En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© Reuters
L'heure du changement approche

Nettoyage à sec : pourquoi les éliminations en série des candidats à la présidentielle 2017 trouvent leurs racines dans les décisions économiques prises il y a 30 ans

Publié le 17 février 2017
Voilà maintenant plus de trente ans que la France est plongée dans une crise structurelle permanente, caractérisée par un chômage de masse qu'aucun gouvernement n'est encore parvenu à résorber.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voilà maintenant plus de trente ans que la France est plongée dans une crise structurelle permanente, caractérisée par un chômage de masse qu'aucun gouvernement n'est encore parvenu à résorber.

Atlantico : De 1945 à 2017, deux périodes d'égale durée peuvent être distinguées: les 'Trente Glorieuses", dont la fin est marquée par l'élection présidentielle de 1981, puis, un cycle qui aura été marqué par le "tournant de la rigueur" de 1983 dont les effets se perpétuent encore aujourd’hui. En quoi la présidentielle de 2017 appelle-t-elle la nécessité d'ouvrir un nouveau cycle ?

Nicolas Goetzmann : Dans une certaine mesure, ce nouveau cycle a déjà été ouvert par l'élection de Donald Trump ou le vote en faveur du Brexit. C'est un moment de rupture qui existe également en France, et qui est révélé par la crise politique profonde qui traverse le pays depuis quelques mois, et dont les derniers événements relatifs à la candidature de François Fillon ne semblent être que le dernier symptôme. L'incroyable volatilité de l'électorat en est également l'indicateur le plus frappant, permettant à des candidats de progresser ou de chuter de près de 10 points en quelques jours, et ce, alors même que certains d'entre eux ne proposent rien d'autre qu'une nouveauté d'apparence, totalement artificielle. Mais la volonté d'un renversement de table est manifeste. Le plus frappant est que cette volatilité est bien plus forte lorsque l'on exclut les extrêmes, ce qui indique que la demande de renversement de table est aujourd'hui une demande de l'électorat des partis de gouvernement, qui repoussent ces extrêmes. C’est une demande de changement de l'intérieur, c'est ce qui semble être le plus caractéristique.

La question du cycle se pose aujourd'hui car en effet, cette période comprise entre 1981 et 2017 ressemble à une crise permanente, qui fait suite à une période longue de prospérité qui est celle des Trente Glorieuses. Désormais, ces deux périodes sont d'égale durée : il ne s'agit donc pas de voir la situation actuelle comme un événement conjoncturel malheureux, mais bien comme un contexte de crise structurelle qui frappe la France depuis plus de 30 ans. Les périodes de croissance soutenue ont bien eu lieu, mais elles ont été trop courtes pour avoir eu un impact réel sur le "moral" du pays.

L'enjeu de ce nouveau cycle est un véritable changement de modèle, dont il est possible de faire le portrait. Parce que le défi essentiel est celui des inégalités, les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont produit Donald et le Brexit - en partie du moins - parce que ces pays ont détricoté progressivement leur État-providence, ce qui a fragilisé tout une partie de la population. Les périodes de plein emploi y ont existé, mais elles ont été trop courtes pour compenser l'effacement social de l'État. A l'inverse, la France a un modèle social en place, ce qui a permis au pays de faire mieux que ses partenaires sur la question des inégalités. Par contre, le pays a été incapable de répondre au défi du chômage depuis 30 ans. Il n'y a pourtant aucune incompatibilité économique entre plein emploi ET modèle social. L'enjeu de ce nouveau cycle est donc de proposer un modèle basé sur le plein emploi, qui est d'abord une question de politique monétaire, associé à un modèle social performant.

Christophe Bouillaud : Je ne sais pas si une présidentielle dans un seul pays peut déclencher quelque chose comme un nouveau cycle économique, qui dépend sans aucun doute de mille autres paramètres que de la seule politique électorale dans un pays particulier. Par contre, il n’échappe pas à grand monde que l’électorat français est particulièrement exaspéré cette année, et que cette exaspération semble bien s’inscrire dans une tendance plus générale à l’exaspération des électorats des pays occidentaux à la suite de la crise économique mondiale de 2007-08. Par ailleurs, contrairement à beaucoup de pays occidentaux, la France se caractérise, en plus  par le fait qu’elle a connu de très nombreuses alternances depuis 1981, et qu’aucun camp politique traditionnel – la gauche regroupé autour du PS et la droite regroupée autour du RPR, puis de l’UMP, puis des Républicains – n’a réussi depuis lors à éviter la sanction électorale suite à son passage au pouvoir. La seule exception à cette règle n’est autre que l’élection de Nicolas Sarkozy en 2007, qui a permis de reconduire une majorité de droite installée en 2002, mais cette élection de 2007 se joue elle-même sur le thème de la "rupture" avec le "chiraquisme".

Ainsi, à force d’alternances successives, l’exaspération est devenue d’autant plus évidente dans l’électorat français qu’à sa marge opère l’un des plus vieux partis d’extrême droite à succès des pays occidentaux, le FN, fondé dès 1972. De fait, pour l’instant,  tous les candidats aux primaires ou à la présidentielle qui gagnent un scrutin ou caracolent dans les sondages correspondent à un tel discours : Yves Jadot chez les EELV, François Fillon à droite, et maintenant Benoît Hamon à gauche, sans compter les Macron, Le Pen et Mélenchon. Il n’y a littéralement personne pour défendre les résultats des périodes passées, et de fait, rappelons l’évidence : c’est la première élection présidentielle sous la Vème République où, encore vivant au terme de son premier mandat,  le président de la République n’est pas politiquement en état de se représenter !

Quels ont été les échecs, politiques, économiques, sociaux de cette période 1981-2017, qui se caractérise par un taux de chômage trimestriel moyen de 8.6%, sur une période de 36 ans ?

Nicolas Goetzmann : Le tournant de la rigueur de 1983 trouve sa justification dans la lutte contre l'inflation qui touchait l'ensemble des pays occidentaux à la fin des années 1970 et au début des années 1980. Ce virage a été enclenché par la Réserve fédérale des États-Unis en 1981, et l’élection de Ronald Reagan aux Etats-Unis, en parallèle avec l'action de Margaret Thatcher au Royaume-Uni. Ce nouvel ordre monétaire s'est accompagné, dans ces pays, par un taillage en pièces de l'État-providence. La France a suivi le même chemin à partir de 1983, du point de vue monétaire, mais en préservant son État-providence.

Pour la France, l'erreur commise a été de poursuivre cette politique monétaire stricte durant la majorité de la période comprise entre 1983 et 2017. Le tournant de la rigueur a laissé place à la politique du franc fort, puis à celle de la BCE, qui, bien que "correcte" à ses débuts s'est transformée en un véritable étau d'austérité. L’Europe considère que seule la maitrise des prix est un objectif acceptable, ce qui revient à dire que la protection du capital est le seul horizon européen. Au détriment du travail. A l’inverse, un objectif double, entre plein emploi et maîtrise des prix, comme cela est le cas aux Etats-Unis, permet de concilier équitablement protection du travail et du capital.

Ce chiffre incroyable d'un taux de chômage moyen de 8.6% depuis 1981, et de 8.75% depuis 1983, ne fait que refléter cette politique de restriction monétaire de longue durée, et cette faveur donnée au capital par rapport au travail. La France a poursuivi indéfiniment sa lutte contre l'inflation alors que celle-ci est stabilisée depuis 30 ans. Le pays n'a plus de problème d'inflation, mais un problème de chômage, ce qui est pourtant une évidence pour tous. L'échec politique est celui de la social-démocratie ou du social libéralisme. Parce que les partis de gouvernement, droite et gauche confondues, ont cru que le problème du chômage était principalement le résultat d'un État hypertrophié, et non d'un problème de monnaie. Les politiques de baisse de charges ont été enclenchées depuis 1993 ; d'autres politiques visant à "libérer les énergies", à favoriser la "liberté" ont pu voir le jour, mais celles-ci étaient vouées à l'échec puisque le cadre macroéconomique était totalement déséquilibré. Lorsque le chômage moyen est de 8.7%, une plus grande "liberté", synonyme du retrait de l'État dans les négociations entre salariés et employeurs, conduit à un renforcement du pouvoir de négociation pour les employeurs, au détriment des salariés, alors que cette libéralisation de l'économie ne peut être profitable à tous que dans un contexte de plein emploi, car il permet d'équilibrer le pouvoir. En persévérant dans cette voie, les partis politiques ont totalement dénaturé la philosophie libérale, pour en arriver à une sorte de dégénérescence inégalitaire.

Christophe Bouillaud : Il est impossible d’en faire une liste un peu exhaustive, mais, bien évidemment, la permanence d’un niveau de chômage qui a fluctué autour de niveaux élevés depuis le début des années 1980 apparait comme le fait marquant de la période. Le sous-emploi de la main d’œuvre disponible a aussi fini par déséquilibrer les comptes sociaux, et, du coup, par ralentir les très légitimes aspirations au bien-être dans bien des domaines sensibles, par exemple sur la prise en charge du handicap ou de la dépendance. Par ailleurs, au fil des années, le chômage a de plus en plus été présenté comme de la seule et unique responsabilité des individus qui le subissait : pas assez formés, pas assez mobiles, pas assez volontaires,  trop vieux ou trop jeunes, etc. Cette individualisation des causes du chômage, à laquelle tous les gouvernements de droite comme de gauche ont finalement participé et dont le discours d’Emmanuel Macron représente le dernier avatar en date avec ses remarques désobligeantes sur des ouvrières "illettrées"  licenciées en Bretagne, a nié avec constance les causes macro-structurelles de ce dernier. Il a traduit un refus persistant de la part des gouvernants de rechercher vraiment le plein emploi, parce que ce dernier ne fait plus partie de leur vision de la bonne économie. Pourtant, les conséquences du chômage de masse sur la société diminuent très fortement le bonheur de tout le monde, que l’on soit chômeur ou non.  Le fait, par exemple, que de très nombreux Français s’accrochent à un mauvais job par peur du chômage n’est sans doute pas sans lien avec le fait que notre pays soit devenu un marché des plus rémunérateurs pour les firmes pharmaceutiques vendant  des antidépresseurs.

Par ailleurs, la peur du chômage a été un argument massue pour ne pas faire des choix courageux pour l’avenir en matière écologique ou de santé publique. Par exemple, personne n’a plus osé fermer une usine polluante à cause de cet argument : il ne faut pas créer de nouveaux chômeurs. Du coup, les dirigeants de la société française ont accepté, pour sauvegarder l’emploi, la continuation d’activités économiques aux externalités devenues pourtant évidentes : le cas du diesel dans le secteur automobile me parait désormais constituer un cas flagrant. Il semble bien, selon des informations qui ont filtré récemment, que les pouvoirs publics savaient dès le début des années 1980 que les moteurs diesel poseraient à terme un problème de santé publique. Ils n’ont rien fait au nom de la sauvegarde de l’emploi, chez Peugeot en particulier, et nous y sommes en plein dans les problèmes annoncés. Cela a créé une époque du déni. On savait très bien en haut lieu à quoi s’en tenir, mais on ne faisait rien au nom de l’emploi ou des intérêts économiques immédiats.

De même, il était évident dès le début des années 1980 que l’intégration des enfants d’immigrés du Maghreb sur le marché du travail se passait mal. Cela n’allait que se confirmer par la suite pour les vagues d’immigration suivantes issues d’Afrique subsaharienne. Rappelons qu’il y a eu une "Marche des Beurs" à ce moment-là pour alerter l’opinion publique sur cette situation, et que tout cela a été repris ensuite par le mouvement "SOS Racisme" très fort dans les années 1980. Or depuis, on a créé la "politique de la ville" pour aider les habitants des quartiers difficiles, et on a multiplié les dispositifs de lutte contre les discriminations à l’embauche, sur le logement, etc. Cependant, tous ces dispositifs juridiques et administratifs ont largement échoué, parce que, là encore, les conditions structurelles du chômage de masse et ses conséquences sur la société n’ont pas été pensées.  Il faut rappeler de manière tautologique qu’il ne peut y avoir de discriminations à l’embauche, et donc de lutte à leur encontre que s’il n’y a pas d’embauche pour tout le monde. C’est l’art de répartir avec justice la pénurie sur un bien rare : l’emploi. En temps de guerre, en cas de mobilisation générale,  tout le monde est requis. Aujourd’hui, c’est exactement l’inverse, et c’est cela le problème à résoudre, moins que la discrimination en soi.

Enfin, un dernier grand problème me parait être l’inadéquation croissante entre le système politique de la Vème République et les aspirations démocratiques d’une population française de plus en plus éduquée et informée. D’une part, il devient de plus en plus évident que nul président à venir n’aura la carrure politique d’un De Gaulle. D’autre part, la congélation du parlementarisme au nom de la prééminence présidentielle interdit presque tout débat rationnel. 

Dans quelle mesure peut-on y lier l’essoufflement politique actuel, caractérisé par les défaites de Nicolas Sarkozy et d'Alain Juppé, du renoncement de François Hollande, de la défaite de Manuel Valls, du feuilleton de la candidature Fillon etc..? En quoi ce climat est-il plus le résultat du temps long que du concours de circonstances particulières ?

Nicolas Goetzmann : François Hollande a remporté l'élection de 2012 sur le thème d'un changement qui n'a jamais vu le jour. François Hollande a été la goutte d'eau. Parce qu'en regardant froidement la situation, on remarque que les deux derniers présidents ont été écartés de la course, de gré ou de force, tout comme le dernier Premier ministre. On peut y voir une nouvelle forme d'une crise de régime. Il est peu probable que chacun de ces événements n'ait aucun lien l’un avec l'autre, il s'agit d'un résultat de temps long, d'un chômage de masse persévérant depuis 30 ans, qui se cumule avec une incapacité totale des responsables politiques de proposer une alternative acceptable, dans un cadre démocratique. Il s'agit pourtant d'une opportunité extraordinaire pour les partis de gouvernement. Parce qu'avec les résultats économiques de ces 36 dernières années, le score des partis extrêmes pourrait être bien supérieurs à ce qu'ils sont aujourd'hui. Donald Trump a remporté la victoire alors que le taux de chômage américain était inférieur à 5%. Il y a donc une forte résilience française, les électeurs cherchent un candidat "du système", pour changer ce système. Pour le moment, aucune offre allant en ce sens ne s'est déclarée. 

Christophe Bouillaud : Comme je l’ai dit, la France a été incapable de se doter, depuis 1981, d’une majorité politique capable de remporter l’élection suivante, et la présente élection se caractérise déjà par un président sortant hors d’état de se représenter. Par ailleurs, l’affaire Fillon, ou le "Penelopegate" comme on dit, constitue une illustration parfaite de la professionnalisation de plus en plus marquée de notre classe politique au fil des décennies d’après-guerre. Nos politiques sont désormais presque tous des gens qui n’ont fait que de la politique dans leur vie active. En particulier, les plus importants d’entre eux sont désormais incapables de mener de front une carrière professionnelle et l’exercice de leurs mandats politiques. Ils ont d’ailleurs des assistants pour leur permettre d’assumer tout ce travail…  Ce ne sont donc plus des notables au sens ancien du terme, qui mêlaient une surface professionnelle, liée à une clientèle de médecin par exemple, et une vie politique, à la manière encore d’un Vigouroux maire de Marseille dans les années 1980.  La vraie information qui ressort  en effet sur François Fillon à l’occasion de ce grand déballage, c’est qu’il a été parlementaire ou ministre sans discontinuer depuis 1981. C’est donc un pur professionnel de la politique.  Il n’est, bien sûr, pas le seul.

On pourrait faire la même remarque pour tous les autres prétendants, à l’exception certes d’un Emmanuel Macron qui joue d’ailleurs sur ce registre du "non-élu". Or le principal soutien de ce dernier se trouve être un vieux routier de l’opposition, puis du pouvoir, le maire de Lyon, Gérard Collomb, un autre grand professionnel de l’élection démocratique qui vaut bien un François Fillon. Il me semble donc que nous sommes en train de payer le fait que notre vie politique a été trop professionnalisée, close sur elle-même, et que les grands partis ont favorisé cette professionnalisation en alternant régulièrement aux affaires depuis le début des années 1980 et en offrant donc des perspectives de carrières longues et réussies à beaucoup. Ces partis professionnalisés n’ont pas bien vu aussi que les avantages accordés aux élus étant d’autant plus mal perçus par la population que les résultats au niveau national n’étaient pas vraiment au rendez-vous. On peut en effet passer à son propre maire toutes ses folies s’il gère bien sa ville, tout en étant exaspéré par ailleurs par ces politiciens qui ruinent le pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

03.

Voilà ce qu’on protège vraiment en protégeant le mode de vie européen (et pourquoi le défi est de taille)

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Il meurt après une relation sexuelle lors d'un déplacement professionnel, la justice estime que c'est un accident du travail

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

07.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Insécurité : la sombre réalité française dans le match des criminalités européennes

04.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

05.

L’insécurité, grenade dégoupillée pour la fin du quinquennat Macron ?

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

01.

Dérives de l’antiracisme : Lilian Thuram, la maladresse qui cache la forêt des décoloniaux, indigénistes et racisés assumés

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (43)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
theodorum
- 21/02/2017 - 19:28
Keynes avait raison !
Sauf que les concurrences déloyales n'existaient pas dans la mesure aussi où les cotisations n'existaient pas. Le Progrès nous oblige à être généreux et nous permet de l' être.
Moneo écrit "Elle disparait (la richesse) peu à peu justement à cause de ces prélèvements abusifs , ne peut en aucun cas prétendre que son état catastrophique est du au libéralisme "
Les prélèvements en question sont excessifs - tout à fait d' accord - parce qu'on ne s'attaque pas aux causes et en plus parce qu'on reconduit l'accueil des populations des anciennes colonies comme si on avait des remords, ce que Pierre Calame ne comprenait pas non plus.
En fait on a l'impression que nos dirigeants sont inertes et incompétents, ils laissent faire : c'est vrai que c'est confortable pour eux.
Nous manquons de demande et Keynes avait raison, mais justement à condition de la laisser s'exprimer, en mettant au pas les concurrences déloyales et en favorisant la diminution du temps de travail et non la consommation, et à condition de ne plus exploiter la misère du Monde par les délocalisations
Un bon moyen pour ça est de remplacer les cotisations par la TVA, donc moins de concurrence et plus de solidarité.

theodorum
- 21/02/2017 - 15:26
le 1er effet de ciseaux
Le texte précédent est issu d'une lettre du 5 Novembre 2013 à France Télévision, dont voici le début :
"J'ai regardé hier soir votre émission «  Tout peut changer » sur le problème de l'impôt souvent présenté sous son mauvais jour. Je crois qu'il y a un grand malentendu le concernant et qui n'a pas été levé hier soir. Ci-joint la photocopie d'un article de La Croix du 6 septembre 1996 qui montre, mais n'en tire pas toutes les conséquences, l'erreur Française.
Vous avez signalé rapidement , trop rapidement, que les cotisations sociales étaient 4 fois plus faibles au Danemark qu'en France. C'est une erreur capitale car les cotisations sociales sont répercutées dans les prix, alourdies de la TVA, et pénalisent la compétitivité des entreprises et des produits Français aussi bien à l'export ( pas d'incidence de la TVA ) que sur le marché intérieur !
Le résultat constitue un véritable cercle vicieux , car entraînant une perte de ventes, du chômage, donc des frais en plus et l'obligation de compenser par une nouvelle augmentation des cotisations cette diminution de l'assiette entraînant une baisse des recettes et une hausse des dépenses . On s'enfonce !" Le diable est dans le détail !
theodorum
- 20/02/2017 - 20:48
Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre !
C'est parce qu'on ne s'attaque pas aux causes qu'on s'enfonce disait Maurice Allais major de Polytechnique et Prix Nobel d' économie.
La cause principale de nos déficits est qu'il est impossible d'équilibrer nos importations en développant nos exportations, car il y a là une effet de ciseaux qui a échappé à tous les experts et aux hommes politiques.
A cet effet de ciseaux s'en ajoute un autre, lui aussi totalement ignoré de nos experts et technocrates, l'exportation de technologie et de produits de luxe représentant des montants importants pour assez peu d'emplois ( salaires élevés et fortes marges ) et l'importation de produits de faible valeur ( car issus du travail de millions de personnes travaillant 70 h par semaine avec des salaires de misère et sans charges sociales ni environnementales ) . On se contente de comparer les signes monétaires !
Il y a impossibilité absolue d'équilibrer la balance comerciale
d'une part, et d'éviter les déficit de l' ÉTAT de l'autre, car il convient de rapprocher ces éléments, ce à quoi n'avait pas pensé le Pr Bauchet Économiste et Président de PARIS I Sorbonne en 1996 .
Cela a échappé à la Droite comme à la Gauche, ex-aequo dans la nullité !