En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© TOBIAS SCHWARZ / AFP
Stabilité allemande

Schulz stoppé net dans la Sarre : ces raisons qui expliquent pourquoi les frustrations engendrées par Merkel ne provoqueront pas de renouvellement politique en Allemagne

Publié le 28 mars 2017
Les mauvais résultats de Martin Schulz ce week-end semblent ouvrir la porte à un nouveau mandat pour Angela Merkel. Ce qui serait dans la pure tradition allemande, moins avide d'alternance politique que la France.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les mauvais résultats de Martin Schulz ce week-end semblent ouvrir la porte à un nouveau mandat pour Angela Merkel. Ce qui serait dans la pure tradition allemande, moins avide d'alternance politique que la France.

Atlantico : Après le "règne" de 16 années​ de Helmut Kohl, qui faisait suite à une longue période de domination du SPD, puis 8 années de Schröder, on pourrait voir Angela Merkel prolonger son mandat pour une durée totale de 16 ans. D'un point de vue "structurel" comment peut-on expliquer cette stabilité du pouvoir en Allemagne ? 

Edouard Husson : Attention, l'élection d'Angela Merkel pour un nouveau mandat de quatre ans à la Chancellerie, en septembre prochain, n'est pas acquise. Le bon résultat chrétien-démocrate en Sarre tient largement à la forte personnalité de la présidente du Conseil des Ministres, Madame Kramp-Karrenbauer, qui a la popularité, localement, d'une Angela Merkel d'avant la crise des réfugiés. Il y a d'autre part un contexte sarrois très particulier, puisque c'est le Land d'Oskar Lafontaine, le co-fondateur de Die Linke. Il n'empêche que sociaux-démocrates comme socialistes sont en baisse et la CDU en hausse avec une participation elle-même en hausse. Etant donné qu'il n'y a pas d'autre élection de Land avant le mois de mai, Angela Merkel a, comme souvent dans sa carrière, de la chance - son étoile ne l'a pas encore abandonnée, comme aurait dit Napoléon. Elle a mis fin, ou plutôt les quelques centaines de milliers  d'électeurs sarrois ont mis fin à l'apparente irrésistible ascension ....dans les sondages, de Martin Schulz, le concurrent social-démocrate de Madame Merkel. Les mois qui viennent vont être difficiles: la Chancelière ne dispose plus, à l'échelle nationale, d'une assise équivalente à ce qui se passe en Sarre. Elle est menacée, par ailleurs, sur sa droite, par l'AfD (Alternative für Deutschland, parti anti-euro) et le FDP (le parti libéral). Mais en fait ces deux formations n'ont pas eu une très bonne performance hier. L'AfD est à peine au-dessus de la barre éliminatoire des 5% et le FDP est en-dessous. 
 

Concernant Angela Merkel, et les bons résultats électoraux obtenus dans le courant de ce week-end, comment expliquer une telle domination sur l'échiquier allemand, et ce, malgré les difficultés recentes, notamment vis à vis de la question migratoire ? 

Là aussi je mets en garde contre une lecture trop rapide. Madame Merkel et Martin Schulz sont à la tête de deux partis qui gouvernent ensemble dans ce qu'on appelle la "Grande Coalition". Le problème de Martin Schulz, c'est de prouver qu'il dirigera mieux la Grande Coalition que ne le fait Angela Merkel. Martin Schulz a commis une erreur stratégique ces derniers jours: il s'est laissé aller à rêver d'une coalition dite "rouge-rouge-verte", c'est-à-dire de gauche, rassemblant sociaux-démocrates, socialistes et Verts. Et, visiblement, cela a contribué à mobiliser l'électorat sarrois en faveur de la démocratie chrétienne. A l'Ouest de l'Allemagne, il est impensable d'inclure Die Linke, un parti qui comprend dans son sein un certain nombre d'anciens communistes est-allemands ou leurs héritiers. Le dernier chancelier social-démocrate à avoir gouverné à gauche, Gerhard Schröder, était capable de constituer une colalition avec les sociaux-démocrates et les Verts, sans le Parti de Gauche allemand. Martin Schulz se trouve renvoyé à la seule option, pour lui, qui est de devenir le chancelier d'une grande Coalition, ce qui signifierait que le SPD fasse un meilleur score que la CDU. Ce n'est pas impossible mais ce sera difficile. Je pronostique plutôt une légère avance de la CDU, ce qui permettra à Madame Merkel de rester chancelière. Bien entendu, tout ceci a signifié, pour les deux partis au pouvoir, un rétrécissement de leur base électorale, respectivement à droite et à gauche. La concurrence va donc être terrible pour savoir lequel des deux partis ira, au-delà d'un socle identique de 25% de l'électorat, vers les 30%. 

Alors que la population japonaise est aussi "vieillissante" que celle de l'Allemagne, le pays a tout de même pu changer "radicalement" de politique en 2012, alors même que les politiques proposées ne semblaient être favorables aux retraités. Un tel scénario est il envisageable en Allemagne ?

Vous posez une question fondamentale. J'ai tendance à penser que les situations de l'Allemagne et de Japon sont différentes. Parce que le Japon se trouve au milieu d'une région géopolitiquement dangereuse, avec une Chine très puissante, perçue comme une véritable menace. Avec une Corée erratique et un jeu bloqué entre la Chine et les Etats-Unis qui empêchent ensemble la réunification des deux Corée. C'est, à mon avis, ce qui a provoqué un bouleversement politique aussi fort au Japon: l'inquiétude géopolitique. L'Allemagne n'a pas grand chose à craindre de son environnement géopolitique, par comparaison. Même si certains Allemands ont peur de la Russie, le rapport de force économique est largement en faveur de l'Allemagne. J'ajoute que beaucoup d'Allemands sont russophiles, et pas seulement dans l'ancienne RDA. Globalement, la société allemande est plutôt inquiète de la faiblesse de ses voisins que de leur force. L'opinion allemande a tellement peur de l'élection de Marine Le Pen qu'elle se raccroche à la perspective Macron comme à une bouée - l'image est à prendre littéralement, on ne sait pas très bien si ce qu'on tient en main est solide mais cela permet de résister aux vagues, à condition qu'elles ne deviennent pas trop fortes. Je parie donc pour un vote de sécurité politique aux élections législtives de septembre prochain en Allemagne. Madame Merkel n'est plus très populaire mais face à Trump et une Union européenne qui s'effrite, n'est-ce pas le choix le plus sûr? Martin Schulz ne manque-t-il pas d'expérience? Je ne sens pas cette société vieillissante, prospère et rentière (grâce à l'euro) mettre en danger sa propre stabilité. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Et si nous aussi on faisait nos camps décoloniaux ?

07.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 28/03/2017 - 17:26
Et l'immigration ?
Il me semble que Merkel a fait amende honorable après son immigrationnisme forcené et elle prend même son bâton de pélerin pour demander au pays de Magreb d'accepter le retoru de leurs ressortissants contre rétribution. Ayant fait, les électeurs n'ont pas à se reporter sur l'AFD et choisir papa Schultz ce serait sans doute se mettre en roue leibre sur l'immigration