En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

03.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

04.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

05.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 1 heure 56 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 3 heures 11 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 3 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 3 heures 52 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 4 heures 6 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 4 heures 48 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 6 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 7 heures 17 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 7 heures 30 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 2 heures 59 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 3 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 3 heures 54 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 4 heures 26 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 5 heures 29 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 6 heures 45 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 7 heures 7 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 7 heures 23 min
décryptage > Politique
Il ne vous est pas interdit de rire

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

il y a 7 heures 35 min
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Atlantico Business

Donald Trump invite les banques américaines à réinventer les subprimes : du crédit facile pour ses électeurs, des risques majeurs pour l’Europe

Publié le 07 février 2017
En donnant aux banques américaines plus de liberté qu’elles en avaient avant la crise, Donald Trump va rallumer le feu de la spéculation mondiale.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En donnant aux banques américaines plus de liberté qu’elles en avaient avant la crise, Donald Trump va rallumer le feu de la spéculation mondiale.

Donald Trump veut apporter du crédit facile aux classes moyennes américaines, des profits gigantesques aux banquiers de Wall Street mais faire peser sur le système mondial des risques nouveaux. Le président américain a signé les décrets qui réforment la réglementation qui avait été mise en place après la crise de 2008. En gros, il revient purement et simplement sur la règle appelée règle Volker et sur la loi Dodd-Frank.

En bref, il remet en liberté le système bancaire américain en invitant les banques implicitement à retomber dans la spéculation. Et pourquoi pas ressortir les célèbres subprimes qui avaient permis dans les années 2000 à une partie de l’Amérique pauvre de se donner l‘illusion d’être riche en s’endettant. Et ce faisant, en donnant une telle liberté de mouvements aux banques américaines, il coince les banques européennes qui, elles, sont occupées à négocier des garanties supplémentaires.

Parce que jusqu’à maintenant, Donald Trump a surtout parlé. Il a dit qu‘il ferait le mur à la frontière mexicaine, mais ce mur existe déjà, il ne sert pas à grand chose. Il a proféré des menaces de barrières douanières tarifaires ou autres : certains industriels ont donné des signaux de relocalisation à l’intérieur des Etats-Unis, mais ça reste très symbolique. On ne relocalise pas une industrie par un claquement de doigts.

Et puis, tout ce qui va renforcer le protectionnisme finira par pénaliser les consommateurs et notamment les plus modestes qui sont ses électeurs. Alors restons calmes. Le décret interdisant l’immigration, ayant le but de freiner l’entrée aux Etats-Unis des ressortissants étrangers, a créé plus d’émotion. Les chefs d’entreprise, comme les ingénieurs de la Silicon Valley, se sont élevés contre cette mesure contraire à toutes les traditions américaines et surtout, contraire à son modèle de développement. L’Amérique a fait sa fortune en accueillant des talents étrangers. En plus, la justice fédérale a annulé cette décision.

Donald Trump veut engager un bras de fer sur ce dossier, sauf qu’il n’est pas du tout sûr de l’emporter. La décision de s‘attaquer à la règlementation financière ne va pas soulever une opinion publique, qui ne va pas comprendre les détails de ce qui peut se passer ; elle ne va pas provoquer la colère des élites financières parce qu‘elles vont en profiter, mais le vrai risque est de déséquilibrer à nouveau le système. De quoi s’agit -il ? Au lendemain de la crise des subprimes de 2008, Barack Obama, fraîchement élu, avait pris un certain nombre de dispositions afin de limiter les risques de spéculation des banquiers américains.

Les lois Volker et Dodd-Frank avaient réglementé le système bancaire en le privant d’une liberté excessive. L’administration américaine avait en effet exiger des banques qu’elles possèdent un niveau de liquidité qui leur permettent de faire face à des chocs conjoncturels importants ou même à des erreurs de gestion. Le président Obama avait même installé une nouvelle agence de contrôle, un conseil de surveillance de la stabilité financière pour identifier et prévenir les risques qui peuvent peser sur la stabilité du système financier. Il fallait éviter que les banques ne puissent pas fonctionner en pensant que de toute façon, l'Etat serait là, en garantie, ce qui les autorisait à faire tout et n'importe quoi.

<--pagebreak-->"Too Big Too Fail". En clair, les banques se sentaient trop fortes, trop puissantes pour que leurs erreurs soient sanctionnées. Cette arrogance les a conduites à beaucoup d’excès, et même à la catastrophe systémique de Lehman Brothers. Les règlementations Obama ont cassé cette logique de poker et mis les banques sous tutelle. Alors la tutelle était moins sévère que celle qui tient le système européen mais elle a permis de restaurer la confiance et de sortir de la crise. Donald Trump semble vouloir remettre en cause tout ce système de sécurité et de garantie. Puisqu’il va faire sauter une grande partie des obligations des banques.

La vraie question est de savoir pourquoi ?

On peut penser que son ambition est de détricoter tout ce qu’a fait Obama. On peut croire qu’il cède à la pression amicale du gros business américain avec lequel il est très lié. On peut aussi imaginer qu’il cherche à relancer le crédit privé pour permettre aux Américains les plus modestes de vivre à nouveau à crédit comme au bon temps des subprimes.

Parce que le premier effet de la dérèglementation du système sera de permettre aux banques de prendre plus de risques et donc d’accroitre leur activité.

Conséquences indirectes, les mesures de Trump vont donner au système américain une efficacité que le système européen ne pourra pas offrir. Le système européen est contrôlé étroitement depuis la crise par les accords de Bâle III et très prochainement de Bâle IV. La règlementation européenne sécurise fortement le système européen, en imposant des ratios de liquidités et de fonds propres, c’est vrai, mais cette règlementation empêche les banques européennes de se battre à armes égales avec leurs concurrentes américaines. Plus grave encore, quand une grande partie des ressources financières sert à consolider les fondations du système, les banques ont beaucoup moins de moyens pour répondre aux demandes de l’économie.

La sortie de crise a créé des conditions assez contradictoires. On a mis en circulation des masses de liquidités, soit disant pour alimenter l’industrie, mais en réalité, ces masses de liquidités ont surtout servi à renforcer les fonds propres des établissements financiers.

Les banques américaines vont avoir, elles, beaucoup plus de liberté avec des semelles beaucoup plus légères ce qui leur permettra de courir beaucoup plus vite dans la compétition internationale. Jusqu’au jour où une des banques ira dans le mur comme en 2007 et 2008. 

La décision de Trump apportera du crédit facile aux classes moyennes américaines, des profits gigantesques aux banquiers de Wall Street mais aussi fera peser sur le système mondial des risques nouveaux. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires