En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
Démodé
Primaires : le renouveau démocratique auquel les électeurs ne croient déjà plus
Publié le 08 février 2017
Il y a quelques semaines, elles étaient incontournables. Elles représentaient le progrès démocratique. Aujourd'hui, ce n'est plus ce qu'en pensent bien des Français.
Cécile Lacroix-Lanoë est directrice d’études à Kantar Public (ex-TNS Sofres) et contributrice du site Délits d'Opinion, site de référence de l'opinion publique et des sondages. Diplômée de l’IEP de Grenoble et titulaire du master Progis (études...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Lacroix-Lanoë
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Lacroix-Lanoë est directrice d’études à Kantar Public (ex-TNS Sofres) et contributrice du site Délits d'Opinion, site de référence de l'opinion publique et des sondages. Diplômée de l’IEP de Grenoble et titulaire du master Progis (études...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a quelques semaines, elles étaient incontournables. Elles représentaient le progrès démocratique. Aujourd'hui, ce n'est plus ce qu'en pensent bien des Français.
Kantar Public, en partenariat avec Krealinks, suit depuis novembre dernier, et jusqu’à l’élection présidentielle, une communauté d’internautes. Aujourd’hui composée d’environ 70 personnes, cette communauté est invitée à réagir jour après jour à l’actualité politique dans le cadre de la campagne pour la présidentielle, dans une démarche qualitative : les questionnements que Kantar Public soumet à cette communauté sont très ouverts et permettent donc à chacun d’exprimer librement son avis en dehors de catégories prédéfinies utilisées dans les questions des enquêtes quantitatives. En outre, les participants peuvent également poster leurs propres sujets et nous faire ainsi part des événements de la campagne qu’ils jugent marquants, intéressants et sur lesquels ils souhaitent échanger avec les autres membres de la communauté.
 

C’est dans ce cadre qu’un participant a soumis un sujet sur l’utilité des élections primaires, dans un contexte difficile pour les vainqueurs des deux derniers scrutins de ce type : l’affaire Penelope Fillon pour le candidat LR et des questionnements persistants sur la capacité à rassembler son camp pour Benoît Hamon.

Pour nos participants, les primaires ne sont pas un processus qui va de soi. Beaucoup y voient au contraire un palliatif utilisé par des partis politiques qui ne seraient plus capables de remplir certaines de leurs missions fondamentales, sélectionner des candidats aux élections, mais également effectuer la synthèse entre les différents courants du parti. Comme l’écrivent nos participants pour exprimer cette idée, "ce sont les partis politiques qui devraient continuer à prendre leurs responsabilités, à se regrouper, un peu comme un conseil municipal élit son maire." ou "Mais est-ce vraiment à nous, électeurs, de faire le tri dans les différents axes politiques au sein du grand parti socialiste ? Pourquoi ne feraient-ils pas ce travail en interne, et nous proposeraient un candidat qui ferait la synthèse ?" 

De fait, l’organisation d’une primaire répondrait au manque d’une personnalité charismatique et incontestable au sein de son camp et serait le révélateur d’une certaine dégradation du personnel politique. D’après les mots de nos participants, "ces primaires sont là puisqu’il n’y a personne qui sort du lot... il n’y a personne de crédible... il manque un homme "politique"... un vrai !" ou "Je pense qu'on n’a plus vraiment "d'élite" et que c'est pour cette raison qu'il y a ces primaires.".

Les primaires ne sont cependant pas complètement rejetées sur leur principe. D’autres participants soulignent des avancées, traditionnellement mises en avant pour ce type de scrutin, et utilisées par les partis politiques organisateurs pour les légitimer : les primaires permettent de confronter des programmes, de faire connaître de nouvelles personnalités politiques ou de nouvelles idées et de faire sortir du lot le meilleur candidat pour son parti. Elles jouent également un rôle de sélection bienvenu, pour éviter qu’il y ait trop de candidats à l’élection présidentielle lorsque plusieurs personnalités semblent devoir se dégager d’un même camp.

Même parmi les opposants à ce type de scrutin, les primaires ne sont pas totalement dénuées de vertus. Ainsi, celles organisées en vue de la prochaine élection présidentielle ont permis de renouveler le personnel politique, ce qui est bien vu par tous : "Exit Juppé, Sarkozy et même Duflot chez les écolos... En cela, au moins c’est utile ! Pour tous ceux qui ne voulaient plus du "système", en voilà quelques-uns dehors. Maintenant, du sang neuf ça ferait du bien..." 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
01.
Bientôt des personnages gays chez Disney ?
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
l'enclume
- 10/02/2017 - 11:21
l' ENA et l'oligarchie au pouvoir ?
http://www.causeur.fr/macron-jouyet-hollande-fillon-presidentielle-42613.html
ELIED
- 09/02/2017 - 18:28
Démagogie
A gauche comme au FN. Par simple curiosité, car je ne suis pas sur la même route,je suis allé consulter les 144 propositions de MLP. Surréaliste,irréalisable,utopique,désastreux dans tous les domaines, rêve éveillé,etc.Je serais curieux de savoir combien parmi les futurs votants du FN ont bien lu et disséqué ces propositions et surtout en ont tiré les conséquences dans tous les domaines.Effectivement le FN n'a pas fait de primaires car la Présidente tient les rênes, du moins pour l'instant,car derrière certains commencent à vouloir ruer dans les brancards et les courants se mettent à surgir qui vont certainement entamer cette direction.C'est bien tous le contraire pour la Gauche et la Droite(et même les Verts):il n'y a plus de CHEF capable de faire l'unité comme il y a 50 ou 60 ans.Chacun,à partir de sa petite idée forme son courant pour essayer de garder le maximum de privilèges pour ses copains réunis, avec le même but.Finalement l'idée de base est la même pour tous les courants, seule la manière de s'emparer du pouvoir les divise.
zouk
- 09/02/2017 - 12:29
Primaires
A gauche et au FN, assauts de démagogie, qui promettra le plus. Et assauts d'attaques injustifiables contre Fillon, les autres candidats de droite se taisant lâchement