En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

04.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 13 heures 19 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 14 heures 49 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 18 heures 43 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 19 heures 47 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 20 heures 5 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 20 heures 23 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 20 heures 49 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 21 heures 46 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 22 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 13 heures 7 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 14 heures 7 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 15 heures 54 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 19 heures 14 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 19 heures 52 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 20 heures 22 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 20 heures 44 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 21 heures 28 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 21 heures 58 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 22 heures 32 min
© Reuters
© Reuters
Pari

Contre le paritarisme de gestion, pour le paritarisme de stratégie

Publié le 08 février 2017
Le paritarisme est, en France, une bête curieuse née dans les années d’après-guerre, que le grand public continue de méconnaître alors qu’il structure fortement la vie sociale et syndicale du pays. Comme la campagne électorale est obsédée par d’autres sujets, il faut bien que les acteurs de la "société civile" prenne l’initiative de porter le sujet publiquement.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le paritarisme est, en France, une bête curieuse née dans les années d’après-guerre, que le grand public continue de méconnaître alors qu’il structure fortement la vie sociale et syndicale du pays. Comme la campagne électorale est obsédée par d’autres sujets, il faut bien que les acteurs de la "société civile" prenne l’initiative de porter le sujet publiquement.

Le paritarisme, ou le syndicalisme bureaucratique

Rappelons d’abord le pourquoi du paritarisme. En 1945, la CGT est majoritaire parmi les salariés, et elle est d’essence révolutionnaire. Elle revendique les trophées de la résistance. Alors… il faut bien transiger. Les gouvernements qui se succèdent considèrent que la meilleure façon de la neutraliser est de créer un "pluralisme" syndical et de multiplier les instances loin des entreprises où ses meilleurs cadres devront faire de la co-gestion avec le monde patronal.

D’où le paritarisme. D’où la profusion d’instances paritaires qui immobilisent, dit-on, 500.000 syndicalistes dans des mandats dont certains sont extrêmement obscurs.

Loin de l’entreprise…

L’objectif du régime était évidemment simple à comprendre: tant que les ténors syndicaux étaient occupés à co-gérer des machines obscures (et molles), comme la sécurité sociale, ils n’étaient pas occupés à semer la grève et la révolte dans les entreprises. Et c’était bien le calcul du paritarisme que de créer des "machins" incompréhensibles, chronophages, des labyrinthes mystérieux où l’énergie syndicale s’abimerait pour éviter ce qu’on appelle aujourd’hui l’inversion de la hiérarchie des normes.

Il ne faut pas chercher ailleurs la raison historique pour laquelle, à rebours des entreprises anglo-saxonnes ou allemandes, les entreprises françaises ont un sévère retard à l’allumage dans le dialogue social d’entreprise. Pour contourner la CGT, on l’a délibérément sacrifié au sortir de la guerre.

L’avantage d’un faible taux d’adhésion

Grâce à cette tactique de bureaucratisation du syndicalisme, la France a développé un "pluralisme" syndical (cinq syndicats reconnus représentatifs nationalement… un record!) marié à un désert d’adhésions. Comme on le souligne souvent, les syndicats français ont peu d’adhérents (moins de 10% des salariés sont encartés). Mais c’est évidemment un choix: le capitalisme étatique français s’est organisé pour faire vivre le syndicalisme sans qu’il n’ait besoin d’adhérents.

Grâce à quoi, la conflictualité en entreprise est aujourd’hui très faible.

L’inconvénient d’un paritarisme de gestion bloquant pour l’économie

L’inconvénient est que, faute d’adhérents, le syndicalisme français manque d’argent. Il a donc dû compenser en se finançant par… le paritarisme. La tentation était grande de créer et multiplier des structures qui chacune pouvait apporter son obole au système. D’où, là encore, des inventions incongrues, comme l’APEC dans les années 60, qui permettait de financer la CGC. Ou comme les institutions de prévoyance, qui ont toutes multiplié les accords de branche permettant de croiser les financements avec leurs signataires.

Progressivement, s’est mis en place un système de financements croisés, donc, qui repose sur des réglementations en expansion constante, dont l’objectif indirect est de permettre le financement des organisations qui les négocient.

L’incongruité de la négociation interprofessionnelle

Au sommet de cette cascade, on retrouve donc les fameux "ANI" (accords nationaux interprofessionnels), prévus par l’article 1 du Code du Travail, et qui n’ont pas d’équivalents dans le monde industrialisé. Partout ailleurs, le seul espace où, au mieux, les partenaires sociaux négocient, est la branche professionnelle. En France, on a rajouté une couche, puisqu’on adore les règles et la réglementation qui étouffe l’entreprise.

Le niveau interprofessionnel consiste à demander à des syndicalistes généralement issus de la fonction publique de négocier, avec des mouvements patronaux généralement représentatifs des grandes entreprises, de nouvelles règles qui visent à encadrer le droit social, c’est-à-dire la gestion de la main-d’oeuvre. D’où le compte pénibilité, le compte personnel d’activité, la généralisation de la complémentaire santé, et autres inventions déconnectées de la réalité économique?

La nécessaire rupture avec ce système

Dans la pratique, la machine paritaire de gestion a un objectif profond: assurer sa propre survie, quel que soit l’environnement économique et ses évolutions.

On comprend mieux pourquoi si peu de salariés employés dans les très petites entreprises se déplacent pour voter. La machinerie sociale relève, pour eux, de l’hydroponique. Bien sûr, les confédérations syndicales expliquent que cette indifférence est le fruit d’un complot. Mais, en ouvrant les yeux, on peut admettre que la préoccupation quotidienne du salarié dans son entreprise n’a rien de commun avec les obsessions sociales de la bureaucratie syndicale qui se nourrit de mandats factices et des médailles qu’on y récolte pour mieux endormir les consciences.

Et peu à peu, la France a sombré dans une rupture profonde, incisive, entre les bureaucrates qui disent représenter les salariés, et les salariés eux-mêmes.

Nous avons besoin d’un dialogue social constructif

Cette situation de rupture est risquée. Les syndicats policiers en ont fait les frais à l’automne. L’économie française n’est pas à l’abri, face aux révolutions technologiques qui la touchent et la bouleversent, d’une lame de fond qui la broierait. Collectivement, nous avons donc intérêt à construire les bases d’un dialogue intelligent, dans lequel les salariés mesurent que leurs préoccupations sont entendues, traitées, et prises en compte.

Il n’y a guère que les bureaucrates syndicaux pour croire qu’ils soient capables, entre une réunion dans une institution de prévoyance et une séance de négociation au MEDEF, d’incarner cette sincérité. En profondeur, c’est la règle du jeu qu’il faut changer.

Vers un paritarisme de stratégie

C’est le sujet même du paritarisme de gestion qu’il faut évacuer. On voit mal pourquoi des syndicalistes passent du temps à négocier des accords de branche dont le principal objectif est d’assurer leur financement, alors que les préoccupations des salariés sont laissées en jachère. Ce qu’il nous faut aujourd’hui, c’est préparer intelligemment, collectivement, l’adaptation de la main-d’oeuvre à la révolution technologique qui commence.

Arrêtons, donc, la gestion des bidules paritaires, et faisons émerger une nouvelle élite syndicale, qui connaît le "terrain", et qui sait comment amener nos salariés à mieux maîtriser les outils numériques. Négocions des stratégies sur ce point: des formations longues, intelligents, compatibles avec un maintien en poste, des prises en compte de l’effort, de nouvelles formes de travail.

Pour renouveler l’alliance avec l’entreprise

Sur tous ces points, le dialogue social doit aussi renouveler le pacte entre les salariés et l’entreprise. Sur ce point, je trouve exemplaire la négociation lancée par la CPME sur la responsabilité sociale de l’entreprise. Moins de normes, mais de meilleures normes. Moins de contrôles, mais de meilleurs contrôles, définis ensemble, entre salariés et employeurs, pour un progrès social commun.

Le paritarisme de stratégie, clé du progrès social de demain

Bien sûr, les entreprises françaises ont besoin d’organisations syndicales et de dialogue social. Mais le syndicalisme bureaucratique créé de toutes pièces par le paritarisme de gestion a vécu et doit céder la place à un paritarisme intelligent. Celui qui définira les normes rendant possibles l’adaptation de nos entreprises et de notre main-d’oeuvre au monde de demain.

C’est ce paritarisme de stratégie qu’il faut bâtir aujourd’hui.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pourquoi-pas31
- 08/02/2017 - 21:47
oui mais
la transition va etre tres tres dure