En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France

05.

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

06.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

07.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 16 min 40 sec
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 26 min 18 sec
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 44 min 44 sec
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 1 heure 19 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 1 heure 59 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 2 heures 23 min
light > Santé
Santé
Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 2 heures 59 min
décryptage > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

5G, vaccins, alimentation... Pourquoi une partie de la France ne croit plus ni au progrès, ni à l’intelligence du bon sens ?

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Société
Mais qui sont ces hommes qu’un nombril déchaîne(rait) ?

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

il y a 4 heures 4 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 22 min 59 sec
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 33 min 29 sec
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 1 heure 7 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 1 heure 52 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 2 heures 1 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 2 heures 31 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 3 heures 1 min
pépites > Media
Unis
Appel d'une centaine de médias, pour la liberté d'expression
il y a 3 heures 29 min
décryptage > France
Société française

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

il y a 3 heures 45 min
pépites > Justice
"Dépression sévère"
Julian Assange serait confronté à des tendances suicidaires suite à son emprisonnement
il y a 18 heures 15 min
© Reuters
© Reuters
Contre-courant

Jean-Christophe Fromantin : "Contrairement à ce qui est dit, je ne suis pas sûr que ce soient les électeurs du centre droit qui se sont détournés de François Fillon, il s'agit surtout des ténors du parti"

Publié le 09 mars 2017
Alors que l'UDI de Jean-Christophe Lagarde s'est illustrée par une étrange volte-face, Jean-Christophe Fromantin a tenu à assurer à la droite qu'elle avait encore un important soutien au centre.
Jean-Christophe Fromantin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Christophe Fromantin est maire de Neuilly depuis 2008, conseiller général des Hauts-de-Seine de mars 2011 à décembre 2012. Il est député de la sixième circonscription des Hauts de Seine depuis le 20 juin 2012. Il préside EXPOFRANCE 2025, l'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'UDI de Jean-Christophe Lagarde s'est illustrée par une étrange volte-face, Jean-Christophe Fromantin a tenu à assurer à la droite qu'elle avait encore un important soutien au centre.

Atlantico : Les différents sondages réalisés à la suite de l'affaire des emplois présumés fictifs de François Fillon montrent que si le noyau dur de la droite reste fidèle à son candidat, les défections viennent plutôt du côté des électeurs du centre-droit. Comment selon vous François Fillon devrait s'adresser à eux pour les reconquérir ? 

Jean-Christophe Fromantin : Au-delà des électeurs de telle ou telle tendance, il me semble que la reconquête de François Fillon se fera d’abord en s’adressant aux Français et en multipliant les initiatives sur le terrain. Car je ne suis pas sûr que les défections dont vous parlez soient plus celles des Français de centre-droit que de tous ceux qui réagissent à l’actualité récente. Ces défections sont davantage celles de quelques ténors l’UDI qui montrent par leurs tergiversations, leur opportunisme et les limites de leur loyauté vis-à-vis du candidat Fillon. Sur le fond, cette composante politique de centre-droit est attachée à quelques principes fondamentaux qui me semblent très compatibles avec le projet de François Fillon. Je pense à la liberté d’entreprendre, au principe de responsabilité des citoyens dans les politiques de solidarité, au rôle central de la famille ou à la décentralisation. Je pense également à l’ambition européenne qui a toujours été au cœur de nos orientations. C’est à nous de mobiliser nos relais et de contribuer sur nos idées pour construire une plate-forme commune de réformes. C’est ce que je fais au travers de l’initiative 577 Pour la France.

Quels points de son programme, de sa personnalité ou de son projet pourraient constituer des avantages par rapport à Emmanuel Macron par exemple ? 

Sur le programme j’en citerai trois : une volonté clairement affichée de s’attaquer à la dépense publique sur un niveau d’économie plus important mais avec une trajectoire plus réaliste ; le projet de passer avec les collectivités locales d’une logique de d’abondement à une logique de contrat pour leur donner davantage de marges de manœuvre dans la conduite des politiques publiques ; un positionnement très clair pour l’Europe sur les enjeux de défense afin d’ouvrir une nouvelle séquence de convergence. Sur la personnalité il y a une différence très claire en termes d’autorité personnelle et de capacité à faire face aux difficultés à venir. Je pense plus particulièrement au contexte géopolitique qui exigera de notre futur Président de la République une expérience et une force de caractère à la hauteur d’interlocuteurs à fort tempérament comme Trump, Poutine ou Erdogan. Et, au-delà de ce que l’on peut penser des affaires en cours, la résistance dont il a fait preuve ces deniers jours démontre une personnalité solide et constante.

Bien que le nombre d'électeurs sûrs de voter pour Emmanuel Macron soit en augmentation, il demeure plus faible que celui de François Fillon, ou encore de Marine Le Pen. Néanmoins, Emmanuel Macron (ou un autre des candidats déclarés) pourrait-il bénéficier de la réserve d’électeurs de centre droit si François Fillon ne les rassure pas ? Comment interprétez-vous cette volatilité potentielle ? 

La volatilité des électeurs est inversement proportionnelle à la cohérence des candidats. Plus un candidat incarne son programme avec une ligne politique claire et assumée, plus il rassure ses électeurs, et plus ceux-ci constitueront un électorat stable. C’est la force de François Fillon – et c’est au motif de cette même cohérence que je ne voyais pas la possibilité d’un plan B –. A l’inverse, l’électorat d’Emmanuel Macron a toutes les raisons de douter : de par le point de départ de son initiative – l’équipe gouvernementale de François Hollande – qui pose un problème de cohérence avec l’indépendance qu’il affiche, mais surtout par l’hétérogénéité de ses partenaires qui trahit davantage l’opportunisme de ceux qui le soutiennent plutôt que l’adhésion à une ligne politique claire. L’autre sujet lié à la stabilité de l’électorat, concerne la mise en perspective d’une majorité parlementaire. Le projet de François Fillon a l’avantage de fédérer les électeurs de la droite et du centre en ce qu’il constitue une plate-forme de projet cohérente. L’approche « ni droite, ni gauche » que revendique Emmanuel Macron aura beaucoup de mal à assurer une majorité parlementaire durable. Elle pourra se construire au cas par cas, sur tel ou tel texte de loi, mais cela créera une instabilité gouvernementale dont la France n’a pas besoin. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 08/03/2017 - 23:13
Merci, M Fromentin
Bravo M. Fromentin, vos idées doivent être partagées, et je m'y emploie avec mes modestes myens!
GRAR
- 08/03/2017 - 22:03
Dissiper l'enfumage
Oui, c'est très lucide et contribue à dissiper l'enfumage auquel nous sommes soumis par une manip si massive qu'on finit bien par la discerner derrière l'écran qu'elle produit. Il n'y a qu'un candidat d'expérience et de solidité, tout le reste est insinuation, manipulation et impostures.
CIORINA
- 08/03/2017 - 21:37
C'est exactement cela, clair, net, précis et lucide.
Je souhaite que les électeurs de la droite et du centre prennent conscience que le projet de François Fillon a été fait avec le concours de la société civile, pour les français, pour relever ce pays dans le bon sens et avec autorité et conviction et surtout sens pragmatique loin des utopies frontistes ou gauchistes. Ce même projet et le candidat avaient été largement plébiscité dans la primaire, alors on est cohérent et on conduit son candidat à la victoire ou on fait preuve de crétinisme et on laisse gagner Macron, c'est a dire le président sortant et son gouvernement car il ne faut pas se tromper, au second tour ce sera la victoire de Macron face a Marine Le Pen.