En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

04.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

05.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

06.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

07.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > International
Emprise
Le Parlement chinois a adopté la mesure controversée sur la sécurité nationale à Hong Kong
il y a 1 min 46 sec
light > Science
Sage décision
Le premier lancement habité de SpaceX a été reporté à samedi en raison du mauvais temps
il y a 1 heure 8 min
pépites > Politique
Disparition
Claude Goasguen, député LR de Paris, est mort d'un arrêt cardiaque après avoir été atteint par le Covid-19
il y a 2 heures 29 min
décryptage > International
Tensions

Pourquoi Trump s’en prend à l’OMS ?

il y a 3 heures 22 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette
il y a 3 heures 59 min
décryptage > Défense
"Opération dignité"

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Société
Vertige de l'amour

Si la Covid-19 a congelé votre libido, vous n’êtes pas le seul

il y a 5 heures 5 min
décryptage > Politique
Baudruche ?

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Société
Boom du complotisme

Après l’économie en 2008, la science prend une claque dans l’opinion en 2020 : quel avenir pour la connaissance ?

il y a 6 heures 39 min
light > Politique
Bras de fer avec Twitter
Donald Trump menace de "fermer" les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
il y a 18 heures 23 min
pépites > Economie
Forte augmentation
Impact du coronavirus : le chômage atteint en France son plus haut niveau depuis 1996
il y a 42 min 10 sec
pépite vidéo > Santé
Assurance maladie
Brigades Covid-19 : les enquêteurs ont débuté leur mission pour retracer les cas contacts
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Politique
Remaniement

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

il y a 3 heures 9 min
décryptage > International
Relations internationales

Coronavirus : deux leçons géopolitiques majeures

il y a 3 heures 35 min
décryptage > France
Elle est toujours vivante

Vous avez aimé la "France périphérique" de Christophe Guilluy. Raymond Depardon, le plus grand photographe français vivant, l’a mise en image

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Europe
Prix de la pandémie

750 milliards d’euros pour la relance européenne : attention à ne pas oublier les PME

il y a 4 heures 32 min
décryptage > High-tech
Censure par algorithme

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

il y a 6 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Angela Merkel va réussir la fin de son mandat en déboulonnant les dogmes politiques auxquels les Allemands étaient si attachés

il y a 6 heures 30 min
pépites > Politique
Campagne des municipales
Agnès Buzyn regrette le terme de "mascarade" et confirme sa volonté de ne "pas laisser à Anne Hidalgo les pleins pouvoirs" à Paris
il y a 17 heures 23 min
pépites > High-tech
Outil numérique
Assemblée nationale : les députés votent en faveur de l'application de traçage StopCovid
il y a 19 heures 11 min
Tension

Les fonctionnaires, sévères face au bilan du Président sortant

Publié le 27 février 2012
Même s’ils n’en ont pas tous conscience, ce n’est pas pour son libéralisme supposé que Nicolas Sarkozy est rejeté par une large majorité de fonctionnaires, mais pour la méconnaissance des rouages de la fonction publique dont il aurait fait preuve en lançant ses réformes.
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Même s’ils n’en ont pas tous conscience, ce n’est pas pour son libéralisme supposé que Nicolas Sarkozy est rejeté par une large majorité de fonctionnaires, mais pour la méconnaissance des rouages de la fonction publique dont il aurait fait preuve en lançant ses réformes.

Un récent sondage a montré que si seuls les fonctionnaires votaient, tous corps confondus, civils et militaires, d’Etat, locaux et hospitaliers, le deuxième tour de la présidentielle se passerait entre Hollande et Le Pen. C’est dire le degré de discrédit atteint par l’actuel président au sein de la fonction publique.

Normal, diront les esprits paresseux : c’est un président libéral, hostile à l’Etat ; il a mené une politique libérale, il en paye le prix. Si encore les choses étaient aussi simples ! Si Sarkozy avait été un vrai libéral, nous aurions vu les dépenses publiques baisser, les effectifs publics se réduire, la fiscalité s'alléger.

Mais il s’en faut de beaucoup. C’est sous son quinquennat que les dépenses publiques ont atteint leur maximum historique : 56% en 2011 ; trente et un impôts nouveaux ont été créés, sans compter ceux que l’on a alourdis, tel l’impôt sur les plus-values. Le nombre de fonctionnaires d’Etat a un peu reculé, en fin de période, par l’application de la règle déjà ancienne de non remplacement d’un fonctionnaire sur deux (la fameuse RGPP !), mais surtout au détriment de l’armée, et sans qu’on empêche la fonction publique locale de croître parallèlement.

Bien que l’actuel président n’ait jamais aimé les fonctionnaires, il aura été celui qui a augmenté le plus les rémunérations des fonctionnaires d’autorité et de certains corps déjà bien rémunérés comme la police ou les finances ; cela sous prétexte d’encourager une productivité bien difficile à mesurer.

Bien plus qu’une politique faussement libérale, Sarkozy a payé le prix de son incompétence. Il s’est trouvé propulsé à la tête de l’immense machine étatique sans vraiment la connaître, comme le capitaine d’un navire qui ne serait jamais de sa vie descendu dans les soutes. 

C’est ainsi que, dans son pullulement de réforme, il a donné un coup d’accélérateur à toute une série de réformes qui se trouvaient, soit déjà votées et non appliquées, soit en gestation.

Parmi les lois déjà votées, la plus importante est la loi du 1er août 2000, dite Loi organique des lois des finances (LOLF pour les initiés) approuvée à l’unanimité au temps de Jospin. Les enseignants, remplis de ressentiment contre le président actuel, et qui manifestent avec raison contre l’évaluation systématique de leur travail, savent-ils que cette évaluation n’est que l’application d’une loi votée du temps de la gauche ? Elle ne devait s’appliquer qu’en 2005 et le temps de rodage passé, elle n’a fonctionné à plein qu’à partir de 2007.

Cette loi repose sur des principes hautement contestables : les fonctionnaires sont corporatistes, ne travaillent pas ; il faut donc affaiblir ou supprimer les corps (agrégés, gendarmerie, professeurs de médecine, DDE, DDA , corps des mines etc.) et leur inculquer la « culture du résultat », c’est-à-dire le « pilotage » à partir de statistiques d’ « efficience » toutes plus contestables les unes que les autres, toutes propices à la tricherie et qui font ressembler de plus en plus l’administration française à l’économie soviétique.

Ces reformes par lesquelles on prétend pompeusement introduire « les méthodes managériales dans l’administration » reposent sur des principes faux. Le premier est qu’une administration se gère comme une entreprise (Ludwig von Mises, libéral de l’Ecole de vienne, a démontré le contraire !), le second que les fonctionnaires ne travaillaient pas et qu’il fallait les « secouer » : qui s’est jamais plaint du manque de zèle de l’administration fiscale ?

Il y a, comme partout, 20% de tire-au-flanc mais les fonctionnaires ne sont pas responsables des procédures compliquées et souvent inutiles qu’on leur impose d’appliquer. Les corps ont été tenus pour archaïques : on oubliait tout ce qu’ils avaient accompli au cours des cinquante dernières années : les instituteurs d’avant la « rénovation pédagogique » pour diffuser l’instruction dans le peuple, les ponts et chaussées pour équiper la France, le génie rural pour moderniser l’agriculture, le corps des mines pour développer l’industrie. L’honneur professionnel dont ils étaient porteurs était une motivation bien plus noble que le réflexe pavlovien de la prime par lequel on voudrait le remplacer. L’honneur professionnel : un gros mot  dans le climat de « modernisation de l’Etat » !

Autre présupposé faux : l’idée qu'on accroît l’efficacité en fusionnant les structures : communes, police et gendarmerie, antennes locales de l’Etat, Impôts et Trésor, ANPE et ASSEDIC etc. Non seulement ces fusions se sont traduites parfois par une immense pagaille (Pôle emploi), mais les résistances légitimes n’ont été surmontées que par une large distribution de primes qui a annulé et au-delà les bénéfices attendus.

Que le gouvernement ait tenté de réduire les effectifs de la fonction publique, passe encore, mais fallait-il, pour tout compliquer, que cette réduction, déjà difficile en elle-même coïncidât avec le double traumatisme d’une refonte générale des organigrammes et de l’introduction du contrôle chiffré systématique ? Pour couronner le tout, les procédures ont continué à se compliquer comme jamais : le Grenelle de l’environnement a produit plus de 100 pages de textes !

L’immense découragement qui règne de haut en bas de la fonction publique et qui s’exprime dans beaucoup de départs à la retraite anticipés, est sans doute l’héritage le plus désastreux du quinquennat.

Mais ne chargeons pas Sarkozy puisqu’il ne le mérite : la plupart du temps, il n’a fait que donner un coup d’accélérateur à des réformes qu’une certaine technocratie tenait en réserve depuis de nombreuses années. C’est moins son activisme qui est en cause que sa passivité face à des logiques technocratiques absurdes que de vrais politiques auraient dû corriger.

Même s’ils n’en ont pas tous conscience, ce n’est pas pour son libéralisme supposé que Sarkozy est rejeté par une large majorité de fonctionnaires, c’est pour son incompétence.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

04.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

05.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

06.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

07.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (27)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
dranreb
- 01/03/2012 - 12:50
Vérités sur les déficits et la dette. D'où ils viennent.
http://ecofrance.free.fr/SIVECA/
MONEO98
- 28/02/2012 - 14:13
moralité??
ne changeons rien... diagnostic d'un haut fonctionnaire
surtout pas les corps sous entendu le statut général ,ce modèle sovietoïde d'ou vient tous nos problèmes
plus de fonctionnaires plus de réglementations il est évident que si on ne change pas les structures du millefeuille ,la réforme est impossible
NS n'est pas dame Thatcher dommage c'est un personnage de ce calibre pour remettre le pays en ordre de marche
Mani
- 28/02/2012 - 11:36
@diana
"j'ai voté cet homme il y a 5 ans j'y ai cru comme beaucoup de français et j'en suis très déçue!" Maaaaiiis oui. Et puis vous dirigez aussi une entreprise de 50 personnes et vous postez tous les jours sur ce site, en général pendant la journée. On croit tout ce que vous dites ! C'est encore plus drôle à chaque fois.