En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

03.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

06.

Chine : des marchés d’animaux sauvages auraient réouvert

07.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Histoire belge
Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants
il y a 5 heures 29 min
pépites > Politique
Précarité
Coronavirus : Jean-Luc Mélenchon demande la suspension des loyers pour les particuliers
il y a 6 heures 54 min
pépites > Europe
Pertes
Chaque mois de confinement fera perdre "entre 2,5 et 3% de PIB" à l'Europe, prédit Thierry Breton
il y a 8 heures 1 min
pépite vidéo > Culture
Vogue
Un live inédit de Madonna, filmé à Nice en 1990, a été dévoilé
il y a 8 heures 38 min
pépite vidéo > France
Industrie
Plongée au coeur du premier fabricant français de gel hydroalcoolique, qui a multiplié sa production par neuf
il y a 10 heures 4 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX vient de dévoiler le guide d'utilisation du Starship ; Mars Helicopter : la genèse du premier engin volant dans l'atmosphère de Mars
il y a 11 heures 34 min
décryptage > France
Libertés publiques

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

il y a 12 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

​Voué aux chats

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Economie
Ne rien cacher

La bourse ou la vie-rus ?

il y a 12 heures 42 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Le Coronavirus grippe (aussi) les énergies renouvelables
il y a 13 heures 2 min
pépites > Consommation
Coincés en France
Les ventes de tabac en hausse de 30%... à cause des frontaliers qui ne peuvent plus se fournir à l'étranger
il y a 6 heures 12 min
pépites > Politique
Solidarité
Pour financer la santé et l'agriculture, Guillaume Peltier (LR) propose de supprimer des RTT
il y a 7 heures 21 min
pépite vidéo > Religion
Confiné
Le pape célèbre la messe des Rameaux sans fidèles, pour cause de Covid-19
il y a 8 heures 21 min
décryptage > Société
Nouveau monde

Vie par temps de pandémie : combien de temps mettons-nous à intégrer vraiment une nouvelle réalité ?

il y a 8 heures 47 min
pépites > Terrorisme
Ennemi intérieur
Attaque à Romans-sur-Isère : trois Soudanais en garde à vue
il y a 10 heures 39 min
décryptage > Terrorisme
Opportunisme

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

il y a 11 heures 49 min
décryptage > France
C'est quand même bien loin du Soudan

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

il y a 12 heures 21 min
décryptage > International
Et pendant ce temps-là...

Syrie : Rapports conflictuels entre la Turquie et les rebelles à Idlib

il y a 12 heures 37 min
décryptage > International
L’étrange virus

Covid-19 : de la catastrophe à la crise

il y a 12 heures 51 min
décryptage > Société
Lourde casquette

Pourquoi qualifier les médecins et autres travailleurs du « front » de héros n’est pas forcément leur rendre service

il y a 13 heures 11 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Hypothèses

La droite pourrait-elle survivre à une défaite de François Fillon en cas de victoire de Marine Le Pen ou d’Emmanuel Macron ?

Publié le 24 mars 2017
Que ce soit Emmanuel Macron ou Marine Le Pen qui remporte la présidentielle, la défaite de François Fillon porterait un coup fatal à la droite, précipitant le risque d'une très forte division sur la question de sa recomposition.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Que ce soit Emmanuel Macron ou Marine Le Pen qui remporte la présidentielle, la défaite de François Fillon porterait un coup fatal à la droite, précipitant le risque d'une très forte division sur la question de sa recomposition.

Atlantico : Que pourrait-on observer à droite, structurellement et idéologiquement, en cas de défaite de François Fillon et de victoire d'Emmanuel Macron ? 

Jérôme Fourquet : Tout d’abord, il convient de rester prudent : le scénario d’une défaite de François Fillon devient, au fur et à mesure que le temps qui nous sépare de l’élection présidentielle se réduit, relativement plausible. Toutefois, il n’est pas encore gravé dans le marbre, et il n’est pas évident que la droite soit battue, même si le territoire de compétence et de crédibilité de François Fillon est quand même très faible comme le montre le dernier sondage Ifop pour Atlantico paru ce jour. Il est devancé, sur les principaux sujets de préoccupation des Français, par deux protagonistes qui sont Marine Le Pen et Emmanuel Macron.

A lire également sur notre site : "Sondage exclusif d'avant débat : et voilà la hiérarchie des sujets sur lesquels les Français pensent que les politiques peuvent (encore) réellement agir"

Dans le cas d’une défaite de François Fillon au profit d’Emmanuel Macron, on peut imaginer que ce dernier gagnerait donc face à Marine Le Pen, ce qui signifierait que François Fillon ait été battu dès le premier tour. Dans les hypothèses qui sont les vôtres, plusieurs scénarios sont possibles, à la fois en fonction de l’identité du vainqueur de la présidentielle, mais aussi de l’importance de l’étendue de la défaite pour la droite. Ce dernier point joue sur ce qui se passera par la suite pour la droite.

Si l’on se place dans le cas de figure d’une défaite avec un écart important par rapport aux candidats qualifiés, cela risque de tanguer très fort dans les rangs de la droite. Autant on a vu ces dernières semaines qu’il n’y avait pas de plan B pour remplacer François Fillon au pied levé dans le cadre de la présidentielle, autant s’il est sèchement battu, ce sont des plans B, C et D nombreux qui vont fleurir dès le lendemain de cette défaite. En effet, le principal plan B, Alain Juppé, a dit qu’il était trop tard pour lui-même pour la campagne. On l’imagine mal reprendre du service, notamment après tout ce qui ce sera passé et à l’âge qui est le sien, pour essayer de reconstruire ou de maintenir unie sa famille politique afin de la mener au combat pour la prochaine bataille. Nous serions donc face à un traumatisme sans précédent, sans plan de rechange éventuel. La probabilité que l’on assiste à une guerre fratricide est on ne peut plus élevée. En plus d’Alain Juppé, Nicolas Sarkozy a été très durement battu au premier tour de la primaire, et si l’on reste dans votre hypothèse, François Fillon serait lui-même battu dans le cadre de cette présidentielle. Ainsi, les trois principaux tenors seraient hors-jeu. Nous serions alors face à une droite exsangue et sous le choc, avec comme circonstance psychologique aggravante, toutes les épisodes survenus au cours de la campagne (le Trocadéro, etc.), mais aussi le fait que cette élection, pour beaucoup à droite, était perçue initialement comme imperdable. La droite serait alors KO debout, sans leader de substitution, avec de surcroît un risque de fragmentation car chez les quadras et les quintas, les ambitions fleuriraient abondamment, mais aussi en raison des législatives qui surviendront quelques mois après, avec comme président de la République, pour reprendre votre hypothèse, Emmanuel Macron. Il serait l’artisan en chef d’une recomposition politique qui aura été largement entamée par ces deux tours de présidentielle, et qui demanderait à être prolongée par les législatives. Tout ceci pourrait ainsi aboutir à ce que des pans entiers de la droite envisagent éventuellement de rentrer dans ce nouveau mécano présidentiel qu’Emmanuel Macron appelle de ses vœux : l’alliance des progressistes. De l’autre côté, nous pourrions observer une autre tendance : celle de personnalités qui diraient non à cette alliance, affirmant devoir rester la droite dite décomplexée qui ne fera pas de concessions à Emmanuel Macron considéré comme le fils spirituel de François Hollande. Certains pourraient même envisager, voyant que le "big bang" a commencé, de regarder du côté du Front national. Si nous faisons un parallèle avec la présidentielle de 2002, bien que la droite ait remporté ce scrutin, le FN était déjà présent au deuxième tour. La présence de Jean-Marie Le Pen avait alors aboutit à la création de l’UMP et à un rassemblement de toutes les droites, avec un morceau du centre qui était resté autonome autour de François Bayrou. Dans le cas où Marine Le Pen serait présente au deuxième tour lors de la présidentielle 2017 et que François Fillon serait battu, nous assisterions au processus exactement contraire de ce qui s’était produit en 2002, soit une fragmentation sans précédent de la droite. 

De même, dans le cas d'une victoire de Marine Le Pen, qu'adviendrait-il ? 

Là aussi, rappelons ce qu’il en est de cette hypothèse, qui est nettement moins plausible qu’une défaite de François Fillon. En effet, toutes les enquêtes mettent Marine Le Pen très loin systématiquement d’atteindre la barre des 50% au deuxième tour, avec des scores au maximum de 40%. Ainsi, la marge est importante et l’on ne se situe pas dans les mêmes écarts mesurés par les Anglo-Saxons au moment du Brexit ou de la présidentielle américaine. Toutefois, ce scénario n’est pas à écarter d’un revers de main car il y a incontestablement une véritable dynamique en faveur de Marine Le Pen.

Si ce scénario venait donc à se produire, cela signifierait qu’elle ait gagné soit face à Emmanuel Macron, soit à François Fillon. Face à ce dernier, ce scénario n’est pas le plus privilégie statistiquement. Si Marine Le Pen gagne face à Emmanuel Macron, cela veut dire que mécaniquement, il faut qu’il y ait eu un énorme report de l’électorat de droite sur la candidate du FN dans un réflexe anti-gauche. Aujourd’hui, dans les hypothèses Macron/Le Pen, quand Marine Le Pen atteint 40% comme dans le dernier rolling Ifop, c’est parce que, notamment et prioritairement, elle peut compter sur l’apport d’1/3 des électeurs de François Fillon. Pour que Marine Le Pen batte Emmanuel Macron, il faudrait qu’il y ait une abstention très forte de l’électorat de Jean-Luc Mélenchon et de Benoît Hamon qui se reporte mal sur Emmanuel Macron, mais aussi que le rapport ne soit pas d’un 1/3 mais de 2/3 de l’électorat François Fillon qui se reporterait sur Marine Le Pen. La marche est ainsi très haute.

Toutefois, dans ce cas de figure, l’objectif poursuivi par certains à la droite de la droite d’une fusion des droites aurait été atteint dès le deuxième tour de la présidentielle. Il y aurait bien évidemment toutes les conditions mentionnées plus haut : une droite KO debout car sortie au premier tour, avec une très forte division sur la question de la recomposition, etc. Le fait que le centre de gravité de la droite soit complètement désaxé dans cette hypothèse aboutirait donc à une situation dans laquelle de nombreux électeurs de droite, mais aussi d’élus, rallieraient la majorité présidentielle de Marine Le Pen, avec, on peut le penser, une résistance des éléments les plus modérés qui refuseraient toute compromission avec l’extrême droite et essaieraient de s’associer avec le camp d’Emmanuel Macron afin de constituer un contrepoids. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

03.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

06.

Chine : des marchés d’animaux sauvages auraient réouvert

07.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lemillanh
- 21/03/2017 - 00:35
le censeur MAXOPLUS
POURRAIT IL ACCOUCHER D UNE PENSÉE ?
Paulquiroulenamassepasmousse
- 20/03/2017 - 22:46
Le FN n'est plus à droite depuis longtemps ....
C'est une invention des journaleux qui en sont réstés à l'époque de papy
La Pen..................Depuis l'avènement du Philippolpot le FN à doublé Mélanchouille sur sa gauche....et gràce à ça il récupère les voix des blaireaux de gauche qui il y a peu votaient pour le PC..
Leucate
- 20/03/2017 - 21:53
Il y a une droite - c'est le FN
Même s'il y a plusieurs familles de droite, le parti le plus important aujourd'hui, qui compte en proportions diverses chacune des quatre familles, est numériquement le FN, depuis les européennes et les régionales. C'est la droite FN qui est également bien placée pour les présidentielles.
La droite LR, qui est en réalité un conglomérat de plusieurs anciens partis, comporte, comme le FN, diverses familles dont deux sont très proches de celles dominantes au FN.
Cette droite minoritaire, divisée en groupes antagonistes qui ne se réunissaient que "pour la gagne", est destinée à disparaître maintenant que la "gagne" n'est plus là et que les postes lucratifs vont disparaître les uns après les autres.
Les électeurs d'abord rejoindront le FN, c'est normal, suivis des caciques LR, enfin ceux qui seront admis s'ils n'ont pas de passé anti-patriote trop marqué.
La gauche a éclaté, il est normal que ce qui s'appelait - à contrecoeur - "la droite" se disperse à son tour. La gauche et la droite UMPS ont conduit la France au déclin, il est normal qu'un jour l'addition leur soit présentée.