En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 25 min 32 sec
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 1 heure 55 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 2 heures 8 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 3 heures 41 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 3 heures 56 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 4 heures 16 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 4 heures 57 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 7 heures 8 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 37 min 32 sec
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 2 heures 6 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 2 heures 38 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 3 heures 45 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 4 heures 9 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 4 heures 38 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 4 heures 48 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 5 heures 22 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 6 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 7 heures 14 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Mentors

Attention terrain miné : Emmanuel Macron et la gestion de ses encombrants parrains

Publié le 17 mars 2017
Si les parrainages de tous bords politiques se multiplient chez le candidat d'En Marche !, certains peuvent s'avérer plus handicapant qu'autre chose. Emmanuel Macron risque d'avoir du mal à échapper à la critique le qualifiant "d'hollandisme prolongé".
Bruno Jeudy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeudy est rédacteur en chef Politique et Économie chez Paris Match. Spécialiste de la droite, il est notamment le co-auteur du livre Le Coup monté, avec Carole Barjon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les parrainages de tous bords politiques se multiplient chez le candidat d'En Marche !, certains peuvent s'avérer plus handicapant qu'autre chose. Emmanuel Macron risque d'avoir du mal à échapper à la critique le qualifiant "d'hollandisme prolongé".

Atlantico : Emmanuel Macron peut-il échapper à ses encombrants parrains ? Qu'il s'agisse des figures comme Jacques Attali, Alain Minc ou de figure politiques commes celles de François Hollande ou de François Bayrou, comment peut-il réussir à gagner une autonomie politique ?

Bruno Jeudy : Echapper à la critique sur son "hollandisme" c'est tout le pari d'Emmanuel Macron pendant cette campagne. Et ce sera difficile puisqu'il a été successivement secrétaire général adjoint de l'Elysée, donc inspirateur de la politique encosmique qu'il a ensuite pu mettre en œuvre en étant ministre de l'économie à la rentrée 2014 pendant deux ans jusqu’à l'été 2016. Forcément il aura du mal à faire oublier son passé. Et ce, même si on voit bien à travers son projet économique qu'il vise un peu à poursuivre et à perfectionner ce que François Hollande voulait faire mais n'a pas pu réaliser, empêché par l'inertie du parti socialiste, de ces frondeurs, de sa vieille idéologie et de ses anciennes habitudes. 

Mais c'est une lecture un peu simpliste. Car Emmanuel Macron a effectivement une jambe à gauche mais aussi une vraie jambe à droite. Et on le voit dans certains éléments de son programme économique où il emprunte plutôt à la doctrine de la droite qu'à celle du Parti Socialiste. Il va quand même plus loin que les réformistes du PS. Mais de toute façon il aura du mal à échapper à cette critique disant qu'Emmanuel Macron c'est du "hollandisme" prolongé. 

Si on résume un peu grossièrement, le programme d'Emmanuel Macron c'est 40% de gauche, 40%  de centre et 20% de droite. Ce qui correspond d'ailleurs à peu près son électorat. Aujourd'hui il est composé d'environ 40% d'électeurs de François Hollande, 30% de François Bayrou et 20% d'électeurs de Nicolas Sarkozy (de 2012).  

Peut-il se permettre de se mettre à dos ceux qui ont pu jouer un rôle de mentor pour lui ? Notamment en disant à travers son porte-parole que François Hollande ne jouera pas de rôle dans sa future majorité ?

Non seulement il peut se le permettre mais il a surtout intérêt de le faire. Sinon, il va forcément faire fuir les électeurs de droite qui sont tentés par l'expérience d'En Marche! Notamment des électeurs déçus de François Fillon, de François Bayrou qui n'est pas candidat et idem pour Alain Juppé. Il a tout intérêt à tenir le plus possible à l'écart l'ombre de François Hollande ou de ses proches qui pourrait le rallier. D'ailleurs on voit bien qu'il essaie de pratiquer, de manière assez habile, à du tri sélectif chez les socialistes. Il veut bien de le Jean-Yves Le Driant mais pas de Stephan Le Foll. Il veut bien de Bertrand Delanoë mais pas de Manuel Valls etc.  

Maintenant, il y a un moment ou la vague deviendra peut-être trop forte et le tri deviendra moins évident à faire. 

Peut-il se permettre de faire cavalier seul en s'appuyant uniquement sur les militants d'en marche ? Son mouvement est-il assez solide pour cela ?

Il a forgé la réussite de sa trajectoire sur la nouveauté, sur l'antiparti et sur son antisystème –bien qu'il en soit lui-même issu-. Donc si Emmanuel Macron a réussi à retenir l'attention de manière éclatante jusqu’à présent –au regard des sondages- c'est grâce au fait qu'il soit le signe du renouveau, de la jeunesse et d'une nouvelle approche politique. Est-ce suffisant pour l'emporter ? C'est tout son pari. Il aura besoin quand même de quelques expériences et compétences notamment dans le secteur régalien ou il manque de bras. C'est pour ça qu'il a besoin de Jean-Yves Le Driant. Sur des questions aussi centrales que la sécurité, il lui faut des personnalités rassurantes. 

La question qui va se poser dans la dernière ligne droite de la campagne c'est, avec qui Emmanuel Macron va-t-il gouverner ? Cette question risque d'être compliquée à gérer. Il risque d'en décevoir certains et d'en inquiéter d'autres par la mise en avant de certaines personnalités. Sa volonté par exemple de nommer une femme à Matignon suscite à la fois l'intérêt et l'inquiétude. 

Aujourd'hui on ne voit pas avec qui il compte gouverner et cela peut devenir un facteur d'inquiétude pour les électeurs. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 18/03/2017 - 17:35
Et, que penser de SFR offert sur un plateau d'argent à DRAHI
par MACRON alors MONTEBOURD avait refusé, voulant des garanties (ce qui aurait été normal , DRAHI étant sur des sables mouvants) !!! Bizarrement dès la rentée MONTEOURD fut viré pour soit disant la « cuvée Présidentielle pour le remplacer par MACRON moins "regardant" !!! y compris sur l'organisation des "festivités" 120.000€ (en 6 mois) alors que SAPIN pestait de voir la réserve des 150.000€ (allouée au Ministère) fondre comme « neige au soleil » (et de le voir, maintenant dédouaner celui qu’il appelait « le petit marquis poudré "mais encore « le cinglé du deuxième) !!! facile toutes ces festivités........puisque ce n'était pas lui qui payait mais, les "fonds publics"!!!
Vincennes
- 18/03/2017 - 17:16
Que B.Jeudy qui défend "bec et ongle" MACRON sur BFMTV
"écurie DRAHI" mais aussi dans "C dans l'air" émission "aux ordres" demande qq explications car, aller travailler chez ROTCHILD aurait du faire l'objet d'un décret (jamais trouvé), selon Raquel GARRIDO. MACRON a t'il continué de percevoir son salaire de Ht FONCTIONNAIRE (et bénéficier des avantages pour sa retraite)alors qu’il était, en même temps, rétribué chez ROTCHILD ? mais aussi
l'implication des frère MOURAD auprès de MACRON........le Ier frère ayant démissionné, il y a peu , pour conflit d'intérêts avec les Labs SERVIER, il reste le frérot Bernard MOURAD (un des bras armé et ex/BANQUIER de DRAHI, lui-même patron de BFMTV/EXPRESS/LIBERATION (recapitalisé via Hollande dans les bureaux de l’Elysée) !!!! ON comprend mieux les titres ronflants de toute cette Presse « vendue » et de tous ces journaleux prêts à tout pour ne pas perdre leur TRES CHERE NICHE FISCALE de 7650€!
totor101
- 17/03/2017 - 11:01
ELECTORAT
"40% de gauche, 40% de centre et 20% de droite. Ce qui correspond d'ailleurs à peu près son électorat."
Je me marre !
Son électorat ?
Mais il n'a JAMAIS été élu ........
Moi je dirais "son électorat médiatique"