En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Sérieuse menace
Escalade militaire autour de Ia Corée du Nord : l'embrasement généralisé de l'Asie est-il en marche ?
Publié le 19 mars 2017
En visite en Corée du Sud, le secrétaire d'Etat américain, Rex Tillerson, a mis en garde Pyongyang en déclarant que la politique de "patience stratégique" de Washington n'était plus d'actualité.
Le Général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset est directeur de recherche à l’IRIS. Diplômé de l'Ecole supérieure de Guerre aérienne, il a écrit plusieurs ouvrages sur la Chine, et participe à la rubrique défense dans L’Année stratégique.Il est l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Vincent Brisset
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset est directeur de recherche à l’IRIS. Diplômé de l'Ecole supérieure de Guerre aérienne, il a écrit plusieurs ouvrages sur la Chine, et participe à la rubrique défense dans L’Année stratégique.Il est l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En visite en Corée du Sud, le secrétaire d'Etat américain, Rex Tillerson, a mis en garde Pyongyang en déclarant que la politique de "patience stratégique" de Washington n'était plus d'actualité.

Atlantico : Les Etats-Unis ont récemment évoqué une action militaire contre la Corée du Nord. Quelle forme pourrait-elle prendre au vu du désengagement annoncé dans la zone ?

Jean-Vincent Brisset : Quand l’administration Obama a annoncé le "Pivot" vers l’Asie, certains en ont conclu que les Etats-Unis allaient renforcer de manière importante leur présence militaire dans la zone, en particulier chez les grands alliés que sont la Corée du Sud et le Japon. En fait, le nombre de militaires américains présents en Corée du Sud, qui était de 28 500 depuis 2006[1] est resté stable, à l’unité près,  jusqu’en 2014 où il n’a augmenté que de 800 hommes. De la même manière, l’annonce d’un désengagement par la nouvelle administration est à prendre avec précautions. Dans l’état actuel des choses, on constate surtout que les Etats-Unis ont franchi un pas important en déployant très récemment des systèmes anti-missiles THAAD, en Corée du Sud. Ce déploiement marque une rupture stratégique et capacitive, et provoque d’ailleurs de violentes réactions de la Chine populaire, autant contre les Etats-Unis que contre la Corée du Sud.

Sur un plan plus opérationnel, on peut difficilement envisager des opérations "d’invasion"  qui conduiraient à une présence durable de troupes américaines sur le sol nord-coréen. Si une option militaire devait être exercée, elle serait le plus vraisemblablement dirigée contre ce qui est le plus visible, tant pour le monde extérieur que pour les sujets de Kim Jong-Un, c’est-à-dire les lancements de missiles. Ces lancements, du Scud modifié à des vecteurs de satellites, sont en effet largement médiatisés, tant dans le monde entier qu’à l’intérieur de la République ermite. Pour obtenir le meilleur effet possible, une attaque américaine devrait se traduire par la destruction, sur le pas de tir ou peu de temps après son décollage, d’une fusée nord-coréenne. Pour obtenir ce résultat, plusieurs modes d’action sont envisageables. L’intrusion de forces spéciales, dans un pays complètement quadrillé, paraît peu réaliste. Une attaque cybernétique pourrait réussir, mais la main des Etats-Unis ne serait pas visible, alors que c’est le but recherché. Les méthodes les plus vraisemblables sont l’attaque par un ou plusieurs missiles de croisière ou la destruction en vol par le système THAAD récemment déployé. La deuxième méthode aurait le double avantage de décrédibiliser la capacité de nuisance/dissuasion de Kim vis-à-vis de sa propre population et des pays voisins tout en légitimant le THAAD. On peut éventuellement envisager, mais ce serait beaucoup plus difficile à gérer à cause des peurs de pollution radioactive, une attaque ponctuelle d’un ou plusieurs sites nucléaires du même genre que la destruction d’Osiris par Israël.


[1] Contre plus de 36.000 en 1994 et une moyenne de l’ordre de 40.000 entre 1971 et 1991

Dans le cas d'une escalade des tensions, quelle(s) réaction(s) peut-on attendre des pays limitrophes, alliés ou "ennemis" des Etats-Unis ?

Les pays de la région craignent tous une montée des tensions autour de la Corée du Nord. Pas seulement à cause de la capacité de nuisance de Pyongyang, mais aussi parce que l’éclatement du pays provoquerait un afflux de réfugiés et une déstabilisation de la région.

En cas de conflit, le territoire des Etats Unis n’est pas à portée des missiles nord-coréens et, malgré les rodomontades de Kim, les missiles dont il dispose ne sont pas capables de causer des pertes majeures aux troupes américaines situées dans la zone. Le Japon est plus vulnérable. Une grande partie du territoire est à moins de 1 000 kilomètres des sites de lancement nord-coréens. Toutefois, le nombre de missiles capables de transporter une charge significative sur cette distance est faible et leur fiabilité, comme leur précision, sont encore limitées.

La situation est toute différente pour la Corée du Sud. L’agglomération de Séoul, qui compte plus de 10 millions d’habitants, est à moins de 40 kilomètres de la frontière, c’est-à-dire à portée de l’artillerie et des roquettes dont le Nord dispose en quantité. Et l’ensemble du territoire est aussi à portée des plus simples des dérivés de Scud, peu précis mais eux aussi disponibles en quantité. Si l’implication politique des Etats-Unis d’aujourd’hui et, dans une moindre mesure, de celle du Japon, est assez ferme, la Corée du Sud est probablement à un tournant. La destitution de la présidente Park a provoqué des élections anticipées qui auront lieu le 9 mai 2017. Une défaite du camp conservateur sortant, partisan d’une ligne dure avec le Nord, amènerait au pouvoir le Parti Démocrate et le retour à une politique plus proche de la "sunshine policy", qui vise à amener, sinon une réunification, du moins un apaisement des relations avec le Nord. Dans un tel contexte, la fermeté prônée par Washington perdrait une bonne part de son soutien local.

L’autre grand acteur de la région est, bien entendu, la Chine. Elle ne peut que s’opposer à toute manifestation de puissance des Etats-Unis dans la région, et n’a aucune raison de se départir de son discours pacifique. Toutefois, en cas d’opération militaire ponctuelle et limitée des Etats Unis, il est probable qu’elle se limiterait à une condamnation verbale et ne prendrait pas de mesures fortes. Quant à la Russie, elle ne verrait sans doute pas d’un mauvais œil une mise hors d’état de nuire des moyens balistiques et nucléaires de Pyong Yang.

Pour autant, le réchauffement des relations qui a été amorcé par l'administration Trump avec Moscou et Pékin n'inciterait-il pas la Russie et la Chine à une désolidarisation vis-à-vis de Pyongyang ?

Pendant longtemps, les relations entre la Russie ont été plus tournées vers la Corée du Sud que vers le Nord, parce qu’elles étaient surtout économiques. Les tensions entre Moscou et l’Occident, à cause de l’Ukraine et de la Crimée en particulier, ont poussé Poutine à faire évoluer ces relations. A partir de 2013, Moscou a participé à l’évolution d’infrastructures d’une zone économique mixte, construit ou réparé des lignes ferroviaires et effacé une bonne partie de la dette nord-coréenne. Plus marquant sur le plan politique, la Russie a invité Kim Jong-Un à participer aux cérémonies - snobées par les Occidentaux - du 70e anniversaire de la victoire. Toutefois, la Russie a voté les résolutions onusiennes imposant des sanctions à Pyongyang sans émettre de réserves importantes.

Le cas de la Chine est un peu différent. S'il existe un traité d’alliance formelle entre les deux pays, signé en 1961, il n’y a pas d’alliance militaire au sens propre du terme. Les relations entre les deux pays sont cependant fortes sur le plan économique, la Chine représentant 80% des échanges extérieurs de la RDPC et, surtout, lui fournissant l’essentiel de ses besoins en énergie et une large part de ses besoins alimentaires. Pékin accepte ces efforts pour maintenir la stabilité du régime de Pyongyang. En effet, son effondrement conduirait à l’arrivée de très nombreux réfugiés en Chine et, ce que Pékin craint encore davantage, une réunification de la péninsule amènerait aux frontières de l’Empire un allié des Etats-Unis. D’un autre côté, soutenir les outrances de Kim est contre-productif et cet allié devient bien encombrant. Beaucoup avaient affirmé que l’arrivée de Trump au pouvoir allait dégrader considérablement les relations entre les deux pays. La tournée du Secrétaire d’Etat Tillerson, précédant la prochaine visite de Xi Jinping auprès du président américain, semble plutôt démontrer que les relations vont devenir plus pragmatiques, basées sur des accords bilatéraux davantage que sur un ordre mondial. Dans ces conditions, un durcissement de Washington envers Pyongyang pourrait parfaitement être accepté par Pékin si les dirigeants chinois sont assurés de ne pas en subir de retombées.     

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
02.
La vraie raison qui pousse Apple à multiplier le nombre d’Iphones qu’ils veulent lancer chaque année
03.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
07.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jean Vincent BRISSET
- 20/03/2017 - 09:10
Ce sera peut être le sujet d'un autre article
Les conséquences pour la France (et pas seulement la France) d'un conflit en Asie de l'Est méritent effectivement plus que quelques lignes. Ce n'était pas le sujet de cet interview, mais c'est un sujet sur lequel j'avais planché, il y a quelques années, à la demande du centre de prospective du MAE.
A M A
- 19/03/2017 - 19:06
On aimerait bien que nos
On aimerait bien que nos politologues et autres experts nous précisent quelles conséquences pour la France pourrait avoir l'embrasement généralisé de l'Asie. Ne serait-ce alors qu'un léger épiphénomène pour qu'ils n'en parlent pas? A moins qu'en sortant de leur silence ils soient obligés d'admettre que ceux qu'ils abhorrent soient les seuls en mesure d'enrayer le tsunami eventuel, les Trump et les Poutine par exemple! A moins qu'ils estiment que l'Europe idyllique soit en mesure de faire face seule, sans l'aide de ceux-ci....