En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

06.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La mort n'est pas une solution, Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème" d'Anne-Isabelle Tollet : un récit poignant

il y a 1 heure 37 min
light > Culture
Réforme majeure
Académie des César : la productrice Margaret Menegoz est nommée présidente par intérim
il y a 2 heures 10 min
pépites > Education
Faits religieux à l'école
Mobilisation de soutien envers l'instituteur de Malicornay, Matthieu Faucher, suspendu pour prosélytisme après avoir utilisé des textes de la Bible
il y a 3 heures 35 min
décryptage > Religion
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Environnement
WikiAgri

Salon de l'agriculture : ébauche d'un mouvement agricole de contestation contre les banques

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 6 heures 36 min
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 7 heures 9 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 7 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 24 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 17 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dark Waters" de Todd Haynes : un homme seul contre une toute puissante industrie chimique...

il y a 1 heure 56 min
pépites > Santé
Médicaments efficaces ?
La chloroquine, un traitement contre le paludisme, pourrait-elle être efficace contre le coronavirus ?
il y a 2 heures 57 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Coronavirus : le patient français décédé à Paris était un enseignant dans l'Oise
il y a 4 heures 7 min
décryptage > International
Echelle planétaire

Le Coronavirus redistribue les cartes mondiales

il y a 5 heures 24 min
pépite vidéo > Politique
"Peur comme fonds de commerce"
Gabriel Attal dénonce les critiques de Marine Le Pen sur la gestion du coronavirus par le gouvernement
il y a 5 heures 56 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 6 heures 44 min
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 7 heures 55 min
décryptage > France
Question prioritaire

La sécurité, bien partie pour être la clé de 2022… et certains prennent une longueur d’avance

il y a 9 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Fauda" : devant l’engouement pour la fiction israélienne sur la scène internationale, focus sur Fauda (= Le Chaos)

il y a 18 heures 50 min
© JH Mora - Wikipedia
© JH Mora - Wikipedia
Les autres

L’autre France périphérique qui peut peser sur la présidentielle : celle des centres-villes de provinces dévitalisées

Publié le 17 mars 2017
Jeudi 16 mars a lieu une réunion de l'Association des Maires de France sur la revitalisation des centres-villes. L'occasion de s'attarder sur une catégorie de la France périphérique qui reste peu évoquée mais tout aussi importante - les personnes issues des petites villes qui ont observé leur dévitalisation.
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jeudi 16 mars a lieu une réunion de l'Association des Maires de France sur la revitalisation des centres-villes. L'occasion de s'attarder sur une catégorie de la France périphérique qui reste peu évoquée mais tout aussi importante - les personnes issues des petites villes qui ont observé leur dévitalisation.

Atlantico : Quand on parle de France périphérique, une catégorie reste peu évoqué mais tout aussi importante. Il s'agit de ceux issus des petites villes et qui ont observé leur dévitalisation. Ils ont décidé de rester quand même mais que sont-ils devenus ?

Laurent Chalard : La "France Périphérique", terme inventé par le géographe Christophe Guilluy désormais rentré dans le langage courant, étant définie a contrario des grandes métropoles, elle se caractérise donc par une grande hétérogénéité des territoires qui la composent, dont le principal point commun est la mise à l’écart des retombées positives de la mondialisation.

On y retrouve :

- des espaces périurbains subis des grandes métropoles, qui ont vu l’afflux de populations peu argentées, originaires du cœur et des banlieues de ces métropoles, ne pouvant plus se loger dans les quartiers aisés et/ou fuyant les quartiers populaires à la mixité ethnique jugée conflictuelle

- des espaces ruraux stricto sensu, où l’urbain est absent, qui ont fortement vieilli au fur-et-à-mesure du temps, avec de moins en moins de jeunes et un amenuisement du secteur agricole,

- des petites et moyennes villes, bien souvent anciennement à dominante industrielle, qui connaissent une stagnation ou un déclin démographique, dans un contexte de vieillissement de leur population, mais dont le poids démographique au niveau national demeure non négligeable, étant donné le tissu urbain dense de petites et moyennes villes qui caractérise la France, où les villes plus peuplées sont relativement moins nombreuses que chez ses voisins européens. En effet, ces villes constituent l’ossature de l’organisation territoriale hexagonale.

Les populations des petites villes situées en-dehors de la zone d’influence d’une grande métropole, dont une large partie est restée sur place, n’ont donc pas "disparu", mais ont été complètement oubliées par les élites parisiennes depuis les années 1980, qui n’ont pas su voir le processus de paupérisation en cours, ne fréquentant guère ces territoires.

Quelle angoisse a généré cette paupérisation et quelle traduction politique peut-on observer?

Vincent Tournier : La dévitalisation des centres-villes est un processus maintenant bien identifié. Il a d’abord été repéré par les acteurs économiques, puis par l’INSEE. Cette dévitalisation se mesure notamment par la hausse du taux de vacances des commerces. Seules les grandes métropoles et les villes touristiques y échappent. Il s’agit moins d’une paupérisation que d’un déplacement des activités, déplacement qui est lui-même lié à l’étalement urbain. On voit en effet que les gens s’éloignent des centres-villes, ce qui a provoqué le boom des zones commerciales.

Ce sujet est plus important qu’il n’y paraît. Beaucoup de gens ont pris conscience de ce phénomène depuis longtemps. Ce n’est pas très compliqué : il suffit d’une simple expérience de la vie quotidienne pour voir qu’il se passe quelque chose. Or, cette désertification crée un malaise plus ou moins intense. Elle donne l’impression que l’on assiste à un déclin progressif, à un abandon. Cette inquiétude est d’autant plus vive que le problème n’est pas vraiment pris en charge par le discours politique, sinon par les acteurs politiques locaux. Aujourd’hui, les partis de gouvernement sont tournés vers l’économie mondiale, ils n’intègrent plus vraiment le petit commerce, alors que le rôle de celui-ci dans la sociabilité et la vitalité urbaines est très important.

Par ailleurs, parmi les causes de l’étalement urbain, il est difficile de ne pas voir qu’il y a la volonté d’échapper au melting pot des villes cosmopolites. Il s’agit donc d’un certain désaveu du projet optimiste sur le "vivre ensemble". En somme, les gens "votent avec leurs pieds". Sauf que cette stratégie d’évitement engendre de multiples coûts sociaux : hausse de la facture d’énergie et de transport, nécessité de construire de nouveaux équipements, de nouvelles infrastructures, caducité du découpage médical ou administratif, inadaptation des services publics, etc. 

Bref, il y a un vrai défi qui se joue là, qui impliquerait de reprendre ce que l’on appelait autrefois l’aménagement du territoire. Mais au-delà des enjeux économiques, il y a finalement une question plus générale qui est posée : que faut-il préserver ? Doit-on accorder de l’importance au maintien d’un certain cadre de vie, d’un certain environnement urbain, d’un certain type de relations sociales ? On peut évidemment avoir différents points de vue sur ce sujet, mais encore faudrait-il que la question soit déjà posée.

Concrètement qu'est-ce qu'il se passe dans ces petites villes ? Comment se traduit les mutations de ces villes et qu'ont-elles provoqué chez cette catégorie de la population ?

Laurent Chalard : Ces petites villes situées en-dehors de la zone d’influence d’une grande métropole connaissent un bouleversement de leur profil socio-démographique du fait de migrations différenciées selon les catégories sociales et les classes d’âge. Traditionnellement, la petite ville se caractérisait par l’importance de ses notables locaux (professions libérales, grands propriétaires terriens, fonctionnaires, capitaines d’industrie…) dominant des catégories populaires. Aujourd’hui, la situation évolue, dans le sens où la petite bourgeoisie locale a tendance à y disparaître, du fait d’une migration massive de ses enfants vers les grandes métropoles pour les études, qui ne se traduit pas par un retour au pays une fois l’entrée dans la vie active. La petite ville est perçue comme répulsive, ne présentant pas d’opportunités d’emploi et surtout ne permettant pas de vivre avec ses "pairs".

A contrario, pour les catégories populaires, les départs sont moins importants et concernent, en priorité, les jeunes en voie d’ascension sociale, c’est à dire ceux poursuivant des études supérieures, qui suivent le même modèle que les enfants de la petite bourgeoisie. En conséquence, au fur-et-à-mesure du temps se constate une paupérisation de la population locale, les catégories populaires occupant une place de plus en plus importante alors que l’emploi local s’amenuise. Il se produit donc un processus de paupérisation sur place, pouvant parfois s’apparenter à une assignation à résidence, même s’il faut garder en tête qu’il n’y a pas toujours volonté de partir, mais de "travailler et vivre au pays".

Quelles sont les principales causes de la dévitalisation des petites villes ? (démographique, commerciales et équipements (loisirs etc…).

Laurent Chalard : La première cause de la dévitalisation des petites villes situées en-dehors de la zone d’influence d’une grande métropole est économique. Dans le contexte de mondialisation, les villes spécialisées, qui plus est dans des activités traditionnelles, caractéristique intrinsèque, par définition, de la petite ville, sont pénalisées, car à la moindre fermeture d’usine, l’économie locale devient sinistrée, en l’absence de diversification du tissu économique. Les villes mono-industrielles ont particulièrement souffert.

Il s’ensuit consécutivement un déclin démographique, renforcé par un phénomène de périurbanisation qui touche toutes les catégories de ville, quelle que soit leur taille, deuxième cause de leur dévitalisation. Du fait de l’effondrement de leur économie, le solde migratoire est négatif, surtout pour les jeunes actifs, d’où un vieillissement accentué de la population. Les logements vacants prolifèrent, en particulier dans les centres anciens, dont l’offre immobilière est inadaptée.

Parallèlement, une troisième cause vient accentuer le processus de dévitalisation, qui est l’affaissement commercial des centres anciens des petites villes. En effet, qui dit moins d’habitants argentés, dit moins de commerces, phénomène grandement renforcé par la politique de construction massive de supermarchés à la périphérie des petites villes. Il n’est pas rare de voir de petits chefs-lieux de canton de 2000 habitants disposer de plusieurs supermarchés, ce qui constitue une aberration totale. Les politiques d’équipement commercial des élus locaux ont donc aussi contribué à la dévitalisation de leur ville.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

06.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 16/03/2017 - 20:53
La loi NoTRe
Et ses regroupements de régions a consacré le modèle de développement fonde sur les métropoles qui reproduisent le modèle d'abandon du territoire au profit de quelques très grande villes. L'Empire Parisien s'est fait ses métastases.
lepaysan
- 16/03/2017 - 15:31
La province, quelle horreur pour nos "élites parisiennes"
Exactement Poitiers, vous avez décrit ce qui se passe à Poitiers, et bien d'autres ville de l'ouest.
lasenorita
- 16/03/2017 - 14:41
Nos campagnes françaises.
Nos hommes politiques se sont toujours désintéressé de nos campagnes françaises! J'étais institutrice,dans l'Oise,avant 1963:dans certains villages on y vivait comme au Moyen Age.. J'ai connu le village de mon époux(en Bourgogne):l'eau courante n'y fut installée qu'en 1962!.Je pense que si nos paysans français avaient brûlé des voitures, tué des policiers,etc..etc. .nos ''politiques'' auraient peut-être amélioré leurs conditions de vie...parce que la plupart de nos paysans, étant des ''petits'' propriétaires sont des contribuables!.. les sous de leurs impôts servaient à construire des barrages, des routes, etc...en Algérie!...ce fut de l'argent placé ''à fonds perdu''!...