En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

05.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

06.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

07.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 11 heures 31 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 12 heures 23 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 19 heures 14 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 20 heures 21 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 21 heures 7 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 22 heures 21 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 23 heures 3 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 14 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 16 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 17 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 11 heures 59 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 18 heures 44 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 20 heures 43 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 21 heures 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 22 heures 51 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 23 heures 17 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 15 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 17 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 18 heures
© REUTERS/Eduardo Munoz
© REUTERS/Eduardo Munoz
Entretien

Claude Posternak : ”Il est urgent que les Français de droite, de gauche, de la société civile se remettent, comme à la Libération, autour d’une table pour définir le nouveau compromis qui mettra les hors système au cœur même des priorités.”

Publié le 24 février 2017
A l'occasion de la sortie de son nouveau livre, "Le nouveau partage", Claude Posternak revient sur la nécessité qu'il y a aujourd'hui pour les Français à se rassembler en vue de définir un nouveau compromis social.
Claude Posternak
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Posternak, spécialiste reconnu de l'opinion, fondateur du Baromètre Posternak-Ifop, Président de la Matrice, fondateur de limportant.fr. Auteur de "Le nouveau partage" Editions Fauves, "La schizophrénie de l'opinion française" Editions Fauves, ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la sortie de son nouveau livre, "Le nouveau partage", Claude Posternak revient sur la nécessité qu'il y a aujourd'hui pour les Français à se rassembler en vue de définir un nouveau compromis social.

Atlantico : En quoi le "pacte" signé à la Libération entre le général de Gaulle et le Parti communiste, base d’un capitalisme d’État à la française, est-il désormais caduc ?

Claude Posternak : Nombre de facteurs viennent l’expliquer : mondialisation, explosion de la productivité… Mais le plus important tient à sa dimension sociale. Le compromis signé entre de Gaulle et Thorez, à l’origine d’extraordinaires avancées sociales, fonctionnait quand tous les Français étaient à l’intérieur du système. Il ne fait plus sens quand près de 10 millions de Français sont hors du système. Un pays qui compte plus de 6,5 millions d’inscrits à Pôle emploi, 8,8 millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté ne peut plus dire "On ne touche à rien, circulez y’a rien à voir".

L’expression la plus douloureuse de cet échec est la faillite de l’école républicaine. Nous consacrons chaque année 20 milliards de plus que les Allemands à l’Education nationale. Pour quels résultats ? Nous sommes devenus (classement Pisa 2017) le pays le plus inégalitaire de l’Union Européenne. La noblesse de l’action publique est d’être au service des plus défavorisés. Ce n’est plus le cas en France.

Dans votre dernier livre, Le nouveau partage (voir ici), vous vous en prenez à la "bourgeoisie d'Etat" qui regroupe les professionnels de la politique, et à la "bureaucratie syndicale", qui entretiennent toutes les deux "un pacte dégénéré." Comment rééquilibrer alors le jeu démocratique ?

Claude PosternakLes grands commis de l’Etat de la Libération, ceux qui gagnaient peu et servaient la France avec le plus grand dévouement, sont devenus sous l’effet du néolibéralisme, une oligarchie sans contrôle qui a la main sur tous les rouages du pays : haute administration, grandes entreprises, partis politiques. Ce processus de dégénérescence arrive à un point de rupture. Les Français acceptent de déléguer l’ensemble des pouvoirs à des élites. A une seule condition : ils ont le devoir de réussir. Les élites sans résultats - l’explosion continue du chômage de masse est le principal marqueur - apparaissent alors comme une classe qui ne pense plus qu’à défendre ses propres intérêts.

En face, la plupart des leaders syndicaux ne font pas mieux. Eux-aussi ne défendent que ceux qui sont à l’intérieur du système. En retour, ils voient leurs troupes fondre. La part des salariés syndiqués est passée de 30% à la Libération à moins de 7% aujourd’hui. Nous sommes le pays européen qui compte le moins de salariés syndiqués mais aussi celui qui compte le plus grand nombre de permanents syndicaux rapportés au nombre d’adhérents. Bureaucratie syndicale, comme bourgeoisie d’Etat ont trahi l’esprit du Conseil National de la Résistance à l’origine de notre République sociale. Cette situation est extrêmement préoccupante alors que l’extrême-droite ne cesse de progresser à chaque élection. Il est urgent que les Français de droite, de gauche, de la société civile se remettent, comme à la Libération, autour d’une table pour définir le nouveau compromis qui mettra les hors système au cœur même des priorités. C’est en cela que la candidature d’Emmanuel Macron rentre en résonnance avec la société civile. Il est le seul aujourd’hui à vouloir dépasser les clivages. Il est également le seul à s’être engagé à renouveler la classe politique.  

Ce blocage est-il spécifiquement français ? Notre société peut-elle changer au sein d'une Union européenne en péril et décrédibilisée ?

L’ensemble des démocraties est en crise. Il existe pourtant une spécificité française. Il suffit de comparer niveau de chômage, balance commerciale, niveau d’industrialisation, poids de la dette, part de la dépense publique dans le PIB, entre la France et l’Allemagne pour prendre la mesure du blocage. En 2001, les Allemands se sont adressés aux responsables politiques français pour construire, en plus d’une monnaie unique, une Europe politique, sociale et fiscale commune. Nous n’avons pas daigné leur répondre. Nous n’avons pourtant pas d’autre solution. Ensemble, les pays européens sont la première puissance économique au monde. La solution du repli n’en n’est pas une. Elle ne ferait que satisfaire la volonté conjointe de la nouvelle administration Trump et de la Russie d’affaiblir l’Europe.

La priorité absolue, pour de nouveau pouvoir croire en l’Europe, est de mettre fin au suicide fiscal. Quand une entreprise paye 1% d’impôt à Dublin au lieu d’en payer 33% à Paris, ce n’est plus de l’optimisation, c’est de la fraude. Une fraude qui se révèle être en fait une double peine. Un, elle creuse les déficits des Etats. Additionnée à la fraude des particuliers, c’est 1 000 milliards d’euros qui s’évaporent chaque année de l’Union européenne. C’est 20% de son PIB, c’est le double du déficit annuel cumulé de tous ses Etats. Deux, elle permet aux Google, Apple, Facebook, Amazon et consorts d’investir en recherches et développement dans des secteurs qui viendront concurrencer nos industries nationales. La Google Car ou l’Apple Car puisent dans l’opulente trésorerie de leurs réserves offshores ; il s’agit de plusieurs centaines de milliards pour financer des voitures qui viendront concurrencer PSA ou Renault qui, eux, n’ont pas ces largesses fiscales. Il faut prioritairement y mettre fin. Sans cela, rien ne sera possible.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 20/02/2017 - 11:35
j'ai oublié
statut général de fonctionnaires et statut particuliers ayant rigidifié totalement la gestion du pays
wanda60
- 19/02/2017 - 17:44
Par Brennus
Pour que la droite puisse s'attabler avec la gauche, foncièrement malhonnête depuis des décennies il faudrait qu'elle desserre l'étau sur les administrations qu'elle organise par le biais d'un syndicat maffieux, qu'elle desserre l'étau de la pensée unique, qu'elle arrête de payer les médias pour ses "coups d'état institutionnels" et judiciaires permanents sur l'opposition. C''est impossible car ces actes anti-démocratiques, avec le fait de croire que la gauche c'est la vertu et la droite le vice, sont l'ADN du PS et de ses complices (Macron compris). En plus s'attabler pour quoi faire, subir l'arrogance, sa supériorité affichée et son incompétence réalisée ?
moneo
- 19/02/2017 - 16:35
pas d'accord
ce qui nous arrive n'est pas du au hasard , c'est la conséquence de ces accords d'après guerre
nationalisations partielles,syndicats représentatifs ,conventions collectives élargies;sécurité sociale, ENA, suprématie de l'Etat, Enlevez tout cela et dans 10ans la France dépasse tout le monde en Europe.