En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 14 min 1 sec
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 26 min 52 sec
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 47 min 50 sec
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 1 heure 6 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Monde de demain : les bienfaits de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé

il y a 1 heure 21 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 18 heures 11 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 19 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 21 heures 19 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 21 min 15 sec
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 33 min 24 sec
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 56 min 18 sec
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 1 heure 21 min
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 17 heures 39 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 18 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 21 heures 16 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 21 heures 28 min
Le quotidien d'un juge

Des adolescents agressent un couple à coup de batte de base-ball pour un butin de... 70 euros

Publié le 04 mars 2012
Sophie Endelys, magistrate, dévoile le quotidien de son corps de métier dans "Salles des pas perdus", une compilation d'anecdotes difficiles et insolites (Extrait 1/2).
Sophie Endelys
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Endelys a commencé sa carrière de magistrat en tant  que substitut du procureur de la République à Béthune, puis à Paris. Elle a exercé quelque temps au ministère de la Justice avant un retour en juridiction. Depuis, elle a choisi d'exercer ses...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Endelys, magistrate, dévoile le quotidien de son corps de métier dans "Salles des pas perdus", une compilation d'anecdotes difficiles et insolites (Extrait 1/2).

Juger est un métier, pas une affaire de sentiments. D’un ton grave, le magistrat lit la déposition d’une des victimes. Il ne veut rien exprimer de lui-même. Les émotions ne sont pas de mise. Sa carapace est solide.

«Ils sont entrés par le portail de derrière. Je n’ai rien entendu je regardais les informations à la télé. On annonçait des morts en Irak. J’étais seule dans le salon, mon mari était sorti acheter des cigarettes. Notre fille âgée de quatre ans dormait dans sa chambre. À un moment, j’ai réagi à cause d’un bruit. Je me suis dit que c’était mon époux.

«— Tu as fait vite ! J’ai lancé avant de tourner la tête.

«Ils étaient là, sur le seuil. Deux silhouettes cagoulées avec un bas pour cacher leur visage. Le premier tenait une sorte de bâton. J’ai reconnu la batte de base-ball qui est entreposée dans le garage. C’est un souvenir de nos dernières vacances quand nous sommes allés aux États-Unis. L’autre portait un extincteur. Ils étaient tous deux vêtus de noir. Celui qui avait l’extincteur en a versé le contenu sur moi, j’ai aussitôt été aveuglée, tandis que dans mon dos, je recevais un coup violent. J’ai dû m’évanouir un moment, car j’ai l’impression de ne rien avoir entendu. Quand j’ai repris mes esprits, j’ai surpris le bruit du claquement de la porte. J’ai immédiatement pensé à mon mari que j’ai voulu avertir. Le plus grand des agresseurs m’a alors envoyé un coup de pied dans la tempe.

«Mon époux a lancé soudain :

«— Pourquoi laisses-tu la porte du salon ouverte ? Tu sais que...

«Je n’ai pas entendu la suite. Je pense qu’il voulait dire que lorsque la porte reste entrebâillée, la chaleur part dans l’escalier. Nous essayons de faire des économies de chauffage. Mon mari est fonctionnaire, il travaille pour l’université et moi je suis employée à mi-temps à la bibliothèque. Je m’occupe de ma fille qui a des problèmes de santé. Elle est asthmatique ce qui réclame beaucoup de soin et de présence.

«Quand ils ont vu mon mari, ils l’ont bousculé, jeté à terre et roué de coups. À un moment il a voulu s’échapper, mais le plus grand l’a rattrapé dans l’escalier au niveau des premières marches. L’individu qui avait des bottes a posé son pied sur la tête et a appuyé. Il y a sur la joue de mon époux la trace de la semelle. C’est alors que mon mari a eu son malaise. L’homme est retourné au salon. Il m’a demandé où je rangeais mon sac et ma carte bleue. J’ai voulu finasser et bêtement  j’ai répondu :

«— Dans la cuisine au-dessus de l’évier.

Je pensais gagner du temps. Le plus jeune – je dis le plus jeune, car il avait une voix moins grave et il était plus petit de taille – est revenu en criant.

«— Y a rien!

«Il semblait très excité, un peu fou, ingérable. Comme il était dangereux de résister, j’ai murmuré “Il est là” et j’ai fait un signe pour montrer mon sac derrière la commode. C’est alors que l’excité s’est approché. J’avais une écharpe de laine. C’est plutôt un châle que je mets sur mes épaules quand je suis assise sur le canapé. Il l’a utilisé comme une ceinture autour de mon cou tandis que le plus grand me giflait. Ils voulaient le code de la carte bleue, et je leur ai donné. Le bon, tout de suite.

«Le plus jeune est alors sorti tandis que le plus grand restait à côté de moi. De loin je voyais mon mari allongé dans l’escalier, il ne bougeait toujours pas. Je me suis affolée, et j’ai crié :

«— Vous l’avez tué ! Pourquoi? On ne vous a rien fait.

«L’homme qui tenait la batte de base-ball a haussé les épaules. J’ai senti qu’il était inquiet par la tournure des événements. […]

 «C’est à cet instant que j’ai perçu des bruits de pas au-dessus de ma tête. J’ai aussitôt pensé à ma fille. Depuis peu elle dort dans un lit sans barrière de sécurité et j’ai peur qu’elle ne tombe.

«L’homme lui aussi a entendu le bruit. Il m’a regardée et j’ai vu le moment où il allait monter. Là, je vous promets que j’ai prié. J’ai prié comme jamais je n’avais prié. Et mon mari qui restait immobile ! Dans un dernier élan, j’ai encore parlé d’amour et de pardon. Je savais que ça ne servait à rien, mais je ne pouvais pas m’en empêcher. Je répétais, “on se calme”, “on se calme”. Au-dessus de nous, le bruit a cessé, puis une sorte de grincements a repris. J’ai reconnu la serrure de la porte du garage. Des pas ont résonné et le plus jeune qui était parti avec ma carte est entré. Il a expliqué qu’il était allé au distributeur et que c’était OK.

«— C’est bon, on se casse, a répliqué l’autre en me plantant la batte de base-ball dans le ventre. En repassant devant le corps de mon époux, je l’ai vu donner un dernier coup de botte. Dès que j’ai entendu claquer la portière d’une voiture, je me suis levée et j’ai appelé la police. Nous avons été hospitalisés. Le certificat médical établit une ITT(1) de quarante jours pour moi et de plus de trois mois pour mon mari qui a eu un traumatisme crânien.»

Le président a fini sa lecture.

Tout ça pour quoi ? demande-t-il aux deux prévenus qui, sans cagoule, sans bâton et devant la barre du tribunal, n’en mènent pas large. L’un d’eux a encore de l’acné juvénile sur les joues. Le plus grand baisse la tête. Pour un peu, il se balancerait d’une jambe sur l’autre. Comme un gamin.

— Alors? Combien ça vous a rapporté votre escapade ?

Toujours le même silence.

— Si j’en crois le relevé bancaire, reprend le magistrat. Soixante-dix euros. Qu’avez-vous à nous expliquer pour soixante-dix euros que l’on puisse comprendre ?


(1). ITT : incapacité totale de travail

________________________

Extrait de Salles des pas perdus - Plon (9 février 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 05/03/2012 - 21:42
Heureusement Super flamby arrive au secours du Base-ball!....
Il vient de décider qu'à partir d'un revenu de 100.000 euros par an, les jeunes et les moins jeunes pouvaient taper... sauf sur les chanteurs, les joueurs de foot (et de base-ball) et les milliardaires qui ont contribué à la campagne Socialo, car faut pas exagérer quand même..
Le Hollandais
- 05/03/2012 - 16:41
Perso, ce qui me choque c'est
Perso, ce qui me choque c'est la question du juge : "Tout ça pour quoi ?"

Comme si il éxistait un seuil au-dessus duquel c'est compréhensible de taper sur quelqu'un...
Deckard
- 05/03/2012 - 07:20
Au dela de l'émotion bien
Au dela de l'émotion bien naturelle qui vient après la lecture de cet article, moi ce que je voudrais savoir, c'est combien ont pris ces crevures ?