En direct
Best of
Best of du 23 au 29 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Jugement
Agression des policiers à Viry-Châtillon : 10 à 20 ans de réclusion pour 8 accusés, 5 personnes acquittées
il y a 2 heures 8 min
pépites > Justice
Fichée S
Ultra-gauche : une militante a été écrouée pour avoir espionné des policiers
il y a 5 heures 8 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 4 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 4 min
pépites > Justice
Riposte judiciaire
Alexandre Benalla a décidé de porter plainte contre X dans l'affaire de l'enregistrement clandestin diffusé par Mediapart
il y a 7 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le délicieux malheur français" de Denis Olivennes : la mélodie du malheur, notre berceuse préférée

il y a 9 heures 16 min
pépite vidéo > Défense
Futures missions à mener
Opération Barkhane : Emmanuel Macron va réunir le G5 Sahel à Pau
il y a 10 heures 40 min
pépites > Social
"Le mur du 5 décembre"
806.000 manifestants pour la première journée de mobilisation à travers le pays contre la réforme des retraites
il y a 11 heures 35 min
décryptage > Santé
Alimentation

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

il y a 12 heures 54 min
décryptage > International
Sommet sous tension

Otan : Emmanuel Macron et Donald Trump, convergences dans l'incohérence

il y a 13 heures 47 min
décryptage > International
Daphne Caruana Galizia

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

il y a 14 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
5 décembre
Jean-Luc Mélenchon salue le "grand progrès" et "l’humanisme" de Marine Le Pen pour sa position sur la grève
il y a 3 heures 11 min
pépites > International
Chambre des représentants
Procédure de destitution contre Donald Trump : Nancy Pelosi demande que soit rédigé l'acte d'accusation
il y a 5 heures 26 min
light > Sport
Répercussions
Le joueur légendaire Marco Van Basten a été retiré du jeu FIFA 20 "jusqu'à nouvel ordre" après son dérapage nazi
il y a 7 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Prince Igor"d'Alexandre Borodine : Le Prince Igor rentre au répertoire de l'Opéra National de Paris

il y a 9 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Léonard de Vinci" au Louvre : ode à Léonard

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Politique
Ça va faire des vagues...

La tempête sociale du 5 décembre : Macron nous invite "à prendre la mer"

il y a 10 heures 59 min
décryptage > Economie
Campagne mouvementée ?

Pourquoi la présidentielle complique la guerre commerciale sino-américaine (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour l’Europe)

il y a 12 heures 37 min
décryptage > France
Economie française

La solution à la récession ? L’optimisme

il y a 13 heures 11 min
décryptage > Environnement
Pas grand chose à voir avec l'environnement

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

il y a 14 heures 4 min
décryptage > France
Décision

Un office national de lutte contre la haine ou le dernier exemple en date du renoncement politique face à la montée de la violence

il y a 14 heures 35 min
© AFP
© AFP
La bonne stratégie ?

Droite Trocadéro : François Fillon est-il en train de surfer sur ce populisme chrétien que Patrick Buisson avait tenté de vendre à Nicolas Sarkozy ?

Publié le 17 mars 2017
La base électorale de François Fillon, constituée essentiellement par la France catholique en lien avec le mouvement de La Manif pour Tous, est révélatrice du positionnement de François Fillon à l'égard du concept de "populisme chrétien".
Jean-Louis Harouel est agrégé des Facultés de droit, professeur émérite à l’Université Paris II. Il est auteur prolifique d’ouvrages de droit, d’économie, d’histoire et notamment de Culture et contre-culture (1994). Il a également publié Le vrai génie...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Harouel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Harouel est agrégé des Facultés de droit, professeur émérite à l’Université Paris II. Il est auteur prolifique d’ouvrages de droit, d’économie, d’histoire et notamment de Culture et contre-culture (1994). Il a également publié Le vrai génie...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La base électorale de François Fillon, constituée essentiellement par la France catholique en lien avec le mouvement de La Manif pour Tous, est révélatrice du positionnement de François Fillon à l'égard du concept de "populisme chrétien".

Atlantico : La Manif pour tous a marqué l'émergence d'un "populisme chrétien" que semble avoir totalement intégré François Fillon dans le cadre de sa campagne. Quels en sont les ressorts ? Note-t-on une évolution de ce qui caractérise ce populisme depuis 2013 ? 

Jean-Louis Harouel : Ce que vous appelez populisme chrétien n’est pas autre chose que le retour, après une très longue absence, d’une droite catholique s’assumant comme telle. Au XIXe siècle, la droite se confondait sensiblement avec les catholiques. L’instauration de la IIIe République s’est faite contre les catholiques, principalement de sensibilité monarchiste. Puis, en 1892, Léon XIII a invité par l’encyclique Inter sollicitudines les catholiques français à se rallier à la République, dans l’espoir (qui sera déçu) de mettre fin à l’anti-catholicisme des républicains. L’Église catholique s’étant en 1914 rangée sans équivoque sous le drapeau français et républicain, les catholiques constituent durant l’entre-deux-guerres la droite conservatrice, attachée à la défense de la religion catholique et de l’ordre social. Après quoi, c’est l’éclipse de la droite catholique. Laissée dans l’ombre par la démocratie chrétienne, puis par le gaullisme, le giscardisme et leurs avatars, utilisée électoralement par eux sans être reconnue explicitement, la droite catholique semblait avoir disparu comme entité. Mais elle n’était qu’endormie.

Belle au bois dormant de la vie politique française, la droite catholique a été réveillée par François Hollande (qui n’a pourtant rien d’un prince charmant) avec l’instauration du mariage homosexuel. Il n’a, bien sûr, pas fait cela pour cela – d’ailleurs, il croyait le peuple français trop avachi pour réagir –, mais il a provoqué ce résultat. Des millions de Français, principalement de sensibilité catholique, sont descendus dans la rue pour dire leur attachement aux précieuses valeurs de durée que le christianisme tire pour l’essentiel de son substrat biblique : valorisation de la famille, de la patrie, exigence morale, et par-dessus tout transmission de la vie : bref, tout ce que travaille à détruire la gauche, imprégnée consciemment ou non de la vieille haine de la gnose pour tout cela.

Expression de l’enracinement de la France dans son passé chrétien encore bien vivant, la Manif pour Tous a été une contestation d’ordre anthropologique et civilisationnel. Or, les choses ont évolué depuis 2013, puisque cette protestation civilisationnelle a donné naissance à un mouvement politique qui manifeste le grand retour de la droite catholique. Mouvement politique issu de la Manif pour Tous, Sens commun a joué un rôle décisif dans la victoire de François Fillon à la primaire, ainsi que dans le succès du grand rassemblement du Trocadéro.

Quel regard peut-on porter sur le potentiel du positionnement actuel de François Fillon vis-à-vis de l'électorat catholique en lien avec la Manif pour tous ? Jusqu'où le "populisme chrétien" pourrait-il emmener le candidat LR pour la présidentielle ?

L’électorat catholique en lien avec la Manif pour tous possède beaucoup de dynamisme et de détermination, si bien qu’il peut assurément propulser très haut le candidat LR. L’effet d’entraînement de la droite catholique est le grand atout de François Fillon. Peut-il le conduire au second tour de l’élection présidentielle ? C’est possible. En tout cas, il ne peut pas, à lui seul, le mener à l’Élysée. Candidat porté par un mouvement politique et un électorat anti-système, François Fillon, qui suscite des réticences chez l’élément centriste de son propre parti, ne peut espérer gagner l’élection présidentielle sans l’appoint d’un autre électorat anti-système.    

Présent au second tour de l’élection présidentielle, François Fillon ne pourrait espérer l’emporter que grâce au report d’une importante partie de l’électorat de Marine Le Pen, de même que, présente au second tour de l’élection présidentielle, Marine Le Pen ne pourrait espérer l’emporter que grâce au report d’une bonne partie de l’électorat de François Fillon.

François Fillon a la responsabilité historique de prendre conscience que la pire des choses qui puisse arriver à la France serait une nouvelle reconduction au pouvoir d’une gauche qui tue notre pays à petit feu. Il doit avoir conscience que le seul vrai danger pour la France, c’est la gauche. Par-delà sa nécessaire et légitime volonté de gagner l’élection présidentielle, il y a, pour François Fillon, un impératif supérieur qui est d’empêcher le principal candidat de gauche, c’est-à-dire Emmanuel Macron, de la gagner.

Et, pour les législatives qui vont suivre, il lui faut rejeter la perspective de conclure avec la gauche, au nom d’un emploi incantatoire et imbécilisant du terme "républicain", un nouveau pacte aboutissant à une surreprésentation parlementaire de la gauche au regard de son audience réelle, et à priver injustement un tiers des électeurs de représentants au Parlement, ce qui fait d’eux des citoyens zombies.

Dans une tribune du Figaro, Chantal Delsol avait salué en François Fillon le retour d’une droite vraiment à droite. Eh bien, une droite vraiment à droite n’a pas d’ennemi à droite.

L'un des derniers baromètres Ifop pour Atlantico a révélé que seulement 37% des catholiques pratiquants envisagaient encore de voter pour François Fillon alors qu'ils étaient prêts d' 1 sur 2 en janvier (voir ici). Dans quelle mesure le PénélopeGate pourrait-il mettre à mal le positionnement actuel de François Fillon à l'égard de la France catholique ? 

On doit se souvenir qu’en politique, il est de bonne guerre de détourner des procédures judiciaires pour mettre un gêneur à l’écart pendant le temps nécessaire pour mener à bien sa petite affaire. Au printemps de 1792, le parti girondin a obtenu de la Législative la mise en accusation devant la Haute Cour du ministre des Affaires étrangères qui l’empêchait de faire déclarer la guerre. Les Girondins disaient dans les couloirs de l’Assemblée : "Nous savons bien qu’il est innocent, mais nous avons besoin de nous débarrasser de lui pour quelques mois."

C’est la même chose avec le PénélopeGate. Ancien rapporteur général du budget à l’Assemblée nationale, Philippe Auberger considère que, sur la base des faits connus, la justice ne dispose d’aucun moyen juridique pour mettre en examen M. ou Mme Fillon. Et Marc Rousset observe ironiquement sur Boulevard Voltaire que le député François Fillon n’a pas davantage disposé de l’argent des contribuables "que ses nombreux confrères socialistes ayant engagé leur maîtresse en lieu et place de leur épouse". Cette affaire dérisoire, artificiellement gonflée par le pouvoir socialiste, est le prétexte du lynchage politico-médiatique d’un candidat dont la gauche veut se débarrasser à tout prix dans les mois à venir.

Après que Nicolas Sarkozy, reçu au Vatican, eût expliqué au pape qu’il ne fallait pas comprendre la laïcité comme une hostilité envers la religion mais comme une simple neutralité, les grands maîtres de toutes les obédiences maçonniques ont déboulé à l’Elysée revêtus de leurs insignes liturgiques pour dénoncer, rappelle Philippe Nemo dans La France aveuglée par le socialisme, une entorse à la laïcité républicaine. Le vrai ressort du PénélopeGate est, sans doute, d’empêcher que la résurgence de la droite catholique ne permette l’élection d’un président de la République ouvertement catholique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 13/03/2017 - 21:38
Ou l'art de parler pour ne rien dire
Pauvre Fillon les catholiques pratiquants voulant voter pour lui sont passés de 50% en janvier à 37% aujourd'hui. 37% c'est précis mais 37% de combien? Il semble que l'on estime à 3 millions les pratiquants réguliers et 10 millions les pratiquants occasionnels bien que ces chiffres semblent obtenus par sondage et donc sujets à caution. Alors on parle de quoi ? De rien. Du vent. (non pas que les catholiques pratiquants soient du vent mais des pourcentages de masses indéterminées n'ont pas de sens).
Paulquiroulenamassepasmousse
- 13/03/2017 - 18:57
Pléonasme ......
Catholicisme et Populisme est un pléonasme, au même titre que Marxisme et Populisme.....Il est vrai que le catholicisme est une religion magnifique puisqu'on peut facilement racheter ses péchés.....!..bien qu'il n'existe plus "d'indulgences", il suffit d'aller à confesse, et hop on est tout propre.... C'est quand même plus fortiche que "demain on rase gratis".
Mais il est vrai que le Marxisme a sacrément amélioré le système, en inventant l'irresponsabilité totale, puisque l'homme est bon par nature(j.j.Rousseau) et c'est la société qui le pervertit (K.Marx) il n'a donc même pas à s'excuser quand il fait une saloperie....le pied!!
Ça c'est de la religion, les autres peuvent aller se faire voir....et c'est pour ça qu'il y a beaucoup de Cathos de gauche, ils cherchent à s'améliorer !!!!!
Flamel
- 13/03/2017 - 13:15
La tarte à la crème à l'encens
Comme beaucoup de commentateurs ci-dessus, je soutiens Fillon et suis un athée convaincu. Je suis aussi favorable au Mariage pour tous ...comme d'ailleurs maintenant deux tiers des Français, d'après un sondage de septembre dernier. Bien sûr, j'ai des racines d'éducation catholique dans mon enfance, que je ne renie pas, bien au contraire. Cela fait partie de notre patrimoine français commun. Et François Fillon me convient, dans la mesure où il a clairement dit que ses convictions religieuses resteraient de l'ordre du privé. Ce sont en général les ennemis de Fillon qui le caricaturent en en faisant "une grenouille de bénitier", sachant bien que cela peut irriter une large partie de l'électorat. Le soutien des cathos de province est peut-être un atout pour constituer un socle électoral, mais cela ne peut aller au-delà et même devenir contre-productif si cela devenait une stratégie électorale.
Les discours de Fillon ne transpirent aucunement la religion, c'est à noter. On ne peut en dire autant d'ailleurs de ceux du télévangéliste Macron, qui parle sans cesse à "ses frères et ses soeurs" ou à "ses amis"...