En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

06.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 15 heures 31 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 16 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 19 heures 8 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 19 heures 20 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 20 heures 20 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 21 heures 26 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 22 heures 47 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 23 heures 9 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 23 heures 12 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 23 heures 12 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 16 heures 3 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 16 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 19 heures 11 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 19 heures 49 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 21 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 22 heures 16 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 22 heures 54 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 23 heures 9 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 23 heures 12 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 23 heures 12 min
© Reuters
© Reuters
La légitimité, ça, c'était avant

Élections professionnelles dans les TPE : la CGT en tête mais sévèrement giflée

Publié le 10 février 2017
Les "obscurs", c'est-à-dire les 4,5 millions de salariés des entreprises de moins de 10 personnes (les fameuses TPE), viennent de voter pour élire leurs représentants. Comme tout ce qui touche aux obscurs, personne ou presque ne s'en est rendu compte. Et très peu d'entre eux se sont déplacés: la participation s'est limitée à 7,35% des électeurs, soit un total de 330.000 bulletins de vote (3 points de moins qu'en 2012). Pas de quoi fouetter un chat!
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les "obscurs", c'est-à-dire les 4,5 millions de salariés des entreprises de moins de 10 personnes (les fameuses TPE), viennent de voter pour élire leurs représentants. Comme tout ce qui touche aux obscurs, personne ou presque ne s'en est rendu compte. Et très peu d'entre eux se sont déplacés: la participation s'est limitée à 7,35% des électeurs, soit un total de 330.000 bulletins de vote (3 points de moins qu'en 2012). Pas de quoi fouetter un chat!

Mais qui sont ces obscurs?

Qui sont-ils au juste tous ces électeurs qui, dans leur entreprise, sont privés de représentation syndicale, mais représentent tout de même un quart des salariés? Majoritairement, ce ne sont pas des cadres (ceux-ci représentent environ 11% du total). Ce sont donc les salariés de ces petits magasins, de ces entreprises artisanales (les coiffeurs, les boulangers, les bouchers...), jusqu'aux start-up, qui se tiennent généralement à part des grands débats syndicaux et pour qui les grandes réglementations ne sont généralement pas faites. 

C'est en soi un vivier intéressant, puisqu'il témoigne de cette France où le salarié voit son patron tous les jours et où la pression sur le chiffre d'affaires est quotidiennne. On n'est pas ici dans la France de la rente, des grandes entreprises qui ont été, à un moment ou à un autre, nationalisées, et qui participent à la doctrine des protections qu'il faut toujours accorder en plus aux salariés. La France des TPE, c'est plutôt celle du combat quotidien pour défendre sa survie.

Une érosion continue de la CGT

Parmi les 300.000 qui se sont exprimés, il s'en est tout de même trouvé un quart pour donner un bulletin CGT dans l'urne. C'est un signal ambigu. 

D'une part, la CGT reste de loin le premier syndicat dans ce segment d'entreprises. Ce chiffre illustre bien la permanence du combat dans ces entreprises où la lutte des classes a la peau dure. Que la contestation soit encore un mode de revendication quotidienne prouve que la TPE peut encore être un lieu d'affrontement. 

Mais ce poids de la CGT s'érode. Elle avait remporté près de 30% des voix il y a quatre ans. Sa suprématie est donc de plus en plus remise en cause. On y verra en partie le résultat de la stratégie frontale contre une loi Travail qui n'est finalement pas désavouée par les salariés. FO a pour sa part perdu 2 points dans la même période. On y verra aussi, et même surtout, les effets d'une lente mutation de notre tissu de TPE, où les start-ups grignotent du terrain et où le petit commerce souffre le martyr. Progressivement, la population qui vote n'est plus la même. 

Un échec de la CFDT

Curieusement, la CFDT n'a pas profité de cette érosion de la CGT. Certains, à la CFDT, imaginaient pourtant tirer leurs marrons du feu. Ils seront déçus. Leur syndicat n'a remporté que 15% des voix, soit 50.000 bulletins de vote, quand la CGT en a obtenu 81.000. Le différentiel entre les deux syndicats s'est certes réduit par rapport au précédent scrutin, mais la tendance n'en est pas moins illustrative.

On pourra épiloguer longuement sur cette contre-performance de la CFDT. Incontestablement, la stratégie de soutien au gouvernement finit par se payer dans les urnes, et c'est toute la logique du réformisme docile qui en prend un coup. La CFDT s'imaginait tutoyer la CGT à l'issue de ce scrutin. Rien n'exclut un retournement très défavorable. Son score est d'ailleurs d'autant moins rassurant qu'elle reste loin derrière la CGC (moins de 20% pour la CFDT, 28% pour la CGC) dans le collège cadres, qui a en revanche gagné 2 points.

La poussée des nouveaux

Ces mouvements se sont opérés au bénéfice des "nouveaux", à savoir l'UNSA, qui court toujours après la reconnaissance de sa représentativité nationale, et les listes régionales, qui ont obtenu 10% des suffrages. Voilà un indice qui ne trompe pas: moins que jamais, les syndicats "représentatifs" nationaux ne représentent l'avenir du salariat (la CFTC a même réalisé le score de 7,44% dans les TPE). Plus que jamais, le paysage syndical est dans l'attente de son renouvellement. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ELIED
- 04/02/2017 - 18:51
Elections
Il faudra bien un jour se rendre compte que ces "grands syndicats ouvriers" n'ont plus la cote auprès de la majorité: 7.35%, une misère! Q'on en finisse avec ce Cancer Généralisé du Travail et cette Fossoyeuse de l'Ouvrier, donnons la parole aux ouvriers de la base toutes catégories confondues avec une discussion réelle avec leurs patrons. Ce serait certainement plus avantageux si le projet était bien ficelé, et ça éviterait certainement tous ces blocages qui minent l'économie.
Jardinier
- 04/02/2017 - 13:56
C'est moi que j'avais raison.
.