En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 6 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 7 heures 3 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 7 heures 29 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 8 heures 58 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 10 heures 9 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 12 heures 55 sec
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 13 heures 24 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 14 heures 38 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 15 heures 35 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 16 heures 36 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 7 heures 17 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 8 heures 27 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 9 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 10 heures 54 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 12 heures 40 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 15 heures 53 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 16 heures 52 min
Jeunesse

La politique ne s’intéresse pas aux jeunes, aux jeunes de changer la politique

Publié le 02 mars 2017
Il parait que les jeunes ne s’intéressent pas à la politique. Peut-être. Mais l’inverse n’est-il pas aussi vrai ? La politique ne s’intéresserait-elle pas aux jeunes autrement que pour l’image ?
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il parait que les jeunes ne s’intéressent pas à la politique. Peut-être. Mais l’inverse n’est-il pas aussi vrai ? La politique ne s’intéresserait-elle pas aux jeunes autrement que pour l’image ?

Dire qu’on aime les jeunes, c’est facile et ça ne mange pas de pain. Il leur est juste demandé de porter un tee-shirt à l’effigie du candidat et d’agiter avec un enthousiasme artificiel des drapeaux bleu-blanc-rouge - parfois européens – du plus bel effet sur les photos de campagne et sur les réseaux sociaux. S’il y a un noir ou un beur parmi eux, ça ajoute une touche diversité, c’est encore mieux. Bien entendu, leur place s’arrête là. Ces bambins qui n’ont même pas fait l’ENA ne vont quand même pas la ramener. Résultat, ils ne la ramènent pas beaucoup. Les raisons de ce clivage entre politique et jeunes sont triples.

La première, c’est le sentiment de culpabilité du politique. A raison. La classe politique viole depuis 1974 – dernière année à budget équilibré - un principe essentiel des démocraties modernes : « No taxation without representation », pas d’impôts sans consentement démocratique. Or l’endettement constitue de l’impôt futur. Non content d’accumuler une dette faramineuse proche de 100% du PIB, les responsables politiques de droite comme de gauche ont aussi nourri une dette invisible - dite « hors bilan » - qui intègre de nombreux engagements à venir, par exemple les retraites de la fonction publique dues et non compensées par des cotisations futures. Divers rapports – évidemment - jamais repris par les gouvernements - celui de Michel Pébereau en 2005 ou, plus institutionnel, celui de la Cour des comptes - l’estiment proche de 150% du PIB, 3.100 milliards. Soit un total de  4.923 milliards, 80.000 euros par Français. Les jeunes devront par conséquent payer un jour 80.000 euros d’impôts pour le seul motif de rembourser ces dépenses engagées absolument sans leur accord. Ils n’étaient pas en âge de voter quand cette décision de les taxer dans le futur a été prise. Cette trahison en refroidirait plus d’un, non ?

La deuxième raison, c’est le vieillissement du monde politique de plus en plus déconnecté des jeunes. Emmanuel Macron, 39 ans tout de même, est dépeint comme un jouvenceau incapable d’être aux commandes du pays. Angela Merkel fut chancelière à 46 ans, une jeune fille en fleur pour les parlementaires français dont la moitié a plus de 60 ans (les ainés ont même 80 ans). David Cameron fut  Prime minister à 43 ans, Matteo Renzi Président du conseil à 39 ans. En 2012, l’âge moyen d’un député était de 54 ans et sept mois, celui d’un sénateur de 61 ans et neuf mois. Ajoutez 5 ans et vous aurez l’âge des parlementaires au seuil d’une nouvelle législature. Dans une parfaite osmose, nombre de journalistes politiques appartiennent à la même génération. Les politiques accaparent pouvoir et richesses, cumulant, s’entourant de leur famille et vivant dans une bulle composée de personnes de leur âge. Regardez les réunions de famille des partis « de pouvoir » - surtout celui de ruiner lentement le pays -, combien de jeunes ? Manquerait plus que des jeunes bouillonnant viennent bouleverser cet ordre établi avec avec des idées farfelues. Pour cet univers verrouillé, un jeune, ça colle des affiches, ça agite des fanions aux meetings et ça ferme sa g…

La dernière raison, c’est que tout est fait pour décourager les jeunes de voter. Le système érigé par la droite – faible devant la pression des corps intermédiaires - comme par la gauche – à l’idéologie dirigiste - année après année, décennie après décennie, n’est tout simplement pas fait pour eux. Il est même construit contre leur intérêt. L’égalitarisme affiché de l’Education Nationale piège le commun des mortels au profit des initiés qui, eux, connaissent les raccourcis pour accéder aux meilleures formations qui débouchent sur les meilleurs emplois. Les 3.400 pages du Code du travail aboutissent à l’obligation, une fois les études terminées, de faire à nouveau un (ou plusieurs) stage(s) avant de décrocher un CDD incertain, souvent suivi d’un autre. Au terme de ce long cheminement presqu’initiatique - au cours duquel le jeune candidat se verra accusé d’être trop jeune sans expérience ou déjà expérimenté pour un poste junior -, il décrochera peut-être enfin le Graal tant espéré : un CDI. A 30-32 ans, il disposera enfin du sacro-saint document, la feuille de salaire CDI qui permet de se loger auprès d’un bailleur rassuré par l’entrée dans le monde des initiés. Ceux qui ont un emploi surprotégé. Ce jour-là, il rentrera dans les rangs de ceux que le système a soumis et aura peur de s’en émanciper.

Jusque-là – et s’il a la chance d’y parvenir un jour -, le jeune vit dans l’incertitude et la précarité. Le système veut ça. Il incite tous les acteurs initiés à imposer ce traitement indigne des jeunes, outsiders malgré eux. Trouver un emploi stable et correctement rémunéré fait passer Koh Lanta pour un jeu de cour de récré. La casse en route est immense. Cent cinquante mille jeunes écœurés par l’Ecole en sortent sans diplôme. Game over pour eux qui n’ont souvent pas même 18 ans. La fac gratuite accueillant tout le monde à bras ouverts rejette la moitié de ses ouailles lessivées après avoir gâché une ou plusieurs de leurs années sur les bancs dégradés de ses amphithéâtres surchargés quand elles ne sont pas en grève, manipulées par les futurs responsables de la gauche qui font ainsi leurs armes, tel Bruno Julliard encore étudiant – patron de l’UNEF - à 27 ans avant de rejoindre l’équipe d’Anne Hidalgo. Les rares exemples de jeunes politiques actifs sont des apparatchiks tricheurs et manipulateurs qui nourrissent des ambitions malsaines pour vivre ensuite toute leur vie sur le dos de leurs congénères. Ca donne envie.

Subir ces sévices et voter ? La première tentation, c’est de soutenir des voies extrêmes pour espérer renverser la table. Le communisme d’un Mélenchon ou, plus en vogue, le nationalisme anti-musulman du FN, plein de bruit et de fureur. Ces impasses dramatiques ont une alternative, le parti de la liberté. Liberté largement méconnue des vieilles générations qui ont voté, soutenu et renforcé le modèle social français fermé aux nouveaux entrants. Résultat, la voie libérale est le plus souvent ignorée. Invité à un débat à l’Université Paris Dauphine, incarnation de l’excellence en France, j’ai demandé à l’audience étudiante qui connaissait Frédéric Bastiat – Ce qui se voit et ne se voit pas - ou Friedrich von Hayek – La route de la servitude. Personne. Nous étions dans la salle splendide « Raymond Aron ». Le pauvre a dû se retourner dans sa tombe.

Il n’est pas trop tard pour ouvrir cette pensée, hélas peu connue en France, aux jeunes motivés pour refuser la fatalité et s’engager pour faire sauter le carcan insupportable de l’Etat nounou. Cela passe par la diffusion de cette pensée riche et prolifique de Turgot à Jean-François Revel en passant par Tocqueville, Ayn Rand et Mises mais aussi les penseurs contemporains : Guy Sorman, Hernando de Soto ou Gaspard Koenig. A nous de raviver cette flamme qui a faibli mais ne s’est jamais vraiment éteinte en France tandis que tant de dirigeants étrangers s’en emparaient, l’esprit joyeux, pour moderniser leur pays. Aidons à faire renaitre ce libéralisme émancipateur chez les jeunes afin qu’ils s’équipent du levier le plus efficace pour ouvrir le modèle français aux exclus du système. En attendant, les jeunes sont vraiment les damnés de la terre… de France.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires