En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

05.

Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis

06.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

06.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 4 min 11 sec
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 15 heures 35 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 17 heures 6 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 19 heures 50 sec
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 20 heures 43 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 23 heures 3 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 23 heures 52 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont plus les pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 1 jour 18 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 1 jour 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 17 heures
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 18 min 55 sec
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 16 heures 37 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 18 heures 35 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 19 heures 24 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 21 heures 19 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 23 heures 33 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 1 jour 4 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 1 jour 31 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 17 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 17 heures
Centre blanc

"Il faut reconnaître le vote blanc pour que les élus cessent de passer l'éponge après de forts taux d'abstention"

Publié le 28 février 2012
François Bayrou a promis ce samedi, s'il était élu président de la République, d'organiser un référendum de "moralisation" de la vie publique. Parmi les propositions qu'il souhaite soumettre au Français, on retrouve la reconnaissance du vote blanc à toutes les élections.
Yann Wehrling
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yann Wehrling est le porte-parole et secrétaire général du MoDem. Il est conseiller de Paris et conseiller régional d'Ile-de-France. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Bayrou a promis ce samedi, s'il était élu président de la République, d'organiser un référendum de "moralisation" de la vie publique. Parmi les propositions qu'il souhaite soumettre au Français, on retrouve la reconnaissance du vote blanc à toutes les élections.

Atlantico : François Bayrou propose de mettre en place, s’il était élu en mai prochain, la reconnaissance du vote blanc. En quoi cela serait-il une avancée démocratique ?

Yann Wehrling : C’est une avancée démocratique dans le sens où jusqu’à présent beaucoup d’électeurs ont choisi ce mode d’expression sans que l’on en tienne compte. C’est une démarche qui est une expression d’insatisfaction de l’offre politique. Les gens se déplacent, font une démarche claire. Ce n’est pas un bulletin nul, avec une erreur.

Nous souhaitons qu’il y ait un distinguo entre les bulletins nuls et les bulletins blancs. C’est une reconnaissance d’une expression qui en vaut une autre.

Un score de 10, 15 voire même 20% pour le vote blanc est autrement plus significatif qu’un taux d’abstention équivalent. Cela inquièterait largement la classe politique. L’abstention est inquiétante mais on ne sait pas si cela vient d’un désintérêt de la vie politique, d’un message de ras-le-bol. Le vote blanc est clairement un message d’insatisfaction.

 

N’est-ce pas aussi une manière de contrer les votes d’extrême gauche et droite qui émanent souvent aussi d’un rejet des « grands partis » ?

Les gens qui votent extrême droite ou extrême gauche pourront toujours continuer de faire ce choix-là. Pour ceux qui par ailleurs ne sont pas des extrémistes mais qui simplement estiment que l’offre politique ne leur convient pas, il faut leur offrir la possibilité d’exprimer  leur insatisfaction par ce vote blanc.

 

N’a-t-on pas tendance à considérer le vote blanc de manière homogène ? N’y a-t-il pas autant de votes blancs que de raisons de voter blanc ?

Les raisons d’un vote blanc ne sont vraisemblablement pas homogènes. Et nous ne sommes pas dans la tête des électeurs qui expriment un tel vote.

Cela sera à la classe politique, après l’élection, d’essayer de comprendre, de questionner les électeurs. 3-4% à l’occasion d’une élection cela ne relève pas d’un problème très important. Au lendemain d’une élection avec 20% de votes blanc, il faudra qu’il y ait un examen de conscience de ceux qui seront élus pour essayer de comprendre ce qui s’est passé et de solliciter l’avis des électeurs, d’une manière ou d’une autre, sur cette insatisfaction.

Aujourd’hui ce que l’on voit, à chaque fois qu’il y a une élection à fort taux d’abstention, c’est que les élus issus de cette élection sont finalement très contents d’être élus et oublient très vite, passent l’éponge. Si vous êtes élu avec un fort taux de vote blanc, vous n’avez pas la même légitimité…

 

Voter, c’est avant tout choisir, très souvent, entre le « moins mauvais des candidats ». Refuser de choisir n’est-il pas immature ?

Le message que nous adressons avec cette proposition n’est pas d’inviter les gens à voter blanc. Nous les invitons à faire un choix politique. C’est un message de démocrate, dans la même veine que François Bayrou quand il déclara qu’il trouverait anormal que Marine Le Pen ne puisse pas se présenter.

Nous n’approuvons pas le vote blanc, nous demandons simplement qu’il soit reconnu comme un vote à part entière. Il est évident que ne pas s’exprimer, ne pas faire un choix, c’est laisser à d’autres l’occasion de le faire à votre place.

 

N’est-ce-pas aussi contreproductif pour le Modem ? En d’autres termes, les votes François Bayrou émanant d’un rejet de l'UMP et du PS ne vont-ils pas préférer le vote blanc à un vote Modem par défaut ?

Je ne crois pas un seul instant que ceux qui avaient décidé de voter pour un candidat, tout à coup, iraient vers le vote blanc si ce dernier était reconnu.

Je conteste d’ailleurs l’a priori qui consiste à penser que le vote François Bayrou serait en majorité un vote de contestation. Dans tous les votes, il y a une part d’adhésion et une part de rejet. C’est vrai pour nous, mais c’est aussi vrai pour tous les autres.

 

Imaginons que le vote blanc, une fois reconnu, devienne majoritaire à une élection. Que se passerait-il alors ?

Cela montrerait déjà qu’il était utile de le faire. Si une majorité d’électeurs votait blanc, cela signifierait une remise en cause claire de la classe politique. Cela serait un réel électrochoc qui inviterait à une vraie réforme du fonctionnement de nos institutions.

L’expression des votes non blancs permettrait tout de même une élection. Néanmoins, les élus issus de ce vote minoritaire devraient impérativement ouvrir un vaste débat national pour voir quelles seraient les réformes d’ampleur à mettre en place.

 

Propos recueillis par Jean-Benoît Raynaud

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ramos
- 29/02/2012 - 10:00
Arnaque du système !
Vous devriez savoir quel seule leur propre élection ( ou réélection ) intéressent les hommes politiques. Qu'il y ait 20, 30, ou 70 % de votes blancs ne changera absolument rien. Les journaux gloseront sur le vote blanc . Et alors ? Cela n'empêchera pas les "élus" de s'en mettre plein les poches comme ils le font aujourd'hui. Croyez-vous qu'il font de la politique pour l'amour de la France ou des Français ?
Personnellement j'accepterais volontiers d'être élu sénateur même s'il y avait 95% de votes blancs. ( je ne devrais pas être le seul dans le cas.
Mani
- 28/02/2012 - 11:44
Excellente proposition
Ça devrait être le cas depuis longtemps ! @crooks: "s'exprimer sur son bulletin" ne sert absolument à rien : les bulletins nuls sont jetés, personne ne s'amuse à lire ce qui est éventuellement écrit dessus - ceux qui s'occupent du dépouillement des votes ont autre chose à faire ! C'est totalement inutile et inefficace.
rafoudol
- 28/02/2012 - 11:15
il faut le compter
Car ça permet de montrer qu'on est pas d'accord avec le choix proposer... par ex en 2012, pour qui voter ? aucun candidat avec des idée libérale, que tu socialisme plus ou moins édulcorée... Je fais quoi ? je m'abstient, je vote pour un choix que je n'approuve pas,... dans tous ces cas je serais noyer dans la masse...