En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Tiède
Le grand flou : le livre de François Hollande reflète-t-il sa personnalité ou sa stratégie ?
Publié le 24 février 2012
Le candidat du PS a publié ce jeudi "Changer de destin". Un livre qui manque de "réponses courageuses à des questions qui regardent tous les Français". Fiche de lecture d'Eric Verhaeghe.
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le candidat du PS a publié ce jeudi "Changer de destin". Un livre qui manque de "réponses courageuses à des questions qui regardent tous les Français". Fiche de lecture d'Eric Verhaeghe.

Contrairement à sa légende, François Hollande est un homme audacieux. Il vient de sortir un livre qui le prouve. Dans la tradition de la Ve République, il est en effet d’usage de jouer le clivage droite-gauche au premier tour, pour rassembler au-delà de son camp au second. C’est ainsi que Nicolas Sarkozy a gagné en 2007. François Hollande tente l’inverse : il publie bien avant le premier tour un livre qui peut contenter tout le monde, tant les constats qui y sont faits sont d’une généralité consensuelle, et les propositions d’un flou angélique tel que chacun y trouvera à manger.

Quelques exemples ?

«J’aime les gens plus que l’argent»(page 22),

«Faire de la France un exemple parmi les nations» (page 37),

«Je propose le redressement dans la justice: pour améliorer le sort de tous les Français» (page 66),

Vive la République «des citoyens qui cherchent le progrès, la justice et la dignité, des créateurs qui veulent libérer l’esprit, des militants obscurs qui défendent toutes les causes humaines et des entrepreneurs qui oeuvrent pour le bien commun» (page 78),

L’Europe, «ses responsables doivent s’en convaincre, ne se fera pas sans les Européens» (page 101), etc.

Personne ne peut être contre cette accumulation de bons sentiments.

Cela dit, le livre mérite aussi d’être lu entre les lignes, car, pour un auteur qui prône la vérité comme pilier de la politique et qui, si l’on se fie à la quatrième de couverture, veut nous «parler franchement de (son) parcours», on regrettera quelques oublis qui ressembleraient presque à des mensonges par omission.

Par exemple, François Hollande rappelle (page 46) que, face à la «révolution conservatrice» des années 80, la gauche a «alors fait le choix de la belle aventure européenne» (page 47), mais a «hésité à franchir l’étape fédérale qui aurait permis une nouvelle gouvernance économique et sociale». La précision n’est pas neutre : François Hollande est favorable à un fédéralisme européen, sans s’étendre sur le sujet. Il ajoute (page 62) : «Vouée aux dogmes d’un libre-échange excessif, appliqués de manière pour ainsi dire religieuse, l’Europe a fait preuve d’une candeur coupable sur le marché mondial.»

Ces quelques citations méritent d’être remises en perspective.

Le 17 novembre 2004, François Hollande participait à un colloque sur les délocalisations, où il déclarait ceci :


«Nous devons soutenir les stratégies des entreprises fondées sur une présence mondiale. Ce serait une considérable erreur, pour les socialistes, que de vouloir domestiquer les entreprises, de vouloir les retenir. Nous avons besoin, dans la mondialisation, d'être présents partout dans le monde. Et de ce point de vue, nous devons faire en sorte que nos entreprises soient implantées là où sont les marchés.»

Il proposait alors:


«Une politique de l'offre productive, car c'est ainsi que nous pourrons favoriser la formation de grands groupes français et européens, que nous pourrons faire en sorte d'avoir la plus haute valeur ajoutée possible, l'emploi le plus qualifié possible et donc la compétitivité la plus haute possible, sans rien remettre en cause de ce qu'est le fondement de notre modèle social».

Il concluait son discours en disant :

«Autant nous pouvons lutter contre les formes de délocalisation et les réalités qui existent parfois dans les comportements patronaux ; autant nous devons admettre qu'il y aura des mutations industrielles, des mutations économiques dans tous les domaines. Nous avons donc le devoir d'anticiper et donc de faire en sorte de reclasser, de réinsérer et de recréer de l'activité là où elle disparaît, notamment dans les zones de mono industrie.»

Ce petit rappel de discours passés, pleins de résignation, permet de vérifier l’ambiguïté complexe du personnage vis-à-vis d’une mondialisation et d’un libre-échange dont il cerne bien les limites aujourd’hui.

On aurait aimé que, dans sa franchise, il confesse son attachement constant à une certaine vision de l’Europe, celle de l’Acte Unique, celle de la gauche moderne, qui n’a jamais eu peur de faire le jeu des grands groupes et des délocalisations. Le lecteur lira donc avec circonspection les grandes déclarations généreuses de François Hollande, car personne ne sait ce qu’elles cachent réellement. L’envie d’une autre Europe? Ou la volonté de rendre simplement plus douce, par quelques mesures sociales, la potion acide de la construction communautaire?

Ce qui manque, dans ce livre, ce sont ces réponses courageuses à des questions qui regardent tous les Français. On en ressort avec le sentiment étrange que François Hollande ne nous dit pas tout sur l’étendue du mal qu’il se propose de soigner. Et cette discrétion de médecin inquiète.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
06.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
domid
- 28/02/2012 - 11:39
Un homme honnete et intègre...
Pour répondre avant à tous ces commentaires de droite, sous Mitterrand il y a eut 110 propositions de campagne et plus de 100 réalisées.....
J'en site : les radios libre, la peine de mort abolie, les 39 heures, la cinquième semaine de congés......
Pour ce qui on lu le programme et vu les commentaires, il y en a pas beaucoup, l'émission d' hier soir a seulement expliquer ces 60 propositions et son livre ne fait que détailler ces dires.
Pour ce qui le trouve moue, regarder son meeting du Bourget....
Concernant le site http://ecofrance.free.fr/SIVECA/, c'est n'est qu'ineptie.....Petit Exemple: la loi TEPA sert à faire plus de profit sur le dos de l'état,
Exemple CONCRET :
Peugeot et Renault on fait de la surproduction l'été dernier et tout ca payé en heure sup (TEPA) et en novembre, ces deux sociétés ont décidé d'arrêter les chaines pour mettre les employés en, chômage partiel.(payer par l’état)
Si c'est pas IMMORAL, j'appelle ca faire du fric sur le dos de l'état et des français mais vu les commentaires précédents...cela ne choquera personnes
Aie
- 25/02/2012 - 19:56
Flamby n'a jamais travailler
Flamby n'a jamais travailler dans l'industrie. Alors ces décisions ne sont que des bases d'études
Marckox
- 25/02/2012 - 17:21
ENARQUE...
Qui peut encore donner de la valeur aux propos d'un énarque?
Français nous connaissons le dédain de ces gens pour les Français d'en bas.
Qu'en le peuple de France votera t-il pour des Français des vrais?
SVP cessez de voter UMPS.