En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

03.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

04.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

05.

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

06.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

07.

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

06.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

ça vient d'être publié
light > Société
Vocation
Traverser la rue pour trouver un emploi : la nouvelle vie de Jonathan
il y a 40 min 31 sec
pépite vidéo > International
Campagne
"Blackface" : Justin Trudeau présente ses excuses après la diffusion d'une photo polémique
il y a 2 heures 32 min
pépites > Santé
Mesures
Un rapport parlementaire dévoile la prise en charge "catastrophique" des patients en psychiatrie
il y a 3 heures 7 min
décryptage > High-tech
Le monde d’après Snowden

Mémoires de Snowden : mais où en est-on de la surveillance mondiale à l’heure actuelle ?

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Santé
Santé

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

il y a 6 heures 43 min
décryptage > Economie
Epargne

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Politique
Évaporation du domaine de la lutte

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Défense
La guerre à l’heure des ennemis non identifiés

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

il y a 8 heures 30 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales
il y a 9 heures 4 min
pépite vidéo > Insolite
record
Une américaine traverse la Manche à la nage quatre fois d'affilée
il y a 23 heures 5 min
light > Justice
Butin important
Les propriétaires du château de Vaux-le-Vicomte ont été séquestrés
il y a 1 heure 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": Notre sélection des meilleurs livres des 10 derniers mois, "L'amour est aveugle" de William Boyd

il y a 2 heures 56 min
pépites > Politique
Victoire ?
Procès de Jean-Luc Mélenchon : le renvoi du parquet a été refusé
il y a 3 heures 46 min
décryptage > Sport
LDC

PSG - REAL : 3 - 0 Sans ses stars mais avec un Idrissa Gueye impérial, Paris surclasse le Real de Zidane

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Economie
Vie professionnelle

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

il y a 7 heures 7 min
décryptage > France
Riposte

Recrudescence des mites mangeuses de vêtements à cause des fibres naturelles et du lavage à basse température

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Politique
Langue de bois s'abstenir

Une étude des universités de Harvard et de Berkeley démontre qu’en politique les propos clivants et politiquement incorrects paient

il y a 8 heures 14 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

il y a 8 heures 53 min
pépites > Europe
Brexit
Il pourrait y avoir une alternative au "backstop" pour Boris Johnson
il y a 22 heures 48 min
décryptage > International
élections israéliennes

Ces noeuds gordiens que devra trancher le système politique israélien après l’échec de Benjamin Netanyahu

il y a 23 heures 23 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Usual suspects

"Penelopegate" : mais d’où peut venir le coup contre François Fillon (et à qui profite le crime ?)

Publié le 01 février 2017
Suite à la révélation du "Penelopegate", le camp Républicain s'interroge sur la provenance de l'attaque, tout en formulant de nombreuses hypothèses, certaines étant jugées "farfelues", d'autres étant considérées comme plus crédibles. Sans accuser qui que ce soit, puisqu’aucune preuve ne peut être avancée, voici le florilège des "bruits de couloirs" :
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite à la révélation du "Penelopegate", le camp Républicain s'interroge sur la provenance de l'attaque, tout en formulant de nombreuses hypothèses, certaines étant jugées "farfelues", d'autres étant considérées comme plus crédibles. Sans accuser qui que ce soit, puisqu’aucune preuve ne peut être avancée, voici le florilège des "bruits de couloirs" :

Les tireurs isolés : Rachida Dati, tout comme Henri Guaino, ont été privés de l'investiture de leur parti pour les prochaines législatives. Quel pourrait être leur intérêt de voir chuter François Fillon ? En quoi l'hypothèse de l'intervention de l'une ou l'autre de ces deux personnalités peut-elle être crédible ?

Roland Hureaux : Je connais bien Henri Guaino : je ne crois pas que ce genre d'attaque soit dans son caractère même s'il pourrait nourrir l'espoir de remplacer au pied levé un Fillon déstabilisé. Quant à Rachida Dati, n'a-t-elle pas dit elle-même qu'elle ferait "la guerre à François Fillon", furieuse d'avoir été éjectée de la 2e circonscription de Paris que Fillon a décidé, on se demande pourquoi d'ailleurs, de laisser, s'il est élu, à Nathalie Kosciusko -Morizet ? Donc en bref, hypothèse Guaino peu crédible, hypothèse Dati crédible. J'attire cependant votre attention sur le fait qu'il s'agit d'un coup bien monté : dans les présidentielles françaises, c'est entre le 20 et le 30 janvier précédant l'élection que se font les mauvais coups : c'est dans cette fenêtre de tir que Chirac avait éliminé Barre en 1988 puis Balladur en 1995, je doute Dati ait pu penser toute seule à cela. D'autre part, cela tombe comme par hasard, juste avant le grand discours que Fillon doit prononcer à la porte de Villette le 29 janvier.

 

Anita Hausser : Crédible à première vue, mais improuvable. Le nom de Rachida Dati a fusé en premier après les révélations du Canard Enchainé. Des échos de presse relatant les appels téléphoniques furieux de la députée européenne à Thierry Solère, le porte-parole de François Fillon après son éviction de l'investiture dans la deuxième circonscription de Paris, conforteraient cette hypothèse. Mais encore fallait-il qu'elle soit informée de la situation de Pénélope Fillon par un collaborateur un peu trop bavard ou une source fiscale. Hier soir, elle a formellement démenti être à l'origine de cette dénonciation. Même problématique pour Henri Guaino. Le député LR des Yvelines a vu son investiture pour les législatives de juin prochain bloquée pour le moment, parce qu'il veut être candidat à l'élection présidentielle. Il nourrit une détestation qui relève de l'irrationnel à l'encontre de François Fillon, son frère en "séguinie". Mais livrer ce type d'information au Canard Enchainé, serait signer son arrêt de mort politique! 

Les perdants de la primaire. Les différents vaincus de la primaire auraient-ils réellement un intérêt à voir chuter François Fillon ? Une chute ou un empêchement de ce dernier pourrait-il leur profiter ?

Roland Hureaux : Globalement tous ceux qui sont  engagés dans un parti, ont  intérêt à la victoire de ce parti qui aura d'importantes retombées, notamment aux législatives, et donc à se rassembler derrière le candidat désigné. C'était le sens de la primaire. Pour que ce que vous évoquez soit fondé, il faudrait que l'un des candidats battus à la primaire espère faire un retour dans la course au cas où  Fillon serait carbonisé : ce serait très risqué. Les battus de la primaire, dont le résultat n'a pas été contesté, ont tous du plomb dans l'aile. Autre hypothèse : un candidat du parti Les Républicains non candidat à la primaire. En dehors de Guaino, je  n'en vois pas. Il faudrait quelqu'un de convaincu qu'il peut faire mieux que Fillon, ce qui dans le  contexte actuel, ne sera pas facile. De toutes les façons, ce genre d'exercice serait propre à reléguer à la 3e, voire à la 4e place le candidat républicain. Ce serait un jeu risqué. 

Anita Hausser : Pas crédible. Les vaincus de la primaire peuvent éventuellement se réjouir des ennuis de François Fillon, mais sa chute ne leur profiterait pas pour une raison bien simple : ils ont tous été sèchement battus. Aucun d'entre eux, qu'il s'agisse de Nicolas Sarkozy ou d'Alain Juppé ne pourrait légitimement se substituer à lui. A ce jour, les proches d'Alain Juppé se sont soit ralliés à la candidature Fillon, soit ils se sont mis en retrait. Son directeur de campagne est même devenu le trésorier de la campagne de François Fillon. Quant à Nicolas Sarkozy, il a tourné la page de la politique. Il déplore la mise à l'écart de certains proches mais il n'a pas d'héritier en tant que tel, susceptible de se glisser dans la peau d'un candidat de substitution, dont il souhaiterait assurer la promotion.

 

L'Elysée. Jean Pierre Jouyet : En quoi le secrétaire général de l'Elysée, proche d'Emmanuel Macron, pourrait-il être à l'origine de la révélation ? En quoi les rancœurs à l'égard de François Fillon peuvent-elles en être à l'origine, notamment suite à ce qui a été appelé "l'affaire Jouyet-Fillon" ? 

Roland Hureaux : Le secrétaire général de l'Elysée est d'abord proche  de son patron direct qu'il voit tous les jours, le président de la République. Hollande n'en est certes pas à un coup tordu près comme le montrent  plusieurs livres récents. Les rancœurs personnelles de Jouyet, je n'y crois guère. Ce grand chrétien de gauche doit savoir pardonner. En revanche toute manœuvre qui affaiblirait Fillon serait d'abord profitable à Macron, dont il est  un soutien actif. Si l'on  considère que ni le candidat socialiste (quel qu'il soit), ni Mélenchon ne seront au second tour - avec un doute sur le dernier -, et que Marine Le Pen y sera, quoi qu'on fasse dire aux sondages,  la course principale  est entre Fillon et Macron.

L'enjeu est essentiel. L'élection française arrive à un moment  crucial de l'histoire : le Brexit, l'élection de Trump, la montée en puissance de Poutine. Face à cela, l'Europe est bien mal en point: Merkel, Hollande, l'équipe Rienzi en Italie, Juncker, en fin de course, sont devenus des zombies. Pour ceux qui craignent une vaste remise en cause de l'ordre mondialiste et européiste, parmi lesquels il faut compter quelqu'un comme Jouyet bien entendu et d'autres en France et à l'étranger,  l'élection française représente un enjeu capital. Si le futur président français échappait au courant dominant, comme Trump, ce serait la fin d'un monde.

Ces gens là sont arrogants et aujourd'hui sur la défensive. Ils veulent une allégeance totale  éliminant tous les risques de déviance. François  Fillon a certes  donné des gages à ce courant, notamment par la place qu'a prise auprès de lui un  Henri de Castries ou encore par la rigueur, si débattue, de son programme. On n'imagine pas qu'il secoue comme Samson les colonnes du temple. On peut penser néanmoins que dans certaines officines, pas forcément françaises, il ne soit pas considéré comme un homme sûr, du fait en particulier de sa volonté d'améliorer les relations avec la Russie.   

Pas davantage que Valls ou Hamon qui n'avaient pas soutenu le oui au référendum sur le traité constitutionnel européen de 2005. Marine Le Pen et Mélenchon sont des souverainistes. Fillon et le futur  candidat du  PS, quel qu'il soit, apparaissent comme des semi-souverainistes (comme dans les disputes théologiques du IVe siècle, on parlait de  semi-ariens). Pour un idéologue mondialiste intransigeant, seul Macron offre toutes les garanties de la  conformité. De là à ce que certaines forces aient conçu le projet de l'amener au second tour coûte que coûte sans regarder les moyens, on peut tout imaginer…

Ce serait, soit dit en passant, un jeu dangereux pour elles. Fillon-Le Pen au second tour, Fillon gagnera, je crois, sans coup férir. Macron-Le Pen, je ne  suis pas sûr du résultat : ce serait  un choc frontal entre les deux France, celle d'en haut et celle d'en bas d'une violence inouïe. D'un côté tout ce que les Français rejettent et qu'incarne Macron - les Français ne s'en sont  pas encore aperçus mais ça va venir -,  et  de l'autre,  une protestation radicale  avec un programme de rupture  forte incarnée par  Marine Le Pen. La bataille  serait terrible. Même s'il peut espérer ratisser large dans l'"arc républicain" (avec sans doute beaucoup de pertes à gauche), Macron n'a pas, à mon sens,  cette légitimité profonde qui lui permettrait de l'emporter. Macron, c'est une bulle qui éclatera mais quand ? Avant ou après le premier tour ?  

Anita Hausser : Crédible. Les faits remontent à 2014. A l'époque les deux hommes se sont fâchés. François Fillon a poursuivi Jean-Pierre Jouyet pour diffamation après que le secrétaire général de l'Elysée ait révélé que l'ancien Premier ministre avait déclaré à propos de Nicolas Sarkozy "mais tapez le, tapez le vite"! (afin d'écarter l'ex-président, son rival potentiel de la primaire, menacé par de affaires judiciaires). Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les deux journalistes du Monde avaient rapporté ces propos. François Fillon a non seulement démenti mais il a attaqué le secrétaire général de l'Elysée en justice pour diffamation. La polémique avait été très violente. Depuis, Jean-Pierre Jouyet a été relaxé par la Justice en première instance et en appel

 

Les réseaux. Suite à la victoire de François Fillon, certains ont accusé le nouveau patron de la droite de "désarkosyzer" le parti, notamment en ce qui concerne les réseaux de police et de renseignement. Cette hypothèse est-elle crédible ? 

Roland Hureaux : Les réseaux de police et de renseignement ne sont pas au parti des Républicains  mais, à  ma connaissance, dans l'appareil d'Etat que ni Sarkozy ni Fillon ne contrôlent. Certains policiers comme Frédéric Péchenard  se sont lancés  en politique  dans le sillage de Sarkozy, mais je ne vois pas quel intérêt ils auraient à se prêter à une manœuvre propre à favoriser Macron ou Marine Le Pen qui ne leur feront sans doute pas de cadeaux.  

Patrick Buisson. Virulent contre Nicolas Sarkozy à l'automne, l'ancienne éminence grise de l'Elysée aurait souhaité la victoire d'Alain Juppé à la primaire, dans le seul but de permettre une explosion de la droite française, permettant ainsi une véritable recomposition politique, alliant extrême droite et certains membres des LR ? 

Roland Hureaux : Il existe tout un courant de pensée auquel appartient Patrick Buisson qui, pour différentes raisons, ne se satisfait de l'offre politique ni des Républicains ni du Front national et qui, grosso modo, se situe entre les deux. Elle s'est retrouvée à Béziers en mai dernier à l'invitation  de Robert Ménard .

Le  problème des membres  de cette mouvance est qu'ils n'ont pas à ce jour, du fait de l'abstention de Philippe de Villiers qui aurait pu être leur commun dénominateur, entre Marine Le Pen et François Fillon, de  candidat  qui incarne leurs aspirations - sachant que Nicolas Dupont-Aignan ne les satisfait pas non plus. Ces aspirations sont d'ailleurs partagées par une partie significative  de l'opinion, au moins à droite. Je ne vois pas en quoi la déstabilisation de François Fillon résoudrait ce problème. Je ne vois pas en particulier en quoi ils auraient  intérêt à favoriser  Macron qui se situe, peut-être plus encore que Mélenchon, aux antipodes de leurs idées sur presque tous  les sujets. 

Anita Hausser : C'est prêter un immense pouvoir à Patrick Buisson. Mais une alliance Buisson- Canard Enchainé, ça ne colle pas !  De  plus, Alain Juppé a perdu la primaire et est hors jeu. Un éventuel "empêchement" de François Fillon provoquerait un chaos à droite, avant sa recomposition. Enfin, cette hypothèse vient contredire la rumeur selon laquelle Patrick Buisson chercherait à faire partie de l'entourage de François Fillon, pour jouer un rôle dans la campagne. 

Les candidats alternatifs. Quelles seraient les personnalités susceptibles de pouvoir "remplacer" le candidat de la droite, ayant la capacité de rassembler cette famille politique ?

Roland Hureaux : Rien ne dit que François Fillon ne saura pas encaisser les coups qu'il a reçus ; d'autant que les accusations qui sont portées contre lui ne sont pas si graves. Si tel n'était pas le cas, la question que vous posez serait bien la  question à 1000 francs !  De là, à ce que ces coups bas viennent de candidats non encore déclarés, là vous m'épatez. 

Anita Hausser : pas crédible. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

03.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

04.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

05.

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

06.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

07.

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

06.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

Commentaires (73)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
g16
- 11/02/2017 - 01:58
La France resteras la France
La France resteras la France même sous Marine Le Pen
A M A
- 07/02/2017 - 16:02
Démolir le candidat Fillon, c
Démolir le candidat Fillon, c'et normal entre amis de la famille ou adversaires supposés. C'est l'éternelle réalité politique. L'enjeu est gos et les rancœurs tenaces.Mais ceci se double de la tentative d'élimination de ce potentiel futur Président de la République, membre influent de l'UE, de l'OTAN, de l'ONU etc...dans une période de BREXIT et de bouleversement de la politique américaine. L'opinion française elle peut s'accommoder de n'importe qui. C'est largement prouvé.
l'enclume
- 06/02/2017 - 11:33
La gauche énarchique dévoilée
@ 3 - "4) Le Mardi 9 Janvier, Gaspard GANTZER a rencontré Michel GAILLARD, directeur de la Rédaction du Canard Enchaîné (et ami de longue date de François HOLLANDE) pour lui remettre les éléments.
ET DEPUIS LA MACHINE EST EN MARCHE.
Problème, mais de taille : il n’y a rien d’illégal dans le dossier."