En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 2 heures 30 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 3 heures 57 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 8 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 10 heures 38 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 12 heures 14 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 12 heures 51 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 13 heures 8 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 14 heures 3 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 14 heures 20 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 3 heures 14 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 7 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 10 heures 16 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 12 heures 40 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 13 heures 2 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 13 heures 19 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 13 heures 50 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 14 heures 8 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 14 heures 21 min
info atlantico
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Info Altantico

"Penelopegate" : les grandes manœuvres de l'ombre s'accélèrent pour trouver un remplaçant à François Fillon

Publié le 03 février 2017
"L'affaire Penelope" fragilise chaque jour un peu plus la candidature de François Fillon à l’élection présidentielle. Si les responsables des Républicains affichent officiellement un soutien unanime au vainqueur de la primaire, en coulisses, les états-majors sarkozystes, juppéistes, voire fillonnistes, tentent de faire émerger une candidature de rechange.
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"L'affaire Penelope" fragilise chaque jour un peu plus la candidature de François Fillon à l’élection présidentielle. Si les responsables des Républicains affichent officiellement un soutien unanime au vainqueur de la primaire, en coulisses, les états-majors sarkozystes, juppéistes, voire fillonnistes, tentent de faire émerger une candidature de rechange.

Après les nouvelles révélations du Canard Enchainé, François Fillon s'est dit "confiant et serein" avant de dénoncer une "calomnie extrêmement professionnelle", une "opération d'une ampleur jamais vue sous la cinquième République, visant à éliminer un candidat autrement que par la voie démocratique". En dépit du soutien "unanime" affiché par la direction des députés LR, en coulisses les grandes manoeuvres sont en cours pour échafauder un "plan B", dans l'hypothèse de plus en plus probable d'un "empêchement" du candidat désigné par la primaire, - de son propre chef ou sous la pression de ses amis politiques.

En concertation ou chacun dans son coin, les états-majors sarkozystes, juppéistes, voire fillonnistes, (-mais plus discrètement), tentent de faire émerger une candidature de rechange. Nicolas Sarkozy s'active en coulisses ; il consulte et pousse la candidature de François Baroin, subrepticement mis sur orbite avec un discours remarqué dimanche dernier au meeting du Parc de la Villette. Les proches d'Alain Juppé regardent la situation de près, "à l'insu du plein gré " du maire de Bordeaux. Les parlementaires juppéistes, et les proches politiques du maire de Bordeaux devaient se réunir ce mercredi; le rendez vous a été reporté en attendant l'évolution de la situation. En dépit des dénégations de celui qui est arrivé en deuxième position à la primaire de la droite, ses fidèles considèrent qu'il serait le plus " capé" pour briguer l'Elysée en cas de défection de François Fillon. Hypothèse qui déplait à Nicolas Sarkozy, qui s'emploie à lui barrer la route. Fin novembre, après son échec face à l'ancien maire de Sablé, la déception d'Alain Juppé était d'autant plus grande qu'il se sentait parfaitement prêt  pour la fonction présidentielle... En attendant, François Fillon va réunir les parlementaires LR ce mercredi à son QG.

Promis, juré ! La droite fait bloc derrière son candidat. Christian Jacob, le président du groupe LR à l'Assemblée Nationale a solennellement déclaré que François Fillon a le "soutien unanime" des députés LR. Plus tôt dans la matinée, le patron des députés LR  avait encaissé l'annonce par le président de l'Assemblée de l’autorisation donnée aux enquêteurs pour effectuer une perquisition dans l'enceinte du  Palais Bourbon, en l'occurrence dans le bureau de François Fillon. Et toujours dans la matinée de mardi, l'ancien Premier ministre Jean Pierre Raffarin , invité par la "Revue  Politique Internationale", se voulait également  formel : " On gagnera ou on perdra avec lui ", a-t-il déclaré en parlant de François Fillon devant un public averti. Même si en son for intérieur, il en était moins convaincu… car l'ancien Premier ministre attendait, lui aussi, la livraison du nouveau numéro du Canard Enchainé. A ce propos  l'inquiétude était lisible sur les visages  des députés pendant les questions d'actualité. Et lorsque la "Une" de l'hebdo a été diffusée sur Twitter dans l'après-midi, certains ont donné libre cours à leur consternation dans la partie appelée " le périmètre réservé" inaccessible à la presse, à savoir  la bibliothèque, la buvette et les salons situés autour de l'hémicycle.

Est-il nécessaire de préciser que ces nouvelles révélations ont donné un coup d'accélérateur aux  manœuvres ? Parmi les multiples hypothèses envisagées, on a beaucoup entendu circuler le nom de Gérard Larcher. Le président du Sénat, "sage" politique de la primaire, mandaté par François Fillon pour négocier avec les syndicats, a les faveurs d'une partie du camp fillonniste et des Républicains . Mais on lui oppose, comme pour Alain Juppé, le "gap générationnel", face à des candidats jeunes comme Emmanuel Macron ou Benoît Hamon. Le nom de Xavier Bertrand, président la région Hauts de France, tenté par la primaire avant sa victoire aux régionales, a également circulé. Dans la soirée on apprenait aussi qu'une partie des élus fillonnistes devait se retrouver pour faire le point mais qu'ils ont préféré annuler la réunion par crainte de fuites. Réconfortés par le succès du meeting de la Villette, lorsqu'ils sont rentrés dans leur circonscription, ils se sont retrouvés confrontés à  leurs électeurs qui ont exprimé leur déception voire leur colère. Plus tard, c'est en provenance du camp sarkozyste que l'on apprenait qu'une "initiative" serait prise de façon imminente pour demander au candidat de se retirer. De manière discrète dans un premier temps. Sous forme d'appel public si François Fillon s'y refuse, ce qu'il peut très bien faire en attendant que la Justice se prononce. A moins que les sondages tiennent lieu d'arme fatale. La dernière étude de l'institut Elabe montre que 76% des Français n'ont pas été convaincus par la défense de François Fillon.

Et le temps presse. Le compte à rebours pour la présidentielle est lancé: les signatures de parrainages doivent être collectées d'ici le 17 mars en vue de l'officialisation des candidatures le 22 du même mois. Dans ce laps de temps il n'est plus possible d'organiser une nouvelle primaire. Il appartiendrait donc aux instances de LR, les "chapeaux à plume", de se mettre d'accord sur un nom, et de faire entériner ce choix  par le Bureau Politique. Comme le Conseil National, cette instance dirigeante  a été composée  à l'époque où Nicolas Sarkozy présidait le parti, et ses amis y sont majoritaires. Après la primaire François Fillon n'avait pas modifié les instances du Parti dont il avait pris le contrôle ; il s'était contenté de mettre en place un Bureau Exécutif, une instance plus restreinte que le Bureau Politique, mais qui n'a pas d'existence statutaire. Voilà pourquoi, en  extrapolant quelque peu, on peut conclure que c'est le candidat battu qui désignera celui qui va briguer l'Elysée en avril prochain...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (98)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le BIEN COMMUN ou RIEN
- 02/02/2017 - 17:18
A qui profite le plus cette affaire ? A MACRON et à la gauche !
A qui profite le plus cette affaire ? A Emmanuel MACRON, bien évidemment. La gauche étant hors jeu, il ne reste que François FILLON comme adversaire pour passer le 1 er tour. Alors comment faire pour salir l’adversaire : employer les bonnes vieilles méthodes et jeter l’opprobre. Le « dossier » émane du Ministère des Finances et a été remis au Canard Enchainé par Gaspard GANTZER, grand ami d’Emmanuel MACRON (même Promotion à l’ENA) auquel il doit son poste à l’Elysée. Entre amis, on se doit des services et des renvois d’ascenseurs. Circuit du dossier : Thomas CAZENAVE (ENA, Promotion République, ex Directeur de Cabinet d’Emmanuel MACRON, et nouveau Secrétaire Général Adjoint de l’Elysée, en remplacement de Boris VALLAUD, mari de Najat VALLAUD-BELKACEM) a remis les documents à François HOLLANDE en guise d’allégeance au Souverain. HOLLANDE a transmis ce « dossier » à GANTZER en lui disant simplement « Faites en bon usage » GANTZER est un grand ami d’Emmanuel MACRON, ils sont de la même Promotion à l’ENA -Promotion SENGHOR. Le Mardi 9 Janvier, Gaspard GANTZER a rencontré Michel GAILLARD, directeur du Canard et le coup est parti !
Paulquiroulenamassepasmousse
- 02/02/2017 - 13:40
Plan B... d'après mou président ...!
Hollande à la manoeuvre, en faisant chuter Fillon, renforce la Marine.... Et n'importe quel bras cassé de gôche qui se retrouvera au 2ème tour est sûr de gagner... Micron par exemple. C'est l'inversion des normes !!!!!
Ganesha
- 02/02/2017 - 12:47
Flamel
Flamel, bravo et merci pour avoir mentionné la société 2F Conseil ! Attention toutefois, sur le site de Libération, seules les sept première pages sont gratuites. La principale information est que, contrairement à son épouse, lorsqu'il est payé, François Fillon assiste réellement à quelques réunions… Un seul nom intéressant est cité : le cabinet d'audit Ernst Young, qui est impliqué dans de nombreux scandales bancaires, dont Lehman Brothers… Le Canard Enchaîné nous en dira peut-être plus la semaine prochaine, mais cet hebdo distille ses informations au compte-gouttes : il lui faut bien maintenir la hausse de ses tirages. D'ici là, nous aurons vu l'interview de Pénélope Fillon sur Envoyé Spécial. Sauf si son mari arrive à la bloquer !