En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© BORIS ROESSLER / DPA / AFP
Anniversaire

Radioscopie des objectifs du traité de Maastricht, 25 ans après : l’échec d’une des pierres angulaires du projet européen

Publié le 10 février 2017
3% de déficit et 60% d'endettement : 25 ans après la signature des critères de convergence européens, les économies du continent n'ont pourtant jamais été aussi divergentes.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
3% de déficit et 60% d'endettement : 25 ans après la signature des critères de convergence européens, les économies du continent n'ont pourtant jamais été aussi divergentes.

Atlantico : La signature du traité de Maastricht, le 7 février 1992, fête aujourdhui ses 25 ans. Connues principalement pour sa règle des 3% de déficits, quel bilan peut-on faire, après un quart de siècle de pratiques, des "critères de convergence" du traité ? Quelle en est la rationalité ?

Nicolas Goetzmann : La règle des 3% de déficits publics est bien le critère le plus célèbre du traité de Maastricht ; pourtant, il n'est qu'un élément d'un ensemble. Or, la cohérence du traité n'est valable que si l'on tient compte de cet ensemble. Il s'agit en réalité d'un triptyque : 3% de déficit, 60% d'endettement, et 5% de croissance nominale (qui tient compte de l'inflation) du PIB. C'est notamment ce qu'indiquait un rapport du FMI datant de 2015, visant à la réforme de la gouvernance fiscale européenne :  "Une règle de 3% de déficit n'est compatible avec un endettement de 60% sur le moyen terme que si la croissance nominale est de 5%". Une réalité également mise en évidence par un rapport datant de 2009 émanant de Sciences po, intitulé Le pacte de croissance et de stabilité : une stabilité sans croissance ? qui indiquait : "Pourquoi 3% ? (…) Un déficit de 3% du PIB stabiliserait le niveau de la dette à 60% du PIB sous une croissance du PIB nominal de 5%".

Il suffit de prendre un exemple pour observer cette rationalité, en prenant un pays avec un PIB de 100 et une dette de 60, soit une dette de 60% sur PIB, comme le stipule le traité. Une croissance nominale de 5% (répartie entre 2% d'inflation et 3% de croissance) permet au PIB de passer de 100 à 105 de l'année 1 à l'année 2. Si le déficit est de 3, comme le recommande le traité, alors ce chiffre s'ajoute à l'endettement antérieur (60), ce qui donne un résultat de 63. Ainsi, en année 1, nous avions un PIB de 100 et une dette de 60, soit 60% du PIB, et la deuxième année, nous avons un PIB de 105, et une dette de 63, soit un endettement stable à 60% du PIB (63 / 105 = 60). On comprend alors qu'il est possible de produire des déficits sans faire progresser l'endettement en % de PIB. Mais ce qui est désastreux, c'est que les dirigeants politiques se concentrent essentiellement sur le chiffre du déficit sans trop regarder le chiffre de la croissance ; or, c'est ce dernier qui est primordial.

Après 25 ans d'application, le résultat est évidemment un échec, puisque l'endettement et les déficits ont été bien supérieurs à ce qui était prévu initialement, mais c'est surtout cette croissance de 5% qui n'a pas été au rendez-vous. Alors que c'est bien cette croissance qui est l'élément moteur de la cohérence du traité. Le point contrintuitif des critères de convergence est qu'une réduction des déficits et de la dette ne pourra venir que de la hausse de la croissance. Ce n'est pas en comprimant les déficits que l'on obtient les résultats les plus efficaces, car une compression des dépenses affecte également le PIB, ce qui conduit à ériger le tonneau des Danaïdes en modèle économique. C'est en permettant à la croissance d'atteindre ce chiffre de 5%, en tenant compte de l'inflation, que les déficits et la dette se stabiliseront, et baisseront. Et ça, c'est le travail de la Banque centrale européenne. Avec une telle croissance, il sera bien plus aisé de tenir la situation budgétaire, et donc de faire baisser le niveau de dette sur PIB. En résumé, lorsque l'on regarde le rapport "dette sur PIB", on peut veut voir deux moyens d'agir : soit en agissant sur la dette directement - c'est la logique de l'austérité, qui a produit les résultats que l'on connait - , soit on agit sur le PIB, et c'est le sens d'une relance par la monnaie.

Au final, l'application "partielle" des critères de convergence, en oubliant la croissance, ont conduit à la divergence des pays membres, ce qui avait été mis en évidence par le cabinet Roland Berger en 2014. En mettant l'accent sur la question des déficits sans jamais se préoccuper de la question de la croissance, le résultat a été de fragiliser l'ensemble européen, et plus particulièrement les pays les plus fragiles, qui n'ont de cesse de faire des efforts, en vain.

Quelles sont les principales failles de l'approche de Maastricht ? Quelles ont été les erreurs commises ?

L'erreur a été de donner dans la pratique une importance centrale à la question du déficit par rapport à l'objectif de croissance. Cette prépondérance du budgétaire, qui a une origine politique - puisqu'il permet à des gouvernements de présenter un bilan de bon père de famille - déséquilibre l'ensemble. Lorsque des dirigeants sont obsédés par la réalisation du chiffre de 3%, alors que la croissance n'est pas au rendez-vous, cela conduit à un suicide économique. Cela revient à se focaliser sur une conséquence, parce que le dérapage des déficits et de la dette est principalement la conséquence du manque de croissance. Il ne s'agit pas du tout de dire qu'une relance par les déficits aiderait à changer les choses, mais bien de dire que c'est en stimulant la croissance par la voie monétaire (donc sans dette) que l'on pourra enfin obtenir satisfaction en stabilisant les déficits d'une part, et en faisant baisser l'endettement en % de PIB. Parce que l'essentiel, avant le niveau de dette, c'est la capacité de remboursement, c’est-à-dire la croissance qui permet l'enrichissement du pays et donc des caisses de l'État.

 

Quelles seraient les recettes les plus crédibles pour permettre une amélioration de la situation budgétaire, des déficits, et de la dette ?

En premier lieu, ce chiffre de 5% de croissance nominale peut paraître obsolète puisque la croissance potentielle européenne est désormais inférieure à ce chiffre. Si l'on prend les chiffres de croissance pré-crise, une croissance nominale de 4% semble plus cohérente avec l'ensemble européen. Dès lors, il faudrait en tenir compte pour la règle des déficits et de l'endettement. Un nouveau triptyque pourrait voir le jour, avec une croissance nominale de 4%, un déficit de 3% et un objectif d'endettement maximal de 75%. Pour qu'un tel objectif soir réalisable, il faudra donner mandat à la Banque centrale européenne de viser un objectif de PIB nominal de 4% en lieu et place d'une maitrise de l'inflation de 2%. Le risque inflationniste n'en sera pas plus élevé ; par contre, le niveau de croissance sera stabilisé, en conformité avec le potentiel du continent, tout en permettant de faciliter la tâche des gouvernements dans la tenue de leurs budgets. Encore une fois, les marchés regardent avant tout la capacité de remboursement, c’est-à-dire la croissance, avant de regarder les déficits et la dette. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

02.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

03.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

06.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

07.

Quand Benjamin Griveaux crie tout haut ce que Benjamin Griveaux pense tout bas : "fils de pute", "abrutis"

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Totor Furibard
- 07/02/2017 - 17:08
Tout à fait d' accord, mais il y a une erreur de fond:
Mr Goetzmann: Il est impossible de relancer l'économie, avec des mesures monétaires (ou de quelque façon) sans investir, donc s'endetter et potentiellement provoquer de l'inflation. La meilleurs façon c'est un plan d'investissement massif (énorme donc) et en même temps de laisser filer l'inflation (qui vendrait plus tard) temporairement pour limiter l'endettement et répartir un peu mieux les fruits de la croissance. Et si on ne peut le faire en Europe, il faut le faire en France, en sortant donc de l'Euro (et pas forcément de l'UE d'ailleurs ). Par ailleurs nous sommes déjà bien au delà de 75% de dette, donc en fait je ne vois pas du tout ce que vous proposez Mr Goetzmann.
vangog
- 07/02/2017 - 14:01
à foce de vouloir les faire converger...
ils ont tous divergé...c'est ça? l'inversion des courbes gauchistes, dans toute son irrationalité!
J'accuse
- 07/02/2017 - 09:55
Et l'euro ?
La croissance ne se décrète pas: elle peut être favorisée ou freinée, mais elle est surtout observée. C'est en fonction des observations qu'on adapte une politique et des budgets, et en se servant d'un outil majeur: la monnaie. Comment peut-on parler de Maastricht sans rappeler que ce traité créé l'euro, dans une vision totalement irréaliste du monde économique et financier? Des obligations de convergence sans donner les possibilités de la réaliser, quelle aberration! On retrouve le même délire utopiste dans Schengen: abattre les frontières intérieures sans protéger les frontières extérieures, dans la totale ignorance des réalités politiques du monde. Les fondations de l'UE sont sur du sable: étonnez-vous après ça que tout s'écroule.