En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

05.

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

07.

Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série

01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

06.

Grève sans fin : si les Gilets jaunes ont ébranlé la République, le conflit autour des retraites ébranle la majorité

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

06.

LR : le tigre de papier

ça vient d'être publié
light > Culture
Slim shady
Eminen surprend tout le monde et sort un nouvel album
il y a 9 heures 44 min
pépites > Culture
Evènement chez Michelin
Le guide rétrograde le restaurant de Paul Bocuse
il y a 10 heures 40 min
décryptage > Social
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

il y a 12 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

« La révolution des plantes » : un livre scientifique à la portée de l’homme de la rue

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Justice
Euthanasie

Euthanasie : 3 médecins jugés en Belgique dans un procès sans précédent

il y a 14 heures 36 min
décryptage > International
Gorbatchev à la sauce iranienne ?

Glasnost, le retour ? Le président iranien demande de la transparence

il y a 15 heures 45 min
décryptage > International
Copycat

Contagion : Les démocrates trumpisent leur communication

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Santé
Drames sanitaires

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

il y a 17 heures 24 min
pépites > Politique
Alliances
Municipales à Paris : Pierre-Yves Bournazel retire sa candidature et soutient Benjamin Griveaux
il y a 1 jour 9 heures
light > Justice
Placé sous contrôle judiciaire
Le réalisateur Christophe Ruggia a été mis en examen pour "agressions sexuelles sur mineur de 15 ans" dans le cadre de l'affaire Adèle Haenel
il y a 1 jour 10 heures
L'assassin assassiné
En Inde, un homme arrêté pour le meurtre de son tueur à gages
il y a 10 heures 1 min
pépites > Social
Musée du Louvre
Une grève sauvage provoque la fermeture des portes
il y a 10 heures 47 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’octogone redéfinit le classicisme et quand l’étrier d’acier fait danser les chiffres : c’est l’actualité des montres en mode pluviôse
il y a 13 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence

il y a 14 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
Invités imprévus
Marlène Schiappa interrompue lors d'une réunion publique
il y a 14 heures 58 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série
il y a 15 heures 49 min
décryptage > Education
Pénurie des profs

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

il y a 16 heures 43 min
décryptage > Europe
Il n’y a pas que l’union qui fait la force

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

il y a 17 heures 58 min
pépites > Environnement
Risques climatiques et économiques
Davos 2020 : les décideurs mondiaux placent l'inaction climatique au sommet des dangers pour l'humanité
il y a 1 jour 9 heures
pépite vidéo > Politique
Soirées électorales pimentées
Elections municipales : une circulaire de Christophe Castaner pourrait avantager le score national de LREM
il y a 1 jour 10 heures
© Reuters
© Reuters
Origine

Post Brexit : l'Union (européenne) fait la force. Ok... mais contre qui ?

Publié le 31 mars 2017
En 1957 c’était notamment en “contre” que l’Union Européenne s’était définie, contre l’URSS. Aujourd’hui, l'UE doit se réinventer autour d'un projet commun. Celui-ci reste plutôt abstrait et difficile à déterminer.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En 1957 c’était notamment en “contre” que l’Union Européenne s’était définie, contre l’URSS. Aujourd’hui, l'UE doit se réinventer autour d'un projet commun. Celui-ci reste plutôt abstrait et difficile à déterminer.

Atlantico : Que ce soit à la signature du traité de Rome ou lors des grandes étapes de sa construction, l'Union européenne s'est construite à l'origine dans un contexte où existait un ennemi commun bien identifié, celui de l'URSS. Aujourd'hui, d'aucun s'accordent à dire que l'union a besoin de se réinventer autour d'un projet commun, qui semble bien difficile à identifier. A défaut de trouver un projet, un destin commun, les acteurs européens réussissent-ils aujourd'hui à voir quels sont ses adversaires ? Populisme aux Etats-Unis ou dans le monde, Turquie, dérives de la mondialisation, que peut-on dire de la capacité des Européens à les désigner ?

Edouard Husson : L'histoire des origines de la construction européenne est beaucoup plus complexe que la légende qu'on nous ressort régulièrement. Premièrement, il faut inverser la description habituelle. Ce n'est pas parce qu'on a "fait l'Europe" qu'on a eu la paix sur le continent. C'est parce que la Deuxième Guerre mondiale avait définitivement éclairé les Européens sur la réalité de la guerre moderne qu'il a été possible de réaliser le projet d'Europe confédérale. L'idée de construction européenne avait déjà existé dans les années 1920 mais elle n'avait pas résisté aux rancoeurs issues de la Première Guerre mondiale ni aux crises économiques. Il faut se rappeler cela pour constater que l'esprit de paix a d'abord progressé, jusqu'au milieu des années 1970. Le sommet de l'esprit européen d'après-guerre est résumé par les Accords d'Helsinki, signés par l'Europe de l'Est et de l'Ouest et qui, créant la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe (aujourd'hui Organisation, OSCE) aboutissent à la reconnaissance des frontières issues de la Seconde Guerre mondiale et à une vraie détente avec l'URSS. La Guerre froide avait certes troublé le jeu des artisans de paix sur le continent dans les années 1950. Mais nous avons ensuite l'extraordinaire succession de "pères de la Grande Europe", visionnaires d'un continent pacifié "de l'Atlantique à l'Oural": le pape Jean XXIII (1958-1963), De Gaulle, Willy Brandt (chancelier ouest-allemand de 1969 à 1974), le pape Jean-Paul II, Margaret Thatcher (qui convainc Reagan, à partir de 1985, de mettre fin à la Guerre froide) et enfin, le dernier géant du XXè siècle, Mikhäil Gorbatchev. Sans que nous nous en apercevions, l'esprit de paix a progressivement quitté le continent. C'est Helmut Schmidt (chancelier ouest-allemand de 1974 à 1982) réclamant aux Etats-Unis en 1977 l'installation de missiles Pershing; c'est un autre chancelier allemand, Helmut Kohl (1982-1998) faisant éclater la Yougoslavie; c'est Daniel Cohn-Bendit expliquant en 1999, que la guerre contre la Serbie au Kosovo était "la guerre d'unification européenne". C'est aujourd'hui toute une classe politique d'Europe occidentale et centrale russophobe. On ne le dit pas assez, la crise actuelle  de l'Europe vient d'une fascination trouble des Européens pour le retour de la guerre. 

Dans un contexte où le consensus autour de ce que devrait être le projet européen est difficile à obtenir, quel pourrait être ce projet défini en "contre", en négatif ? Et qui selon vous devrait-elle désigner ?

Les constructeurs de l'Europe, depuis Mitterrand, Delors et Kohl, ont accumulé les contresens. On a voulu faire l'Europe par le Grand marché européen. En fait on s'est contenté de libéraliser les économies nationales. Puis on a voulu faire l'Europe par la monnaie, sans voir que c'est l'unité politique qui fait la monnaie et non le contraire. Aujourd'hui, les gouvernants européens sont "paumés". Il y a ceux qui veulent faire l'Europe par l'accueil massif de réfugiés. En pratique, ce sont surtout les nations qui doivent se débrouiller: la Commission européenne ou le Parlement sont pleins de bonnes intentions mais laissent les nations et les collectivités locales se débrouiller en pratique. Comme on est en plein désarroi, on se cherche, effectivement, un ennemi. La Russie apparaît toute désignée. Les ex-"nouveaux philosophes" confondent la Russie d'aujourd'hui avec l'URSS de leurs années de bonne conscience antitotalitaire. Une Europe de l'Ouest déchristianisée en profondeur ne supporte pas un pays où l'on a construit 10 000 églises en vingt ans. Et puis, surtout, Poutine prône l'équilibre des puissances quand des générations Européens de l'Ouest se sont persuadées que toutes les frontières devaient être unilatéralement ouverte, au besoin à coups de bombes, par la coalition des démocraties engagées dans des causes humanitaires.  La grande faiblesse de l'Europe d'aujourd'hui c'est qu'lelle n'a pas su résister au bellicisme états-unien des années 1990-2008; et qu'elle aimerait bien, si elle le pouvait, faire la guerre à la Syrie ou à la Russie mais est de fait bien impuissante. 

Quels sont les barrières mentales, idéologiques ou politiques qui empêchent aujourd'hui les acteurs de l'Union européenne de désigner ses adversaires ?

Je ne crois pas que cela rendrait service à l'Europe de se construire "contre". Je le redis, l'esprit européen est d'abord un esprit de paix. Faute de l'avoir cultivé, on ne sait pas comment réagir aujourd'hui aux menaces qui s'accumulent. Comment réagir par exemple aux provocations d'Erdogan, qui menace les Européens en général de représailles terribles parce que la République Fédérale d'Allemagne ou les Pays Bas n'autorisent pas des ingérences d'Ankara dans leur vie nationale? Peut-on imaginer que la menace du terrorisme islamiste soude les Européens? Et bien il n'a même pas éta possible de consolider l'espace Schengen pour faire face aux allers-retours des terroristes d'origine européenne! En revanche, une grande partie des élites européennes dénonce l'aspiration à la paix avec la Russie, la volonté de rétablir le contrôle des frontières ou le populisme comme les plus dangereux ennemis de l'Union. On ne se méfie pas d'ennemis réels et on s'invente des ennemis abstraits: le poutinien ou l'électeur populiste. J'aimerais bien qu'il y ait des barrières au mécanisme du "bouc émissaire", le plus vieux procédé politique du monde. Mais les dirigeants européens actuels ne font pas vraiment de choix: ils subissent et s'adaptent.  

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

05.

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

07.

Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série

01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

06.

Grève sans fin : si les Gilets jaunes ont ébranlé la République, le conflit autour des retraites ébranle la majorité

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

06.

LR : le tigre de papier

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 01/04/2017 - 23:09
Construction européenne..
.. D'un grand marché consumériste ouvert, le GATT ratifié par les laquais européens incapables de se dresser contre les intérêts américains et les pétrodollars arabes, absence de frontières, interchangeabilite des acteurs économiques supposée pallier la faillite démographique européenne- la France a achevé de renoncer à ses richesses démographiques en signant l'Acte Unique de 1986 et a définitivement sacrifié son destin en acceptant la réunification allemande et l'euromark, etc.

L'Europe n'est qu'un ectoplasme voulu par les États-Unis pour contrer L'URSS de l'époque. Et est un instrument de L'OTAN.

On ne construit pas une chimère basée sur des des données économiques, sur des instruments financiers, et sur une nouvelle religion des droits de l'homme.

Les peuples européens ont envie qu'on leur raconte une histoire, leur civilisation, leurs langues, leurs valeurs, et ce qui fit leur grandeur. Et qu'ils étaient forts quand ils combattaient leurs ennemis, l'islam arabe et turc.

Oublier ses racines c'est disparaître.