En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Pixabay
Front National
Ces signaux faibles (mais bien parlants) qui montrent que le plafond de verre de Marine Le Pen est en train de se fissurer
Publié le 03 mars 2017
Créditée de 27% d'intentions de vote au premier tour de l'élection présidentielle selon un sondage Kantar Sofres réalisé pour éalisé pour RTL, Le Figaro et LCI. Juste derrière se situe Emmanuel Macron à 25% qui creuse l'écart. Le Front National est aujourd'hui, peut-être en mesure de briser le "plafond de verre".
Guillaume Caline est directeur clientèle à Kantar TNS.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Caline
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Caline est directeur clientèle à Kantar TNS.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Créditée de 27% d'intentions de vote au premier tour de l'élection présidentielle selon un sondage Kantar Sofres réalisé pour éalisé pour RTL, Le Figaro et LCI. Juste derrière se situe Emmanuel Macron à 25% qui creuse l'écart. Le Front National est aujourd'hui, peut-être en mesure de briser le "plafond de verre".

Atlantico : Cela fait plusieurs sondages que l'on voit que Marine Le Pen progresse dans les intentions de vote. Comment expliquer cette progression constante ?

Guillaume Caline : Dans la dernière enquête réalisée en fin de semaine dernière, Marine Le Pen est à 27% dans les intentions de vote. C'est une légère progression par rapport à la précédente enquête en date d'il y a un mois. Ce que l'on remarque surtout c'est la constance du vote en faveur de Marine Le Pen depuis un an. C'est la candidate dont l'électorat semble le plus stable. Dans une campagne mouvementée avec beaucoup de surprises, c'est un peu la seule constante. Finalement Marine Le Pen, à peu près dans toutes les enquêtes que l'on a réalisé était crédités à un niveau à peu près égal de 25% d'intentions de vote voir un peu plus. C'est plus cette constance qui est surprenante et qui est le constat marquant de cette campagne. Cette tendance et cette position de leader dans les intentions de vote s'explique par plusieurs raisons

D'abord une forte critique de l'ensemble des hommes et des femmes politique. La critique et le bilan du camp joue en sa faveur ainsi que la critique des autres candidats. Sans parler du feuilleton des affaires qui sortent en ce moment sur François Fillon. Tout cela peut permettre d'expliquer cette progression dans les sondages.

Est-elle en train de briser ce fameux "plafond de verre" ? 

C'est certain qu'elle est là à un niveau très élevé avec 27% dans les intentions de vote. Il y a cinq ans elle était aux alentours de 18% ce qui faisait un électorat de 6.4 millions de personnes. Aux régionales de 2015, le Front National fait 27% mais avec un taux de participation beaucoup plus faible (50%) soit approximativement six millions de voix au premier tour et de 6.8 millions au deuxième tour. Là un des facteur qui va nous permettre de savoir si Marine Le Pen fera un score élevé au deuxième tour, vu qu'il est presque sûr qu'elle y parvienne, c'est évidemment le taux de participation.

Avec un taux de participation faible elle peut espérer faire un score assez élevé en pourcentages. Ce qui est inédit et ce que révèle notre enquête c'est que l'intérêt des Français pour ce scrutin présidentiel recule au fur et à mesure que l'échéance approche. Aujourd'hui, 67% des Français se disent intéressés alors qu'au moins de novembre ils étaient à 84%. Cela peut évidemment jouer en faveur de Marine Le Pen et rien ne dit que le sursaut du deuxième tour soit le même qu'en 2002.

Dans notre enquête on mesure aussi le potentiel électoral des candidats. Dans ce cas, on voit que pour Marine Le Pen, la moitié des Français sont certains de ne jamais voter pour elle, ce qu'on ne mesure pas à des taux aussi élevés pour la plupart des autres candidats.

Sur la nature du vote en lui-même comment expliquer que Marine Le Pen ne soit pas freinée par les "affaires" contrairement à François Fillon? Dans un cas les intentions de vote se renforcent alors que dans l'autre elles chutent.

Ce qui caractérise Marine Le Pen c'est qu'elle a un électorat solide, très sûr de son choix. Ce sont d'ailleurs les électeurs qui sont le moins susceptibles de changer d'intention de vote. C'est aussi visiblement l'électorat le moins sensible aux affaires qui entourent Marine Le Pen et son parti comme l'atteste la progression de la candidate dans l'enquête.  De ce point de vue, si l'on se fie aux chiffres elle est moins sensible aux affaires que son rival des Républicains vu la perte de point cette fois de François Fillon dans les sondages. On peut peut-être expliquer ce phénomène par la meilleure réception du discours dans lequel Marine Le Pen se pose en victime d'un "système", qu'il soit médiatique judiciaire ou politique. François Fillon lui a beau aussi se placer en victime, il paye ses discours sur l'exemplarité des hommes politiques. L'électorat de droite traditionnel est visiblement moins réceptif aux discours victimaires.

Quelle est l'image, la position mais aussi la stratégie du Front National sur les réseaux sociaux ?

Dans notre enquête, nous fournissons une analyse des indicateurs d'engagement sur les réseaux sociaux et comment l'activité autour des différents candidats. Le principal enseignement à retenir est bien que le Front National est présent massivement sur les réseaux sociaux et a bien une stratégie globale sur ces mêmes réseaux. Aujourd'hui les communautés qui entourent Marine Le Pen et le Front National sont gigantesques (1,2 millions de "fans" sur Facebook) et très actives.

Ce sont certainement les communautés les plus actives d'ailleurs, tant pour défendre la candidate que pour attaquer ses adversaires. On se souvient des campagnes Farid Fillon ou encore Démasquons Macron sur Twitter, colportées par des partisans du FN. Il y a une vraie stratégie d'occupation de l'espace sur les réseaux sociaux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Julie Gayet a touché un petit pactole après la révélation de sa relation avec François Hollande
05.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
06.
Les dessous de la superpuissance américaine : une (super) puissance militaire ?
07.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
01.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
02.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
05.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
06.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
Commentaires (30)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Michèle Plahiers
- 01/03/2017 - 12:04
GPA ou G pas de papa.
Demain, manifestation anti GPA à Bruxlles. Aucun journal n'en parle.
Michèle Plahiers
- 01/03/2017 - 12:04
Le rance de la France;
Je vais vous donner la définition du populisme. Le populiste a un problème d'identité par rapport à son histoire familiale personnelle qu'il redoute d'affronter: je ne me pense pas, donc je ne suis pas. Mais aucun indidivu ne peux survivre s'il n'a pas une assise ou une identité. Marine Le Pen est maline (dans le sens de diabolique-malin). Elle leur promet le paradis sur terre et le retour à une identité factice et de substitution en lieu et place de la place vaca,te d'un imaginaire déffaillant (les populiste rêvent-ils? Ce paradis, elle le nomme: La France. JE l'appelerai: le rance. Seul Fillon rajoute le F de la filiation pour évitér le retour dans le lieu d'origine. Mais voilà, il y a Pénélope.
Nemrod07
- 01/03/2017 - 10:28
JE SUIS ÉCŒURÉ
Cette affaire montée de toutes pièces par l'elysee me conduit si Fillon doit renoncer à voter MLP des le 1 er tour et vogue la galère.