En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

02.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

03.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

04.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

05.

Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive

06.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

07.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

05.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

06.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Nihilisme sociétal

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

il y a 22 min 42 sec
décryptage > International
Maison Blanche

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

il y a 1 heure 15 min
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 14 heures 48 min
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 15 heures 50 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 17 heures 45 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 20 heures 10 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 21 heures 2 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 22 heures 58 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 1 jour 19 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Economie
Résilience face au climat

Canicules, inondations et tempêtes : la vulnérabilité humaine et économique diminue avec les années

il y a 59 min 55 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 14 heures 24 min
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 15 heures 32 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 17 heures 12 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 19 heures 19 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 20 heures 46 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 21 heures 53 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 1 jour 1 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 1 jour 47 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

Face à la confusion, les chefs d’entreprise de plus en plus nombreux à dénoncer l’archaïsme du management politique

Publié le 06 mars 2017
Les chefs d’entreprise sont de plus en plus résignés. Pour beaucoup, la pagaille qui domine la présidentielle appelle à une rénovation du management politique.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les chefs d’entreprise sont de plus en plus résignés. Pour beaucoup, la pagaille qui domine la présidentielle appelle à une rénovation du management politique.

"Ce qui est en cause, ce ne sont pas les institutions ou la démocratie, ce sont les pratiques de management politique. Les hommes politiques sont étouffés par leur ego surdimensionné, leurs pseudo-convictions qui ne sont que des alibis faciles pour justifier la défense de leurs intérêts personnels. La politique est un métier difficile, mais exercé par des incompétents. La crise actuelle ne traduit pas une crise des institutions, mais des pratiques politiques. Le management politique est exercé par des amateurs. Les responsables ne sont pas au niveau".

Ce patron du Cac 40 ne mâche pas ses mots et rejoint l’opinion de plus en plus de chefs d’entreprise qui déplorent les erreurs, et finalement, l’incompétence des politiques à gérer des grands nombres.

"Le PDG d’une grande entreprise ne tiendrait pas six mois en accumulant autant d’erreurs". 

Les chefs d’entreprise considèrent, en fait, que dans l’absolu, il n’y a pas de grande différence entre la position d’un chef d’entreprise et celle d’un homme politique. L’essence du pouvoir est certes différente - les politiques sont élus par le suffrage universel, alors que le chef d’entreprise est nommé (par des actionnaires) - mais est-ce que les choses sont aussi simples ?  Pas sûr. Beaucoup de chefs d’entreprise n’existent que parce que leurs clients, leurs actionnaires et leurs salariés le veulent. Beaucoup expliquent que si les actionnaires les lâchent, ils doivent partir. Si les clients passent à la concurrence, ils ne tiendront pas longtemps, et si les personnels ne supportent pas les directions, ce sont les directions qui seront menacées. Ne parlons pas de l’écosystème de l’entreprise qui, lui aussi, doit accepter l’entreprise et ses méthodes.

L’entreprise doit donc marier et gérer plusieurs projets à la fois. Un projet économique et financier, un projet social, et un projet environnemental. Ces trois projets sont liés, interdépendants, complémentaires.

Sous cet angle, les chefs d’entreprises sont de plus en plus nombreux à ne pas comprendre que des responsables politiques soient aussi maladroits dans la gestion de la politique. Et si on résume ces analyses, le monde des affaires fait trois séries de procès :

1) Les politiques ne sont pas armés pour connaître et appréhender les tendances lourdes de l’opinion. Les hommes politiques s’appuient sur les sondages traditionnels, ils font une analyse rapide des commentaires qui sortent sur les réseaux sociaux, et ils se fient à leurs réseaux qui reproduisent en boucle leurs propres certitudes. C’est vrai à droite comme à gauche. La culture de l’innovation, des transgressions, a assez peu de place dans la passion politique qui consiste principalement à conquérir des positions de pouvoir, donc à rassembler des supporters. Du coté de l’entreprise, il y a bien longtemps qu‘on ne se fie plus aux sondages quantitatifs représentatifs des avis du marché, de l’humeur des actionnaires ou du climat social. Les études sont beaucoup plus qualitatives, beaucoup plus sophistiquées.

Les sondages montrent, élection après élection, qu’ils se trompent. Toutes les méthodes traditionnelles de mesure des opinions sont aujourd’hui supplantées par des analyses qui mesurent et prévoient les tendances lourdes de l’opinion. La société canadienne Filteris est devenue championne du monde dans ce type d’exercice. Filteris (mais il y en a d’autres désormais) glane le maximum de données sur les réseaux sociaux. Créée en 2002 au Canada, elle a mis au point des algorithmes qui permettent de définir l’identité et l’image d’une institution, d’une grande entreprise, et Filteris travaille pour la banque, les sociétés d’assurance, la plupart des grandes entreprises de la grande consommation. Depuis qu’elle a travaillé pour Justin Trudeau au Canada, elle travaille pour les hommes politiques et les partis. C’est de cette façon que, contre toute attente, et contre tous les sondages, Filteris avait deviné et annoncé la victoire du Brexit, de Trump. En France, les experts de Filteris avaient annoncé l’échec de Nicolas Sarkozy à la primaire et la victoire de François Fillon.   

2) Les responsables politiques français n’ont pas la culture des faits, des chiffres et de la réalité. Les responsables politiques, par formation et éducation, s’appuient principalement sur leurs convictions (c’est bien), sur leur ambition ou celle qu’ils prêtent à leurs amis proches, sur la lecture qu‘ils font de la demande politique, sur ce qui les protège. Ils ne prennent pas en compte les faits, les chiffres, les mutations qui ne dépendent pas de nous, mais qui s’imposent à tout le monde. La mondialisation s‘impose à tous, le progrès technologique s’impose, les risques de la pollution s’imposent. Plutôt que d’être en permanence dans le déni, mieux vaut prendre en compte ces facteurs incontournables pour les assumer et s’y adapter.

A droite comme à gauche, les hommes politiques se targuent d’avoir une offre politique cohérente qui correspond à leur idéologie, à leur conviction ou à leur tradition, mais ils expliquent aussi la légitimité de cette offre en essayant de prouver qu’elle répond à la demande de l’opinion. Jamais les hommes politiques expliqueront qu’ils doivent faire face à des mutations sur lesquelles ils n’ont pas de prise et auxquelles ils doivent s’adapter. Plutôt que de faire cette pédagogie, ils préfèrent dénoncer les boucs émissaires. Ce qui mène nulle part.

Le chef d’entreprise a un comportement politique beaucoup plus simple. Il fait une offre de produit, de rendements financiers ou de salaire, en expliquant qu‘elle correspond aux conditions d’exploitation. Soit cette offre est acceptée par le client, l’actionnaire et le salarié, soit elle est refusée. Et si elle est refusée, le chef d’entrepris a intérêt à changer son offre ou modifier son modèle économique si c’est possible. La plupart du temps, il part.

3) Les hommes politiques français n’ont pas la culture des résultats. Ils ont la culture des projets, des promesses et des moyens. Mais si les résultats ne sont pas délivrés, ils considèreront que les conditions n’étaient pas réunies et qu’ils n’en sont pas responsables.  Très bien, sauf que l’homme politique a aussi une obligation de résultats. Comme le chef d’entreprise qui fait un programme, une promesse et qui aura des ennuis graves si la promesse n’est pas délivrée. Les sanctions de l’incompétence sont beaucoup plus graves dans le monde des affaires que dans le monde politique français. C’est moins vrai dans le monde anglo-saxon, où les hommes politiques ont aussi une obligation de résultat. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Olivier K.
- 06/03/2017 - 19:26
@Deudeuche
Ca c'est vrai je l'ai vu de l'intérieur, il y a même des concours qui dans lesquels sont démandés des formations que seuls les prépa autorisées peuvent donner!! Celle qui est célèbre est la magouille entre X et une prépa de Versailles! Enfin, moi ça me fait chier des impôts pour financer l'éducations des aristocrates. Les gens n'ont vraiment pas conscience de combien on s'est fait escroquer. En s'imaginant que nous étions les champions des idées tels que l'égalité, la fraternité etc... on a oublié de regarder la réalité, et celle-ci dit que nous sommes l'une des pires nations industrualisées sur ses thématiques: notre plus proche voisin idéoligique, c'est l'Inde hindouiste.
annethi
- 06/03/2017 - 18:28
Le patronat le plus bête du monde veut donner des leçons?
Ce n'est pas le patronat qui va nous donner des leçons de bonne conduite quand on sait que les grosses boites fonctionnent à coup de stagiaires rémunérés au lance pierre et passent leur temps à contourner le droit du travail (CDD à répétition, remplacement d'un CDD par un stagiaire etc). Elles fabriquent des chômeurs et se plaignent d'être obligées de payer des charges exorbitantes. C'est Gribouille qui saute dans l'eau pour éviter de se mouiller!
Deudeuche
- 06/03/2017 - 10:04
Vieux mal Français
Entre l'aristocratie et les bourgeois. Pas nouveau. On naît aristocrate de nos jours par les écoles (des La maternelle) que l'on fréquente et La réussite à 20 ans d'un concours qui vous affranchit de tout effort pour le reste de la vie!
Les bourgeois pendant ce temps doivent créer convaincre se remettre en question pour gagner leur vie et payer des impôts pour nourrir nos "nouveaux" aristocrate. La différence avec le passé est le port de l'épée.