En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 7 heures 53 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 9 heures 54 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 11 heures 26 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 12 heures 50 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 15 heures 23 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 16 heures 12 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 17 heures 32 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 17 heures 56 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 8 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 9 heures 32 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 10 heures 57 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 12 heures 14 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 15 heures 12 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 15 heures 33 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 16 heures 55 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 17 heures 52 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 18 heures 48 sec
© BFMTV
© BFMTV
Variété

Théo, Toula et les autres

Publié le 14 février 2017
Si l'affaire Théo pose toujours plus de questions qu'elle n'y répond, tout n'est pas à mettre dans un même sac. Les profils sont différents et doivent être traité avec discernement.
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si l'affaire Théo pose toujours plus de questions qu'elle n'y répond, tout n'est pas à mettre dans un même sac. Les profils sont différents et doivent être traité avec discernement.

Le 2 février, il y a eu à Aulnay-sous-Bois l'intervention de quatre gardiens de la paix de la Brigade Spécialisée de Terrain (BST), un trafic de drogue interrompu, et l'interpellation d'un quatuor parmi lequel se trouvait Théo. Celui-ci a été maîtrisé par trois des fonctionnaires dans des conditions de brutalité qui ont été dénoncées puisque, selon Théo, une matraque lui a été délibérément enfoncée dans l'anus.

Je ne me prononce pas sur les versions contradictoires des uns et des autres (Le Parisien). L'IGPN, saisie de cette affaire, a conclu que l'atteinte grave causée à la victime l'avait été involontairement, par maladresse, du fait de l'empoignade. Ce que Me Dupond-Moretti, avocat de Théo, a vigoureusement contesté au motif qu'un viol ne pouvait résulter que d'une intention volontaire.

Depuis le déroulement de cette affaire, violences à Aulnay-sous-Bois et à Bobigny, saccages, bris de vitrines et de matériel urbains, véhicules incendiés, attaques des forces de l'ordre, casseurs, nombreuses interpellations, paroxysme du rapport conflictuel entre jeunes de ces cités et la police...

Le comble, ce sont Théo et sa famille qui ont dû appeler au calme et rappeler qu'on n'était pas en guerre ! Le président de la République lui a rendu visite sur son lit d'hôpital et même si sa démarche a été approuvée par beaucoup à droite comme à gauche, je maintiens que je la trouve inopportune. Sauf à accepter une multiplication de ces visites compassionnelles dans toute la France et d'abord auprès des fonctionnaires de police trop régulièrement blessés par de jeunes voyous ici ou là, dans des cités quasiment interdites à la loi. Dès qu'un président de la République sort de son rôle, il fait d'une affaire qui devrait rester policière et judiciaire une affaire d'Etat.

Plusieurs questions doivent être posées tant les conséquences du 2 février ressemblent à celles, trop nombreuses, qui suivent à chaque fois, dans certaines cités, l'affrontement entre une police accomplissant sa mission et des jeunes gens prêts en permanence à en découdre.

Pourquoi, d'ailleurs, cette inéluctable dégradation d'incidents particuliers en violences et en émeutes collectives ? Comme si l'état de droit, même dans sa version la plus minimaliste, n'était pas acceptable et devait être récusé par principe.

Théo est une victime. Il n'a jamais été condamné mais était-il rattaché de près ou de loin à l'environnement - message des guetteurs aux dealers - de drogue et de méfiance de la police ?

Comme Marine Le Pen, j'ai confiance par principe en la police et ne fais pas peser sur elle une présomption de culpabilité quand elle agit au demeurant dans les circonstances les plus difficiles qui soient. Elle sera coupable quand la Justice l'aura établi et si le gardien de la paix concerné l'est, il devra être sanctionné comme son acte le mérite. En tout cas, pour les cités, je n'éprouve pas cette démagogie miséricordieuse qui soutient les agresseurs et cherche à nous persuader que, brisant, saccageant et frappant, ils se révoltent contre le chômage alors qu'ils cassent du flic et haïssent seulement l'autorité qui vient s'immiscer dans leurs combines malpropres.

Pourquoi les politiques, gauche et droite confondues, sont-ils incapables, avec une énergie qui devrait relever de leur vigilance démocratique, de mettre le holà aux violences inadmissibles ? Pourquoi paraissent-ils valider le fait que la société serait coupable quand une minorité de voyous faciles à cibler, plus difficiles à interpeller, démontre clairement qu'ils sont eux-mêmes responsables et coupables ? Pourquoi chercher des excuses avant même la sanction alors que le jugement devra, lui, les intégrer si elles existent ?

Pourquoi les médias, dans leur grande majorité, attisent-ils cette incandescence en focalisant l'attention, de manière trop souvent partiale, sur les fauteurs de trouble plutôt que sur ceux qui, pour nous tous, font le sale boulot de maintenir ou de restaurer la tranquillité publique dans des lieux privatisés par des délinquants pour leur profit et leur impunité ?

Pourquoi médias et politiques, à chaque fois qu'une politique de fermeté cohérente et régulière est annoncée, formulent-ils comme première préoccupation le fait qu'elle sera impossible à mettre en oeuvre à cause de la résistance de ceux qu'elle devra concerner ? C'est inverser l'ordre et les principes. Parce que les coupables s'opposeraient à ce qui aurait pour finalité de les mettre hors d'état de nuire, il faudrait les laisser faire ? La peur qu'éprouve l'Etat avant l'action explique pourquoi celle-ci demeure lettre morte après.

Pourquoi ne pas restaurer l'autorité de l'Etat partout, avec fermeté, rigueur et en soutenant sans état d'âme les forces chargées d'en être les vecteurs et en même temps, veiller à imposer autant que possible une police de proximité qui devra être au quotidien toute d'urbanité si la situation le permet ? Au fond deux peurs se font face : la confiance ne serait pas inconcevable si à tous niveaux se manifestaient fermeté, exemplarité et contrôle.

Dans le pire il y a des lumières. Il y a Emmanuel Toula.

Au cours de l'une des manifestations violentes de Bobigny, alors que le capot d'une voiture encerclée par des jeunes et bloquée par une poubelle commençait à brûler et que sa conductrice avait seulement réussi à en sortir son petit garçon de deux ans et pas encore sa fillette de six ans, Emmanuel Toula, âgé de 16 ans, avec un infini courage s'est engouffré dans le véhicule, a détaché la ceinture de sécurité de l'enfant et l'a sauvée. Toula faisait partie des soutiens de Théo.

La préfecture de police, après en avoir crédité des policiers, a reconnu que le jeune homme était l'auteur de cette belle action (Le Figaro).

J'en tire la conclusion optimiste qu'il n'y a pas à désespérer de quelque personnalité que ce soit et qu'aucune crise humaine et sociale n'est insoluble. En tout cas il faut s'en persuader.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 14/02/2017 - 18:56
Affaire Théo. Que Hollande,
Affaire Théo. Que Hollande, pompier pyromane, vienne jeter de l'essence sur l'incendie, personne n'aurait pu le croire. Il l'a fait. C'est peut-être bien dans ce besoin de tout aggraver que réside l'esprit de sa politique pendant son quinquennat. Son poulain Macron pourrait peut-être faire mieux, l'air de ne pas y toucher.
vangog
- 14/02/2017 - 17:22
Comment Maitre Dupond Moretti sat-il qu'une fissure anale...
est nécessairement le produit d'un viol??? il a participé à l'un d'entre ces viols?...
Leucate
- 14/02/2017 - 14:11
Justice sinistrée
La Justice, c'est le couple - police / justice - la police en amont qui détecte les infractions, en détecte les auteurs et réunit les preuves pour les confondre, la justice en aval qui juge les auteurs accusés, décide d'une peine et la fait appliquer.
La Police était encore opérationnelle mais elle est bien abîmée parce que la justice est sinistrée et ne traite plus correctement la masse des affaire que la Police (police nationale et gendarmerie) lui transmet pour examen et sanction.
Si la Justice est sinistrée, c'est parce qu'elle a été sous-budgétisée depuis 1981 et n'a pu suivre la montée exponentielle de la délinquance avec une chance de l'arrêter voire de la faire régresser. Tout comme l'Armée, elle a servi de variable budgétaire en vue de dégager des sommes servant à arroser les "mieux-gueulants" qui attendent la manne céleste la gueule grande ouverte. C'était profitable politiquement.
Les sommes que nous consentons pour financer notre justice correspondent, en pourcentage du PIB, à la moitié de ce que les autres pays européens comparables consentent pour leur institution judiciaire. Pas étonnant alors que notre justice soit clochardisée et incapable de punir correctement.