En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 8 min 56 sec
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 2 heures 50 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 4 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 5 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 6 heures 17 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 7 heures 16 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 12 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 9 heures 26 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 10 heures 31 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 2 heures 30 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 3 heures 36 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 5 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 6 heures 7 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 6 heures 29 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 7 heures 41 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 9 heures 6 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 9 heures 57 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 10 heures 17 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 11 heures 3 min
© News-Assurance
© News-Assurance
Dictature

Avenir du RSI : présidentielle ou pas, la technostructure a déjà décidé

Publié le 06 mars 2017
Les conclusions du comité de suivi du régime social des indépendants, publiées fin février, illustrent la manière dont la technostructure s'y prend pour imposer son diktat au peuple.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les conclusions du comité de suivi du régime social des indépendants, publiées fin février, illustrent la manière dont la technostructure s'y prend pour imposer son diktat au peuple.

Le RSI donne un parfait exemple du mode opératoire suivi par la technostructure pour imposer son diktat au peuple. Les conclusions du comité de suivi du régime social des indépendants, fin février, permettent de reconstituer la méthode par le menu.

Comment le RSI a été imposé par la technostructure

Rappelons d’abord quelques vérités premières pour mieux éclairer ce qui suit. En 1946, le législateur avait prévu d’étendre la “sécurité sociale universelle” aux travailleurs indépendants, mais en continuant à en exclure les régimes spéciaux (notamment ceux de la SNCF ou de la RATP qui prétendaient être les principaux acteurs de la Libération) et les fonctionnaires. On notera au passage que ceux qui ont toujours été exclus de la sécurité sociale en sont aujourd’hui les principaux défenseurs.

Bref, en 1947, la révolte des professions libérales et indépendantes fait avorter le projet gouvernemental d’intégration de ces catégories au régime général de la sécurité sociale.

Commence alors un combat de près de 60 ans où la technostructure cherche à prendre sa revanche. Elle l’obtient en 2005 avec la création en urgence, par les conseillers d’Etat et ministres Bas et Dutreil (aujourd’hui soutien d’Emmanuel Macron) du régime social des indépendants (RSI). Bien entendu sans consultation des populations concernées.

Comment l’absorption du RSI par le régime général est une obsession de la technostructure

On le sait, la création d’un régime spécifique de sécurité sociale pour les indépendants est un pis-aller. L’intention fondamentale de la technostructure est de dissoudre ce régime spécifique au sein du régime général, tout en gardant un traitement de faveur pour les fonctionnaires. Ainsi sera parachevée la grande oeuvre aristocratique du jardin à la française, où les hauts fonctionnaires pourront, forts de leurs privilèges, déambuler altièrement dans les allées d’une société mise au carré sous couvert de protection sociale.

Il faut donc comprendre ici que les dysfonctionnements du RSI sont un levier permanent pour forcer ce régime à évoluer vers un rapprochement toujours plus grand avec le régime général.

La fabrique du mensonge

Pour emballer cette manipulation, la technostructure mobilise un arsenal dont l’analyse est utile pour comprendre comment, depuis plusieurs décennies, la réaction nobiliaire opère pour justifier publiquement sa prise de pouvoir et ses décisions unilatérales. La méthode est en effet consommée, rebattue, professionnalisée. Elle s’apparente à une fabrique du mensonge.

Leçon n°1: renverser les valeurs et les discours

Pour parvenir à justifier auprès de l’opinion publique le contraire de ce qu’elle veut, il faut toujours commencer par renverser les valeurs, comme l’Union soviétique le faisait très bien en se présentant comme populaire et démocratique.

Dans le cas du RSI, l’opération est un cas d’école. Bien entendu qu’une protection sociale libre serait plus avantageuse pour les indépendants qu’une protection sociale obligatoire et organisée par l’Etat. Cet avantage s’explique simplement: les indépendants sont moins malades que les salariés (parce que leur chiffre d’affaires dépend de leur présence) et partent plus tard à la retraite. En outre, les dysfonctionnements du RSI sont tels que l'assujettissement au régime est une plaie.

Pour justifier cette forfaiture, la technostructure renverse donc les valeurs et les discours. Elle veut mettre les indépendants au pas et prendre sa revanche sur 1946, mais elle explique qu’elle veut mieux protéger et diminuer la précarité. Si nous vous plaçons dans l’inconfort anxiogène du RSI, c’est pour votre bien.

Le renversement des valeurs et des discours, c’est la base du mensonge officiel.

Leçon n°2: mettre en place un comité théodule d’experts

Comme les dysfonctionnements du RSI sont criants et source de contestation bouillonnante, la technostructure utilise une autre ficelle: l’habillage de la forfaiture par un comité de suivi aux ordres. La recette est simple: au lieu d’apparaître en ligne directe, le gouvernement se cache derrière un comité d’experts qui est chargé de valider les décisions officielles en expliquant qu’elles sont les seules qui tiennent la route.

Officiellement, ce comité accorde une place (non précisée) aux cotisants. Bien entendu, dans la pratique, tout est organisé pour que ses délibérations soient opaques et débouchent sur ce que l’on veut, à savoir une validation des propositions officielles. L’enjeu est ici de permettre à la technostructure de répéter en boucle qu’elle consulte de façon sérieuse, loin des polémiques stériles, les parties prenantes au débat et qu’elles sont toutes d’accord sur les mesures proposées par le pouvoir.

Cette musique est vieille comme le monde. Il est simplement étonnant que cette technique de propagande soit utilisée en France sans susciter de protestations, ni de ricanements.

Leçon n°3: dire le contraire de ce qui est vrai

Régulièrement, le comité théodule est donc chargé de dire sans rire le contraire de la vérité. Sa séance de fin février n’a pas échappé à la règle. Voici quelques-unes de ces contre-vérités proférées en application des instructions officielles :

Le comité de suivi a ensuite pris connaissance de l’avancement dans la mise en œuvre des 20 mesures pour les assurés du RSI annoncées par Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, et Christian Eckert, secrétaire d’Etat chargé du budget et des comptes publics, en juin 2015. La tendance positive qui se dégageait des échanges tenus lors des précédentes réunions du comité se confirme, de nouvelles actions ayant été menées à terme. (…)

Les résultats de l’enquête annuelle de satisfaction indépendante réalisée par Médiamétrie ont été présentés au Comité. Cette enquête montre sur plusieurs points précis des améliorations ressenties par les usagers, même si le niveau de satisfaction global ne progresse pas. Une majorité des assurés (54%) du RSI reste satisfaite du fonctionnement du régime.

La ficelle propagandiste est toujours la même depuis les plus belles heures du régime stalinien. Le comité de suivi évalue les mesures prises par le gouvernement, et il dit qu’elles marchent bien. D’ailleurs “de nouvelles actions” font leurs preuves. Et puis il y a un sondage d’opinion qui montre que “sur plusieurs points précis” (ah bon! lesquels ? la nouvelle couleur des formulaires?) ça va mieux. Bon, on ne poussera pas le mensonge jusqu’à dire que tout va mieux, puisque le niveau de satisfaction global ne progresse pas ! Mais c’est pas parce que le niveau ne progresse pas qu’on peut dire que ça ne va pas mieux, bien au contraire.

D’ailleurs, 54% des cotisants sont satisfaits. Un taux qui vaudrait un licenciement immédiat à un directeur général dans le secteur privé, mais qui est jugé satisfaisant dans le public.

Bref, on ment, et on le proclame.

L’avenir du RSI est déjà arbitré

Il ne faut donc pas être grand clerc pour comprendre que l’absorption du RSI par le régime général est arbitrée. C’est juste une question de temps et de préparation de l’emballage.

 

Cet article est également consultable sur Décider et entreprendre

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 07/03/2017 - 10:43
@artesan
Sauf erreur de ma part, vous pouvez très bien vous faire élire et représenter les cotisants au conseil d'administration du RSI. Vous n'aurez vraisemblablement pas de quoi faire changer les choses, mais si vous êtes suffisamment fouineur, vous trouverez surement de quoi balancer à la presse.
JLH
- 06/03/2017 - 14:21
La Grève (A LIRE D'URGENCE)
Je viens de finir un gros roman fleuve américain de Ayn Rand, titre en anglais "Atlas Shrugged", "Atlas hausse les épaules" traduction française, mais La Grève titre français choisi par l'éditeur.
La technostructure y est parfaitement décrite, y compris les conséquences "romanesques" de son inaction et de sa veulerie. C'est depuis 60 ans un des plus gros tirage aux USA. A lire, tout y est, parfaitement appliqué au cas RSI, et à bien d'autres cas. Mais la technostructure est très souple, elle sait parfaitement s'adapter aux changements de régimes ou de présidents. Les fonctionnaires de Louis 16 ont sauté à pieds joints (sauf quelques courageux) dans le mouvement révolutionnaire, ceux de Nicolas 2 en Russie dans la dictature de Lénine et Staline, Très compliqué de leur dire "vous vous soumettez ou vous vous partez".
Tout çà est très mal partie.
artesan
- 06/03/2017 - 13:48
Où est la presse libre?
Bravo pour cet article, même si sa petite taille nous laisse sur notre faim.. Il y a la un sujet grave et vital pour l'existence des nombreux indépendant assujettis au régime. Comme pour le régime général une partie importante de la richesse créée dans le pays est prélevée et "redistribuée" par ces grandes machines administratives. Comment se fait il que les citoyens soient si peu informés sur le fonctionnement et/ou les dysfonctionnements de ces régimes? Que font les journalistes de la plupart des média (des gds média, bien sûr) pour éclairer honnêtement les citoyens sur ses questions? L'absence d'investigations sérieuses ne démontre t-il pas l'inexistence d'une véritable presse libre dans ce pays?
Des journalistes formatés et/ou aux ordres, alimentés par un système qui les corrompt et les conduits à beaucoup de connivences avec le système technocratique. N'est ce pas cela qui caractérise l'essentiel de la profession. Il est temps que cela change.