En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 4 min 39 sec
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 1 heure 14 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 1 heure 35 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 1 heure 53 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 2 heures 5 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 2 heures 9 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 18 heures 58 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 19 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 45 min 44 sec
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 1 heure 8 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 1 heure 20 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 1 heure 43 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Monde de demain : les bienfaits de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé

il y a 2 heures 9 min
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 18 heures 27 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 19 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 22 heures 4 min
© Reuters
© Reuters
Pour un flirt avec toi...

Hommes et femmes libérées ? Ce qu’ils pensent vraiment des relations sexuelles sans lendemain (pas la même chose…)

Publié le 07 février 2017
Selon plusieurs études, les femmes auraient tendance à davantage regretter les relations sexuelles sans lendemain que les hommes. Et voici pourquoi.
Pascal Anger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Anger est psychologue, psychanalyste, psychothérapeute, sexothérapeute, systémicien et médiateur familial.Il est également chargé de cours à Paris VII. Il est l'auteur de Le couple et l'autre, livre publié aux éditions l'Harmattan.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon plusieurs études, les femmes auraient tendance à davantage regretter les relations sexuelles sans lendemain que les hommes. Et voici pourquoi.

Atlantico : D’après un croisement d’études américaines et norvégiennes, environ 80% des femmes qui ont refusé une relation d’un soir ne le regrettent pas, contre 43% des hommes. Pourquoi une telle différence ? Celle-ci pourrait-elle s'expliquer, comme le disent les chercheurs, par une plus grande crainte de tomber enceinte ou d'être infectée par une MST ?

Pascal Anger : Les femmes sont plus pudiques et fleur bleue. Elles ont besoin d’être en confiance pour avoir un rapport sexuel ce qui n’est souvent pas le cas lors des relations d’un soir. Les hommes, eux, se lancent dans l’aventure sans beaucoup d’arrière-pensées. Ce constat est à la fois le fruit de pulsions et de quelque chose de culturel. L’homme a été très tôt et plus vite éduqué dans l’idée que la possibilité d’avoir une relation d’un soir est positive, alors qu’on inculque aux femmes l’idée qu’il faut attendre. Les hommes sont plus pressés que les femmes en ce qui concerne l’acte sexuel. Les hommes sont parfois plus hardis et plus inconscients : d'ailleurs, pour les relations d’un soir, ce sont souvent les femmes qui pensent au préservatif. Concernant les maladies - trop souvent même pour les relations d’un soir-  certains pensent que le sida est pour les autres. Les femmes font plus attention à cela, elles ont conscience qu’elles portent la vie comme la mort.

Selon ces mêmes études, la moitié des Occidentaux auront au moins une liaison sans lendemain dans leur vie. Compte tenu de la libéralisation des mœurs, ce chiffre paraît presque faible. Selon-vous, que pouvons-nous déduire de cette statistique ?

Au niveau de la sexualité, plus on en parle et moins on en fait. Ce chiffre ne me paraît pas étonnant, contrairement aux idées reçues sur ce type de pratiques. Nous en parlons beaucoup sans que cela soit une généralité. Cette statistique englobe toute la population. Certaines périodes de notre Histoire ont connu une sexualité libérée et d’autres beaucoup moins ouverte. En fonction de la génération de chacun, la possibilité de ces liaisons diffère donc. Quelque part, les époques plus permissives et actives sexuellement compensent les générations qui ont été dans le repli. Par exemple, les années de découverte du sida sont une période de repli de la sexualité. C’est seulement à partir du moment où le préservatif est devenu quelque chose de commun avec lequel les gens ont été à l’aise que ce type de relation a vraiment refait surface.

Les hommes sont programmés pour avoir autant d'enfants que possible, contrairement aux femmes. Pouvons-nous penser que ce postulat influe sur la volonté ou non des femmes d'avoir des partenaires sans lendemain ? L'image que la société renvoie sur nous, en fonction du nombre de nos partenaires, peut-elle impacter les potentiels regrets que nous allons avoir ?

Les femmes conservent l’horloge biologique à l’esprit et cela peut les influencer dans leurs choix, alors que les hommes sont davantage programmés à avoir autant de partenaires que possible. Cela est un réel facteur concernant les rencontres et les possibilités d’échanges avec des personnes qui nous correspondent ou pas. Si la femme a une liaison sexuelle sans lendemain, elle se laissera aller vers cette relation, avec le risque qu'au petit matin, elle réalise que ce n’est pas ce qu’elle souhaitait vraiment. A l’inverse, l’homme va être relativement sans regrets par rapport à ces choses là.

D'un point de vue global, de nombreux hommes regrettent certaines relations sans lendemain et de nombreuses femmes n'en regrettent pas. Pouvons-nous penser arriver vers un équilibre ?

Ces regrets vont s’effacer lorsque nous allons accepter l’idée que nous pouvons avoir une sexualité sans lendemain, sans tabous et sans honte. C’est la honte qui, la plupart du temps, créé les regrets. La société nous renvoie la possibilité d’une certaine liberté et d’ailleurs particulièrement pour les femmes. Même si elle nous déculpabilise, le sentiment de honte à tendance à rester. Après, tout le monde n’est pas fait pour avoir la même sexualité : certaines personnes ont besoin d’avoir des partenaires multiples quand d’autres se contentent très bien de moins. C’est aussi l’éducatif qui nous a refréné dans notre sexualité. Certains disent que c’est bien et mature que d’avoir une sexualité plus refrénée, mais tout dépend réellement des choix de chacun. Tout est une question de rencontre et de possibilité. Tout dépend des philosophies de vie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 07/02/2017 - 13:14
Pudeur des femmes
Enfin un signe fort bienvenu dans notre monde où s'étale la pornographie la plus basse.