En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Siècle des Quatre Empereurs" de Rémi Kauffer : un formidable récit historique, une gigantesque fresque humaine et une épopée haletante

il y a 44 min 11 sec
pépites > Santé
Données des Ehpad communiquées
Covid-19 : plus de 6.500 morts en France, selon les derniers chiffres dévoilés par Jérôme Salomon
il y a 4 heures 28 min
pépite vidéo > Economie
Leçons de la crise
Jacques Attali estime que "commencer à parler" maintenant "du déconfinement est une plaisanterie du 1er avril"
il y a 5 heures 59 min
pépites > Santé
Recommandations
Covid-19 : l'Académie de médecine se prononce pour le port obligatoire du masque, même pour les modèles "alternatifs"
il y a 7 heures 49 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir se noircit et quand le bleu devient plus bleu : c’est l’actualité toujours pas déconfinée des montres
il y a 10 heures 33 min
pépites > France
Polémique
Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse
il y a 11 heures 42 min
pépites > Justice
"Bombe" sanitaire
Coronavirus : les prisons françaises comptabilisent 6.266 détenus en moins depuis le début du confinement
il y a 12 heures 37 min
décryptage > Politique
Contagion

Abjurez le libéralisme et vous serez sauvé !

il y a 13 heures 54 min
décryptage > Economie
Ralentissement

Inflation en chute libre : la déflation est en marche et nous ne réagissons pas (assez)

il y a 14 heures 36 min
décryptage > Science
Prouesse

Super décodeur : une machine réussit désormais à traduire des ondes cérébrales en phrases

il y a 15 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chanson bretonne, L’Enfant et la Guerre, Deux contes" de J.M.G. Le Clézio : l’émotion des souvenirs d’enfance. 2 contes sensibles et subtils

il y a 1 heure 3 min
light > France
Manœuvres militaires
Bayonne : le journaliste Christophe Hondelatte déplore les nuisances sonores du 1er RPIMa en plein confinement
il y a 5 heures 2 min
Avec modération
Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique
il y a 6 heures 59 min
light > Culture
"Magie" du confinement
J.K Rowling lance un site Internet dédié à Harry Potter en cette période de confinement
il y a 8 heures 21 min
pépites > International
Bilan présidentiel
Coronavirus : Donald Trump révèle qu'il a été testé une nouvelle fois et qu’il est toujours négatif
il y a 10 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
"Restez chez vous" pour sauver des vies
Le gouvernement a un message clair : "ne partez pas en vacances" et "respectez le confinement"
il y a 12 heures 18 min
pépites > Education
Calendrier bouleversé
Jean-Michel Blanquer révèle que les épreuves du bac 2020 et du brevet seront remplacées et validées par le contrôle continu
il y a 13 heures 10 min
décryptage > France
Face à la crise

L’incapacité bureaucratique française face au Covid-19

il y a 14 heures 8 min
décryptage > International
Le bon vieux temps ?

Coronavirus : où l’on apprend qu’en Afrique du Sud les heures les plus sombres de l’apartheid sont revenues…

il y a 15 heures 17 min
décryptage > International
Enseignements

Si l’union (européenne) fait la force, mais comment survivent la Corée du Sud, Taïwan… dans la compétition internationale ?

il y a 15 heures 54 min
© REUTERS/Eduardo Munoz
© REUTERS/Eduardo Munoz
Entretien

Claude Posternak : ”Il est urgent que les Français de droite, de gauche, de la société civile se remettent, comme à la Libération, autour d’une table pour définir le nouveau compromis qui mettra les hors système au cœur même des priorités.”

Publié le 24 février 2017
A l'occasion de la sortie de son nouveau livre, "Le nouveau partage", Claude Posternak revient sur la nécessité qu'il y a aujourd'hui pour les Français à se rassembler en vue de définir un nouveau compromis social.
Spécialiste reconnu de l'image des entreprises, Claude Posternak a fondé le site d'information Limportant.fr.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Posternak
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Spécialiste reconnu de l'image des entreprises, Claude Posternak a fondé le site d'information Limportant.fr.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la sortie de son nouveau livre, "Le nouveau partage", Claude Posternak revient sur la nécessité qu'il y a aujourd'hui pour les Français à se rassembler en vue de définir un nouveau compromis social.

Atlantico : En quoi le "pacte" signé à la Libération entre le général de Gaulle et le Parti communiste, base d’un capitalisme d’État à la française, est-il désormais caduc ?

Claude Posternak : Nombre de facteurs viennent l’expliquer : mondialisation, explosion de la productivité… Mais le plus important tient à sa dimension sociale. Le compromis signé entre de Gaulle et Thorez, à l’origine d’extraordinaires avancées sociales, fonctionnait quand tous les Français étaient à l’intérieur du système. Il ne fait plus sens quand près de 10 millions de Français sont hors du système. Un pays qui compte plus de 6,5 millions d’inscrits à Pôle emploi, 8,8 millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté ne peut plus dire "On ne touche à rien, circulez y’a rien à voir".

L’expression la plus douloureuse de cet échec est la faillite de l’école républicaine. Nous consacrons chaque année 20 milliards de plus que les Allemands à l’Education nationale. Pour quels résultats ? Nous sommes devenus (classement Pisa 2017) le pays le plus inégalitaire de l’Union Européenne. La noblesse de l’action publique est d’être au service des plus défavorisés. Ce n’est plus le cas en France.

Dans votre dernier livre, Le nouveau partage (voir ici), vous vous en prenez à la "bourgeoisie d'Etat" qui regroupe les professionnels de la politique, et à la "bureaucratie syndicale", qui entretiennent toutes les deux "un pacte dégénéré." Comment rééquilibrer alors le jeu démocratique ?

Claude PosternakLes grands commis de l’Etat de la Libération, ceux qui gagnaient peu et servaient la France avec le plus grand dévouement, sont devenus sous l’effet du néolibéralisme, une oligarchie sans contrôle qui a la main sur tous les rouages du pays : haute administration, grandes entreprises, partis politiques. Ce processus de dégénérescence arrive à un point de rupture. Les Français acceptent de déléguer l’ensemble des pouvoirs à des élites. A une seule condition : ils ont le devoir de réussir. Les élites sans résultats - l’explosion continue du chômage de masse est le principal marqueur - apparaissent alors comme une classe qui ne pense plus qu’à défendre ses propres intérêts.

En face, la plupart des leaders syndicaux ne font pas mieux. Eux-aussi ne défendent que ceux qui sont à l’intérieur du système. En retour, ils voient leurs troupes fondre. La part des salariés syndiqués est passée de 30% à la Libération à moins de 7% aujourd’hui. Nous sommes le pays européen qui compte le moins de salariés syndiqués mais aussi celui qui compte le plus grand nombre de permanents syndicaux rapportés au nombre d’adhérents. Bureaucratie syndicale, comme bourgeoisie d’Etat ont trahi l’esprit du Conseil National de la Résistance à l’origine de notre République sociale. Cette situation est extrêmement préoccupante alors que l’extrême-droite ne cesse de progresser à chaque élection. Il est urgent que les Français de droite, de gauche, de la société civile se remettent, comme à la Libération, autour d’une table pour définir le nouveau compromis qui mettra les hors système au cœur même des priorités. C’est en cela que la candidature d’Emmanuel Macron rentre en résonnance avec la société civile. Il est le seul aujourd’hui à vouloir dépasser les clivages. Il est également le seul à s’être engagé à renouveler la classe politique.  

Ce blocage est-il spécifiquement français ? Notre société peut-elle changer au sein d'une Union européenne en péril et décrédibilisée ?

L’ensemble des démocraties est en crise. Il existe pourtant une spécificité française. Il suffit de comparer niveau de chômage, balance commerciale, niveau d’industrialisation, poids de la dette, part de la dépense publique dans le PIB, entre la France et l’Allemagne pour prendre la mesure du blocage. En 2001, les Allemands se sont adressés aux responsables politiques français pour construire, en plus d’une monnaie unique, une Europe politique, sociale et fiscale commune. Nous n’avons pas daigné leur répondre. Nous n’avons pourtant pas d’autre solution. Ensemble, les pays européens sont la première puissance économique au monde. La solution du repli n’en n’est pas une. Elle ne ferait que satisfaire la volonté conjointe de la nouvelle administration Trump et de la Russie d’affaiblir l’Europe.

La priorité absolue, pour de nouveau pouvoir croire en l’Europe, est de mettre fin au suicide fiscal. Quand une entreprise paye 1% d’impôt à Dublin au lieu d’en payer 33% à Paris, ce n’est plus de l’optimisation, c’est de la fraude. Une fraude qui se révèle être en fait une double peine. Un, elle creuse les déficits des Etats. Additionnée à la fraude des particuliers, c’est 1 000 milliards d’euros qui s’évaporent chaque année de l’Union européenne. C’est 20% de son PIB, c’est le double du déficit annuel cumulé de tous ses Etats. Deux, elle permet aux Google, Apple, Facebook, Amazon et consorts d’investir en recherches et développement dans des secteurs qui viendront concurrencer nos industries nationales. La Google Car ou l’Apple Car puisent dans l’opulente trésorerie de leurs réserves offshores ; il s’agit de plusieurs centaines de milliards pour financer des voitures qui viendront concurrencer PSA ou Renault qui, eux, n’ont pas ces largesses fiscales. Il faut prioritairement y mettre fin. Sans cela, rien ne sera possible.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 20/02/2017 - 11:35
j'ai oublié
statut général de fonctionnaires et statut particuliers ayant rigidifié totalement la gestion du pays
wanda60
- 19/02/2017 - 17:44
Par Brennus
Pour que la droite puisse s'attabler avec la gauche, foncièrement malhonnête depuis des décennies il faudrait qu'elle desserre l'étau sur les administrations qu'elle organise par le biais d'un syndicat maffieux, qu'elle desserre l'étau de la pensée unique, qu'elle arrête de payer les médias pour ses "coups d'état institutionnels" et judiciaires permanents sur l'opposition. C''est impossible car ces actes anti-démocratiques, avec le fait de croire que la gauche c'est la vertu et la droite le vice, sont l'ADN du PS et de ses complices (Macron compris). En plus s'attabler pour quoi faire, subir l'arrogance, sa supériorité affichée et son incompétence réalisée ?
moneo
- 19/02/2017 - 16:35
pas d'accord
ce qui nous arrive n'est pas du au hasard , c'est la conséquence de ces accords d'après guerre
nationalisations partielles,syndicats représentatifs ,conventions collectives élargies;sécurité sociale, ENA, suprématie de l'Etat, Enlevez tout cela et dans 10ans la France dépasse tout le monde en Europe.