En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 1 heure 34 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

il y a 1 heure 35 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 14 heures 37 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 16 heures 20 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 18 heures 13 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 21 heures 40 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les mystères médicaux autour de l’affaire de la nouvelle formule du Levothyrox

il y a 22 heures 17 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Au secours ? Amazon veut rendre Alexa intelligente en traitant nos données personnelles
il y a 22 heures 30 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 1 heure 34 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 1 heure 35 min
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 14 heures 5 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 15 heures 31 min
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 16 heures 48 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 18 heures 28 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 21 heures 54 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

La droite française est-elle maudite ? : les causes historiques de la malédiction de la droite

il y a 22 heures 17 min
décryptage > Environnement
Immobilité

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

il y a 22 heures 39 min
© Reuters
© Reuters
L'URSS, c'est maintenant

Brexit : comment un blocage du Parlement britannique transformerait de facto l'UE en prison institutionnelle

Publié le 27 janvier 2017
La cour suprême britannique a tranché, le parlement anglais va devoir trancher sur la question de la sortie de l'Union Européenne. Ces décisions paradoxalement montrent l'image d'une union anti-démocratique qui se rapproche d'une prison institutionnelle.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La cour suprême britannique a tranché, le parlement anglais va devoir trancher sur la question de la sortie de l'Union Européenne. Ces décisions paradoxalement montrent l'image d'une union anti-démocratique qui se rapproche d'une prison institutionnelle.

Dans une décision rendue ce 24 janvier, la Cour suprême du Royaume Uni a indiqué que le déclenchement du Brexit ne pourrait avoir lieu avant un vote du Parlement. Si le retour à la souveraineté du Parlement était un enjeu essentiel aux yeux des "brexiters", en quoi un vote défavorable de ce dernier pourrait produire un effet contre-productif au niveau européen, laissant l'impression aux populations que l'Union européenne serait une prison "institutionnelle" ?

Edouard Husson : J'ai une lecture plus optimiste. L'enjeu de la souveraineté du Parlement est, paradoxalement, le dénominateur commun des deux camps: partisans comme adversaires du Brexit. Si les mots ne s'usaient pas aussi facilement, nous serions compris en disant que nous avons affaire à une culture authentiquement libérale, c'est-à-dire protectrice des libertés individuelles. Juges de la Cour suprême, parlementaires, simples citoyens sont tous attachés à la souveraineté du Parlement; les Ecossais protesteront du fait que leur propre assemblée n'est pas suffisamment partie prenante au processus de décision. La souveraineté du Parlement était le deuxième sujet de préoccupation des partisans du Brexit, après l'immigration. Je fais le pari que partisans et adversaires du Brexit trouveront le chemin d'un vote intelligent, emmenés par cette femme sous-estimée, qui est en train de mettre fin au thatcherisme, Theresa May. Quand on connaît l'histoire britannique, on se dit qu'il est peu probable que le Parlement inverse le voeu populaire. Si nous étions en France, nous aurions à craindre une guerre de tranchée; mais dans la culture politique britannique, une forme de réalisme l'emporte toujours. Cela devrait être une leçon pour nous Français: la faiblesse du camp des souverainistes, en particulier après 2005, en France, est venue de ce qu'ils opposaient un exécutif national à un exécutif européen; la plus forte des deux l'a emporté. Alors qu'il est difficile de s'opposer à la puissance d'un débat parlementaire. Ajoutons, enfin, que l'avantage d'un débat parlementaire sera de donner une forme raisonnable aux revendication britannique. Au bout du compte, il se peut que la position britannique soit extrêmement solide grâce au filtrage parlementaire du vote populaire. 

En quoi ces successions de décisions, entre le référendum français de 2005, jusqu'au Brexit, produisent un effet paradoxal, entre des dirigeants se vivant comme les derniers véritables représentants de la démocratie libérale, et une perception d'enfermement antidémocratique perçu par les populations, allant même jusqu'à des comparaisons avec l'URSS ?

Les dirigeants occidentaux ont confisqué le "libéralisme" et la "démocratie". L'émotion suscitée par le Brexit ou par l'élection de Trump sont assez pathétiques dans la mesure où libéraux de droite et libéraux de gauche, qui se partagent le pouvoir depuis une quarantaine d'années ne se rendent même plus compte de ce qu'ils ont été incapables d'organiser un débat en leur sein, indispensable à la vie de la démocratie. Depuis la chute du Mur de Berlin, nos dirigeants, nos intellectuels se sont assoupis dans le confort douillet de la pensée unique. Ils ont préféré l'entre-soi, les sommets internationaux, les G20, la "supranationalité" à la fréquentation de leurs électeurs et à la confrontation avec la réalité de la Troisième révolution industrielle. Le débat s'est alors déplacé: au lieu de l'alternance raisonnable d'une droite et d'une gauche démocratique, nous avons vu s'installer un conflit entre "ceux d'en haut" et "ceux d'en bas". Le débat britannique m'intéresse dans la mesure où j'esprère beaucoup que les milieux dirigeants britanniques vont être capables de revenir à un débat entre une droite et une gauche à la fois modérées et efficaces, mettant fin, souhaitons-le, à la coupure entre l'élite et le reste de la société. De ce point de vue, la Grande-Bretagne nous offrirait une voie  authentiquement libérale entre le néo-gaullisme trumpien et le néo-bonapartisme poutinien. 

L'Union européenne a-t-elle encore les ressources pour parvenir à un retour de la confiance entre population et dirigeants ? Quelle sont les conditions de la réconciliation ? 

Je suis pour ma part très sceptique, précisément du fait du déficit parlementaire de l'Union Européenne. Le Parlement Européen n'exerce aucun contrôle véritable sur la Commission. Et les parlements nationaux sont marginalisés par rapport à leurs exécutifs, qui se réunissent en Conseil européen.  L'Allemagne aurait pu être le régulateur du système, grâce au pouvoir de contrôle du Bundestag sur l'engagement allemand dans le processus européen. Mais, depuis dix ans, la République Fédérale s'est dotée d'une chancelière qui cherche systématiquement à  escamoter le débat politique et aura gouverné deux tiers du temps avec une Grande Coalition. La confiance entre populations et dirigeants ne peut être rétablie que par le retour, partout, au parlementarisme et à la culture du débat politique. Rien de plus facile à mettre en place, si on en a la volonté, à l'âge du numérique et des réseaux sociaux. Mais vous remarquerez qu'au lieu de réhabiliter la discussion politique, de faire renaître le débat entre une droite et une gauche modérées, nos dirigeants, nos intellectuels, nos célébrités se lancent dans le conspirationnisme (Poutine est derrière tout ce qui se passe) et dans la traque des "fake news", nom moderne de la censure. Regardez, en France, un chemin alternatif pour ceux qui refusent aussi bien la bien-pensance euro-atlantiste que le Front National s'esquisse, mais  très laborieusement. J'aimerais bien que Fillon et Macron représentent les deux pôles d'un débat raisonnable au sein d'une classe dirigeante enracinée dans la société. Mais ils sont l'un comme l'autre prisonniers d'une organisation européenne inadaptée à l'ère des réseaux sociaux et de la révolution numérique, qu'ils ont du mal à repenser de fond en comble. Du coup ils laissent un boulevard, celui de l'électorat populaire, à Marine Le Pen. 
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
superliberal
- 25/01/2017 - 17:16
L'UE anti-democratique ?
Pour le coup ça serait plutôt le parlement anglais qui serait anti-démocratique.
vangog
- 25/01/2017 - 14:27
@Deneziere Réponse du gros beauf populo bas du front!
(Si! si! Je le prends à mon compte)...lorsqu'un parlement ou un Politicien élu ne valide pas une décision référendaire populaire, il démissionne! c'est ce qu'avait fait, fort justement, De Gaulle, le 27 avril 1969, après le refus populaire (Ooooooh populiste!) de son projet de régionalisation et de réforme sénatoriale. comment rester, après un tel désaveu populaire? (La suite, et l'échec de la décentralisation UMPSECOLOCOCO a donné raison au peuple, mais retour en arrière impossible!) Manifestement, cela ne vous ferait pas peur de rester élu inamovible, même après avoir été désavoué par le peuple, ces bas-du-front...même pas honte!
Deneziere
- 25/01/2017 - 13:36
Mais bien sûr...
En gros, pour ce Monsieur Husson, les débats parlementaires ne sont bons que quand ils valident son opinion. Et un parlement doit obligatoirement entériner la démagogie. Bravo. Un article qui montre à point nommé la démission intellectuelle des élites dont le contributeur fait partie. Le boulot du parlement est de conduire des débats de spécialistes posés, qu'on ne peut pas avoir dans une campagne électorale. C'est aussi pour cela qu'on a inventé la démocratie parlementaire. Là dessus, le référendum est à la démocratie ce que la tarte à la crème est à l'humour. Un truc qui fait plaisir deux minutes au gros beauf populo bas du front. Mais après il faut nettoyer.