En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

05.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

06.

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

07.

Et Macron lança : "Vous patachonnez dans la tête"! Souhaitez-vous savoir ce que ça veut dire ?

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

LR : le tigre de papier

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
décryptage > France
Baisse

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

il y a 16 min 36 sec
décryptage > Politique
Ils ont le plus grand respect l’un pour l’autre

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

il y a 37 min 54 sec
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Quand la religion sert de justification à la violence contre les femmes : pour en finir avec la gynépathie

il y a 47 min 58 sec
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : la cruelle absence de vision et le manque de réel projet au sein du ministère de la Santé

il y a 48 min 49 sec
décryptage > Europe
Basculement

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Politique
Alternative

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

il y a 1 heure 29 min
light > Culture
Slim shady
Eminen surprend tout le monde et sort un nouvel album
il y a 17 heures 54 min
pépites > Culture
Evènement chez Michelin
Le guide rétrograde le restaurant de Paul Bocuse
il y a 18 heures 50 min
décryptage > Social
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

il y a 20 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

« La révolution des plantes » : un livre scientifique à la portée de l’homme de la rue

il y a 22 heures 20 min
décryptage > International
Régime autoritaire

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

il y a 26 min 25 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La laïcité et le féminisme : les deux atouts de la société française pour lutter contre l'obscurantisme religieux

il y a 47 min 30 sec
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Gilets jaunes : les perspectives concrètes pour le mouvement après la phase insurrectionnelle

il y a 48 min 14 sec
décryptage > France
La réalité dépasse la caricature

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

il y a 1 heure 28 sec
décryptage > International
Retournement

Les trois locomotives de l’économie américaine qui avaient combattu Donald Trump s’allient désormais à lui pour sa réélection

il y a 1 heure 24 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles
il y a 1 heure 37 min
L'assassin assassiné
En Inde, un homme arrêté pour le meurtre de son tueur à gages
il y a 18 heures 11 min
pépites > Social
Musée du Louvre
Une grève sauvage provoque la fermeture des portes
il y a 18 heures 56 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’octogone redéfinit le classicisme et quand l’étrier d’acier fait danser les chiffres : c’est l’actualité des montres en mode pluviôse
il y a 21 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence

il y a 22 heures 28 min
© Reuters
© Reuters
Chuutt !!

3 ans après...mais ou est en est-on vraiment de la guerre d’Ukraine ?

Publié le 25 février 2017
Trois ans après le déclenchement du conflit en Ukraine, les Etats-Unis ont proposé un nouvel accord de paix aux Russes. Il prévoit un retrait des troupes russes de Crimée et un référendum pour savoir si les Ukrainiens acceptent de laisser ou non la Crimée aux Russes. Cet accord sera difficile à atteindre.
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Trois ans après le déclenchement du conflit en Ukraine, les Etats-Unis ont proposé un nouvel accord de paix aux Russes. Il prévoit un retrait des troupes russes de Crimée et un référendum pour savoir si les Ukrainiens acceptent de laisser ou non la Crimée aux Russes. Cet accord sera difficile à atteindre.

Atlantico : Trois ans après l'annexion de la Crimée par les Russes, le conflit semble loin d'une résolution. Les américains ont proposé un nouvel accord de paix aux Russes. Comment cette proposition d'accord a-t-elle été perçue par les parties concernées ? Peut-il déboucher sur une paix durable ?

Florent Parmentier : Les élites de Kiev vivent dans une situation de profonde incertitude près de trois ans après l'annexion de la Crimée. En effet,  la plupart des dirigeants n'osent pas l'avouer à haute voix, mais reconnaissent en privé que la Crimée et belle et bien perdue. Quant au Donbass, il paraît évident que la situation paraît très largement compromise. Les motifs de satisfaction sur le plan militaire sont bien maigres, la résolution du conflit ne peut passer à présent que par une solution politique, acquise sur le front de la négociation diplomatique. Or, le conflit est encore sans doute trop présent dans les esprits pour que les négociations soit réellement efficaces, poussant l’opinion publique à l’intransigeance.

C'est dans ce contexte qu'il faut analyser le plan de paix qui a fuité, sur lesquels plusieurs acteurs ont commencé à travailler en secret, dont un avocat ukrainien, le député du Parti radical Andriy Artemenko, très critique envers Petro Porochenko qu’il considère comme corrompu. La proposition « plan de paix contre levée des sanctions » s'est même retrouvée sur le bureau de Michael Flynn, l'ancien conseiller à la sécurité de Donald Trump qui a été récemment contraint à la démission. Le député ukrainien a travaillé main dans la main avec plusieurs personnes de l’entourage proche de Donald Trump (son avocat personnel Michael D. Cohen, ainsi que l’homme d’affaires Felix H. Satter), le Président américain n'ayant jamais fait partie du premier cercle des soutiens de l'Ukraine, occupant ainsi une position originale en matière de politique étrangère. D'après le New York Times, les principaux enjeux des négociations de Paix consisteraient à l'évacuation des troupes russes de l’Ukraine de l’Est, la présence russe étant reconnue en Ukraine sous la forme d’un prêt de 30 à 50 ans. L'amnistie serait envisagée de la part des séparatistes, à l'exception de ceux qui ont commis des crimes les plus graves. Le processus se concluerait par un référendum à l'échelle nationale sur la possibilité de reconnaître un statut spécial de région autonome pour les régions de l'Est. Il conviendrait alors, selon ce plan, de reconstruire ces régions à l'aide des fonds payés par la Russie pour le prêt de la Crimée (sur le modèle de Hong Kong, avant sa rétrocession à la Chine). 

Avec ces propositions, on est donc bien loin de la position actuelle des autorités de Kiev, qui ne souhaitent pas négocier avec ceux qu'ils considèrent comme des terroristes. Par ailleurs, tout compromis au sujet de la Crimée semble inacceptable pour les élites de Kiev. Les Européens sont attachés au statut quo (pas de nouvelles éruptions du conflit), ainsi qu’au format de négociation Normandie (France, Allemagne, Russie, Ukraine). Pour sa part, le Sénat américain éprouvera les pires difficultés du monde à valider un accord qui consacrerait l'annexion de la Crimée par la Russie. Quant aux Russes, ils ne comprendraient pas pourquoi il leur faudrait s'acquitter d'un paiement pour la Crimée alors qu'il considère celle-ci comme faisant partie intégrante de leur territoire.

Face à la spirale du statu quo, il est certainement nécessaire d'effectuer des compromis douloureux si l'on veut avancer sur la voie d'une pacification de l'Ukraine. Cependant, face à une opinion publique chauffée à blanc, les hommes politiques ukrainiens ne veulent pas apparaître comme ceux qui cèdent du terrain au profit de la Russie.

Quelle est la situation sur place ? Les accords de cessez le feu sont-ils respectés par les Russes et les Ukrainiens ? 

Depuis que les accords de Minsk ont été conclus au mois de février 2015, c'est-à-dire il y a près de 2 ans, il faut constater que la situation sur place n'a jamais été réellement pacifiée, dans la mesure où chaque mois à vue son cortège de victimes sur le front de l'Est. On a donc depuis plus assisté à une diminution du nombre de victimes par mois qu’à une résolution du conflit. Il y a deux semaines, on a ainsi pu déplorer neuf victimes dans la région d’Adviika, suscitant la condamnation de la diplomatie américaine quelques jours après l'intronisation de Donald Trump.

La nouvelle tentative de mettre en œuvre au moins partiellement les accords de Minsk s'appuie sur des bases relativement fragiles. Il faut par exemple remarquer que la Russie reconnaît désormais des documents émis par les entités séparatistes ukrainiennes, allant des passeports  à divers certificats liés à l’état civil (décès, naissance, divorce). A tout le moins, le niveau de violence a été réduit significativement. 

Ou en sont les rapports entre la Russie, l'Europe et les Etats-Unis sur la question ukrainienne ?

Il faut tout d'abord rappeler que l'Ukraine n'est qu'un des dossiers qui définit les relations entre la Russie, l'Europe et les États-Unis ; son influence a varié ces dernières années, notamment en raison d’autres crises comme le Brexit, la guerre en Syrie et l'afflux de réfugiés qui ont eu pour effet de détourner l'attention médiatique du conflit en Ukraine. L’attention portée à ce problème est toutefois restée suffisamment élevée pour que les sanctions se voient renouvelées à intervalle régulier par les Européens. 

La conférence sur la sécurité de Munich, parfois surnommée le « Davos de la sécurité », a pu servir de baromètre à propos des relations sur l'Ukraine. A l’occasion de cette rencontre de février, beaucoup d'attention a été portée au discours des autorités américaines, en l'occurrence du vice-président Mike Pence, concernant tant la solidité de l'OTAN (réaffirmée à cette occasion) que l’importance des relations avec les Européens. 

Aussi, la Russie, par l’intermédiaire de son inoxydable Ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, a soufflé le chaud et le froid. Elle a présenté les perspectives d'un monde post-occidental mais, dans le même temps, elle a également souligné que les États-Unis et la Russie n'étaient en réalité séparés que de 4 km. Quant aux Européens,  ils ont proposé une nouvelle aide à destination de l'Ukraine d'un montant de 18 million d'euros, mais demeuraient interrogatifs sur la suite des opérations. 

Il en résulte que les perspectives de ces trois acteurs divergent à propos de l'Ukraine : la Russie essaie d’y pousser son avantage, en cherchant à tester la solidité des soutiens de l'Ukraine. De son côté, l'Union européenne entend favoriser une dynamique de réformes en Ukraine afin de transformer le pays, mais Bruxelles ne prend que peu d’initiatives sur les questions de sécurité. La position américaine est celle qui, à ce jour, est la plus incertaine : le président Trump n'a pas caché pendant la campagne sa volonté de négocier des accords mutuellement avantageux avec la Russie. Toutefois, il faut observer dans le même temps que le climat à Washington n'est pas propice à une telle possibilité, notamment en raison de la question de l'intrusion des services secrets russes dans la  dernière campagne électorale. La question ukrainienne reste donc d’actualité vue de Washington.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

05.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

06.

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

07.

Et Macron lança : "Vous patachonnez dans la tête"! Souhaitez-vous savoir ce que ça veut dire ?

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

LR : le tigre de papier

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
padam
- 25/02/2017 - 12:30
statu quo
N'étant pas rémunéré à la ligne, je résumerai le long texte de monsieur Parmentier par la simple formule suivante: rien de nouveau à l'Est de l'Europe.