En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

04.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

05.

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

06.

Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit

07.

Mystérieux virus venu de Chine : pourquoi les poumons sont le maillon faible des épidémies planétaires

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Derrière le cas Meghan & Harry, le conflit de générations généralisé qui fragilise les démocraties occidentales

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

ça vient d'être publié
pépites > People
Retraite
Après 50 ans de carrière, le couturier Jean Paul Gaultier dit adieu aux défilés haute couture
il y a 4 heures 55 min
pépites > Politique
Luanda Leaks
La femme "la plus riche d'Afrique" rattrapée par la justice
il y a 5 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti culture

"L’Abominable", de Dan Simmons: Sur les flancs glacés de l’Everest, une aventure à donner le vertige !

il y a 9 heures 49 min
décryptage > Société
Intrusions à tous les étages

Bestiaire révolutionnaire et autodafés de pacotille

il y a 10 heures 41 min
pépite vidéo > Politique
Voeux
Nicolas Sarkozy dénonce le climat de "violence" qui règne en France
il y a 11 heures 16 min
décryptage > Politique
Interview

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Economie
Point de vue

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Economie
Trompe l’oeil

Pourquoi le classement Oxfam sur la concentration des richesses entre les mains de milliardaires ne nous dit quasiment rien de la réalité de celle des pauvres

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti culture

Eva, une aventure de Lorenzo Falco d' Arturo Pérez-Reverte: un second chapitre des aventures de Falco, qui rachète le premier !

il y a 1 jour 3 heures
pépite vidéo > People
L'adieu du Prince
Harry l'affirme: il n'avait "pas le choix" que de partir
il y a 1 jour 4 heures
pépites > Politique
Présidentielle 2020
Marine Le Pen opposée d'accord pour travailler avec Nicolas Dupont-Aignan mais sans primaire
il y a 5 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Ménopause", livret d'Alexandra Cismondi, Parodies de chansons et mise en scène d'Alex Goude : Pas de pause pour "Ménopause" qui est prolongé à la Gaité, par Anne-Marie Joire-Noulens

il y a 9 heures 31 min
décryptage > Politique
Coup de froid

Cette très chère Ségolène Royal

il y a 10 heures 14 min
décryptage > Politique
Critique

Pourquoi nous devons sérieusement parler de la Chine

il y a 11 heures 55 sec
décryptage > Société
PMA ou GPA: c’est au choix

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Economie
Faux-semblant

Choose France : voilà pourquoi l’attractivité de l’Hexagone n’a que très peu à voir avec la manière dont le pays est gouverné

il y a 12 heures 39 min
décryptage > Economie
Davos 2020

Ce que les grandes entreprises pourraient réellement faire pour enfin se mettre au vert... et sans gadget

il y a 13 heures 29 min
décryptage > Santé
Poumons en danger

Mystérieux virus venu de Chine : pourquoi les poumons sont le maillon faible des épidémies planétaires

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Où bat le cœur du monde" de Philippe Hayat: Quand le jazz fait parler les muets, un roman intense, rythmé, syncopé...

il y a 1 jour 4 heures
pépites > Social
Enfants en danger
Les nouvelles failles de l'Aide sociale à l'enfance
il y a 1 jour 5 heures
© DR
© DR
Pendant ce temps-là...

5 informations fondamentales totalement éclipsées par le "Penelopegate"

Publié le 10 février 2017
Baisse du chômage en Europe, Livre Blanc britannique sur le Brexit, annulation d'une conférence d'Hani Ramadan à Roubaix, creusement de l'écart du taux d'emprunt à 10 ans entre la France et l'Allemagne, etc. : autant d'informations importantes survenues cette semaine dont vous n'avez probablement pas entendu parler.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL L’Harmattan, Sous la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Guylain Chevrier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL L’Harmattan, Sous la...
Voir la bio
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Baisse du chômage en Europe, Livre Blanc britannique sur le Brexit, annulation d'une conférence d'Hani Ramadan à Roubaix, creusement de l'écart du taux d'emprunt à 10 ans entre la France et l'Allemagne, etc. : autant d'informations importantes survenues cette semaine dont vous n'avez probablement pas entendu parler.

La montée de l’écart (spread) de taux entre France et Allemagne pour les emprunts d’Etat à 10 ans 

Jean-Paul Betbèze : 70 points de base, 0,7%. En finance, la montée de l’écart (spread) de taux entre France et Allemagne pour les emprunts d’Etat à 10 ans est passée inaperçue, alors que c’est la façon dont les marchés financiers nous perçoivent et analysent notamment notre risque. La France s’endette actuellement à 1,08% à 10 ans (pour une inflation harmonisée à 0,8%) contre 0,38% pour l’Allemagne (pour une inflation à 1,9%). L’écart est ainsi de 0,7% hors inflation, contre 0,5% en début d’année et 0,2% début novembre. Trois phénomènes ont lieu depuis quelques mois et s’accélèrent : les taux longs montent partout, en liaison avec la reprise de la croissance et la remontée de l’inflation ;l’écart de taux s’accroît avec l’Allemagne, traduction de la montée du risque France ; pire enfin le taux réel France (taux nominal moins inflation courante) est de +0,3% contre -1,5% pour l’Allemagne. La France est perçue comme plus risquée, l’Allemagne toujours le pays le plus sûr de la zone.

Cette montée de l’écart des taux est surtout politique. Les marchés n’ont pas réagi quand, lors de la primaire de la gauche, Benoît Hamon avait esquissé l’idée de se rapprocher de l’Allemagne pour réduire, ensemble, la dette publique ! En français, il s’agit là d’un défaut souverain. Ce seul mot suffit à faire monter les taux, puisque le risque augmente, mais il n’a pas été repris par la suite. C’est heureux. Et souhaitons que ceci se poursuive. L’écart qui se creuse vient certes de l’incertitude politique qui monte (et qui pousse d’ailleurs à emprunter beaucoup avant les élections) et maintenant, dans l’esprit des marchés, de la possibilité d’une victoire de Marine Le Pen. Même si une telle probabilité paraît très faible, les marchés envisagent, depuis le Brexit et Trump, toutes les possibilités. Ils cherchent ainsi ce qui pourrait affecter les autres candidats, notamment Emmanuel Macron.

N’oublions pas les enjeux, derrière ces jugements et ces comportements : ils sont réels et importants. Chaque jour, pour "tourner", le Trésor emprunte en effet 800 millions d’euros, dont 250 viennent de notre épargne et le reste de nos amis Chinois, Japonais…, qui détiennent 60 % de notre dette. François Fillon est le candidat de la réduction de la dette, Emmanuel Macron aussi, mais c’est moins mis en avant. Ce n’est pas vraiment le cas pour les autres concurrents. Le spread qui augmente montre ainsi l’inquiétude qui monte, pendant que nous discutons d’autre chose. Il serait temps de revenir à l’essentiel et de parler des budgets prévisionnels, pour les cinq ans qui viennent, mis en avant par les divers candidats. N’oublions pas que notre déficit dépasse toujours le maximum prévu dans le cadre du Pacte de Stabilité et de Croissance (3% du PIB) et que viendra un moment où la BCE achètera moins de bons du trésor français. Ceci devrait commencer en janvier prochain et peser avant.

Le taux de chômage de la zone euro a atteint 9.6% au mois de décembre 2016.

Nicolas Goetzmann : Il s'agit là du meilleur résultat de la zone euro depuis le mois de mai 2009, c’est-à-dire depuis près de 8 ans. Le taux de chômage de la zone avait atteint son sommet au mois de juin 2013, soit 12.1%. Mais il y a encore du chemin à parcourir pour atteindre le plein emploi. La première étape sera de battre le taux le plus bas de la zone euro, atteint en mars 2008, avec 7.2% de chômage, et la seconde étape sera de rivaliser avec les chiffres américains, qui restent bien inférieurs à 5% de la population active.

Cette baisse du chômage en Europe est la conséquence de la politique monétaire menée par la BCE, ce qu'explique Mario Draghi : "Globalement, nous sommes satisfaits du positionnement monétaire que nous poursuivons maintenant depuis 2014. Il est de plus en plus clair que ce positionnement a été un succès (…) Dans l'ensemble, la zone euro a créé 4.5 millions d'emplois lors des trois dernières années".

Le premier élément à retenir, c'est que, malgré les nombreuses critiques dont Mario Draghi a fait l'objet, sa politique fonctionne. Parce que ce n'est évidemment pas l'austérité qui a créé des emplois, mais bien la politique de relance de la BCE. On peut cependant regretter que la démarche ne soit pas plus franche, et donc plus rapide. On peut prendre exemple sur le cas américain, parce que les Etats-Unis sont parvenus à créer 15 millions d'emplois entre la fin 2010 et la fin 2016 en mettant en oeuvre une politique analogue, mais plus vigoureuse encore. Il existe donc une forte marge de progression au sein de la zone euro. Il faudrait également que le débat politique puisse enfin se reporter sur ces questions monétaires, parce que lorsque les dirigeants évoquent le plein emploi sans évoquer les questions macroéconomiques, cela n'a pas beaucoup de sens.

Par contre, il faudra bien un jour se poser la question de la soutenabilité des divergences internes à la zone euro. Car entre la Grèce qui affiche encore un taux de chômage de 23% ou l'Espagne avec 18.4%, et l'Allemagne qui voit son taux de chômage atteindre 3.9%, il est pratiquement impossible de concilier les intérêts. Les pays du Sud ont besoin de plus de relance, l'Allemagne n'en a pas besoin, et commence à craindre une poussée inflationniste.

La baisse du chômage est donc une très bonne nouvelle pour la zone euro, même si celle-ci est trop tardive et encore trop timide ; mais il est fort probable qu'elle soit la cause de nouvelles perturbations politiques à venir.  

La Chambre des Communes a réaffirmé, en acte, la souveraineté du Parlement britannique

Edouard Husson : Empêtré dans la crise de sa propre représentation politique, notre pays n'aura pas fait attention à l'actualité politique britannique.  Mercredi 1er février, par 498 voix contre 114, la Chambre des Communes a accepté de débattre sur le texte de loi qui autorisera Theresa May, Premier ministre britannique, à demander officiellement la sortie de l'Union européenne. En quelques jours, la souveraineté du Parlement britannique a été solennellement réaffirmée. La Cour suprême britannique avait exigé que le projet de loi fût soumis au Parlement. Or certains responsables de l'Union espéraient encore que les parlementaires britanniques, qui avaient été majoritairement en faveur du "Remain", s'opposeraient au Brexit. C'était sous-estimer la fidélité de la Grande-Bretagne à sa propre tradition politique.

Conforté dans son rôle institutionnel central, le Parlement a décidé de respecter la volonté du peuple britannique. Hier, jeudi 2 février, Downing Street a ainsi pu publier son "Livre Blanc" sur le Brexit, qui édicte les axes principaux de la négociation britannique: retour à une politique commerciale nationale, contrôle renforcé de l'immigration, annulation d'une partie de la législation inspirée par les directives de la Commission européenne, maintien de l'ouverture large des universités britanniques aux étudiants de l'UE. En quelques jours, le Royaume-Uni vient d'effectuer la deuxième "Glorieuse Révolution" de son histoire (la première, en 1688, qui avait remplacé la dynastie Stuart par Guillaume d'Orange et réaffirmé les droits du Parlement contre toute tentation absolutiste). La cohésion de la classe politique britannique offre un contraste cruel avec le délitement de nos partis, à droite comme à gauche.

L'annulation de la conférence d'Hani Ramadan à Roubaix

Guylain Chevrier : Ce 4 février, la mosquée Bilal de Roubaix a programmé une rencontre dite "spirituelle" avec Hani Ramadan, prédicateur suisse et grand frère de Tariq. Dans une tribune publiée en 2002 et intitulée La charia incomprise, il juge que le sida est une "punition divine" et justifie la lapidation, en disant que comme "injonction divine" elle est "une forme de purification". Sur son blog, il prétend que c’est le sionisme qui a poussé la France à explorer la piste radicale après les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casher... En juin 2016, s’exprimant dans une école suisse sur "l’islamophobie", il expliquait qu’une femme non voilée, c’était "comme une pièce de deux euros : visible pour tous, elle passe d’une main à l’autre". Des positions alors jugées "incompatibles avec les valeurs et la mission de l’école publique".

Rappelons qu’il fait partie des invités du Congrès de l’Union des organisations islamiques de France, émanation des Frères musulmans, dont le Collectif contre l’islamophobie en France n'est pas bien loin, ce dernier multipliant les plaintes en "islamophobie" contre des intellectuels. Finalement, la rencontre de Roubaix a été annulée sous la pression. Le président LR de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, avait demandé lundi au préfet du Nord d'interdire cette conférence, s’ajoutant à la mobilisation de militants laïques avec l’association "Forces laïques" qui avait demandé au maire de la ville qu’il intervienne. Mélenchon, Macron, Hamon, aux abonnés absents. Une information qui n’a pas été jugée digne de faire la Une des grands médias, relayée par quelques-uns, en général, après l'interdiction, loin derrière l’affaire Fillon baptisée à présent "Pénélopegate" ! On en oublie les dangers qui menacent notre vivre ensemble et la laïcité, enjeu pourtant fondamental de ces présidentielles. Décidément, il y a une hiérarchie de l’info qui en dit long sur l’état de notre démocratie, à tout le moins, malade de ses médias.

L'entrée en application de certaines dispositions de la loi de modernisation de la santé

1/ "La loi rénove le service public hospitalier et généralise l’engagement des établissements dans des projets médicaux communs de territoire".

2/ "L’ouverture (open data) des données publiques et un accès compatible avec le secret des données personnelles pour des recherches, projets d’étude et d’évaluation d’intérêt public. Ce projet de loi rend concrètes les valeurs de justice et d’efficacité dans un projet politique innovant pour la santé des Français au quotidien."

Stéphane Gayet : 1/ La loi de réforme hospitalière du 31 décembre 1970 avait créé la notion de "service public hospitalier" ou SPH, que les établissements de santé publics et certains établissements de santé privés à but non lucratif (dits participant au SPH ou PSPH) étaient tenus d’assurer. Le service public hospitalier comportait trois grands volets : l’égalité d’accès à des soins hospitaliers pour tous, l’égalité de la prise en charge hospitalière pour tous, et la continuité de l’accueil et des soins jour et nuit en milieu hospitalier. Mais la loi de santé dite "Hôpital patient santé territoire" ou HPST du 21 juillet 2009 a supprimé la notion de service public hospitalier, et créé pour la remplacer celle de "missions de service public", au nombre de 14 et pouvant être assurées par l’ensemble des établissements de santé publics et privés à but non lucratif (ces derniers étant des "établissements de santé privés d'intérêt collectif" ou ESPIC). Or, il s’avère que les Agences régionales de santé ou ARS ont fait preuve d’une particulière lenteur dans la mise en place des dispositions de cette réforme de 2009, pour des raisons que l’on peut comprendre, et que, de plus, lorsqu’elles ont été mises en place, ces dispositions ont contribué à rendre l’offre de soins peu claire pour les patients.

C’est pourquoi deux rapports ont été successivement commandés et rendus sur cette question : en 2013 (rapport d’Édouard Couty) et en 2014 (celui de Bernadette Devictor). Ces deux rapports ont été établis sur la base de groupes de travail et de réunions plénières associant largement des représentants des établissements de santé publics et privés, à but lucratif ou non. Ils ont préconisé la définition d’un service public hospitalier (SPH) rénové, reposant sur le respect d’un bloc d’obligations et ouvert à tous les établissements de santé, indépendamment de leur statut juridique.

Les prenant en compte, le service public hospitalier rénové de la loi de 2016 améliore l'accessibilité aux soins pour tous les usagers, quelles que soient leurs difficultés ; oblige les établissements de santé à une transparence de gestion ; rend obligatoire la participation des usagers à la gouvernance hospitalière ; donne des garanties de qualité et d'accessibilité des soins dans tous les territoires ; et prévoit de contraindre les établissements de santé à participer à des actions de coopération, en particulier au sein des communautés professionnelles territoriales de santé, ceci avec l’objectif d’insérer véritablement l’hôpital dans son environnement. De plus, ce SPH rénové n’exclut a priori aucun type d’établissement de santé, quel que soit son statut, dès lors qu’il s’engage à en respecter les obligations.

Cette réforme du service public hospitalier devrait ainsi contribuer, pour les usagers de la santé, à combler le fossé existant entre l’établissement de santé et les professionnels de santé en secteur extra hospitalier. Cette ancienne dichotomie entre l’hôpital et les professionnels de santé libéraux devrait dès lors diminuer, permettant en quelque sorte une désacralisation de l’établissement de santé, ainsi qu’un accès à lui plus facile, plus souple, plus sur mesure et plus transparent. Idéalement, la prise en charge des personnes malades devrait se faire, non plus soit à l’hôpital, soit en suivi libéral au cabinet, mais d’une façon conjointe par un système coordonné et interactif de coopération hospitalo-communautaire. Cette prise en charge devrait ainsi être plus fluide, plus sûre et plus agréable, dans le cadre de "parcours de soins" pilotés de façon pluriprofessionnelle et pluridisciplinaire. De plus, l’opposition entre hôpital public et clinique privée, quel que soit son statut, devrait encore s’amenuiser. On peut donc dire que cette disposition va dans le sens d’une meilleure prise en charge sanitaire des malades et qu’elle devrait tendre à réconcilier les usagers avec leur système de santé, tout en les responsabilisant bien davantage.

2/ Le constat établi par le rapport de Pierre-Louis Bras sur la gouvernance et l’utilisation des données de santé (octobre 2013) est celui de bases de données exceptionnellement riches, mais de règles d’accès trop complexes pour les données à caractère personnel et d’une publication en ligne insuffisante pour les données anonymes. La France dispose en effet de bases de données publiques nationales extrêmement complètes, issues notamment des remboursements par l'assurance maladie, pour l'ensemble de la population. Ces données, ainsi que d'autres, collectées par différentes institutions publiques, sont largement sous-utilisées.

Cette disposition de la loi de 2016 a pour but d’ouvrir l’accès aux données de santé. Car ces quantités gigantesques ("big data") d’informations peuvent parfaitement faire l’objet, avec les outils informatiques puissants dont nous disposons aujourd’hui, d’études statistiques très poussées, débouchant vers des découvertes médicales d’un immense intérêt. C’est même un devoir collectif que de valoriser ces données en les exploitant scientifiquement, pour le bien collectif, mais bien sûr toujours dans le strict respect de la vie privée des citoyens.

Ainsi, en ouvrant l’accès aux données de santé, la loi de 2016 encourage les chercheurs - publics ou privés -, les professionnels de santé, mais également les entreprises, start-ups ou grands groupes, à produire de la connaissance qui pourra ensuite bénéficier à la collectivité.

Parallèlement à cette disposition d’ouverture, ladite loi de modernisation de notre système de santé de 2016 prévoit de renforcer la sécurité informatique dans les établissements de santé. Ces derniers sont en effet souvent perçus comme encore trop vulnérables, en dépit du niveau élevé de sécurité déjà présent dans les gros hôpitaux que sont les centres hospitaliers universitaires (CHU). Mais, à côté de ces derniers largement pourvus en compétences et en ressources matérielles informatiques, les établissements de plus petite taille, et particulièrement ceux du secteur privé, ont encore trop souvent un niveau de sécurité inférieur à celui qu’il faudrait avec des données aussi sensibles. Cette disposition concernant la sécurité informatique comprend un renforcement logiciel et matériel de protection, et l’instauration d’un dispositif de vigilance informatique, s’inscrivant idéalement dans une culture institutionnelle de sécurité numérique.

Il est clair que les travaux de recherche qui seront rendus possibles par l’ouverture des données de santé à de nombreuses équipes de recherche - tant publiques que privées - vont faire nettement progresser les connaissances scientifiques et médicales françaises. Cela devrait contribuer à améliorer la performance de notre offre de soins, sur tous les plans. On peut même en attendre réellement un essor décisif. Car les compétences françaises en recherche scientifique sur les bases de données gigantesques sont très nombreuses et beaucoup d’équipes attendaient depuis longtemps l’ouverture de cet accès. Les retombées sur l’offre de soins devraient commencer d’ici une dizaine d’années. Mais il y a le revers de la médaille : certains usagers de la santé seront forcément inquiets de cette ouverture des bases de données médicales aux équipes de recherche diverses et variées. La sécurité sera certes renforcée, nous l’avons dit, mais la sécurité totale n’existe pas. Il y aura toujours un risque de piratage comme de mésusage de ces données. C’est le prix à payer pour doper la recherche médicale. Professionnels de santé, chercheurs et usagers devront pour cela se montrer tous très vigilants, car la réactivité permet en partie de pallier les défauts de sécurité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

04.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

05.

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

06.

Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit

07.

Mystérieux virus venu de Chine : pourquoi les poumons sont le maillon faible des épidémies planétaires

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Derrière le cas Meghan & Harry, le conflit de générations généralisé qui fragilise les démocraties occidentales

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 05/02/2017 - 15:03
@Olivier K pas bête!
mais qui aura le courage de réaliser cela? Marine Le Pen commence avec la carte vitale biométrique...
Olivier K.
- 04/02/2017 - 19:41
Banque de données des citoyens
On pourrait mais très sérieusement simplifier la gestion de la chose publique en centralisant les données de tous les citoyens tout en rendant anonyme le lien entre les données et le citoyen. Il suffirait qu'à chaque citoyen on associe une clef publique et privé. La clef privé serait gardée par le citoyen et dans un coffre fort géré par l'état, dans lequel la clef serait cryptée avec un code reposant par exemple sur un identifiant adn, ou numero de secu. Ensuite chaque fois que des données sont générés suite à une activité du citoyen, celles-ci peuvent être associé au citoyen de façon crypté, de sorte que seul le possesseur de la clef privé (le citoyen) puisse savoir que ces donnés sont associées à lui-même. Ainsi l'état pourrait stocker les données de tous les citoyens sans savoir à quel individu sont associées chaque données. Néanmoins l'individu pourrait ensuite retrouver ses données et prouver qu'elles sont bien associées à lui même. Cela simplifierait tellement la gestion de l'état. Et les arnaques deviendrait virtuellement impossible.
Nap4
- 04/02/2017 - 12:46
Santé? Mon c... !
Bel angélisme sur l'ouverture des données de santé. Oui, en effet, en France le Big Data de la santé est impressionnant sur le plan quantitatif. On pourrait donc en espérer de grandes avancées sanitaires. Mais la question est de savoir à qui seront destinées ces données ? Aux médecins ? NON ! La ministre a tout fait pour verrouiller l'accès des données aux professionnels de santé. Par contre l'administration et les assureurs y auront accès. Et pourquoi ? Et bien, souvenez vous que la Mutualité soutient, et finance probablement le PS depuis fort longtemps. Mme Touraine leur renvoie dons gentiment l'ascenseur. Mais souvenez vous : ils s'agit de VOS données personnelles de santé, agrégées avec vos données sociales (rentes, pensions, remboursements, allocations, etc.) Rien que du confidentiel. Big Brother est parmi nous.