En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 5 heures 53 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 8 heures 55 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 9 heures 45 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 11 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 13 heures 3 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 15 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 16 heures 24 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 16 heures 57 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 6 heures 18 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 9 heures 20 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 11 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 12 heures 48 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 13 heures 21 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 14 heures 47 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 15 heures 23 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 16 heures 20 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 16 heures 53 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 17 heures 16 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

Face à la confusion, les chefs d’entreprise de plus en plus nombreux à dénoncer l’archaïsme du management politique

Publié le 06 mars 2017
Les chefs d’entreprise sont de plus en plus résignés. Pour beaucoup, la pagaille qui domine la présidentielle appelle à une rénovation du management politique.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les chefs d’entreprise sont de plus en plus résignés. Pour beaucoup, la pagaille qui domine la présidentielle appelle à une rénovation du management politique.

"Ce qui est en cause, ce ne sont pas les institutions ou la démocratie, ce sont les pratiques de management politique. Les hommes politiques sont étouffés par leur ego surdimensionné, leurs pseudo-convictions qui ne sont que des alibis faciles pour justifier la défense de leurs intérêts personnels. La politique est un métier difficile, mais exercé par des incompétents. La crise actuelle ne traduit pas une crise des institutions, mais des pratiques politiques. Le management politique est exercé par des amateurs. Les responsables ne sont pas au niveau".

Ce patron du Cac 40 ne mâche pas ses mots et rejoint l’opinion de plus en plus de chefs d’entreprise qui déplorent les erreurs, et finalement, l’incompétence des politiques à gérer des grands nombres.

"Le PDG d’une grande entreprise ne tiendrait pas six mois en accumulant autant d’erreurs". 

Les chefs d’entreprise considèrent, en fait, que dans l’absolu, il n’y a pas de grande différence entre la position d’un chef d’entreprise et celle d’un homme politique. L’essence du pouvoir est certes différente - les politiques sont élus par le suffrage universel, alors que le chef d’entreprise est nommé (par des actionnaires) - mais est-ce que les choses sont aussi simples ?  Pas sûr. Beaucoup de chefs d’entreprise n’existent que parce que leurs clients, leurs actionnaires et leurs salariés le veulent. Beaucoup expliquent que si les actionnaires les lâchent, ils doivent partir. Si les clients passent à la concurrence, ils ne tiendront pas longtemps, et si les personnels ne supportent pas les directions, ce sont les directions qui seront menacées. Ne parlons pas de l’écosystème de l’entreprise qui, lui aussi, doit accepter l’entreprise et ses méthodes.

L’entreprise doit donc marier et gérer plusieurs projets à la fois. Un projet économique et financier, un projet social, et un projet environnemental. Ces trois projets sont liés, interdépendants, complémentaires.

Sous cet angle, les chefs d’entreprises sont de plus en plus nombreux à ne pas comprendre que des responsables politiques soient aussi maladroits dans la gestion de la politique. Et si on résume ces analyses, le monde des affaires fait trois séries de procès :

1) Les politiques ne sont pas armés pour connaître et appréhender les tendances lourdes de l’opinion. Les hommes politiques s’appuient sur les sondages traditionnels, ils font une analyse rapide des commentaires qui sortent sur les réseaux sociaux, et ils se fient à leurs réseaux qui reproduisent en boucle leurs propres certitudes. C’est vrai à droite comme à gauche. La culture de l’innovation, des transgressions, a assez peu de place dans la passion politique qui consiste principalement à conquérir des positions de pouvoir, donc à rassembler des supporters. Du coté de l’entreprise, il y a bien longtemps qu‘on ne se fie plus aux sondages quantitatifs représentatifs des avis du marché, de l’humeur des actionnaires ou du climat social. Les études sont beaucoup plus qualitatives, beaucoup plus sophistiquées.

Les sondages montrent, élection après élection, qu’ils se trompent. Toutes les méthodes traditionnelles de mesure des opinions sont aujourd’hui supplantées par des analyses qui mesurent et prévoient les tendances lourdes de l’opinion. La société canadienne Filteris est devenue championne du monde dans ce type d’exercice. Filteris (mais il y en a d’autres désormais) glane le maximum de données sur les réseaux sociaux. Créée en 2002 au Canada, elle a mis au point des algorithmes qui permettent de définir l’identité et l’image d’une institution, d’une grande entreprise, et Filteris travaille pour la banque, les sociétés d’assurance, la plupart des grandes entreprises de la grande consommation. Depuis qu’elle a travaillé pour Justin Trudeau au Canada, elle travaille pour les hommes politiques et les partis. C’est de cette façon que, contre toute attente, et contre tous les sondages, Filteris avait deviné et annoncé la victoire du Brexit, de Trump. En France, les experts de Filteris avaient annoncé l’échec de Nicolas Sarkozy à la primaire et la victoire de François Fillon.   

2) Les responsables politiques français n’ont pas la culture des faits, des chiffres et de la réalité. Les responsables politiques, par formation et éducation, s’appuient principalement sur leurs convictions (c’est bien), sur leur ambition ou celle qu’ils prêtent à leurs amis proches, sur la lecture qu‘ils font de la demande politique, sur ce qui les protège. Ils ne prennent pas en compte les faits, les chiffres, les mutations qui ne dépendent pas de nous, mais qui s’imposent à tout le monde. La mondialisation s‘impose à tous, le progrès technologique s’impose, les risques de la pollution s’imposent. Plutôt que d’être en permanence dans le déni, mieux vaut prendre en compte ces facteurs incontournables pour les assumer et s’y adapter.

A droite comme à gauche, les hommes politiques se targuent d’avoir une offre politique cohérente qui correspond à leur idéologie, à leur conviction ou à leur tradition, mais ils expliquent aussi la légitimité de cette offre en essayant de prouver qu’elle répond à la demande de l’opinion. Jamais les hommes politiques expliqueront qu’ils doivent faire face à des mutations sur lesquelles ils n’ont pas de prise et auxquelles ils doivent s’adapter. Plutôt que de faire cette pédagogie, ils préfèrent dénoncer les boucs émissaires. Ce qui mène nulle part.

Le chef d’entreprise a un comportement politique beaucoup plus simple. Il fait une offre de produit, de rendements financiers ou de salaire, en expliquant qu‘elle correspond aux conditions d’exploitation. Soit cette offre est acceptée par le client, l’actionnaire et le salarié, soit elle est refusée. Et si elle est refusée, le chef d’entrepris a intérêt à changer son offre ou modifier son modèle économique si c’est possible. La plupart du temps, il part.

3) Les hommes politiques français n’ont pas la culture des résultats. Ils ont la culture des projets, des promesses et des moyens. Mais si les résultats ne sont pas délivrés, ils considèreront que les conditions n’étaient pas réunies et qu’ils n’en sont pas responsables.  Très bien, sauf que l’homme politique a aussi une obligation de résultats. Comme le chef d’entreprise qui fait un programme, une promesse et qui aura des ennuis graves si la promesse n’est pas délivrée. Les sanctions de l’incompétence sont beaucoup plus graves dans le monde des affaires que dans le monde politique français. C’est moins vrai dans le monde anglo-saxon, où les hommes politiques ont aussi une obligation de résultat. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Olivier K.
- 06/03/2017 - 19:26
@Deudeuche
Ca c'est vrai je l'ai vu de l'intérieur, il y a même des concours qui dans lesquels sont démandés des formations que seuls les prépa autorisées peuvent donner!! Celle qui est célèbre est la magouille entre X et une prépa de Versailles! Enfin, moi ça me fait chier des impôts pour financer l'éducations des aristocrates. Les gens n'ont vraiment pas conscience de combien on s'est fait escroquer. En s'imaginant que nous étions les champions des idées tels que l'égalité, la fraternité etc... on a oublié de regarder la réalité, et celle-ci dit que nous sommes l'une des pires nations industrualisées sur ses thématiques: notre plus proche voisin idéoligique, c'est l'Inde hindouiste.
annethi
- 06/03/2017 - 18:28
Le patronat le plus bête du monde veut donner des leçons?
Ce n'est pas le patronat qui va nous donner des leçons de bonne conduite quand on sait que les grosses boites fonctionnent à coup de stagiaires rémunérés au lance pierre et passent leur temps à contourner le droit du travail (CDD à répétition, remplacement d'un CDD par un stagiaire etc). Elles fabriquent des chômeurs et se plaignent d'être obligées de payer des charges exorbitantes. C'est Gribouille qui saute dans l'eau pour éviter de se mouiller!
Deudeuche
- 06/03/2017 - 10:04
Vieux mal Français
Entre l'aristocratie et les bourgeois. Pas nouveau. On naît aristocrate de nos jours par les écoles (des La maternelle) que l'on fréquente et La réussite à 20 ans d'un concours qui vous affranchit de tout effort pour le reste de la vie!
Les bourgeois pendant ce temps doivent créer convaincre se remettre en question pour gagner leur vie et payer des impôts pour nourrir nos "nouveaux" aristocrate. La différence avec le passé est le port de l'épée.