En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 54 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 9 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 10 heures 19 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 12 heures 7 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 14 heures 7 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 15 heures 29 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 15 heures 59 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 16 heures 12 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 8 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 10 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 10 heures 24 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 12 heures 57 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 15 heures 45 sec
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 15 heures 20 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 15 heures 46 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 16 heures 6 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 6 heures
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
Triple bande

La primaire de gauche rattrapée par la vengeance de François Hollande

Publié le 27 janvier 2017
En affichant ostensiblement son absence totale d’intérêt pour la consultation qui s’achèvera dimanche, le locataire de l’Élysée contribue à décrédibiliser le candidat qui sera élu dimanche. Et donne ainsi un sacré coup de pouce à Emmanuel Macron.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En affichant ostensiblement son absence totale d’intérêt pour la consultation qui s’achèvera dimanche, le locataire de l’Élysée contribue à décrédibiliser le candidat qui sera élu dimanche. Et donne ainsi un sacré coup de pouce à Emmanuel Macron.

François Hollande a annoncé que, bien qu'étant à Paris, il ne voterait pas au second tour de la primaire de la Belle Alliance Populaire. Pourquoi tourne-t-il ainsi le dos au parti qu'il a dirigé si longtemps et qui lui a permis d'être élu ?

 

François Hollande a donné un avant-goût du peu d’intérêt qu’il porte à cette primaire au cours de la campagne, ne regardant qu'une partie du premier débat des candidats de la primaire, choisissant d'aller au théâtre lors du deuxième débat et suivant le troisième, seul devant sa télévision, depuis la préfecture des Ardennes où il passait la nuit. Il y a plusieurs raisons à ça. Tout d'abord la raison officielle donnée par son entourage : "Le président a toujours dit que s'il avait souhaité peser sur la primaire, il aurait été candidat. Et comme il a fait le choix de ne pas l'être, il entend rester le président de tous les Français et laisser vivre le débat interne à la gauche ». Mais l'explication officielle est un peu légère. La volonté de laisser vivre le débat n'est, bien entendu, pas la première des motivations du Président. Il en a de plus prosaïques. En effet, il sait depuis longtemps cette primaire vouée à l'échec. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il a décidé de ne pas y participer. Il a compris que le rejet dont il fait l'objet rejaillit sur tout le PS dont une partie des électeurs se sont d'ores et déjà détournés. Ils 'agit donc pour le chef de l’État de ne pas être associé à une consultation qui ne mobilise que très peu et qui mobilise contre lui. Mais l'effet est désastreux.

 

 

Cette prise de distance, ostensiblement affichée depuis le second débat, qu'il n'a même pas souhaité regarder, ne comporte-t-elle pas un message subliminale ?

 

Bien sûr, en bon mitterrandien, François Hollande affectionne les messages non dit. Le Président aurait très bien pu s’interdire tout commentaire sur la primaire de la BAP tout en s'intéressant aux débats et en allant voter. Sa démarche va bien plus loin que la simple volonté de rester neutre. Lorsqu'il s'affiche au théâtre, aux cotés d'Audrey Azoulay, c'est bien pour que les français le voient, constatent qu'il n'est pas devant son écran et en parlent. Il indique ainsi que la vie est ailleurs, que la politique ne tourne pas autour de la primaire de la BAP. Dans le même temps, un certains nombre de ses proches expliquent, en triple off pour l'instant, qu'eux-mêmes s’apprêtent à soutenir Emmanuel Macron et que le Président pourrait prochainement faire de même. Si l'on corrèle ces deux anecdotes, ont comprend mieux le message : le PS est mort, vive Macron. Alors certes, selon RTL, François Hollande aurait tout de même pris le temps de passer un coup de téléphone à Manuel Valls. Ça s’appelle faire le minimum syndical. François Hollande, qui est un fin politique, a compris que l'ancien ministre de l’Économie était le seul à pouvoir hisser la gauche au second tour de la présidentielle, à une condition cependant : que le candidat du PS s'efface derrière lui. Le chef de l’État pousse donc dans ce sens en affaiblissant celui qui sera élu dimanche. Mais en politique la fin de justifie jamais les moyens.

 

Quelles conséquences cette prise de distance pourrait-elle avoir à long terme ?

Bernard Kouchner le résume assez bien dans une interview accordée ce matin au Parisien : « Face à la division du PS, à la grande explication entre les courants, il va au théâtre chez Drucker. Il y a là un mépris difficile à supporter ! ». En effet, on pourrait dire que François Hollande a déjà tourné la page de la politique, et préfère se concentrer sur son propre avenir. Le Président a fait savoir qu'il entendait, à l'issue de son quinquennat, se consacrer à une fondation. Mais sa parole a encore valeur de symbole d'autant qu’il est toujours en fonction. Le PS, c'est le parti qu'il a dirigé, le parti qui lui a permis d'être élu Président de la République à l'issue de primaires comme celles d’aujourd’hui. Or, que dit-il en tournant le dos à la consultation qui se déroule actuellement : ce parti est mort, ces primaires ne servent à rien. Il casse l'appareil qui l'a fait roi, et se moque, cruellement, des électeurs qui, eux, ont fait l’effort de se déplacer dimanche dernier et voteront à nouveau dimanche prochain. La politique meurt de cette absence de sincérité, de ces coups de billards à trois bandes et sa mort nourrit le populisme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 25/01/2017 - 23:00
JLH
Ouais!!! zêtes certain que vous n'allez pas proposer la canonisation du docteur Petiot ou...de la Brinvilliers ?
kelenborn
- 25/01/2017 - 22:57
non non pas besoin
Non Non, ce soir ils avaient pas besoin de Flamby pour se ridiculiser!
A croire qu'ils avaient subi un entrainement spécial pour être invités par Lhermitte au diner de cons
cloette
- 25/01/2017 - 19:03
Mais plutôt Louis XVI
Quelle drôle d'idée de l'ssocier au roi Soleil ( Soleil en plus ? Ouaf ouaf ! )