au début, l’entretien se déroule normalement : je note scrupuleusement son histoire et ses antécédents comme avec tous les nouveaux patients. C’est au moment où elle me parle du début de sa maladie que je me sens comme brusquement projetée ailleurs. Cela se passe dans un hôpital de grande banlieue parisienne que j’avais eu beaucoup de mal à trouver en voiture.

C’était mon premier jour de consultation, au tout début de mon séjour et je me suis égarée sur le trajet : non seulement je n’avais pas encore de GPS, mais je suis dotée d’un épouvantable sens de l’orientation. Peu familière des autoroutes françaises et prise de panique, je me suis arrêtée sur la bande d’arrêt d’urgence pour demander mon chemin. Oui, je sais, j’étais totalement inconsciente du danger que cela représentait. Je tremblais d’angoisse et de rage parce que je n’allais pas être à l’heure pour ma prise de fonctions. Le patron dira que l’on ne pouvait pas compter sur moi puisque j’étais en retard et cela dès le premier jour. J’étais encore en train de me défaire de ce détestable souvenir auto routier… Et puis d’abord, pourquoi ne peut-on pas faire de demi-tours sur une autoroute en France ?

Lorsque ma patiente me rappelle brutalement à la réalité : « Alors j’ai commencé à boire lorsque ma fille m’a annoncé qu’elle allait vivre avec un Arabe. Je ne l’ai pas supporté, Docteur, cela m’a plongée dans une profonde dépression. Je me suis dit que j’avais sûrement commis une énorme faute à un moment donné de mon éducation : un Arabe, un musulman. Vous imaginez ! Alors pour dormir et oublier ce malheur, j’ai commencé à boire. Puis, plus tard, je n’avais pas le choix c’est quand même ma fille, j’ai fini par accepter de le rencontrer. J’ai même été invitée chez les parents de mon gendre. Vous savez docteur, ces gens-là, les musulmans, eh bien, je me suis rendu compte qu’ils étaient comme nous. Ils m’ont très bien accueillie, comme une reine, même. On a discuté, ils étaient très gentils. En fait, ils sont comme nous, Docteur, vous savez. (Oui, merci, je sais !) De les avoir rencontrés et d’avoir vu avec qui ma fille vivait m’a rassurée. C’est pour cela que je veux sortir de l’alcool maintenant. »

Extrait de Une Arabe en France de Fatma Bouvet de la Maisonneuve, aux Editions Odile Jacob 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

La réaction de la femme de Griveaux

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MIMINE 95
- 02/04/2017 - 17:38
Posent problème
La rivalité entre protestants et catholiques à Nîmes s'inscrit dans un cheminement historique très particulier. Un mariage mixte sur le plan religieux est souvent compliqué, même entre chrétiens. mais, au moins, il n'y a pas d'interdiction inscrite dans la loi et aucune loi n'oblige "l'autre" à se convertir ou à s'écraser, contrairement aux pays à dominante islamique où la charia et le fiqh (interprétation des règles de la charia) constitue la charpente des lois.
clint
- 02/04/2017 - 15:24
Les mariages "mixtes" catholique/protestants posent problème !
De moins en moins mais dans des villes comme Nîmes par exemple la "mixité" était très difficile. Ce n'est pas pour rien qu'il y a des cimetières "protestants" et même des Maisons de Santé Protestantes (ouvertes bien sûr à tous) !
MIMINE 95
- 02/04/2017 - 15:07
un espoir ?????
http://kapitalis.com/tunisie/2016/08/13/pour-que-la-tunisienne-puisse-epouser-un-non-musulman/