En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 3 heures 6 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 4 heures 38 min
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 6 heures 12 min
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 8 heures 44 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 11 heures 55 min
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 12 heures 39 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 15 heures 9 min
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 16 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 16 heures 55 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 3 heures 57 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 5 heures 16 min
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 7 heures 30 min
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 9 heures 19 min
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 12 heures 12 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 15 heures 43 min
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 17 heures 8 min
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
Triple bande

La primaire de gauche rattrapée par la vengeance de François Hollande

Publié le 27 janvier 2017
En affichant ostensiblement son absence totale d’intérêt pour la consultation qui s’achèvera dimanche, le locataire de l’Élysée contribue à décrédibiliser le candidat qui sera élu dimanche. Et donne ainsi un sacré coup de pouce à Emmanuel Macron.
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En affichant ostensiblement son absence totale d’intérêt pour la consultation qui s’achèvera dimanche, le locataire de l’Élysée contribue à décrédibiliser le candidat qui sera élu dimanche. Et donne ainsi un sacré coup de pouce à Emmanuel Macron.

François Hollande a annoncé que, bien qu'étant à Paris, il ne voterait pas au second tour de la primaire de la Belle Alliance Populaire. Pourquoi tourne-t-il ainsi le dos au parti qu'il a dirigé si longtemps et qui lui a permis d'être élu ?

 

François Hollande a donné un avant-goût du peu d’intérêt qu’il porte à cette primaire au cours de la campagne, ne regardant qu'une partie du premier débat des candidats de la primaire, choisissant d'aller au théâtre lors du deuxième débat et suivant le troisième, seul devant sa télévision, depuis la préfecture des Ardennes où il passait la nuit. Il y a plusieurs raisons à ça. Tout d'abord la raison officielle donnée par son entourage : "Le président a toujours dit que s'il avait souhaité peser sur la primaire, il aurait été candidat. Et comme il a fait le choix de ne pas l'être, il entend rester le président de tous les Français et laisser vivre le débat interne à la gauche ». Mais l'explication officielle est un peu légère. La volonté de laisser vivre le débat n'est, bien entendu, pas la première des motivations du Président. Il en a de plus prosaïques. En effet, il sait depuis longtemps cette primaire vouée à l'échec. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il a décidé de ne pas y participer. Il a compris que le rejet dont il fait l'objet rejaillit sur tout le PS dont une partie des électeurs se sont d'ores et déjà détournés. Ils 'agit donc pour le chef de l’État de ne pas être associé à une consultation qui ne mobilise que très peu et qui mobilise contre lui. Mais l'effet est désastreux.

 

 

Cette prise de distance, ostensiblement affichée depuis le second débat, qu'il n'a même pas souhaité regarder, ne comporte-t-elle pas un message subliminale ?

 

Bien sûr, en bon mitterrandien, François Hollande affectionne les messages non dit. Le Président aurait très bien pu s’interdire tout commentaire sur la primaire de la BAP tout en s'intéressant aux débats et en allant voter. Sa démarche va bien plus loin que la simple volonté de rester neutre. Lorsqu'il s'affiche au théâtre, aux cotés d'Audrey Azoulay, c'est bien pour que les français le voient, constatent qu'il n'est pas devant son écran et en parlent. Il indique ainsi que la vie est ailleurs, que la politique ne tourne pas autour de la primaire de la BAP. Dans le même temps, un certains nombre de ses proches expliquent, en triple off pour l'instant, qu'eux-mêmes s’apprêtent à soutenir Emmanuel Macron et que le Président pourrait prochainement faire de même. Si l'on corrèle ces deux anecdotes, ont comprend mieux le message : le PS est mort, vive Macron. Alors certes, selon RTL, François Hollande aurait tout de même pris le temps de passer un coup de téléphone à Manuel Valls. Ça s’appelle faire le minimum syndical. François Hollande, qui est un fin politique, a compris que l'ancien ministre de l’Économie était le seul à pouvoir hisser la gauche au second tour de la présidentielle, à une condition cependant : que le candidat du PS s'efface derrière lui. Le chef de l’État pousse donc dans ce sens en affaiblissant celui qui sera élu dimanche. Mais en politique la fin de justifie jamais les moyens.

 

Quelles conséquences cette prise de distance pourrait-elle avoir à long terme ?

Bernard Kouchner le résume assez bien dans une interview accordée ce matin au Parisien : « Face à la division du PS, à la grande explication entre les courants, il va au théâtre chez Drucker. Il y a là un mépris difficile à supporter ! ». En effet, on pourrait dire que François Hollande a déjà tourné la page de la politique, et préfère se concentrer sur son propre avenir. Le Président a fait savoir qu'il entendait, à l'issue de son quinquennat, se consacrer à une fondation. Mais sa parole a encore valeur de symbole d'autant qu’il est toujours en fonction. Le PS, c'est le parti qu'il a dirigé, le parti qui lui a permis d'être élu Président de la République à l'issue de primaires comme celles d’aujourd’hui. Or, que dit-il en tournant le dos à la consultation qui se déroule actuellement : ce parti est mort, ces primaires ne servent à rien. Il casse l'appareil qui l'a fait roi, et se moque, cruellement, des électeurs qui, eux, ont fait l’effort de se déplacer dimanche dernier et voteront à nouveau dimanche prochain. La politique meurt de cette absence de sincérité, de ces coups de billards à trois bandes et sa mort nourrit le populisme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 25/01/2017 - 23:00
JLH
Ouais!!! zêtes certain que vous n'allez pas proposer la canonisation du docteur Petiot ou...de la Brinvilliers ?
kelenborn
- 25/01/2017 - 22:57
non non pas besoin
Non Non, ce soir ils avaient pas besoin de Flamby pour se ridiculiser!
A croire qu'ils avaient subi un entrainement spécial pour être invités par Lhermitte au diner de cons
cloette
- 25/01/2017 - 19:03
Mais plutôt Louis XVI
Quelle drôle d'idée de l'ssocier au roi Soleil ( Soleil en plus ? Ouaf ouaf ! )