En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

La réaction de la femme de Griveaux

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 15 min 10 sec
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 1 heure 1 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 3 heures 31 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 5 heures 20 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 6 heures 52 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 7 heures 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 8 heures 28 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 8 heures 56 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 20 heures 24 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 23 heures 24 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 41 min 14 sec
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 3 heures 5 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 8 heures 7 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 8 heures 42 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 19 heures 28 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 22 heures 42 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 23 heures 55 min
© BERTRAND GUAY / POOL / AFP
© BERTRAND GUAY / POOL / AFP
Déjà-vu

Ces larmes de crocodile versées à gauche sur la montée du FN

Publié le 10 mars 2017
Le premier tour de l'élection présidentielle approche, et le Président François Hollande a décidé non pas de soutenir Benoit Hamon, mais de combattre à nouveau le FN. Et alors que la gauche se divise, ce genre de cri d'orffraie à un goût de déjà-vu.
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le premier tour de l'élection présidentielle approche, et le Président François Hollande a décidé non pas de soutenir Benoit Hamon, mais de combattre à nouveau le FN. Et alors que la gauche se divise, ce genre de cri d'orffraie à un goût de déjà-vu.

François Hollande est très inquiet. Il a même saisi l’occasion d’un entretien avec plusieurs grands journaux européens pour le faire savoir. Fort légitimement, un lecteur peu averti aurait pu croire que notre président s’angoisse, chaque soir, quand il s’endort, en raison de l’état de délabrement économique et social dans lequel il laisse le pays. Pas exactement : ce qui l’alarme, c’est la menace que constitue le Front national. Il en a même fait même son "ultime devoir" avant de quitter l’Elysée !

Soyons clairs : s’il était appliqué, le programme de Marine Le Pen serait un désastre, un saut dans l’inconnu dans lequel nous nous précipiterions lestés de tous les pires instruments étatistes, sans le parachute parfois peut-être inconfortable mais bien utile de l’euro. François Hollande a donc raison de s’en inquiéter. Mais pourquoi cette prise de conscience soudaine (à 50 jours de l’élection présidentielle) ?

Cette mobilisation est d’autant plus troublante qu’elle intervient fort opportunément au moment même où Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du parti socialiste, se sent également profondément concerné par cette problématique. A tel point qu’il a ordonné à François Fillon de répondre à une question qui ne pose pas ailleurs que dans son esprit déterminé à créer des polémiques, lui intimant de dire s’il appellerait ou non à faire battre Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle s’il n’y était pas.

Comment ne pas voir derrière ces postures un jeu de tartuffes ?

Car après tout, qui est responsable de la montée du Front National ?  De son succès aux élections régionales de 2015, municipales ou européennes de 2014 ? Au pouvoir pendant tout ce quinquennat, la gauche n’est pas seule fautive ; mais elle devrait prendre le temps de s’observer avec un peu plus d’attention : elle n’est pas pour rien dans la montée de la colère sociale dans le pays. Depuis cinq ans, elle a laissé le chômage croître comme jamais et la réalité, comme la crainte, de la misère et du déclassement prospérer. Elle a été incapable d’apporter une réponse aux angoisses, parfois irrationnelles, que suscite l’immigration ; pire, François Hollande a montré son incapacité à gérer politiquement le sujet, s’inclinant dans une humiliation complète face à Leonarda. Elu en 2012 sur la promesse de réaliser un "rêve français", le président quitte le pouvoir sur un désastre cauchemardesque. Plus encore, l’inaptitude du gouvernement à moderniser l’action publique a accru dans l’opinion publique le sentiment que l’Etat était impuissant et incapable de les protéger. Les fonctionnaires eux-mêmes sont désemparés et se précipitent dans les bras de FN !

Si l’on sait qui est le complice, à qui profite le crime ?

Aux candidats de gauche évidemment : Benoît Hamon comme Emmanuel Macron. Pour ce dernier, le pari est simple : plus le FN monte, plus il espère que Marine Le Pen prendra des voix à des électeurs de droite malheureusement tentés d’exprimer ainsi leur colère. Mieux encore : plus on parle de la menace de la victoire du FN (réelle au demeurant), plus il peut prétendre incarner le sauveur (christique) de la République et rassembler derrière lui un maximum d’électeurs de gauche, qui se précipiteront dans un réflexe de "vote utile". Ce n’est pas un hasard si, ces derniers jours, le discours d’un soutien comme Bertrand Delanoë a été de prétendre que voter Macron, c’est la meilleure chance d’empêcher Marine Le Pen d’accéder au pouvoir. Outre que cela pourrait se débattre, ce n’est pas vrai : François Fillon aussi, par exemple, est donné gagnant face à la candidate FN au second tour.

Cette posture tactique n’est pas saine, car elle prive les Français d’un vrai débat politique. En se posant comme le seul et dernier rempart qui protègerait la Démocratie, la Gauche interdit le débat d’idées. Son objectif est qu’ainsi on ne confronte pas son bilan et les programmes de ses candidats à ceux de la Droite. Son but est que tous les électeurs attachés à la Démocratie se sentent obligés de voter à gauche, quelles que soient leurs opinions réelles, pour empêcher le succès de Marine Le Pen.

La gauche fait mine de pleurnicher face à la montée du FN, elle n’a rien fait pour la ralentir : ni réformes structurelles, ni discours politique cohérent. En réalité, elle rit sous cap et régulièrement, elle s’offre un petit plaisir provocateur : en excitant les pieds-noirs, en agitant les sujets migratoires, en attaquant Marine Le Pen pour remobiliser son électorat, etc.

La gauche ne cesse d’agiter le chiffon rouge du FN. Elle n’a pas créé la menace, mais elle l’alimente sciemment. Depuis 30 ans au moins, le même scénario bien huilé se répète à chaque élection. En 2017, le même stratagème est sur le point de faire une nouvelle fois son effet, permettant au candidat d’En Marche de consolider les derniers points qui lui assureront définitivement la victoire. Et à la prochaine élection, la Gauche remettra le couvert, appliquant le vieil adage qui veut que "les ennemis de mes ennemis sont mes amis".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

La réaction de la femme de Griveaux

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 11/03/2017 - 16:57
Le Front National a incité à ressortir les drapeaux français
les autres partis politiques, après avoir été europhiles déterminés, sont devenus eurosceptiques, puis, de plus en plus, europhobes en amoureux de la France...excepté les écolo-régressifs-trotskystes, qui défend un projet fédéraliste europeiste, lors de cette élection? après RPR, UMP, LR, le nouveau Parti qui émergera du chaos de cette présidentielle contiendra certainement l'adjectif national ou patriote dans son acronyme. Si le Front National a pu contribuer à cette renaissance patriotique des vieux partis binaires, tant mieux! Car nous ne serons jamais jaloux de la France...
Leucate
- 11/03/2017 - 12:38
Le FN, premier parti de droite
Ce que les RPR.UMP.LR ont beaucoup de mal à comprendre, c'est qu'ils ne sont plus, depuis les européennes et les régionales, le premier parti de la Droite, c'est le FN qui a pris cette place.
Le temps est donc passé où l'UMP pouvait considérer les électeurs FN comme une force d'appoint en leur faisant des mamours avec un discours faussement de droite au moment des élections (discours qui marche très bien avec les électeurs UMP.LR qiui se font avoir à chaque élection) et en snobant leur direction en s'alliant avec le PS, d'où le sigle UMPS qui est très vrai.
Aujourd'hui, le PS est éclaté entre deux canaux, l'historique et l'habituel et bientôt ce sera le tour de LR d'éclater entre droite, centre et pseudo-gauche.
joseph jean
- 11/03/2017 - 08:26
l'épouventail du fn
L'UMPS sort encore l'epouventail du fn , du réchauffé pour mettre la pression sur les Français , les faire culpabilisés , et ca marche pour pas mal de Français , j'en connaît . Mais la je pense que ca vas leur faire mal au...! Même si la blonde passe pas , ils ne pourront plus faire comme si elle n'existait pas