En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 15 min 18 sec
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 1 heure 31 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 2 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 2 heures 42 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 3 heures 16 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 3 heures 57 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 4 heures 47 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 5 heures 23 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 18 heures 46 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 1 heure 5 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 1 heure 42 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 2 heures 38 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 4 heures 9 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 4 heures 54 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 5 heures 20 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 18 heures 14 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 19 heures 52 min
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
Triple bande

La primaire de gauche rattrapée par la vengeance de François Hollande

Publié le 27 janvier 2017
En affichant ostensiblement son absence totale d’intérêt pour la consultation qui s’achèvera dimanche, le locataire de l’Élysée contribue à décrédibiliser le candidat qui sera élu dimanche. Et donne ainsi un sacré coup de pouce à Emmanuel Macron.
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En affichant ostensiblement son absence totale d’intérêt pour la consultation qui s’achèvera dimanche, le locataire de l’Élysée contribue à décrédibiliser le candidat qui sera élu dimanche. Et donne ainsi un sacré coup de pouce à Emmanuel Macron.

François Hollande a annoncé que, bien qu'étant à Paris, il ne voterait pas au second tour de la primaire de la Belle Alliance Populaire. Pourquoi tourne-t-il ainsi le dos au parti qu'il a dirigé si longtemps et qui lui a permis d'être élu ?

 

François Hollande a donné un avant-goût du peu d’intérêt qu’il porte à cette primaire au cours de la campagne, ne regardant qu'une partie du premier débat des candidats de la primaire, choisissant d'aller au théâtre lors du deuxième débat et suivant le troisième, seul devant sa télévision, depuis la préfecture des Ardennes où il passait la nuit. Il y a plusieurs raisons à ça. Tout d'abord la raison officielle donnée par son entourage : "Le président a toujours dit que s'il avait souhaité peser sur la primaire, il aurait été candidat. Et comme il a fait le choix de ne pas l'être, il entend rester le président de tous les Français et laisser vivre le débat interne à la gauche ». Mais l'explication officielle est un peu légère. La volonté de laisser vivre le débat n'est, bien entendu, pas la première des motivations du Président. Il en a de plus prosaïques. En effet, il sait depuis longtemps cette primaire vouée à l'échec. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il a décidé de ne pas y participer. Il a compris que le rejet dont il fait l'objet rejaillit sur tout le PS dont une partie des électeurs se sont d'ores et déjà détournés. Ils 'agit donc pour le chef de l’État de ne pas être associé à une consultation qui ne mobilise que très peu et qui mobilise contre lui. Mais l'effet est désastreux.

 

 

Cette prise de distance, ostensiblement affichée depuis le second débat, qu'il n'a même pas souhaité regarder, ne comporte-t-elle pas un message subliminale ?

 

Bien sûr, en bon mitterrandien, François Hollande affectionne les messages non dit. Le Président aurait très bien pu s’interdire tout commentaire sur la primaire de la BAP tout en s'intéressant aux débats et en allant voter. Sa démarche va bien plus loin que la simple volonté de rester neutre. Lorsqu'il s'affiche au théâtre, aux cotés d'Audrey Azoulay, c'est bien pour que les français le voient, constatent qu'il n'est pas devant son écran et en parlent. Il indique ainsi que la vie est ailleurs, que la politique ne tourne pas autour de la primaire de la BAP. Dans le même temps, un certains nombre de ses proches expliquent, en triple off pour l'instant, qu'eux-mêmes s’apprêtent à soutenir Emmanuel Macron et que le Président pourrait prochainement faire de même. Si l'on corrèle ces deux anecdotes, ont comprend mieux le message : le PS est mort, vive Macron. Alors certes, selon RTL, François Hollande aurait tout de même pris le temps de passer un coup de téléphone à Manuel Valls. Ça s’appelle faire le minimum syndical. François Hollande, qui est un fin politique, a compris que l'ancien ministre de l’Économie était le seul à pouvoir hisser la gauche au second tour de la présidentielle, à une condition cependant : que le candidat du PS s'efface derrière lui. Le chef de l’État pousse donc dans ce sens en affaiblissant celui qui sera élu dimanche. Mais en politique la fin de justifie jamais les moyens.

 

Quelles conséquences cette prise de distance pourrait-elle avoir à long terme ?

Bernard Kouchner le résume assez bien dans une interview accordée ce matin au Parisien : « Face à la division du PS, à la grande explication entre les courants, il va au théâtre chez Drucker. Il y a là un mépris difficile à supporter ! ». En effet, on pourrait dire que François Hollande a déjà tourné la page de la politique, et préfère se concentrer sur son propre avenir. Le Président a fait savoir qu'il entendait, à l'issue de son quinquennat, se consacrer à une fondation. Mais sa parole a encore valeur de symbole d'autant qu’il est toujours en fonction. Le PS, c'est le parti qu'il a dirigé, le parti qui lui a permis d'être élu Président de la République à l'issue de primaires comme celles d’aujourd’hui. Or, que dit-il en tournant le dos à la consultation qui se déroule actuellement : ce parti est mort, ces primaires ne servent à rien. Il casse l'appareil qui l'a fait roi, et se moque, cruellement, des électeurs qui, eux, ont fait l’effort de se déplacer dimanche dernier et voteront à nouveau dimanche prochain. La politique meurt de cette absence de sincérité, de ces coups de billards à trois bandes et sa mort nourrit le populisme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 25/01/2017 - 23:00
JLH
Ouais!!! zêtes certain que vous n'allez pas proposer la canonisation du docteur Petiot ou...de la Brinvilliers ?
kelenborn
- 25/01/2017 - 22:57
non non pas besoin
Non Non, ce soir ils avaient pas besoin de Flamby pour se ridiculiser!
A croire qu'ils avaient subi un entrainement spécial pour être invités par Lhermitte au diner de cons
cloette
- 25/01/2017 - 19:03
Mais plutôt Louis XVI
Quelle drôle d'idée de l'ssocier au roi Soleil ( Soleil en plus ? Ouaf ouaf ! )