En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

07.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 3 heures 51 sec
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 4 heures 52 min
pépites > Justice
ENM
Eric Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret pour diriger l'Ecole nationale de la magistrature
il y a 6 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 8 heures 9 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 8 heures 36 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 9 heures 59 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 10 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 11 heures 37 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 12 heures 12 min
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 4 heures 5 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 5 heures 23 min
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 7 heures 25 min
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 8 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 8 heures 18 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 10 heures 27 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 11 heures 12 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 12 heures 7 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 12 heures 42 min
© AFP
© AFP
Mère Fouettarde

Et si Marine Le Pen était en train de se transformer en atout pour la France au sein de l’Europe ?

Publié le 17 février 2017
Marine Le Pen est aujourd'hui créditée dans un sondage IFOP pour Paris Match de 26% des voix pour le premier tour à l'élection présidentielle. La "menace" Marine Le Pen pourrait pourtant présenter des avantages non négligeables pour la France afin de peser dans les négociations européennes.
Xavier Timbeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Timbeau est directeur du département "Analyse et prévision" à l'Ofce.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marine Le Pen est aujourd'hui créditée dans un sondage IFOP pour Paris Match de 26% des voix pour le premier tour à l'élection présidentielle. La "menace" Marine Le Pen pourrait pourtant présenter des avantages non négligeables pour la France afin de peser dans les négociations européennes.

Atlantico : Aujourd'hui Marine Le Pen suscite des inquiétudes à la fois en France mais aussi en Europe avec ses positions anti européenne et le fait qu'elle soit première dans les sondages d'opinion avec 25% d'intention de vote. Mais ne serait-il pas judicieux d'utiliser cette peur pour pouvoir peser dans les négociations au sein de l'Union européenne ?

Xavier Timbeau : C'est déjà ce qui a été fait aujourd'hui. La menace de l'éclatement de la zone euro ou de l'union européenne est un non dit presque dit. Le Brexit est un avertissement, qui rend possible un référendum et le déclenchement de l'article 50. La sortie de l'UE est explicitement dans le programme de Marine Le Pen par une procédure très proche est donc crédible. L'éléction de Marine le Pen est possible, puisqu'elle est effectivement en tête des sondages et que les surprises sont nombreuses. Ce n'est donc pas un scénario que l'on peut écarter. Mais plus profondément, il y a l'émergence d'une conscience politique euroseptique, dont Marine Le Pen se fait la porte parole. Elle construit un discours par lequel elle propose comme solution à nos malheurs la sortie de l'Union Européenne. Cela va au delà de faire de l'Europe un bouc émissaire, c'est mettre sur la table quelque chose de modérément transgressif, puisque il y a eu un avant Union Européenne et puisque les Anglais l'ont fait, sans que cela soit la fin du monde. Le mensonge est bien sûr de faire croire que mettre fin à l'Europe résoudra nos problèmes comme par magie, que la souveraineté retrouvée ne sera pas contrainte et que tout sera alors possible. 

Même si Marine Le Pen n'est pas élue, il restera que l'Europe alimente l'eurosepticisme et fait gonfler une opposition qui peut prendre corps. L'incarnation par Marine Le Pen de l'eurosepticisme oblige les responsables européens à faire de la politique, c'est à dire à se soucier à la fois des conséquences de ce qu'ils font et de la façon dont leur action est jugée. Et c'est ça qui est en train de transformer très profondément le le jeu à Bruxelles.

Sur quel dossier précis, sur quel point de discorde brandir la menace Marine Le Pen serait susceptible de faire avancer les négociations en notre faveur ?

Il y a deux critiques principales que le discours de Marine Le Pen fait porter. La première est est un discours assez ancien sur les normes. Il s'agit de dénoncer la Commission lorsqu'elle s'occuperait de questions que ne la regarde pas. En vocabulaire européen, c'est la question de la subsidiarité et la tendance est effectivement de revenir vers un modèle où les Etats sont compétents sur de plus en plus de sujets. Contrairement à ce qui s'est passé au Royaume Uni, la Cour de Justice de l'Union Européenne n'est pas trop en ligne de mire. La seconde est autour des questions économiques. Le traumatisme est l'austérité ou les réformes structurelles que l'Europe aurait imposé à beaucoup d'Etats membre, alors que cela n'était pas adapté ou raisonné. Un erreur de politique économique aurait été commise et la faute en revient à Bruxelles. Cet argument offre un formidable levier sur le pacte de stabilité et de croissance qui a été renforcé et qui a cristallisé l'austérité. Le pacte renforcé introduit d'ailleurs l'idée que si des réformes structurelles sont entreprises, elles peuvent se traduire par un relâchement de la contrainte budgétaire. Ici, la menace de Marine Le Pen peut jouer à la fois pour mettre fin au Pacte de Stabilité et de Croissance et suggérer à la Commission de ne pas s'ériger en gardien de la stabilité financière ou en mouche du coche des réformes structurelles. Le problème derrière cela, c'est que ce sont les Allemands qui ont exporté leur modèle ordo libéral. L'enjeux est bien de dépasser ce cadre pour aller vers quelque chose de plus souple et de plus pertinent.

Est-ce que l'on utilise déjà cette menace et si oui, concrètement comment fait-on ?

Cette menace a été utilisée, mais avec modération. Le déroulement de l'élection présidentielle change la donne. Les institutions de la 5eme république ont du mal à résister au discrédit à la fois du sortant et du candidat de l'alternance habituelle. L'introduction d'une dose de proportionnelle dans ce contexte rendrait plus difficile l'exercice du pouvoir et ajouterait à la confusion. Cela donne plus de force au discours contestataire même minoritaire. D'ailleurs, en ajoutant l'eurosepticisme de Marine Le Pen à celui de Jean Luc Mélanchon, bien qu'il n'ait que peu de choses en commun, la constestation minoritaire pèse de plus en plus lourd. Et cela renforce la nécessité de produire des résultats avec l'Europe plutôt que de penser l'Europe comme un cadre qui doit discipliner des populations irresponsables. Concrètement, la Commission devrait devenir plus bienveillante, avec la France, mais elle est déjà avec l'Espagne. L'Allemagne devrait aussi s’intéresser un peu plus à la situation économique de ces voisins. Et puis, la Commission va s'engager sur des terrains sur lesquels elle va essayer de faire la démonstration que l'Europe sert à quelque chose. Les questions de la fiscalité des multinationales, de l'évitement fiscal sont remontées dans les priorités. Le dossier des travailleurs détachés aussi. Au fond, l'Europe va se resserrer autour des quatre libertés (libre circulation des personnes, des capitaux des biens et des services) et pour maintenir ces 4 libertés à l'intérieur de l'Europe faire des concessions sur le reste du monde. La globalisation de la finance ne sera plus un objectif, pas plus que l’approfondissement du libre échange avec le reste du monde. Sur ces sujets, la position de l'Europe, c'est-à-dire à la fois de la Commission, mais aussi du Parlement et des chefs de gouvernement réunis dans le Conseil, va probablement évoluer.

Outre la scène européenne,  est-ce que faire peser la même menace sur la scène internationale pourrait avoir un impact ? 

Non, parce que sur la scéne internationale personne n'a un intérêt vital à la continuation de l'Europe. Non pas que l'Europe ait des ennemis, ni ne soit considérée comme une zone de stabilité. Mais dans un monde où le bilatéralisme prend le pas sur le multilatéralisme, l'Europe reste un géant, un peu lent et gauche, plus difficile à impressionner qu'une île peuplée de 60 millions d'habitants. Le gain à court terme de traiter avec des pays divisés et épuisés par l'éclatement de l'Europe sera toujours bon à prendre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (34)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
arcole 34
- 14/02/2017 - 09:44
DE PARIS A TAMNARASSET ????.
Je me permets aussi de vous faire remarquer que les recherches sur l'arme nucléaire furent commencer sous la houlette de la 4é république ( vous citez Jacques Rueff ) mais cependant le programme de mise en œuvre fut accompli sous le Gal de Gaule. autant être honnête avec vous jamais la bombe française n'eut d'influence sur les soviétiques. Je vous invite à vous reporter sur les entretiens de VGE et d'Helmuth Schimdt lors de la période du dépoliement des régiments Pluton ( Artillerie nicléaire à moyenne portée ). Schimdt avait expliqué que certes en cas d'attaque nucléaire soviétique, non seulement la riposte par des tirs des régiments Plutons auraient pour effet d'anéantir les avant-gardes soviétiques mais n'annihileraient pas la volonté de ces derniers de riposte de ces derniers auquel cas cela serait la France qui verrait ses plus belles capitales rayées de la carte du monde. Sachant que les présidents de Gaulle et Pompidou étaient attachés aux beaux paysages de la France, et qu'au 1er tir soviétiques les allemands se seraient rendus aux russes, je ne vois pas quelle protection nous avons apportés aux uns et aux autres . La diplomatie avait largement relayée le militaire.
Leucate
- 13/02/2017 - 12:56
L'URSS de Kroutchev et de Brejnev
Quand le général de Gaulle prononçait cette phrase "l'Europe de l'Atlantique à l'Oural" alors que l'URSS était une super-puissance qui nous menaçait directement de ses chars que l'on imaginait chargeant à travers l'Allemagne de l'Ouest (la RFA) par la trouée de Fulda, c'était une vision à long terme. Pour le court terme, il lança le programme de Force Nucléaire Stratégique destinée à assurer la protection de la France par la "dissuasion nuvléaire".
Cette vision à long terme s'est revélée premonitoire. Le communisme s'est écroulé, libérant alors les peuples que cette fausse religion maintenait sous sa coupe et détruisait.
Ces peuples ont alors retrouvé leur nation et leur religion et en particulier la Russie qui a souffert le plus du communisme puisqu'elle en constituait le centre.
Une nouvelle Russie s'est alors constituée, retrouvant ses traditions, sa religion, son drapeau impérial.
L'Europe va donc réellement aujourd'hui de l'Atlantique à l'Oural, comme c'était le cas jusqu'à l'accident historique de 1917.
arcole 34
- 13/02/2017 - 11:17
@Leucate - 13/02/2017 - 00:37
Pourquoi du temps du Gal de Gaulle l'Oural était libre ??. vous ne pensez pas que vraiment le Gal pensait ce qu'il disait , ce n'était qu'un slogan vide de sens ?. il me semble que l'Oural était sous domination de l'URSS?? Et je suppose qu'à l'époque nous avons fait la guerre à l'URSS pour délivrer l'Ukraine , l'Oural etc.???. Vous avez une interprétation plus que fallacieuse de l'histoire te votre russophilie vous aveugle.