En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

03.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

04.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 57 min 9 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 heure 48 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 2 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 3 heures 39 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 5 heures 7 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 6 heures 26 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 7 heures 4 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 8 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 heure 34 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 2 heures 21 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 3 heures 6 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 3 heures 28 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 4 heures 52 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 6 heures 9 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 6 heures 44 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 7 heures 29 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 7 heures 50 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 8 heures 41 min
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
Bonnes feuilles

Islam : le clientélisme communautariste décomplexé des élus quand ils gèrent "leurs" territoires

Publié le 25 mars 2017
Collabeur. Neuf lettres infâmantes. Elles me sont tombées dessus un matin de janvier. D’autres ont suivi. Harki. Arabe de service. Beur domestique. Esclave. J’ai été victime d'une campagne de harcèlement. Mon tort ? Avoir fait part de ma colère après qu'une fois de plus la télévision a donné la parole à une musulmane qui a déversé un discours outrageusement victimaire et antirépublicain. Alors qu’elle était dépourvue de toute légitimité, elle parlait en notre nom. En mon nom. (Extrait de "Non je ne me tairai plus" d'Amine El Khatmi, publié aux Editions JCLattès 1/2)
Amine El Khatmi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Amine El Khatmi est conseiller municipal et communautaire d'Avignon. Il est président du Printemps Républicain et auteur de Combats pour la France, paru aux éditions Fayard.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Collabeur. Neuf lettres infâmantes. Elles me sont tombées dessus un matin de janvier. D’autres ont suivi. Harki. Arabe de service. Beur domestique. Esclave. J’ai été victime d'une campagne de harcèlement. Mon tort ? Avoir fait part de ma colère après qu'une fois de plus la télévision a donné la parole à une musulmane qui a déversé un discours outrageusement victimaire et antirépublicain. Alors qu’elle était dépourvue de toute légitimité, elle parlait en notre nom. En mon nom. (Extrait de "Non je ne me tairai plus" d'Amine El Khatmi, publié aux Editions JCLattès 1/2)

Quand je m’observe, je m’inquiète. Quand je me compare, je me rassure, dit le proverbe. Et les socialistes ne rechignent jamais à se l’appliquer à eux-mêmes. Hélas, en matière d’ « accommodements » avec la loi de 1905, le clivage gauche-droite n’est en rien une garantie. Les dérives touchent toutes les couleurs politiques. Nombre d’élus, qui tiennent par ailleurs des discours sans concession à la tribune, s’adonnent au clientélisme communautariste le plus décomplexé quand ils gèrent « leurs » territoires. Pour acheter la paix sociale ou pour assurer leur réélection, ces hypocrites au double discours cèdent aux pressions et aux chantages de « représentants » de « communautés », qui n’ont souvent aucune légitimité pour le faire.

Dans certaines communes, ces pratiques s’organisent désormais de manière ouverte et assumée, les candidats aux différents scrutins locaux ne se cachant plus pour faire la « tournée des popotes » et prendre note des doléances des uns et des autres. Ainsi, certains élus locaux et parlementaires ont trouvé la parade pour financer des lieux de culte sans enfreindre l’article 2 de la loi 1905 qui précise que La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. […]. Comment? Ils versent leurs subventions à des associations présentées comme culturelles mais qui sont, dans la plupart des cas, des coquilles vides créées afin de recueillir des fonds publics destinés à la construction ou à l’entretien de lieux de culte. En Gironde, le député socialiste Vincent Feltesse a donné 50.000 euros (pris sur les 130.000 de sa réserve parlementaire de 2013) à la Fédération des musulmans de sa circonscription qui portait le projet de construction de la grande mosquée de Bordeaux. En Seine et Marne, la députée ex-UMP, Chantal Brunel a, elle aussi puisé dans sa cagnotte parlementaire pour participer au financement de la mosquée de Roissy. Dans le Nord, le député, Les Républicains, Thierry Lazaro, a déboursé quelques 15.000 euros pour une association culturelle, El Salem, installée au cœur de la mosquée d’Ostricourt. Rien d’illégal à ces subventions, qui font l’objet d’une validation par les ministères concernés mais l’on ne peut s’empêcher de s’interroger quand on sait à quelle utilisation finale elles sont destinées. La ville de Paris cultive, elle aussi, le même genre d’ambigüité.

La municipalité est en effet le principal partenaire de l’Institut des cultures islamiques (ICI). Le bâtiment, situé dans le XVIIIe arrondissement de la capitale, comporte un hammam, un café, une salle de spectacle, des salles d’expositions et de cours (où sont enseignés l’arabe littéraire) et une salle de prière que la Ville a revendue à la Grande Mosquée de Paris. Mais dans les faits, la frontière entre cet espace religieux et les autres parties du bâtiment dédiés à la culture est plus que floue. Le journaliste Bernard de la Villardière en a fait l’expérience, en septembre 2016. À l’occasion du tournage de sa tonitruante émission « Dossier Tabou », consacrée à l’islam de France, ses caméras ont filmé la manière dont, à l’heure des prières, les tableaux disposés dans le hall d’accueil et les salles d’expositions (lieux publics et de fait accessibles à tous) sont cachés par des rideaux pour ne pas offusquer les croyants qui traversent ces pièces. Cette émission de Bernard La Villardière (dans laquelle j’ai été interviewé au même titre que d’autres élus comme le maire de Sevran Stéphane Gatignon ou la députée de Paris Nathalie Koscuisko-Morizet) s’est attirée de nombreuses et virulentes critiques. Des téléspectateurs lambda ont détesté la mise en scène appuyée d’un sujet aussi sensible (images dérobées, reporters « infiltrés », musique angoissante). Le Collectif contre l’Islamophobie a, sans surprise, accusé l’équipe de M6 de projeter ses fantasmes sur les musulmans et de faire peser sur eux une suspicion permanente. Jean-Louis Bianco, le président, socialiste, de l’Observatoire de la Laïcité, a embrayé en dénonçant le sensationnalisme de cette enquête qui selon lui généralise les difficultés.

On y voit notamment une femme musulmane refuser de se faire soigner par un médecin homme dans un hôpital francilien, en affirmant qu’elle n’accepte pas la laïcité. Évidemment, l’islam fait de l’audimat et certains reportages télévisés surfent sur les peurs et les préjugés, au lieu de les décrypter. Il n’en reste pas moins que l’émission de Bernard de la Villardière met le doigt sur des réalités que beaucoup préfèrent éluder ou passer sous silence. Par exemple, et pour en revenir au sujet qui me préoccupe, le surprenant aveu de la directrice de l’Institut des cultures islamiques, la sénatrice socialiste Bariza Khiari. Pressée de questions par le journaliste, elle finira par reconnaître sans sourciller que le centre, financé en partie par la municipalité, est bien une seconde mosquée de Paris. Puis, trouvant porte close à la salle de prière, alors que l’équipe de tournage est sur place, elle lancera avec la même franchise désarmante : Il faudrait leur demander la clé. On n’est plus chez nous, là ! Dans d’autres cas, si l’argent public n’est pas en cause, c’est le comportement de certains élus qui pose question.

À Denain, dans le Nord-Pas-De-Calais, la députée-maire socialiste Anne-Lise Dufour-Tonini, était à la tête de la marche citoyenne, organisée dans sa ville comme aux quatre coins du pays, après l’odieux assassinat du Père Jacques Hamel par deux terroristes islamistes à Saint-Etienne-du-Rouvray, le 26 juillet 2016. Aux côtés de la députée socialiste se tenait aussi… l’imam Hassan Iquioussen. Membre de l’UOIF, adepte de la théorie du complot et figure de la muslimsphère! Les prêches enflammés d’Iquioussen, postés sur Youtube, sont visionnées chaque mois par des dizaines de milliers d’in‑ ternautes. On l’y entend affirmer, par exemple, que les attentats de 11 septembre 2001, ceux de Madrid en mars 2004 et de Londres en juillet 2005, ou encore la virée meurtrière de Mohamed Merah à Montauban et Toulouse en mars 2012 sont des pseudo-attentats visant à faire peur aux non musulmans et à les monter contre les musulmans.

Dans d’autres vidéos, il discute de l’opportunité de serrer la main aux femmes ou explique – le plus sérieusement du monde – que lorsqu’un homme et une femme sont en train de chatter sur Internet, ils sont à trois avec le diable. L’homme a également fait parler de lui, en 2003, à l’occasion d’une conférence intitulée « La Palestine, histoire d’une injustice ». Il y accuse les juifs d’être avares et usuriers, d’incarner le top de la trahison et de la félonie, de comploter contre l’Islam et les musulmans ou encore de ne pas vouloir se mélanger aux autres qu’ils considèrent comme des esclaves. Avant de conclure : Les textes aujourd’hui le prouvent. Les sionistes ont été de connivence avec Hitler. Il fallait pousser les juifs d’Allemagne, de France… à quitter l’Europe pour la Palestine. Le même Iquioussen partagera la tribune le 1er octobre 2011 à Rennes avec un autre antisémite et révisionniste notoire : Alain Soral, ancien du FN qui se revendique aujourd’hui « national socialiste ».

Extrait de  "Non je ne me tairai plus" d'Amine El Khatmi, publié aux Editions JCLattès

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires