En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

La démission du guitariste historique de Noir Désir <br> assombrit l'avenir du groupe

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 24 min 20 sec
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 1 heure 38 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Terrorisme
Zone de radicalisation

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

il y a 3 heures 28 min
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 18 heures 21 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 19 heures 29 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 20 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 23 heures 3 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 1 jour 25 sec
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 3 heures 15 min
décryptage > France
Forum de Paris sur la paix

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

il y a 3 heures 44 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 18 heures 50 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 19 heures 59 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 21 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 23 heures 9 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 1 jour 45 min
© Reuters
© Reuters
Pari

Contre le paritarisme de gestion, pour le paritarisme de stratégie

Publié le 08 février 2017
Le paritarisme est, en France, une bête curieuse née dans les années d’après-guerre, que le grand public continue de méconnaître alors qu’il structure fortement la vie sociale et syndicale du pays. Comme la campagne électorale est obsédée par d’autres sujets, il faut bien que les acteurs de la "société civile" prenne l’initiative de porter le sujet publiquement.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le paritarisme est, en France, une bête curieuse née dans les années d’après-guerre, que le grand public continue de méconnaître alors qu’il structure fortement la vie sociale et syndicale du pays. Comme la campagne électorale est obsédée par d’autres sujets, il faut bien que les acteurs de la "société civile" prenne l’initiative de porter le sujet publiquement.

Le paritarisme, ou le syndicalisme bureaucratique

Rappelons d’abord le pourquoi du paritarisme. En 1945, la CGT est majoritaire parmi les salariés, et elle est d’essence révolutionnaire. Elle revendique les trophées de la résistance. Alors… il faut bien transiger. Les gouvernements qui se succèdent considèrent que la meilleure façon de la neutraliser est de créer un "pluralisme" syndical et de multiplier les instances loin des entreprises où ses meilleurs cadres devront faire de la co-gestion avec le monde patronal.

D’où le paritarisme. D’où la profusion d’instances paritaires qui immobilisent, dit-on, 500.000 syndicalistes dans des mandats dont certains sont extrêmement obscurs.

Loin de l’entreprise…

L’objectif du régime était évidemment simple à comprendre: tant que les ténors syndicaux étaient occupés à co-gérer des machines obscures (et molles), comme la sécurité sociale, ils n’étaient pas occupés à semer la grève et la révolte dans les entreprises. Et c’était bien le calcul du paritarisme que de créer des "machins" incompréhensibles, chronophages, des labyrinthes mystérieux où l’énergie syndicale s’abimerait pour éviter ce qu’on appelle aujourd’hui l’inversion de la hiérarchie des normes.

Il ne faut pas chercher ailleurs la raison historique pour laquelle, à rebours des entreprises anglo-saxonnes ou allemandes, les entreprises françaises ont un sévère retard à l’allumage dans le dialogue social d’entreprise. Pour contourner la CGT, on l’a délibérément sacrifié au sortir de la guerre.

L’avantage d’un faible taux d’adhésion

Grâce à cette tactique de bureaucratisation du syndicalisme, la France a développé un "pluralisme" syndical (cinq syndicats reconnus représentatifs nationalement… un record!) marié à un désert d’adhésions. Comme on le souligne souvent, les syndicats français ont peu d’adhérents (moins de 10% des salariés sont encartés). Mais c’est évidemment un choix: le capitalisme étatique français s’est organisé pour faire vivre le syndicalisme sans qu’il n’ait besoin d’adhérents.

Grâce à quoi, la conflictualité en entreprise est aujourd’hui très faible.

L’inconvénient d’un paritarisme de gestion bloquant pour l’économie

L’inconvénient est que, faute d’adhérents, le syndicalisme français manque d’argent. Il a donc dû compenser en se finançant par… le paritarisme. La tentation était grande de créer et multiplier des structures qui chacune pouvait apporter son obole au système. D’où, là encore, des inventions incongrues, comme l’APEC dans les années 60, qui permettait de financer la CGC. Ou comme les institutions de prévoyance, qui ont toutes multiplié les accords de branche permettant de croiser les financements avec leurs signataires.

Progressivement, s’est mis en place un système de financements croisés, donc, qui repose sur des réglementations en expansion constante, dont l’objectif indirect est de permettre le financement des organisations qui les négocient.

L’incongruité de la négociation interprofessionnelle

Au sommet de cette cascade, on retrouve donc les fameux "ANI" (accords nationaux interprofessionnels), prévus par l’article 1 du Code du Travail, et qui n’ont pas d’équivalents dans le monde industrialisé. Partout ailleurs, le seul espace où, au mieux, les partenaires sociaux négocient, est la branche professionnelle. En France, on a rajouté une couche, puisqu’on adore les règles et la réglementation qui étouffe l’entreprise.

Le niveau interprofessionnel consiste à demander à des syndicalistes généralement issus de la fonction publique de négocier, avec des mouvements patronaux généralement représentatifs des grandes entreprises, de nouvelles règles qui visent à encadrer le droit social, c’est-à-dire la gestion de la main-d’oeuvre. D’où le compte pénibilité, le compte personnel d’activité, la généralisation de la complémentaire santé, et autres inventions déconnectées de la réalité économique?

La nécessaire rupture avec ce système

Dans la pratique, la machine paritaire de gestion a un objectif profond: assurer sa propre survie, quel que soit l’environnement économique et ses évolutions.

On comprend mieux pourquoi si peu de salariés employés dans les très petites entreprises se déplacent pour voter. La machinerie sociale relève, pour eux, de l’hydroponique. Bien sûr, les confédérations syndicales expliquent que cette indifférence est le fruit d’un complot. Mais, en ouvrant les yeux, on peut admettre que la préoccupation quotidienne du salarié dans son entreprise n’a rien de commun avec les obsessions sociales de la bureaucratie syndicale qui se nourrit de mandats factices et des médailles qu’on y récolte pour mieux endormir les consciences.

Et peu à peu, la France a sombré dans une rupture profonde, incisive, entre les bureaucrates qui disent représenter les salariés, et les salariés eux-mêmes.

Nous avons besoin d’un dialogue social constructif

Cette situation de rupture est risquée. Les syndicats policiers en ont fait les frais à l’automne. L’économie française n’est pas à l’abri, face aux révolutions technologiques qui la touchent et la bouleversent, d’une lame de fond qui la broierait. Collectivement, nous avons donc intérêt à construire les bases d’un dialogue intelligent, dans lequel les salariés mesurent que leurs préoccupations sont entendues, traitées, et prises en compte.

Il n’y a guère que les bureaucrates syndicaux pour croire qu’ils soient capables, entre une réunion dans une institution de prévoyance et une séance de négociation au MEDEF, d’incarner cette sincérité. En profondeur, c’est la règle du jeu qu’il faut changer.

Vers un paritarisme de stratégie

C’est le sujet même du paritarisme de gestion qu’il faut évacuer. On voit mal pourquoi des syndicalistes passent du temps à négocier des accords de branche dont le principal objectif est d’assurer leur financement, alors que les préoccupations des salariés sont laissées en jachère. Ce qu’il nous faut aujourd’hui, c’est préparer intelligemment, collectivement, l’adaptation de la main-d’oeuvre à la révolution technologique qui commence.

Arrêtons, donc, la gestion des bidules paritaires, et faisons émerger une nouvelle élite syndicale, qui connaît le "terrain", et qui sait comment amener nos salariés à mieux maîtriser les outils numériques. Négocions des stratégies sur ce point: des formations longues, intelligents, compatibles avec un maintien en poste, des prises en compte de l’effort, de nouvelles formes de travail.

Pour renouveler l’alliance avec l’entreprise

Sur tous ces points, le dialogue social doit aussi renouveler le pacte entre les salariés et l’entreprise. Sur ce point, je trouve exemplaire la négociation lancée par la CPME sur la responsabilité sociale de l’entreprise. Moins de normes, mais de meilleures normes. Moins de contrôles, mais de meilleurs contrôles, définis ensemble, entre salariés et employeurs, pour un progrès social commun.

Le paritarisme de stratégie, clé du progrès social de demain

Bien sûr, les entreprises françaises ont besoin d’organisations syndicales et de dialogue social. Mais le syndicalisme bureaucratique créé de toutes pièces par le paritarisme de gestion a vécu et doit céder la place à un paritarisme intelligent. Celui qui définira les normes rendant possibles l’adaptation de nos entreprises et de notre main-d’oeuvre au monde de demain.

C’est ce paritarisme de stratégie qu’il faut bâtir aujourd’hui.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

La démission du guitariste historique de Noir Désir <br> assombrit l'avenir du groupe

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pourquoi-pas31
- 08/02/2017 - 21:47
oui mais
la transition va etre tres tres dure