En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© FRANCK PENNANT / AFP
Front républicain

Présidentielle 2017, la question qui fâche : au-delà de la progression du FN, combien y-a-t-il de Français (encore) prêts à voter contre l’élection de Marine Le Pen quel que soit le candidat qui l’affronte ?

Publié le 17 février 2017
Nous en sommes à peu près certains, Marine Le Pen sera au second tour de la présidentielle contre un Emmanuel Macron ou François Fillon. Mais est-ce que les reports de voix seront aussi évident qu'il ne l'avait été en 2002 dans le duel Chirac-Le Pen ?
Jean-Daniel Lévy est directeur du département politique & opinion d'Harris Interactive.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Daniel Lévy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Daniel Lévy est directeur du département politique & opinion d'Harris Interactive.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nous en sommes à peu près certains, Marine Le Pen sera au second tour de la présidentielle contre un Emmanuel Macron ou François Fillon. Mais est-ce que les reports de voix seront aussi évident qu'il ne l'avait été en 2002 dans le duel Chirac-Le Pen ?

Atlantico : En ce mois de février, l'intégralité des sondages publiés laissent entrevoir la présence de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle, en face à face contre Emmanuel Macron ou François Fillon. Alors que l'élection de 2002 avait été l'occasion d'une forte mobilisation dans le sens d'un Front Républicain, quels sont les changements à attendre sur ce point ? Le Front Républicain est-il encore à l'ordre du jour ? 

Jean-Daniel Levy : Le front républicain ne marche plus en matière de sémantique. Marine Le Pen incarne dans une certaine mesure la République parce qu'elle parle de laïcité, de légalité, de solidarité. Elle ne donne pas l'impression de s'opposer à la République. On lui reconnait d'ailleurs l'emploi de termes qui sont républicains et non plus antirépublicains. 

Il y a encore des réflexes qui existent cependant. On a pu le voir lors de précédentes élections comme lors des régionales ou des départementales ou elle n'est pas parvenue à s'imposer dans un duel direct mais a réussi des scores qui sont de plus en plus importants lors des seconds tours. Les reports de votes sont issus d'électorats qui ne se sont soit, pas déplacés au premier tour ou alors qui ont voté pour elle au deuxième tour. Cela a été le cas dans la circonscription de Xavier Bertrand, dans celle de Gérald Darmanin, mais aussi lors des dernières élections régionales en Nord Pas-de-Calais-Picardie ou Marine Le Pen a progressé de plus de cent mille voix, Marion Maréchal Le Pen de plus de soixante mille voix et Florian Philippot de plus de cent cinquante mille voix. A chaque fois, il y a eu des plafonds qui ont fait qu'elle n'est pas parvenue à dépasser le seuil des cinquante pourcent au deuxième tour pour être élue. 

Toutefois, on peut constater une vraie progression du Front National. Aujourd'hui, elle s'articule dans une période ou le regard sur Marine Le Pen est beaucoup plus apaisé. Les électeurs de gauche en parlent de façon beaucoup plus distanciée qu'avant et les électeurs de droite sont beaucoup plus attirés par le discours de Marine Le Pen comme c'était le cas lors de l'émission politique sur France 2. 

Alors que les électeurs de Marine Le Pen semblent être fortement mobilisés, l'enjeu du second tour de la Présidentielle a-t-il plus à voir avec la capacité de mobilisation de ses opposants plutôt que dans l'élargissement du socle électoral de Marine Le Pen ? 

Il est beaucoup trop tôt pour le dire. On ne sait pas encore sur quelle thématique cette élection se jouera. Emmanuel Macron, François Fillon ou Jean-Luc Mélenchon et même Benoit Hamon sont de possibles adversaires. On ne peut exclure aucune hypothèse aujourd'hui. La nature changera selon l'électorat qui sera confronté à Marine Le Pen au second tour de la présidentielle. Il y a cet environnement à prendre en compte parce que l'effet ne sera pas le même que l'on soit confronté une personne de gauche, du centre ou de droite. Les électeurs de gauche se mobilisent beaucoup plus pour un candidat de droite et un électeur de droite en faveur d'un candidat de la gauche. Le troisième aspect important, c'est que cette situation fait que le débat peut ne pas être qu'un débat gauche-droite. Le débat peut ne pas porter seulement entre d'un côté, Marine Le Pen pour le Front National et de l'autre, le camp Républicain ou un autre camp. Le débat peut aussi porter sur qui est en faveur de la protection et qui est plutôt en faveur d'une forme de libéralisme. Ce débat est de nature à faire bouger les lignes avec un électorat qui n'est pas enthousiasmé par Marine Le Pen mais peut être effrayé par des propos tenus par François Fillon en matière sécurité sociale d'un côté et par Emmanuel Macron en matière de liberté individuelle de l'autre.  

Entre un Emmanuel Macron partisan de "l'ouverture", et un François Fillon bien plus nuancé sur ce point, quel candidat pourrait être le plus à même de battre Marine le Pen au second tour ? Paradoxalement, et à rebours des derniers sondages, le positionnement d'Emmannuel Macron, se révélant toujours plus favorable à cette notion "d'ouverture sur le monde' (21% des français y sont favorables) n'est-il pas théoriquement le plus fragile pour un second tour ?

Aujourd'hui, Emmanuel Macron paraît comme le plus rassembleur au second tour que ne peut l'être François Fillon. Mais nous sommes encore dans un moment ou la campagne n'a pas clairement commencé et ou les enjeux ne sont pas clairement perçus. On a des réponses de "sondages" mais pas encore des réponses qui sont liées à des dynamiques électorales issues du premier tour. 

Emmanuel Macron n'est pas forcément le plus fragile pour un second tour. En effet, il y a cet élément d'ouverture sur le monde, mais François Fillon a pris position sur une partie des systèmes de solidarité qui déstabilise une partie de son électorat et notamment chez les catégories populaires. Le résultat n'est pas assuré. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

03.

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (51)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 17/02/2017 - 14:29
un essai de sondage ????
Vous verrez bien qu'elle sera très très haute, et au premier tour...
kronfi
- 17/02/2017 - 13:24
je pense qu'il est plus facile pour le FN
de ne pas gagner la presidentielle et gagner les legislatives a suivre.
dans 180 circonscriptions le FN arrive en tete et je vois mal les LR et ou les socialistes disparaitre du champ politique dans certaines regions NORD EST et SUD ... Avec un groupe de plus de 80 deputes ce qui est jouable, ca peut faire mal a l'assemblee.... et certaines reformes de droite ou de gauche,devront passer par les fourches caudines du FN
Si MLP est elue ce sera le bordel en France... Mais si il (le FN) a un vrai pouvoir de nuisance a l'AN ca changera tout.... et les autres seront obliges de se plier a son dictat politique.
thymthym711
- 17/02/2017 - 13:22
Front républicain
Le Front Républicain n'a qu'une raison d'être : maintenir au pouvoir ceux qui, depuis des décennies, ont tiré la France vers le bas, porté la dette à 2200 milliards et le chômage à environ 6 millions de personnes et si mal reçu des étrangers en si grand nombre qu'on pourrait penser que le résultat est l'installation d'un peuple autre dans le peuple ancien.
Voter pour un candidat uniquement parce qu'en face il y aurait le Front National n'a aucun sens. Il est grand temps de donner au vote blanc sa vraie valeur : qu'il soit comptabilisé comme le vote pour tel ou tel candidat. Au second tout on devrait exiger 50% des voix, votes blancs compris, pour être élu.