En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 4 heures 23 sec
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 6 heures 16 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 7 heures 49 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 9 heures 31 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 11 heures 54 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 12 heures 15 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 12 heures 38 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 13 heures 2 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 13 heures 18 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 13 heures 39 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 4 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 7 heures 15 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 9 heures 1 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 10 heures 34 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 12 heures 4 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 12 heures 19 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 12 heures 42 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 13 heures 3 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 13 heures 36 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 14 heures 23 sec
© REUTERS/Lucy Nicholson
© REUTERS/Lucy Nicholson
De l'un naît l'autre ?

Mélenchon acclamé à l'Essec : les leçons du cas Sanders pour l’élection française

Publié le 26 mars 2017
Aux Etats-Unis comme ailleurs, on observe une catégorie d'électeurs qui ne croit plus au système même si elle rejette par ailleurs les recettes populistes. Lors des primaires démocrates aux Etats-Unis, cet électorat s'était massivement déplacé pour voter Bernie Sanders.
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aux Etats-Unis comme ailleurs, on observe une catégorie d'électeurs qui ne croit plus au système même si elle rejette par ailleurs les recettes populistes. Lors des primaires démocrates aux Etats-Unis, cet électorat s'était massivement déplacé pour voter Bernie Sanders.

Atlantico : Quel était le profil sociologique de ces électeurs de la primaire démocrate ne croyant plus au système tout en rejetant par ailleurs les discours populistes ? En quoi se retrouvaient-ils dans le candidat Bernie Sanders ?

Jean-Eric Branaa : La campagne des primaires américaines a révélé qu’il y avait un problème profond dans la société américaine. La nature du problème n’est certainement pas encore totalement analysée : on a parlé des laissés pour compte de la mondialisation, des oubliés des partis politiques, de ceux qui n’ont pas su prendre le train du progrès et de la robotisation, des milieux ruraux et reculés qui s’opposeraient aux milieux urbains. Deux Amériques ont semblé peu à peu se dessiner et cela a lentement rendu crédible l’avance de Donald Trump, jusqu’à lui donner la victoire au final. On oublie pourtant un peu trop souvent qu’il y avait d’authentiques nuances dans ce portrait, voire des oppositions fortes.

Or, Bernie Sanders a représenté lui-aussi un catalyseur puissant de cette colère. Son attrait était même encore plus original : dès le mois de février, il a exercé une attraction puissante sur la jeunesse américaine, devenant le gourou de toute une génération, les moins de trente ans. Et puis, en sondant plus profondément cet électorat qui se tournait vers lui, on s’est rendu compte qu’il était aussi composé des plus âgés. D’ailleurs, la sociologie de cet électorat a laissé plus d’un analyste perplexe : aussi bien des hommes que des femmes, des ultra-libéraux, certes, mais aussi des électeurs qui avaient toujours été des modérés, des diplômés des plus grandes universités tout autant que des non-diplômés, des habitants des villes come ceux des zones rurales, et des Américains jaloux de leur droit à posséder une arme comme d’autres qui sont farouchement opposés à cette prérogative. Il était tout à la fois Trump et Clinton… mais en restant autre chose !

En gagnant dans le New Hampshire avec plus de vingt points d’avance devant Hillary Clinton, Bernie Sanders a démontré qu’il ne faut plus comprendre la politique américaine avec des schémas du passé et des analyses enseignées dans les écoles de sciences politiques : 83% des Démocrates de 18-29 ans ont voté pour lui ce jour-là contre 16% pour Hillary Clinton.

L’attrait du candidat est venu de son profil atypique : parce qu’il est hors norme, il a représenté, à 74 ans ( ! ), la nouveauté dans le paysage politique. Sa plus grande force a été de jouer la carte de l’authenticité. Il a d’ailleurs maintes fois répété qu’il ne cherchait pas à faire carrière et son âge a rendu crédible cette affirmation. Beaucoup d’électeurs éprouvaient un sentiment de rejet vis-à-vis de ce qu’ils perçoivent comme une caste composée d’élus, de journalistes, d’analystes politiques et d’universitaires, qui se permettent de décider à l’avance de l’issue des scrutins.

La différence avec Donald Trump est que ce dernier a capté plus fortement les classes moyennes inférieures blanches, celles qui se sentent en difficulté et qui sont sur le point de perdre leur emploi ou de finir à la rue. Ces gens ont voté pour Trump parce qu’il leur a donné l’impression d’être davantage à leurs côtés que tout autre candidat. Bernie Sanders a, au contraire, été le mégaphone du discours plus convenu aux Etats-Unis sur la protection des minorités : il faut aider les Afro-américains victimes de racisme, lutter contre le sexisme en promouvant les droits des femmes, etc. C’est un discours très puissant et qui fait écho pour beaucoup. Mais, en même temps, ils délaissent les populations en difficulté dans les régions désindustrialisées, plutôt blanches, qui se sentent abandonnées. Il y a cependant eu un point commun indéniable entre ces deux électorats, celui de Trump et celui de Sanders : la peur que ces électeurs ont ressentie pour leur emploi et la méfiance extrême pour le libre marché et les délocalisations.

Lors de la présidentielle américaine qui opposait Hillary Clinton à Donald Trump, ce même électorat ne s'est pas (ou peu) déplacé, ce qui a conduit à l'élection du candidat des Républicains.  Que pouvons-nous en conclure ? Pourquoi le report de voix ne s'est-il pas opéré ?

La proximité des électorats de Trump et de Sanders ne pouvait que donner un résultat inattendu. Le milliardaire américain a été élu par des électeurs qui étaient plus des fans que des citoyens choisissant un leader politique. La campagne s’est faite par un bouche-à-oreille puissant, des citoyens qui se sont engagés en faisant connaître leur choix et qui ont convaincu leur entourage. Rien de tout cela dans le camp démocrate. Hillary Clinton est devenue un produit dans les mains d’une colossale machine de communication. Cela n’avait donc rien à voir. Là où on trouvait une cinquantaine de consultants qui pesaient scrupuleusement chaque mot qu’elle prononçait, on avait ces deux hommes si inhabituels dans le paysage politique, Bernie Sanders et Donald Trump, qui improvisaient sans cesse, quitte à s’engouffrer dans des chemins qui se révélaient être des impasses. Mais qu’importe, ils faisaient marche arrière et recommençaient : au passage, ils avaient encore gagné en image de sincérité et de fraicheur.  La déprime s’est installée chez les électeurs d’Hillary alors que l’enthousiasme a toujours dominé, tant chez les soutiens de son adversaire de la primaire, que dans le camp de celui qui a été son opposant de la campagne.

L’antisystème est devenu la colonne vertébrale de ces deux camps, pourtant antinomiques, et a certainement précipité la chute de la candidate démocrate. Car l’extraordinaire parallèle entre les deux campagnes atypiques a peut-être rendu impossible la victoire d’Hillary Clinton : plutôt que de voter pour elle par défaut –plutôt que de voter pour Donald Trump–, il est fort possible que les soutiens de Bernie Sanders n’aient pas fait le déplacement.  Donald Trump en personne prétend que beaucoup d’électeurs de Bernie Sanders ont même directement voté pour lui. On peut toutefois douter de la réalité de cette transgression ultime : il ne faut pas oublier qu’il s’est ouvertement présenté comme étant un "socialiste",  ce qui, aux Etats-Unis, se traduit souvent par "communiste" et provoque un dégoût et un rejet dont les fondements se trouvent dans un passé  qui n’est pas très vieux : la période de la Guerre froide et de ses excès.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
BABOUCHENOIRE
- 27/03/2017 - 12:49
L'ESSEC et Melenchon
Il faudrait seulement demander à Mélenchon ce qu'il pense de ces jeunes très brillants qui rêvent d'une carrière dans la finance , le commerce internationale et ... avec, à 30/35 ans des bonus de performance et salaires mensuels en dizaine de milliers euros , l'ESSEC ayant une réputation à défendre.
D'autre part je trouve aussi que le titre ( Melanchon ) accrocheur n'est pas du tout en rapport avec l'article qui suit sur le vote Sanders qui est très intéressant.
huevos_fritos
- 26/03/2017 - 17:03
Melanchon est juste un bel escroc.
Comme tout escroc Melanchon abuse de la crédulité des gens....
Cyril Chanaud de Lestang
- 26/03/2017 - 11:49
Précision utile
Ma fille a la chance d'être à l'ESSEC. De source sure, Mélenchon a été applaudi car les élèves de cette école sont polis. D'autres élèves présents ont quittés la salle car le discours de M. Mélenchon ne leur convenait pas. Contrairement aux titres flatteurs des médias, il n'y a pas eu de "standing ovation" de ce candidat mais une politesse du public qui applaudi un conférencier. C'est l'usage.