En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Alliés européens
Emmanuel Macron et onze ministres sont attendus à Naples ce jeudi dans le cadre du 35e sommet franco-italien
il y a 1 heure 10 min
pépites > Politique
Aubaine ?
Anne Hidalgo ferait passer pour des HLM des logements loués aux classes moyennes
il y a 2 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dark Waters" de Todd Haynes : un homme seul contre une toute puissante industrie chimique...

il y a 5 heures 11 min
pépites > Santé
Médicaments efficaces ?
La chloroquine, un traitement contre le paludisme, pourrait-elle être efficace contre le coronavirus ?
il y a 6 heures 12 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Coronavirus : le patient français décédé à Paris était un enseignant dans l'Oise
il y a 7 heures 22 min
décryptage > International
Echelle planétaire

Le Coronavirus redistribue les cartes mondiales

il y a 8 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
"Peur comme fonds de commerce"
Gabriel Attal dénonce les critiques de Marine Le Pen sur la gestion du coronavirus par le gouvernement
il y a 9 heures 11 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 9 heures 59 min
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 11 heures 10 min
pépites > Justice
Enquête
Attaque à la préfecture de police de Paris : une recherche internet faite par Mickaël Harpon accrédite l'hypothèse terroriste
il y a 1 heure 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La mort n'est pas une solution, Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème" d'Anne-Isabelle Tollet : un récit poignant

il y a 4 heures 52 min
light > Culture
Réforme majeure
Académie des César : la productrice Margaret Menegoz est nommée présidente par intérim
il y a 5 heures 25 min
pépites > Education
Faits religieux à l'école
Mobilisation de soutien envers l'instituteur de Malicornay, Matthieu Faucher, suspendu pour prosélytisme après avoir utilisé des textes de la Bible
il y a 6 heures 50 min
décryptage > Religion
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

il y a 8 heures 22 min
décryptage > Environnement
WikiAgri

Salon de l'agriculture : ébauche d'un mouvement agricole de contestation contre les banques

il y a 8 heures 54 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 9 heures 51 min
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 10 heures 24 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 11 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 12 heures 2 min
© Reuters
© Reuters
Fin de la primaire

Petites réflexions sur l'offre idéologique nouvelle qu'incarne Benoît Hamon

Publié le 30 janvier 2017
victoire de Benoît Hamon contre Manuel Valls illustre un vieux conflit entre deux gauches, communautariste et individualiste.
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
victoire de Benoît Hamon contre Manuel Valls illustre un vieux conflit entre deux gauches, communautariste et individualiste.

La victoire de Benoît Hamon contre Manuel Valls illustre un vieux conflit entre deux gauches, communautariste et individualiste. Mais l’éclatement du Parti Socialiste, auquel on doit l’ex-unité de la gauche, profite d’abord aux mouvements populaires lancés respectivement par Marine le Pen à droite, et Emmanuel Macron, à gauche.

Pour comprendre, partons d’abord de quelques constats. La victoire de Benoît Hamon contre Manuel Valls au deuxième tour des primaires socialistes signifie au moins trois choses :

1.         L’échec politique du quinquennat Hollande, fossoyeur d’une espérance réformiste dont le PS tirait son identité depuis1973. Et qui, enterrant du même coup l’union de la gauche, fait éclater, façon puzzle, ce vieux parti de gouvernement.

2.         Le triomphe de l’ancestral idéal gaucho-révolutionnaire auquel Benoit Hamon tente de redonner un avenir. Alors qu’au fond il ne fait qu’actualiser de vielles recettes. C’est en effet sur l’idée de la fin du travail, défendue par Laurent Fabius alors Président du PS que sont nées les 35 heures, puis le RMI porté par Michel Rocard, à la fin du XXème siècle. Et c’est aussi sur l’abandon des idéaux républicains, au profit d’une politique diversitaire basée sur le relativisme culturel, et conceptualisée à la même époque par ses amis de SOS-racisme, que repose la doctrine politique d’Hamon.

3.         L’apparition de mouvements populaires nouveaux s’opposant aux deux vieux partis qui avaient jusqu’alors structuré la vie politique. Avec, à gauche Emmanuel Macron et à droite, Marine Le Pen. Ces mouvements doivent leur élan de popularité à leur violente critique des partis et des élites politiques, autant qu’à leurs discours anti-système. Ils mettent par conséquent en question le fonctionnement de la Cinquième République, mais l’invention des primaires, imposées à la gauche par Arnaud Montebourg en 2012, avait déjà pour objectif de l’enterrer.

Sur ces trois constats seul le second, portant sur les conséquences du résultat d’hier à la Primaire du PS demande à être analysé en urgence. Les deux autres aux contraire, si l’on ne veut pas raconter n’importe quoi, nécessitent d’attendre le joli mois de mai.

On peut d’ores et déjà observer que, loin de stopper la dislocation du Parti Socialiste, les candidatures à la primaire de 2017 l’ont approfondie. De même,  les discours opposant Manuel Valls et Benoît Hamon ont éclairé l’éclatement, dévoilant des facteurs idéologiques d’oppositions qui me paraissent essentiels. Je m’étonne à ce propos qu’on entende à peu près tout et n’importe quoi sur les définitions antagonistes des deux candidats au sujet de la laïcité. Laïcité n’est pas synonyme de liberté comme voudrait nous le faire croire Benoît Hamon soutenu en cela par ses amis communautaristes et autres défenseurs d’une société multiculturelle jusques aux croyants radicaux de l’islam qui souhaitent imposer des préceptes religieux au droit républicain.

La laïcité c’est, outre la séparation du religieux et du politique au nom de la raison, qui a permis d’abolir la théocratie ou profit de la démocratie, la distinction du domaine privé de l’ordre public, rendant possible le respect de trois principes indissociables inscrits dans la Loi, et sur lesquels ont été fondées la République, ses coutumes et ses moeurs : 1.Liberté de conscience 2.Liberté de penser et 3.Liberté d’expression. D’où il convient de noter que le blasphème fait partie des Droits de l’Homme.

Si Valls soutient à peu près cette définition, qui entraine de lutter contre certaines offensives islamistes actuelles, Hamon, au contraire, affirme que la laïcité se réduit en gros à la liberté d’imposer tout ce à quoi on croit, au nom de la liberté précisément, et peut-être au mépris de la raison. La question laïque oppose donc clairement et pour longtemps les deux candidats, au même titre que l’idée fumeuse, lancée par Benoit Hamon, d’un « revenu universel », qu’il propose comme moyen pour gérer « la fin du travail » prétendument annoncée par sa « raréfaction ».

Jamais tour de passe passe idéologique exécuté sous les yeux ébahis de 58,8% de près d'un million et demi de Français ayant voté pour lui au deuxième tour des Primaires n’aura été aussi caricatural. Quoi! Enrober les vieilles lunes marxistes de la lutte contre les inégalités économiques en faisant du revenu universel une solution à « la raréfaction du travail » qui n’est autre qu’une pompeuse périphrase pour désigner ce qu’Hollande hier, Mitterrand et toute la gauche depuis le milieu du XXème siècle, appelaient le chômage? Il fallait oser.

Car sous la rhétorique pseudo-révolutionnaire, la manipulation discursive est au service d’une idéologie rien moins que réactionnaire. De sorte que contrairement à ce que prétend Benoît Hamon les socialistes sont entrainés vers le passé.L’allocation universelle c’est le retour du vieux rêve des lendemains qui chantent repeints en rose, où la destruction du travail remplacera l’abolition du prolétariat.

Farniente, ne rien faire, tel est le bel idéal consumériste du trotskiste Benoit Hamon qui poursuit du même coup le projet doctrinal de Terra Nova en 2012. Il s’agit de capter les voix des jeunes générations issues de l’immigration devenue « musulmane » par l’opération de la sainte manne socialiste qui leur promet aussi de libéraliser le marché du cannabis.La dialectique est rusée, qui s’appuie, comme celle de Marine Le Pen sur une prise en compte sérieuse du réel : la crise économique mondiale conduit nos  désespérés à vouloir le retour de l’Etat Providence.

Benoit Hamon et Marine Le Pen partagent donc, cela n’échappe à personne, une semblable vision étatiste de l’économie mais seraient aux antipodes sur les questions sociales et culturelles. Le communautarisme défendu par Hamon, au nom de la liberté des croyances et du respect de la diversité s’affirme, en effet, contre les valeurs républicaines investies par Marine Le Pen, pour une intégration sociale et culturelle des immigrés, jusqu'à leur assimilation.

Mais le nationalisme du Front National se réfère aussi à un communautarisme, certes plus vaste car de type national. Les positions de Benoît et Marine, on le voit, ne sont donc philosophiquement pas si éloignées qu’il y parait à première vue. On comprend ainsi, en quoi le socialisme communautariste de Benoit Hamon s’oppose à l’individualisme laïc soutenu par Manuel Valls. Mais l’origine de la division qu’ils portent est lointaine. Dès sa naissance, le socialisme français s’est construit sur un combat entre Holisme et Individualisme, entre deux visions du monde qui invoquaient deux  projets de société, que seule une unité politique pouvait dépasser.

Cette opposition traverse la gauche depuis la IIIème République, mais à l’époque, la lutte contre la religion catholique, sous le nom d’anticléricalisme, avait rendu possible un consensus entre les deux familles qui s’étaient réunies, pour gouverner, autour du radicalisme.  A l’inverse on voit mal aujourd’hui quel projet commun pourrait faire renaître une unité de la gauche. Et encore moins, après les clarifications portées par Valls et l’élection d’Hamon, ce qui pourrait à nouveau produire les conditions de possibilité idéologiques d’une gauche socialiste de gouvernement. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 30/01/2017 - 20:59
La référence à Marine Le Pen est une tentative minable
d'amalgame avec Le polisse de Hamon-le-raton. Les patriotes n'ont strictement rien de commun avec cette idéologie passéiste! Nous désirons rendre le travail aux Français, en réformant l'éducation et en la rendant adéquate avec les besoins de l'économie, en réduisant à l'âge de quatorze ans l'apprentissage, en te localisant les entreprises, en luttant contre le dumping fiscal et social favorisé par l'UE...rien de tout ceci n'existe dans le programme du socialiste! Sa solution est le chômage universel...nous préférons le travail universel, et Donald prouve qu'on peut s'en approcher! Quand au parallèle hasardeux entre communautarisme et nationalisme, il émane d'une petite fille biberonnée à la pensée unique, qui manque de références littéraires et confond tout et son contraire...elle ne convainc qu'elle même!
Stargate53
- 30/01/2017 - 13:24
Ce compte c'est l'éclatement probable du PS
Cette clarification entre les différents camps va permettre de montrer l'illusion d'unité du PS. Mouvement clanique, hypocrite sur ce qu'il est vraiment cette illusion va se lever et il est temps ! B Hamon en sera le fossoyeur ! et c'est tant mieux, le pire sera les législatives où ce sera la bérrésia !
ikaris
- 30/01/2017 - 11:39
que viens faire Marine dans cette analyse ?
l'état providence et l'interventionnisme étatique est un quasi consensus dans la vie politique française même si on a un gros paquets de positionnements différents de son recul à son extension en passant par le statut quo. Le courant ultra libéral a toujours été très minoritaire et on voit bien que Fillon ne passera pas là dessus. Il faut avoir un esprit méchamment tordu pour voir une ressemblance entre les renoncements de Hamon sur tous les sujets pour répondre à la poussée islamiste, boboiste, écologiste et européiste de son electorat ... et le volontarisme affiché de Marine le Pen qui veut reprendre la main sur tous les sujets. Je ne vois aucun bénéfice politique pour Marine à l'éclatement du PS et d'ailleurs il ne sont pas expliqués dans l'article. Je pense que l'auteur se prend au piège de son propre verbiage