En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 6 heures 57 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 8 heures 32 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 9 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 11 heures 17 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 11 heures 40 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 13 heures 1 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 13 heures 56 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 14 heures 13 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 14 heures 32 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 7 heures 53 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 9 heures 15 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 9 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 11 heures 21 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 11 heures 56 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 14 heures 41 min
© AFP
© AFP
Sensible

Le dangereux marathon diplomatique de Donald Trump

Publié le 29 janvier 2017
Le président américain a téléphoné successivement à Shinzo Abe, Angela Merkel, Vladimir Poutine et François Hollande.
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Lagane est spécialiste des questions de défense.Il est également maître de conférences à Science-Po Paris. Il est l'auteur de  Questions internationales en fiches (Ellipses, 2013 (deuxième édition)) et de Premiers pas en géopolitique ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Guillaume Lagane
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Lagane est spécialiste des questions de défense.Il est également maître de conférences à Science-Po Paris. Il est l'auteur de  Questions internationales en fiches (Ellipses, 2013 (deuxième édition)) et de Premiers pas en géopolitique ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président américain a téléphoné successivement à Shinzo Abe, Angela Merkel, Vladimir Poutine et François Hollande.

Le Président Trump s'est adonné à un vrai marathon diplomatique téléphonique aujourd'hui. Shinzo Abe, Angela Merkel, François Hollande, Vladimir Poutine... Le tout sur fond de tension avec le Mexique et dans la foulée de la venue de Theresa May. Est-ce qu'il n'y a pas un risque diplomatique à enchaîner autant de dossiers dans la même journée? Ses prédécesseurs préparaient longuement chaque entretien pour éviter les surprises. Là aussi Donald Trump semble bouleverser les règles du jeu mais est-ce bien raisonnable et est-ce qu'il n'y a pas là un risque de froisser ses interlocuteurs ?

Florent Parmentier : Appeler ses homologues étrangers est une tradition diplomatique établie, et suivie de près : il s'agit de montrer une forme de familiarité à la fois avec la fonction présidentielle, mais également d'établir un contact direct avec les chefs d'État étrangers. Une autre de ces pratiques diplomatiques établies consiste à faire remarquer ses alliances privilégiées à l'occasion du premier voyage en tant que chef d'État : il n’est pas neutre qu’un chef d’Etat français opère son premier voyage à l’étranger à Berlin. Le fait que Theresa May soit la première dirigeante à rencontrer Donald Trump à domicile n’est pas anodin, à l’heure où la Grande-Bretagne essaie de montrer que le Brexit lui ouvre de nouvelles marges de manœuvre. Le premier chef d’Etat rencontré à l’étranger a de fortes chances d’être Vladimir Poutine, peut-être en Islande à l’occasion d’un sommet international, selon certaines indiscrétions. 

Il ne faut pas prêter une importance exagérée à ces entretiens téléphoniques, qui font partie de la diplomatie publique. Il s'agit là pour l'essentiel d'établir un contact direct avec les différents chefs d'État Toutefois, s’il paraît évident que les équipes travaillent à la fois à travers des canaux établis et connus, elles s’activent également à envoyer un certain nombre de signaux qui passent par des canaux plus ou moins secrets et parallèle. La presse américaine et la russe aiment par exemple à souligner que des conseillers  américains sont très présents à Moscou ces derniers temps. Ce genre de contact téléphonique, en marge d’une diplomatie plus discrète, ne paraît donc pas exposer le Président à de grandes déconvenues.

Par ailleurs, il est également normal et attendu qu'un nouveau Président puisse affirmer un style diplomatique qui lui soit propre, et qui peut éventuellement trancher avec les us et coutumes de ses prédécesseurs. Le risque de froisser ses interlocuteurs pourrait venir du faible temps accordé à l'un ou l'autre d'entre eux, ou à des remarques malencontreuses, et non du fait que plusieurs appels ait été passés au cours de la même journée. 

Guillaume Lagane : Cet enchaînement d'entretiens souligne l'originalité de Donald Trump qui souhaite une approche de businessman, fidèle à son livre "l'art de de la négociation" et qui consiste à multiplier les contacts avec les grands de ce monde. Ce tour diplomatique répond à sa manière d'être, à son côté instinctif. Ce n'est pas un homme de dossiers. Il est très doué et pourrait vite apprendre.

En attendant, son entrée en matière dans le monde diplomatique est compliquée. Surtout que cela coïncide avec un décret polémique sur la politique de migration aux Etats- Unis, qui renvoie à la politique des quotas dans les années 1920. Trump fait de plus en plus penser aux présidents de l'époque, Coolidge et Harding, pour qui " le business de l'Amérique est le business", une approche limitée et isolationniste.  
 

L'appel le plus attendu était celui avec Vladimir Poutine, à l'issu de l'entretien seul un communiqué de la part du Président Russe a filtré où il explique que : "Des deux côtés a été exprimée une volonté de travailler activement en commun pour stabiliser et développer la coopération russo-américaine sur une base constructive, d'égal à égal et mutuellement avantageuse" en ajoutant qu'une priorité a été donnée à la "lutte contre l'Etat Islamique". Quels seraient, s'ils se concrétisent, les enjeux d'un réchauffement des relations entre la Russie et les Etats-Unis ?

Florent Parmentier : L'appel le plus attendu était effectivement celui qui était destiné à  Vladimir Poutine, et cela pour plusieurs raisons. Tout d’abord, du côté américain, comme le souligne le chercheur russe Dimitri Trenin, Il existe un consensus grandissant selon lequel si le Président Donald Trump est un Président légitime, il y a bien eu selon les élites américaines une incursion russe dans le déroulement de la campagne électorale et du vote. Du côté de la Russie,  les autorités ont eu une préférence marquée pour le candidat Trump par rapport à Hillary Clinton : maintenant que la période de transition est achevée, il n'est toutefois pas certain que la coopération aille aussi loin que voulu dans le sens ce qui est annoncé.

Sans connaître le détail des échanges téléphoniques, au-delà du compte-rendu officiel, il semblerait toutefois qu’une volonté de coopération existe des deux côtés. Plusieurs dossiers paraissent prioritaires pour les deux bords : il existe une volonté d'améliorer les relations bilatérales entre les deux pays,  puisqu'elles sont au plus bas depuis un quart de siècle. Dans cette perspective,  l'idée selon laquelle une levée des sanctions est possible semble gagner du terrain. Cette levée des sanctions peut être au moins partielle, concernant celle que Barack Obama avait décidées en décembre, ou plus large si elle incorpore même la levée des sanctions lié au sort de la Crimée. 

Un autre dossier particulièrement important est celui de la lutte contre le terrorisme, à un moment où le président Trump a lui-même décidé d'interdire l'accès au territoire des ressortissants de sept pays. La question de la lutte contre l'État islamique fait bien partie des priorités pour les deux Etats. Suite à l’appel, le président Trump devra d'ailleurs faire face à une opposition interne qui existe notamment en la personne du sénateur McCain pour lequel on ne saurait coopérer avec la Russie de Vladimir Poutine en raison de la solidarité américaine avec l'Ukraine, de l'importance des alliés dans le cadre de l'OTAN et de la question syrienne. D’autres sujets – l’Ukraine, le Moyen-Orient ou le désarmement nucléaire – ont également pu être abordés de manière plus ou moins longue. Reste un enjeu pour le Président Trump : faire en sorte que la Russie se rapproche des Etats-Unis pour s’éloigner de la Chine, pays dont il se méfie de l’essor. Le rapprochement russo-américain doit également se comprendre à l’aune de cet enjeu.

Guillaume Lagane : Comme tous les présidents américains depuis George W. Bush, Donald Trump commence son mandat avec l'idée de réchauffer les relations entre les Etats-Unis et la Russie. On se souvient, par exemple, que Bush fils pensait 'voir l'âme de Vladimir Poutine dans ses yeux'. Obama parlait d'un redémarrage (reset). Donald Trump a fait de sa relation avec Poutine un axe majeur de sa politique étrangère.
 
On ignore ce qu'ils se sont dit mais force est de constater qu'il  peut y avoir des points de convergences entre lui et le président russe. Trump semble vouloir laisser Moscou régler les questions politiques de sa zone d'influence, notamment le conflit en Syrie. Du côté ruse, on a observé une modération de la politique étrangère de Vladimir Poutine sur ce dossier, au sommet d'Astana, le 23 janvier dernier. Pour la premier fois, Moscou a semblé appuyer les demandes de l'opposition syrienne face au régime d'Assad et à l'Iran.
 
Mais il faudra encore attendre pour vraiment  réchauffer les relations entre les deux pays. D'ailleurs, le nouveau secrétaire à la Défense américain James Mattis et le nouveau secrétaire d'Etat Rex Tillerson n'ont pas caché leurs inquiétudes vis-à-vis de la Russie…
 

Pensez-vous que les sanctions économiques pourraient être levées contre la Russie sous l'impulsion de Trump ? Joh Mc Cain s'inquiétait d'une telle démarche hier, quels pourraient être les risques et est-ce que cela ne risque pas de froisser encore plus Angela Merkel ? 

Guillaume Lagane : La question des sanctions, Vladimir Poutine a dû l'aborder dès ce premier entretien. Elles frappent assez durement l'économie du pays donc les lever est un enjeu majeur pour le président russe. Pendant sa campagne, Donald Trump était favorable à la fin de ses sanctions mais il a depuis indiqué qu'il faudrait un peu plus de temps pour y arriver. La question de leur maintien va néanmoins se poser dans les semaines qui viennent et cela est évidemment une préoccupation majeure pour l'Europe et notamment pour l'Europe de l'est. Des pays comme la Pologne, qui est un allié traditionnel des Etats-Unis, ou les pays baltes vont forcément s'inquiéter de cette possibilité. De la même façon, lever les sanctions sans régler la question du conflit en Ukraine serait aussi un motif de préoccupation majeure pour le gouvernement d'Angela Merkel. 
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
brennec
- 29/01/2017 - 18:20
comme d'hab titre inepte.
Le moins que l'on puisse dire est que le texte des réponses représente un sérieux bémol par rapport au titre de l'article.
vangog
- 29/01/2017 - 15:41
@Beredan on a le compte-rendu du coup de fil...
"Allo, c'est Donald!" "Ouuuui, allooooo, qui c'est?" "C'est Donald...Donald Trump!" "Ah ouiiii! Mistère Trompe! Exquiouse mi, I was making a sieste..." "Bon ben maintenant, c'est moi le chef des USA!" "Aaaah ouiiii! Alors je serai ferme, oui! ferme avec vous Mistère Trompe, alors attention, na!" "Mais oui! Mais oui! Bon ben...good bye, et bonne sieste!"
Beredan
- 29/01/2017 - 13:45
Couac
Qui a conseillé à Donald d'appeler ( en fin de série cependant ) notre nullité présidentielle ?