En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 12 min 39 sec
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 2 heures 13 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 3 heures 43 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 3 heures 55 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 5 heures 29 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 5 heures 44 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 6 heures 4 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 6 heures 45 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 8 heures 2 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 1 heure 40 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 2 heures 25 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 3 heures 54 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 4 heures 26 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 5 heures 33 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 5 heures 57 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 6 heures 26 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 6 heures 36 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir la Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 7 heures 10 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 8 heures 36 min
Trocadéro

Le jour où François Fillon a réussi à rebattre les cartes (et où François Baroin a gagné sa journée...)

Publié le 06 mars 2017
Il faut toujours regarder la photo...celle de François Fillon entouré de ses soutiens sur le parvis du Trocadéro est éloquente et porteuse d'indices pour la suite des événements.
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il faut toujours regarder la photo...celle de François Fillon entouré de ses soutiens sur le parvis du Trocadéro est éloquente et porteuse d'indices pour la suite des événements.

l faut toujours regarder la photo... celle de François Fillon entouré de ses soutiens sur le parvis du Trocadéro est éloquente et porteuse d'indices pour la suite des évènements. Y figurent bien entendu ceux, célèbres, et ceux qui le sont moins, qui n'ont jamais douté de leur champion : Bruno Retailleau, Valérie Boyer, Philippe Houillon, Camille de Roca Serra, Gérard Longuet. Pas un juppéiste : ils ont quitté le navire de la campagne Fillon. Pas Xavier Bertrand, le président de la région Hauts de France, ni Valérie Pécresse, la présidente de l'Ile de France, pourtant aux cotés de François Fillon mercredi dernier. On cherche en vain Gérard Larcher, le président du Sénat : il n'a pas rompu avec François Fillon mais est à la recherche d'un plan B, pour l'heure, introuvable... En revanche les sarkozystes occupent le terrain : Luc Chatel et Eric Ciotti, qui collent aux semelles du candidat, ainsi que Philippe Goujon, Damien Abad. Et puis il y a François Baroin ; le sénateur maire de Troyes, président de l'Association des Maires de France, ex-futur Premier Ministre de Nicolas Sarkozy était positionné juste derrière François Fillon. Ce groupe compact avait les yeux rivés sur la foule munie de drapeaux tricolores venue soutenir le candidat, en scandant : " François tiens bon, la France est derrière toi". Même s'il n'y a pas eu "multiplication des pains", au point de l'évaluer à 200.000 personnes, la mobilisation est importante. Tout le monde le sait. Ce meeting a valeur de test. Et le discours de François Fillon est prudent: il reconnait ses erreurs, celle "d'avoir demandé à son épouse de travailler pour lui" , et celle de ne pas savoir comment parler de cette erreur. Il fustige "la désertion assumée sans honte et sans orgueil" de ses anciens coéquipiers et il prend l'assistance à témoin : "Laisserez-vous les intérêts de factions et de carrière et les arrière-pensées de tous ordres l'emporter sur la grandeur et la cohérence d'un projet adopté par plus de quatre millions d'électeurs?", mais il laisse le jeu ouvert : "Je continuerai à dire à mes amis politiques que ce choix à la fois leur appartient et ne leur appartient pas". Autrement dit : "vous pouvez tenter de me remplacer, mais c'est pour mon projet, mon programme que les électeurs de la primaire ont voté et pas pour celui d'Alain Juppé". Cependant François Fillon ne prononce aucune phrase définitive à l'image de "je ne me retirerai pas, je ne cèderai pas", entendue mercredi dernier. Tout reste ouvert. Un bain de foule et une réflexion plus tard, le voilà sur le plateau de France 2. François Fillon apparait détendu ; aucun marque de crispation sur son visage.Il rembarre sèchement cette initiative des trois présidents de région qui veulent lui offrir une "sortie respectueuse", obligeant Valérie Pécresse à revenir sur ses propos dans un twitt quelques minutes plus tard où elle écrit :" nous défendrons coûte que coûte le projet de François Fillon car c'est lui qu'il faut à la France". 


Le projet oui , mais l'homme? Quant au comité politique de LR qui se réunit aujourd'hui, Fillon rappelle que c'est lui qui l'a créé au lendemain de la primaire et prévient : " Personne ne peut m'empêcher d'être candidat. J'ai déjà 1500 parrainages" ( ndlr, soir le triple du nombre requis). Il brandit la menace d'un " hold up démocratique", affirme qu'il n'est pas "autiste" et se déclare ouvert à la discussion". Que pèsent alors les tractations de coulisses qui aboutiraient à une candidature d'Alain Juppé, lequel ferait un ticket avec François Baroin, voire à l'idée toujours caressée par certains sarkozystes d'une candidature Baroin tout court? De Bordeaux Alain Juppé doit se poser la question, puisqu'il fait savoir dans la soirée qu'il fera une déclaration ce lundi matin. Quelle que soit la décision du maire de Bordeaux, les dirigeants de droite devront résoudre l'équation suivante :

- ne pas décevoir l' électorat de droite qui réclame dans sa grande majorité le programme de rupture de François Fillon, et qui rejette une candidature d'Alain Juppé , jugé " trop à gauche"; pour empêcher cet électorat de se tourner vers Marine Le Pen, il n'y a qu'une solution, la formation d'un " ticket avec François Baroin , caution sarkozyste, qui reprendrait les grandes lignes du programme de François Fillon, qui serait de nature à éviter une hémorragie en direction du Front National.

- donner satisfaction à l'électorat de sensibilité centriste (-certes minoritaire mais dont l'appoint est indispensable pour constituer une majorité), qui se détourne aujourd'hui de François Fillon et lorgne du coté d'Emmanuel Macron. Pour cet électorat, la présence de François Baroin, auréolé de son passé chiraquien, serait également une hypothèse envisageable. Le maire de Troyes apparait donc incontournable, quel que soit le cas de figure, surtout si François Fillon reste en lice.

Mais le temps presse, et personne n'a les moyens d'empêcher François Fillon d'être candidat. Le candidat baisse dans les sondages. Il clame son innocence et les défections continuent dans son camp. Hier ce sont trente élus de l'Est qui ont appelé François Fillon à" prendre une décision forte ne tenant compte que du seul destin de la France". Mais la solution juridique n'existe pas. En attendant la sortie du tunnel on ne peut faire qu'un constat : la droite en est revenue à la situation dans laquelle elle se serait trouvée avant l'organisation de primaires. Un peu comme si celles-ci n'avaient jamais existé.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (36)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
SOMUA
- 08/03/2017 - 12:12
pas granc chose à voir Josy
@ josy49
Hamon à été mis en examen pour injure envers un candidat adverse le traitant d'escroc.
Est-ce comparable avec l'affaire Fillon ?
vinel
- 08/03/2017 - 07:27
M.Ganescha
Vos commentaires haineux et pitoyables ne font pas avancer le débat .essayez d'avancer des idées plutôt que d'éructer vos casseroles insoumises qui ne trompent personne.
Flamel
- 07/03/2017 - 14:10
Girouettes Awards 2017
Je propose la création des Girouettes Awards de la politique française. J'espère qu'un site proposera des noms et des citations des meilleures phrases, et que les électeurs pourront voter.
En ce qui me concerne, j'adresse la Girouette Awards d'or à Valérie Pécresse, qui a réussi en moins de six mois à trahir Fillon deux fois et se rallier à lui 3 fois...
Mais attendons jusqu'au 15 mars : si François Fillon est effectivement inculpé, peut-être l'abandonnera-t-elle encore ?