En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

04.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

07.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 7 heures 7 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 7 heures 40 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 8 heures 44 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 9 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 10 heures 25 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 13 heures 34 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 14 heures 23 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 7 heures 23 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 8 heures 7 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 9 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 10 heures 22 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 31 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 13 heures 27 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 13 heures 46 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 14 heures 4 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 14 heures 23 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 14 heures 24 min
1984 - 2012

Big Brother au bureau : votre entreprise vous espionne de plus en plus

Publié le 01 mars 2012
Le géant suédois du meuble Ikea est accusé d'espionnage sur des employés et des clients via une officine qui aurait eu recours frauduleusement à des fichiers de police. Une affaire marginale mais qui montre tout de même un regain de surveillance dans le monde de l'entreprise.
Arnaud Pelletier est un entrepreneur expert en renseignement stratégique. Il est titulaire d'un Mastère spécialisé en Intelligence Economique et Stratégique à l'Ecole Internationale des Sciences du Traitement de l'Information.Il dirige aujourd'hui l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Pelletier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Pelletier est un entrepreneur expert en renseignement stratégique. Il est titulaire d'un Mastère spécialisé en Intelligence Economique et Stratégique à l'Ecole Internationale des Sciences du Traitement de l'Information.Il dirige aujourd'hui l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le géant suédois du meuble Ikea est accusé d'espionnage sur des employés et des clients via une officine qui aurait eu recours frauduleusement à des fichiers de police. Une affaire marginale mais qui montre tout de même un regain de surveillance dans le monde de l'entreprise.

Atlantico : Ikea est accusé d'espionnage sur des employés et des clients via une officine qui aurait eu recours frauduleusement à des fichiers de police. Est-ce une pratique qui vous surprend ?

Arnaud Pelletier : Si tout ceci est vrai nous sommes clairement en présence d’un cas illégal et condamnable. Mais cela reste néanmoins l’exception. Au vu de l’ensemble des activités de renseignement privé au niveau national, ces pratiques sont fort heureusement marginales car la profession est réglementée et très surveillée en France.

Evidemment, quand ce type d’affaires sort, cela fait du bruit. L’effet est retentissant médiatiquement, on pense notamment aux affaires EDFBesancenot ou encore récemment AREVA.

On en parle d’autant plus qu’Ikea diffuse une image qui va à l’encontre de ce genre de méthode.

En aucun cas une société privée qui fournit des renseignements d’entreprise n’a accès légalement à ce type d’information. Il ne faut pas croire que des sociétés, aussi grosses soient-elles, ont des accès privilégiés en France. Il existe un fantasme sur l’espionnage massif des salariés en général et des individus en particulier par des sociétés plus ou moins opaques (on lit souvent le mot « officine »).

Rappelons que l’immense majorité des sociétés de ce secteur est honnête et respecte scrupuleusement la loi.

 

Quel est la réglementation en France ? Jusqu’où peut-on aller en matière de surveillance dans le monde professionnel ?

En France, il existe une profession réglementée en charge de ces affaires qui s’appelle « Agents de Recherches Privées » (ARP). La loi la décrit comme telle : « Une profession libérale qui consiste, pour une personne, à recueillir, même sans faire état de sa qualité ni révéler l’objet de sa mission, des informations ou renseignements destinés à des tiers, en vue de la défense de leurs intérêts. » Ici, en l’occurrence, les tiers peuvent être des entreprises ou des chefs d’entreprise.

Dans le cadre d’une problématique d’entreprise avec ses salariés, il y a deux cas de figures :

Dans le premier cas, la société agit de façon préventive. Cela ne présente un intérêt que pour les postes importants d’une entreprise car les démarches sont assez onéreuses.

Par exemple, un directeur peut vouloir vérifier la véracité des CV de candidats qui postulent pour un poste à forte responsabilité (en France, 75% des CV qui arrivent chez les recruteurs sont erronés ; de petites omissions à la fausse expérience professionnelle ou aux faux diplômes). Il peut alors demander à un ARP de vérifier si le diplôme, l’expérience ou le niveau de revenu sont authentiques. Nous faisons alors un travail d’enquête. Nous appelons les anciens employeurs, les universités, les écoles. On appelle cela une « enquête de reconstitution de carrière ». Cette enquête est faite à l’insu du principal intéressé. C’est une démarche légitime pour que l’employeur ait accès à la vérité.

Il faut savoir que pour qu’un agent de recherche privé d’une société de renseignement accepte une demande d’enquête, il faut qu’elle soit légitime, légale et proportionnée. Ces trois mots sont très importants car si une des trois conditions n’est pas remplie la dérive est alors possible.

Dans le second cas, la personne est déjà employée au sein de l’entreprise. Il existe beaucoup d’exemples : le chef d’entreprise peut se rendre compte que des vols de marchandises, ou d’informations ont été commis, des commerciaux peuvent être suspectés de collaborer avec la concurrence et même des salariés en arrêt maladie peuvent également travailler pour leur compte avec le fichier client de l’entreprise. Il paraît alors légitime que l’employeur, avant d’entamer une quelconque procédure, mandate une enquête afin de recueillir des preuves préalables.

Le principe réglementaire est le suivant : le salarié d’une entreprise ne peut faire l’objet d’une enquête que s’il en a été auparavant averti via son contrat de travail ou via le règlement intérieur. Une clause du type « dans le cadre de votre activité professionnel, et conformément à votre contrat de travail, vous pouvez faire l’objet de contrôle inopiné, afin de vérifier la bonne exécution des clauses qui nous lient. » Si le salarié n’en a pas été averti au préalable, bien qu’étant en faute, l’employeur ne peut pas utiliser les éléments qu’il aurait recueillis par l’enquête au Prud’homme sous peine d’être débouté de sa demande.

Mais il y a des exceptions, ceci n’est pas valable au pénal. Et selon le contexte, les juges peuvent avoir une interprétation plus souple. Dans le cadre de l’exemple de vol au sein de l’entreprise, l’employeur appelle une société de recherche privée qui va mener l’enquête légitime, légale et proportionnée, qui va montrer que Mr Dupond vole. Si l’entreprise porte plainte au pénal, même si Mr Dupond n’a pas été prévenu au préalable de cette enquête, les éléments vont être retenus par le juge.

Cette démarche est largement utilisée dans les pays anglo-saxons depuis longtemps. Elle est grandissante en France. De plus en plus, les magistrats accordent la recevabilité du rapport d’enquête. Même au-delà de la sphère du privé, l’administration réalise aussi des investigations privées concernant ses fonctionnaires.

Il s’agit bien évidemment d’un contrôle des activités professionnelles de l’employé. Il ne s’agit pas d’aller contrôler ce qu’il fait le week-end. Sa vie privée ne nous intéresse pas.

Comment faire en sorte que les investigations n’empiètent pas sur la vie privée ?

En France, la loi est draconienne concernant la protection de la vie privée. Cependant, aujourd’hui même, un juge a accordé gain de cause à des parents qui avaient dissimulé un micro dans le nounours de leur enfant, pour surveiller la nounou de la famille suspectée de maltraitances.

Il faut savoir que tout cela est très complexe, et que la jurisprudence est en perpétuelle évolution. Nous pourrions aussi parler de la surveillance des emails, des réseaux sociaux, tout cela est un peu dans le même esprit. Jusqu’où va-t-on et à partir de quel endroit franchissons-nous la ligne de la violation de la vie privée ? Selon le contexte et les dossiers, la limite peut varier…

Au pénal, on estime que si l’enjeu le justifie, même si la ligne est franchie, les éléments peuvent être reçus. C’est le cas dans l’affaire Bettencourt où l’enregistrement effectué par le majordome a été retenu par les juges.

Depuis la crise, il y a de plus en plus de concurrence déloyale. Certains employés se mettent à leur compte en volant les informations stratégiques de l’entreprise. On fait alors appel à des sociétés privées d’enquête, en toute légalité, qui vont devoir investiguer uniquement sur cet aspect-là et non sur la vie privée de l’employé. Le principe de proportionnalité est alors important.

 

Avez-vous remarqué une recrudescence récente des pratiques de surveillance dans un cadre professionnel ?

Cela a toujours existé et l’évolution s’est faite en même temps que la loi. Pour schématiser rapidement, en 1983, un texte de loi réglemente plus structurellement les métiers de la sécurité privée. En 2003, un nouveau texte modifie le précédent et légifère fortement les ARP en donnant la définition actuelle de l’agent de recherches privées. Ce texte oblige l’ARP à justifier sa qualification et impose une formation préalable à l’exercice du métier, délivrant ensuite un agrément préfectoral, sésame obligatoire pour exercer.

Plus la réglementation a été draconienne, plus le métier est devenu sérieux. Les professionnels sont maintenant scrupuleux et reconnus. Les rapports avec les avocats et magistrats se sont nettement améliorés. Tout cela a favorisé l’expansion des services de ces professionnels du renseignement.

Et enfin, cette année, il y a eu un changement. Le 1er janvier 2012, a été créé le Conseil National des Activités Privées de Sécurité (CNAPS) qui est un établissement public qui réglemente et contrôle la profession. La création d’une telle institution était nécessaire car, en France, le secteur de la sécurité privée au sens large affiche une très forte croissance en effectifs et ne cesse de croître en terme de chiffre d’affaires.

 

Propos recueillis par Jean-Benoît Raynaud

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

04.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

07.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
brennec
- 02/03/2012 - 09:18
Les fichiers ne sont pas confidentiels, malgré la loi.
Ces fichiers sont en principe confidentiels. La corruption et le copinage font qu'il n'en est rien. J'ai pour ma part au moins un exemple de consultation frauduleuse du fichier STIC. Et on connait au moins un magistrat a l'origine de divulgations interdites...
RcommeRobert
- 01/03/2012 - 14:11
Un professionnel
Un professionnel qui fait l'éloge de sa profession, et au passage un peu de pub pour sa boutique.