En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Si vis pacem
Vladimir Poutine ordonne à son armée de l’air de se préparer à la guerre : qu’a-t-il en tête ?
Publié le 10 février 2017
Vladimir Poutine a demandé à l'armée de l'air Russe de se tenir prête pour une guerre. L’agressivité de cette annonce est probablement un effet d'annonce de la part du Président Russe, cependant cela reste une menace à prendre au sérieux.
Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste associé au groupe d'analyse JFC-Conseil. Docteur en Histoire, il a soutenu sa thèse en 2015 à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) d’Aix-Marseille Université....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Lombardi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste associé au groupe d'analyse JFC-Conseil. Docteur en Histoire, il a soutenu sa thèse en 2015 à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) d’Aix-Marseille Université....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vladimir Poutine a demandé à l'armée de l'air Russe de se tenir prête pour une guerre. L’agressivité de cette annonce est probablement un effet d'annonce de la part du Président Russe, cependant cela reste une menace à prendre au sérieux.

Atlantico : Vladimir Poutine a ordonné à l’armée aérienne Russe de se préparer pour un “temps de guerre”, selon-vous quelle est la stratégie derrière cette annonce ? Pourquoi dit-il cela maintenant ?

Roland Lombardi : Cette dernière déclaration de Vladimir Poutine et la mise en "alerte maximale" des forces militaires russes interviennent dans un contexte particulier, à savoir un regain de tension dans le Donbass en Ukraine. Pour le Président russe, c’est clairement un message d’avertissement en direction du Président ukrainien Porochenko mais aussi de l’OTAN et bien sûr des Etats-Unis.

Il faut aussi rappeler, qu’il y a un mois, juste avant que Barack Obama ne quitte la Maison Blanche, la tension dans les relations américano-russes s’était accentuée lorsque l’ancien président américain avait expulsé 35 diplomates russes soupçonnés d’espionnage (sans représailles de la part de Moscou) et surtout, lors d’un des plus vastes déploiements de troupes américaines en Europe depuis la fin de la Guerre Froide. En effet, dans le cadre de l’opération nommée "Atlantic Resolve", des chars américains avaient franchi la frontière germano-polonaise le 12 janvier. Ainsi, une brigade américaine de près de 4 000 hommes, 87 chars et une centaine de véhicules blindés avait été déployée début janvier. Cette unité effectua alors des manœuvres à la frontière russe et des rotations étaient prévues entre les territoires polonais, lituanien, estonien et hongrois. Pour Washington, ces "opérations" s’inscrivaient dans une stricte mesure de "dissuasion et de défense" face "aux activités russes en Ukraine". Mais celles-ci mettaient tout de même sous pression les forces russes, tout en encerclant la Russie sur son flanc ouest. Par ailleurs, d’autres exercices de l’OTAN (prévus de longue date, avant l’arrivée de Trump) ont lieu en ce moment, depuis le 1er février, en mer Noire… Ce n’est donc pas étonnant que la Russie se sente alors "agressée" et montre elle aussi ses muscles… C’est le jeu.

Pensez-vous que ce type d’annonce conforte Vladimir Poutine et la Russie dans une position de force ? Au vu du climat international actuel, Poutine a-t-il besoin de réaffirmer sa force ?

Même avec la prise de fonction du nouveau président Trump (qui a l’intention de se rapprocher de la Russie) et les dernières nominations aux postes clés de son administration de personnes considérées comme "amie" de la Russie (Tillerson, Flynn…), il est toujours bon pour Poutine de faire une sorte de piqûre de rappel dans le domaine de la dissuasion, histoire de montrer qu’il ne se laisse pas grisé ou endormir par les beaux discours du nouveau président américain. Il rappelle ainsi qu’il reste toujours vigilant et sur ses gardes. Toutefois, le président russe sait pertinemment qu’il ne peut se permettre le luxe d’un conflit contre l’OTAN en Europe. Et je ne pense pas aussi, que la nouvelle direction à Washington souhaite déclancher une Troisième guerre mondiale pour l’Ukraine…

Pour autant, même si le candidat Trump avait appelé durant sa campagne à plus d’isolationnisme et au désengagement de l’Amérique face par exemple aux "coûts exorbitants" de l’alliance transatlantique ou de la présence américaine au Moyen-Orient, les Etats-Unis n’abandonneront pas totalement leur leadership. L’Europe et le Moyen-Orient sont les bases du pivot tant souhaité par les Américains vers l’Asie. Ce qui nécessite donc leur stabilité, tout comme des relations apaisées entre l’Occident et la Russie.

En 1933, beaucoup disaient que Hitler n’était pas une menace, de la même façon que de nombreux médias et spécialistes estiment que Poutine bluff. Ne retrouvons-nous pas quelque part ici cet esprit de Munich ? Que se passerait-il si nous avions tort ?

Comparaison n’est jamais raison. Surtout en histoire et en relations internationales. Ici, en l’occurrence, cette comparaison est ridicule. Hitler voulait imposer son idéologie au monde (comme les communistes d’ailleurs). Il souhaitait créer une Europe nazie et avait une politique de conquête pour son "espace vital". Actuellement, nous ne sommes plus au temps des grandes conquêtes territoriales et des grandes invasions. L’Union soviétique a d’ailleurs connu le prix à payer lors d’une occupation d’un pays tiers et hostile comme en Afghanistan. Les Etats-Unis également, dans le même pays et en Irak, au début des années 2000. La Russie d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec l’URSS d’hier. Poutine, lui, n’a pas d’idéologie à infliger et n’a pas besoin d’espace vital à conquérir. Il a lui-même déclaré, et ce à plusieurs reprises, qu'entre Moscou et Vladivostok, il y avait 9 000 kilomètres et que la Russie avait d'autres projets que d'envahir les pays baltes ! Bien sûr, il a annexé la Crimée mais ce territoire, quoiqu’on en dise, est russe, sur le plan historique et démographique. Certes, dans le cadre de sa géopolitique de l’orthodoxie, le président russe se présente partout comme le protecteur des orthodoxes et des populations d’origine russe ou russophones. Par ailleurs, la propagande et le soft power russes sont très actifs. Mais les Russes sont dans leur rôle et ne cherchent finalement qu’à trouver des partenaires commerciaux voire de nouveaux clients et enfin, des "alliés" face aux seuls vrais défis qui préoccupent réellement Moscou : l’islam radical et politique (d’où sa politique au Moyen-Orient¹) et la Chine !

De fait, la "menace russe" n’a été créée et entretenue que pour justifier certaines dépenses militaires. Finalement, elle ne sert que les complexes militaro-industriels occidentaux, les très influents lobbies saoudiens et tous ceux qui ont un quelconque avantage à entretenir l’image du grand croque-mitaine russe comme certaines élites pour qui Poutine représente tout ce dont elles exècrent, à savoir la force, le réalisme et les valeurs nationales patriotiques. La nouvelle administration américaine semble l’avoir compris…mais malheureusement pas les chancelleries européennes. Car, que je sache, les responsables des 240 victimes sur notre sol depuis deux ans n’étaient pas des Russes ! Non, soyons sérieux, la Russie n’est pas une menace pour la France et l’Europe. Et s’il y a bien un "esprit de Munich", on le trouverait plutôt chez ceux qui, à cause de leur idéologie frelatée, se refusent encore à admettre que les trois seules et véritables grandes menaces pour l’Europe sont : le salafisme, la crise migratoire (la plus grande crise géopolitique de son histoire moderne) et enfin, notre faiblesse ! 

¹http://www.atlantico.fr/decryptage/comprendre-vraiment-politique-russe-en-mediterranee-et-au-moyen-orient-roland-lombardi-2847543.html#F2UJFJdouzyZ8mWH.01

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La vraie raison qui pousse Apple à multiplier le nombre d’Iphones qu’ils veulent lancer chaque année
02.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
03.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
06.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
07.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
OlivierRiviere
- 14/02/2017 - 21:45
Or-taux-graphe??
Article intairéssent mé de grasse, utilisé le korrekteur orthogras-phique! C'est un skandal!!!
legeorgenri
- 12/02/2017 - 11:17
L'Histoire synonyme de Présent
Napoléon à commis la faute stratégique majeure , et pourtant la France était forte alors ! Aujourd'hui la France est faible et elle est russophobe et americanophile ! Politiquement et stratégiquement aussi fautes majeures ! MLP et peut être Fillon sont plus à même de rectifier . Pour les autres , Strategie n'est pas dans leurs gènes , pour eux c'est tactique et raccolage ! Pas le même niveau ! Mais méritons nous mieux ??
legeorgenri
- 12/02/2017 - 10:53
Excellent Commentaire .
A Donaly . Bien dit , bien écrit ! Les temps ont bien changé , guère d'espoir pour demain ! Par ailleurs Poutine est un russe qui aime la Russie, il prends en compte le contexte géopolitique du moment . Aussi préparer le pays à toutes éventualités ,même peu probables , c'est la marque d'un vrai chef d'état ! Quel dommage que notre triste France n'ait plus un De Gaulle !
.