En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 3 min 45 sec
décryptage > Terrorisme
Zone de radicalisation

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

il y a 49 min 30 sec
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 15 heures 42 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 16 heures 50 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 17 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 20 heures 24 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 21 heures 21 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 22 heures 43 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 23 heures 54 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 36 min 40 sec
décryptage > France
Forum de Paris sur la paix

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

il y a 1 heure 5 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 16 heures 11 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 17 heures 20 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 19 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 20 heures 30 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 22 heures 6 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 23 heures 48 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 1 jour 28 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 1 jour 2 heures
© AHMAD AL-RUBAYE / AFP
© AHMAD AL-RUBAYE / AFP
Job is done! Vraiment?

Loin du front irakien, l’Etat islamique résiste dans les zones déjà libérées

Publié le 25 février 2017
La bataille contre le groupe Etat Islamique se concentre militairement autour de la ville de Mossoul en Irak. Mais derrière les lignes de front, la société irakienne doit se reconstruire. Elle doit faire face à la corruption et aux vengeances des groupes tribaux dans un contexte de guerre civile. D'autres résolutions seront longues à mettre en place.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La bataille contre le groupe Etat Islamique se concentre militairement autour de la ville de Mossoul en Irak. Mais derrière les lignes de front, la société irakienne doit se reconstruire. Elle doit faire face à la corruption et aux vengeances des groupes tribaux dans un contexte de guerre civile. D'autres résolutions seront longues à mettre en place.

Atlantico : La lutte contre l'Etat Islamique se concentre en Irak autour de la prise de chute de Mossoul. Cependant, derrière les lignes de front, la société irakienne tente de se reconstruire. Comment assurer la sécurité des territoires libérés alors que les forces de polices sont gangrenées par la corruption des anciens combattants de l'Etat Islamique ?

Alain Rodier : Il est parfaitement exact que les combats se focalisent essentiellement dans la région de Mossoul dont la partie est a été conquise récemment par les forces gouvernementales. En ce moment, ces dernières progressent par le sud pour s’emparer de l’aéroport - ce qui est assez aisé car il est très difficile à défendre étant données les vues dégagées données aux forces mécanisées appuyées par l'aviation - pour ensuite s’attaquer à la vieille ville. Si Daech décide de la défendre fermement, les combats pourraient durer des semaines. On devrait le savoir dans les jours qui suivent sachant qu'ils ont toujours une porte de sortie vers l'ouest puis en direction de Raqqa en Syrie.

Cela dit, la menace que fait peser Daech sur le reste du pays est toujours d’actualité les nombreux attentats terroristes en étant la preuve. Des raids peuvent être aussi organisés comme cela a été sur Tal Afar tenu par les Forces de Mobilisation Populaires (à majorité chiite) au début février. Mais si les combats de première ligne sont d’une importance cruciale, il est ensuite indispensable de gérer les zones qui ont été reconquises. Les Américains avaient rapidement défait l’armée de Saddam Hussein en 2003 mais n’avaient pas ensuite voulu gérer l’après-guerre. Cela a été la même chose pour les alliés en Libye en 2011. Dans les deux cas, les conséquences ont été dramatiques et les populations en payent encore le prix aujourd’hui. En Irak, de multiples problèmes se posent.

Le premier concerne les populations sunnites qui n’acceptent pas d’être dominées par des milices chiites ou des forces kurdes. Sur l’insistance des Américains, les autorités irakiennes semblent avoir compris cela et, par exemple, pour l’instant, les forces chiites et kurdes n’ont pas été autorisées à pénétrer dans Mossoul intra-muros. L’ennui, c’est que les membres des forces de sécurité gouvernementales sunnites sont loin d’être assez nombreux pour tenir le terrain.

Ensuite, comme dans toute guerre civile, des règlements de comptes qui n’ont parfois rien à voir avec le conflit lui-même, peuvent avoir lieu - souvent à l’abri des regards extérieurs -. Des ONG ont reçu des témoignages allant dans ce sens. Par exemple, il a beaucoup été question de nettoyages ethniques en zones contrôlées par les forces kurdes, les Arabes n'étant plus les bienvenus. Les Forces de Mobilisation Populaires (chiites) ont été aussi accusées d’exactions anti-sunnites dans les villes de Falloujah, Tikrit et dans la région de Mossoul. Même un mouvement proche des Frères musulmans a accusé les populations chrétiennes de représailles. Personne n'est venu confirmer ces déclarations. Dans toute guerre, il faut se méfier de la propagande qui est employée comme une arme de combat d’autant que la sensibilité exacerbée des populations occidentales est connue et largement exploitée par nos adversaires.

Enfin, quant à la possibilité de la reconstruction d’un Etat central, elle semble aujourd’hui hors d’atteinte tant les intérêts des uns et des autres sont divergents. L’Irak a explosé et ce n’est pas demain qu’il retrouvera son unité. La communauté internationale s’accroche à la fiction d’un Irak unifié pour ne pas assister à des phénomènes similaires ailleurs bien que ce soit déjà le cas en Syrie, en Libye, au Mali et, point ultra sensible, en Ukraine.

Les autorités politiques et judiciaires ne sont plus en mesure d'assurer correctement le fonctionnement de l'Etat. Certains civils qui ont perdu un membre de leur famille s'en remettent aux groupes tribaux pour les venger. Quel est le poids de ces groupes tribaux en Irak? 

Il convient de distinguer trois zones :

-         le Kurdistan au nord ;

-         le " Chiistan " couvrant Bagdad et le sud-est de l’Irak ;

-         le " Sunnistan " de Mossoul à l’ouest du pays.

Un certain " ordre " règne dans les deux premières zones (même si le Kurdistan peut être lui-même partagé entre des régions où le Parti Démocratique du Kurdistan (PDK) de Barzani, l’Union Patriotique du Kurdistan (UPK) de Talabani ou le PKK sont dominants). Pour le " Chiistan ", c’est un ordre " gouvernemental légal" qui est en vigueur puisque les autorités de Bagdad sont officiellement reconnues par la communauté internationale. Cela dit, dans cette zone il faut compter avec les milices chiites qui sont très puissantes et soutenues directement par Téhéran. L’autorité morale supérieure reste le grand Ayatollah Ali Al-Sistani.

A l’évidence, dans le "Sunnistan" et plus particulièrement dans la province d’Al-Anbar à l’ouest de Bagdad, ce sont les tribus locales qui gèrent leurs propres affaires comme elles le peuvent. Elles semblent avoir compris que les liens qu’elles ont pu entretenir avec Daech sont passés de mode ce qui ne veut pas dire qu’elles n’accueillent plus d’activistes et de sympathisants de l’" Etat islamique ". De plus, il y a le problème des anciens cadres du régime baasiste dont un certain nombre se sont retrouvés dans les rangs de mouvements rebelles comme les Naqshbandis. Les contacts des populations sunnites avec les forces légalistes et les milices chiites dans ces régions sont explosifs et de graves incidents peuvent survenir à tout moment. Pire, la guerre civile peut reprendre à la moindre étincelle. C’est aussi là que les règlements de comptes les plus féroces peuvent avoir lieu. Il faudrait reconstruire complètement l’autorité de l’Etat mais cela semble bien hors de portée à l’heure actuelle.

Al-Qaida " canal historique " n’était plus présent en Irak puisque la grande majorité de ses membres avait rejoint Daech plus en odeur de victoire. Mais il possible que devant les revers essuyés sur le terrain, un mouvement inverse s’effectue. D’ailleurs, le docteur Al-Zawahiri a appelé en août 2016 les sunnites à se réorganiser et à mener une " longue guerre de guérilla ". Quant à la corruption, elle est présente sur l’ensemble de l’Irak, certes à des niveaux et pour des motivations parfois très différentes. C’est une gangrène qui ne sera pas éradiquée demain. Cette corruption est un des éléments qui a permis à Daech de s'emparer des régions sunnites en 2014-15. C'est un des facteurs qui lui permet de résister aujourd'hui.

L'Occident doit-elle encore se mêler de la politique intérieure irakienne ? Quelle réponse pourrait-elle apporter pour calmer les tensions ? 

Surtout ne pas donner de "leçons de morale" qui sont considérées comme une ingérence inacceptable par toutes les parties. Par contre être présent là où cela est possible car des témoins impartiaux peuvent être une certaine "gène" pour différentes exactions, débordements et autres anomalies répréhensibles. Contrôler la destination des aides accordées aux gouvernants. Servir d’intermédiaire aussi neutre que possible entre les différents intervenants locaux car ce sont à eux de tenter de trouver des solutions. N’exclure aucun pays qui a de l’influence dans la zone.

Enfin être conscient que Daech peut perdre des batailles mais que la guerre est loin d'être terminée. La violence va perdurer au Proche-Orient, d'autres fronts sont actifs voire en développement et le terrorisme constitue toujours une menace latente importante. En une phrase : ne pas crier "job is done".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires