En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Prédiction... ou menace ?

Petite appréciation des risques réels de défaut massif de la France en cas d'élection de Marine Le Pen

Publié le 17 février 2017
L'agence de notation financière menace la France de défaut de paiement en cas d'élection de Marine Le Pen et de prononciation de sortie de l'euro. Se faisant, ils outrepassent largement leurs prérogatives.
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'agence de notation financière menace la France de défaut de paiement en cas d'élection de Marine Le Pen et de prononciation de sortie de l'euro. Se faisant, ils outrepassent largement leurs prérogatives.

Atlantico : Selon l'agence de notation Standard&Poors, dans le cas ou Marine Le Pen provoquait une sortie unilatérale de la France de la monnaie unique, l'agence prononcerait une situation de défaut de paiement "Si un émetteur n'applique pas les obligations contractuelles, notamment le paiement dans la devise stipulée, nous prononcerons le défaut". ​Sans même se poser de question de l’opportunité ou non de sortir de l'euro, comment justifier un tel positionnement d'une agence de notation ?

Rémi Bourgeot : Il s’agit à l’évidence d’un positionnement partial et contreproductif qui, dans un climat de défiance généralisée vis-à-vis de ce type d’institutions, ne peut qu’apporter de l’eau au moulin du Front national. Un changement de devise est un événement rare pour les grands pays mais la règle en la matière relève de la « lex monetae », comme l’ont à nouveau souligné la plupart des médias financiers anglophones. Si un Etat change de devise officielle, il rembourse dès lors les dettes émises dans l’ancienne devise et en droit local avec la nouvelle devise, en utilisant le taux de conversion qui prévaut au moment de la transition. Précisons que 80% de la dette française a été émise sous droit français.

Après l’introduction de l’euro, la France a, comme tous les pays de la zone euro, assuré les paiements liées à ses émissions obligataires d’avant 1999 en euros et non en francs qui n’existaient simplement plus. Même dans le cas où l’ancienne devise demeure dans d’autres pays, cette règle de bon sens s’applique, pour peu que l’Etat en question modifie sa loi en ce sens.

Mais justement, si la France quittait l’euro, étant donné le poids du pays dans la zone euro, l’euro risquerait fortement de disparaitre à terme ou de ne survivre que sous la forme d’une union monétaire resserrée de petits pays autour de l’Allemagne, une sorte de zone « neue Deutschemark ». Il ne s’agirait plus, dès lors, de ce qui était censé devenir la monnaie de l’Union européenne, même si cette devise conservait, au grand dam de nombreux allemands, le nom d’euro.

Si l’on considère cet effet de contagion, on n’imagine pas les agences de notation déclarer le défaut de tous les pays de l’ex-Union monétaire (à l’exception de ceux de l’éventuelle nouvelle « zone Mark »). En commençant par prononcer le défaut de la France, SP risquerait de ne pas pouvoir appliquer la même règle à l’ensemble des pays qui finiraient par lui emboiter le pas. En parlant d’action « unilatérale », ces employés de SP ont commis une faute. Ils se mettent dans une position de police des mœurs macroéconomiques, s’évertuant en vain à tordre les règles tout à fait pragmatiques du capitalisme en la matière.

Ils ne pourraient en réalité se permettre de déclarer le défaut de la France que dans le cas improbable où ils auraient la certitude que la sortie de la France n’aurait d’effet de contagion ni politique ni économique ni financier… Ils auraient à la limite du parler de sortie « isolée » plutôt que de conversion « unilatérale » de la dette, ou alors se concentrer sur le problème de la dette privée, pour éviter d’ajouter un douteux mélange des genres aux failles économiques et juridiques de leur analyse.

​​Si les investisseurs sont opposés à une telle situation, cela est en raison de la potentielle dépréciation de la nouvelle monnaie. Pourtant, de nombreux pays ont pu procéder à des "dévaluations" de leur monnaie, notamment le cas du Japon entre 2012 et 2014 qui ont été à l'origine d'une dépréciation du Yen de 40%. Ne peut-on pas parler de traitement différencié entre les deux situations alors même que les conséquences paraissent identiques pour les investisseurs ?

Le créditeur d’un Etat est toujours soumis à un aléa politique, notamment du fait de la politique de change en effet. D’ailleurs, dans les salles de marché anglophones, le qualificatif « sovereign » est omniprésent pour désigner les dettes étatiques. Le cas japonais avec la politique ultra-expansionniste de la banque centrale, en coordination directe avec le gouvernement de Shinzo Abe, est un très bon exemple de l’aléa politique qui pèse généralement sur la dette.

Une dépréciation par l’intermédiaire d’un programme d’achat massif de dette par la banque centrale pousse toutefois, dans le même temps, les prix des actifs (qu’il s’agisse de dette ou de capital) à la hausse. Cela bénéficie donc aux investisseurs du pays qui ne souffrent pas particulièrement de la dépréciation et profitent, au moins à court terme, de la hausse des marchés libellés dans leur devise.

Dans le cas du Japon, moins de 10% de la dette publique est détenu par des investisseurs étrangers, donc plus de 90% des créditeurs ont plutôt eu tendance à profiter de telles mesures. En France, la dette est détenue à environ 60% par des non-résidents, donc la perception diffère quelque peu à cet égard. En cas de conversion de la dette en nouveaux francs et de dépréciation importante de cette devise, 60% des créditeurs encaisseraient, dans un premier temps tout du moins, une perte à hauteur de la dépréciation du franc alors que, dans le cadre de l’euro, aucun risque de dépréciation n’était censé se manifester entre les pays de l’union monétaire, par définition.

Même si la Fed n’a pas été aussi loin que la Banque du Japon, elle a toutefois tout au long de la crise très fortement pesé sur le taux de change du dollar, disons de 2008 à 2013. Pour environ 35% des créditeurs de l’Etat américain qui résident à l’étranger, il s’agissait d’une dépréciation tout à fait substantielle de leurs actifs en dollars. Mais cette politique, même si elle a fait enrager les activistes américains du Tea Party et la banque centrale chinoise, ne brisait pas un tabou comparable à celui de la monnaie unique.

Quelles seraient les conséquences pour le pays si un tel défaut venait à être effectivement prononcé ? ​​

D’un point de vue politique, les déclarations des agences de notation n’engagent que ceux, de moins en moins nombreux, qui y accordent encore de l’importance... Sur le plan financier toutefois, au-delà de l’image écornée des agences depuis leur implication dans la bulle des subprimes, de très nombreux contrats privés restent adossés à leurs décisions, ainsi que l’allocation de fonds qui dépendent de la catégorie de notes dans laquelle se trouvent les pays.

En particulier, lorsqu’un pays est déclaré en défaut, les fameux « credit default swaps » (CDS), qui servent en temps normal de simple outil de spéculation alternatif aux obligations, serait déclenchés et engageraient des paiements de prime considérables de la part des institutions financières qui les ont émis. C’est la question de cet impact sur le secteur bancaire et par ricochet sur l’économie en général qui a toujours dissuadé l’Institute for International Finance, de façon tout à fait discrétionnaire en réalité, de déclarer la Grèce en faillite. Le pays a pourtant pratiqué en 2012 la plus grande restructuration de dette de l’histoire (200 milliards d’euros). SP indique que le prétendu défaut de la France équivaudrait à environ dix fois cette restructuration de la dette grecque…

Par ailleurs, sur un plan plus théorique, un Etat déclaré en défaut est censé avoir le plus grand mal à se refinancer sur les marchés et doit, de plus, trouver un accord avec d’éventuels fonds vautours qui achètent une portion de la dette d’un pays au bord du défaut. Mais ce problème concerne essentiellement la dette de droit étranger, c'est-à-dire, dans le cas français, seulement 20% de la dette publique. Cette portion devrait donc plutôt être remboursée en euros tant que la devise existe. Sur les restructurations de dette de façon générale, notons que la règle et la pratique ont profondément évolué ces dernières années avec l’introduction généralisée en Europe, parfois même à titre rétroactif, de clauses d’action collectives (CAC) qui neutralisent justement les créditeurs minoritaires.

Par ailleurs, ce qui compte avant tout aux yeux de la grande majorité des investisseurs, une fois passé le choc, c’est la crédibilité des projets présentés pour sortir le débiteur de l’ornière grâce à une stratégie de croissance. Les agences de notations ne peuvent pas faire l’impasse sur cette loi fondamentale du capitalisme. On doit souligner, à cet égard, la nécessité d’avoir en place un gouvernement crédible, efficace et stable pour faire face à une telle situation qui pourrait autrement s’avérer désastreuse. C’est sur ce plan que devrait se situer l’argumentation politique et économique face au Front national, non pas sur celui de la fantasmagorie para-juridique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

03.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

06.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

07.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (40)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 14/02/2017 - 13:20
@edac44 - votre roman
Vous avez oublié de dire que Jacques Rueff avait commencé à dévaluer l'ancien franc de 20% avant de créer le nouveau franc.
Qu'est ce qu'une dévaluation d'une telle ampleur ? c'est une purge rendue nécessaire par les circonstances et la mauvaise gouvernance passée, destinée à ce que la monnaie corresponde à la valeur réelle d'une économie. Les réformes mises en oeuvre ensuite pour réformer et retrouver la prospérité sont autre chose, mais elles sont rendues plus faciles par une monnaie en adéquation avec l'économie réelle.
Toutes les réformes proposées par l'équipe Fillon qui est responsable de la situation actuelle comme tous ceux du RPR.UMP et du PS qui ont été aux commandes depuis 35 ans - les Trente Piteuses - ne sont que des voeux pieux, ils ne pourront jamais être mis en oeuvre avec une monnaie trop forte comme l'euro. C'est pourquoi les économistes disent que l'euro étrangle et plombe tous les pays européens à des degrés divers (nous ne sommes pas les plus touchés) sauf l'Allemagne dont c'est la monnaie. L'euro, c'est le mark.
Jacques Rueff était un farouche adversaire de Keynes qui a la fameur de l'Enarchie. Normal, les énarques ont appris à dépenser l'argent, pas à le gagn
vangog
- 14/02/2017 - 10:21
La force d'une monnaie c'est l'attractivité économique
d'une Nation créative et émancipée de ses freins réglementaires et écologistes! Depuis quarante ans, les UMPSECOLOCOCOs ont amoncelé des lois tentant de corriger les déséquilibres qu'ils avaient, eux-mêmes provoqués...cette usine à gaz est proche de s'effondrer, aujourd'hui, et ce n'est pas la faute des patriotes FN! Nous n'aurons aucun complexe à réformer cette usine à gaz, afin de retrouver la créativité, la force de travail et la compétitivité qui faisaient la force de la France, avant liberalo-marxisme...et même si le nouveau-Franc subit une légère baisse de valeur, au début de son impression, stimulant ainsi les exportations, il retrouvera vite une valeur d'équilibre, après reindustrialisation et remise au travail des Français...ce n'est pas la monnaie qui crée la force d'une Nation, mais une Nation qui crée la force de sa monnaie!
edac44
- 14/02/2017 - 10:01
L'escroquerie de la monnaie faible (suite)
Oui, l’Allemagne a vendu à crédit des Mercedes, des BMW, des Volkswagen, des machines-outils… Oui, des pays à tradition de “monnaie faible” se sont crus riches et lui ont acheté à crédit, croyant profiter de l’aubaine d’une “monnaie forte”. Où est la culpabilité de l’Allemagne dans le déséquilibre commercial qui s’est installé ? Depuis quand est-on “obligé d’acheter” et surtout à crédit ?
====================================================================> http://bit.ly/2kO5gIQ