En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Et au bout du compte...
Hamon fillonisé, Valls juppéisé, Montebourg lemairisé et Peillon hollandisé
Publié le 23 janvier 2017
La primaire de la gauche est-elle un clone de la primaire de la droite? À lire les résultats finaux, avec un Hamon en tête et un Valls en deuxième position, la ressemblance est en tout cas frappante.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La primaire de la gauche est-elle un clone de la primaire de la droite? À lire les résultats finaux, avec un Hamon en tête et un Valls en deuxième position, la ressemblance est en tout cas frappante.

Hamon, le Fillon de gauche

Volontiers présenté il y a quelques semaines comme un hurluberlu, Benoît Hamon a créé une surprise du même ordre que celle de François Fillon. Pour y parvenir, il s’est d’ailleurs appuyé sur les mêmes recettes que le vainqueur de la primaire de la droite. D’une part, il a mené une vraie campagne de terrain… grâce à l’étendue de son réseau militant. D’autre part, il s’est appuyé sur un vrai projet idéologique dont l’étendue a fait la différence.

Comme Fillon, Hamon peut aborder le second tour avec confiance. Il bénéficie du soutien affiché du troisième, Montebourg, avec qui il est brouillé personnellement, mais allié politiquement. Curieuse coïncidence !

Valls juppéisé

Comme Alain Juppé, Valls a joué la carte de l’expérience, de la légitimité, de l’ordre, et celle d’une espèce de centrisme idélogiquement insipide, très proche de l’immobilisme et du conservatisme. Comme Juppé, il souffre de la carbonisation due à une expérience controversée à Matignon. Le second tour s’annonce difficile pour lui, avec une différence d’âge notable par rapport à Juppé, qui rendrait plus douloureuse une défaite dimanche prochain…

On retiendra quand même la portée du ballotage défavorable pour le Parti socialiste dans son ensemble. Valls avait proposé un programme relativement soucieux d’améliorations dans le domaine social. Ce n’était pas seulement une façon de compenser les dégâts de la loi Travail. C’était aussi un pari sur l’axe historique de la gauche. Manifestement, l’époque du socialisme protecteur est finie…

Montebourg lemairisé

Il y croyait, Montebourg. Chouchouté par les médias, grandiloquents, plein d’ambition, comme Lemaire en son temps clamait qu’il était le renouveau et qu’il serait le deuxième homme de la primaire.

Il est cocasse de voir, là encore, la parenté des profils. Comme Lemaire, Montebourg s’était installé dans une sorte de figure charismatique, nimbée d’un halo céleste. On retrouvait en lui la tentation du sauveur, l’affirmation de l’énergie, de la volonté, qui domine régulièrement la vie politique française. Une fois de plus, l’expérience montre que l’incarnation de cette figure n’est pas simple: il ne suffit pas d’être couronné par les médias pour régner sur le peuple !

Emmanuel Macron ferait bien de retenir la leçon…

Peillon hollandisé

Au sein du Parti socialiste, il y en a plus d’un qui doit ricaner ce soir, et consoler sa peine d’un résultat médiocre (on pense à Valls, en particulier), en comptant les moins de 100.000 voix de Vincent Peillon. Candidat de l’appareil sorti du chapeau par Martine Aubry et quelques hollandistes pour nuire à Valls, il s’est ramassé une déculottée magistrale.

Pour les éléphants, cette fessée publique mérite d’être longuement macérée. Les Aubry, les Hidalgo, les Bloche, et autres apparatchiks héritiers des arrangements post-mitterrandiens sont désormais réduits à leur véritable portion: 6%.

Le débat Hamon-Valls à venir cette semaine devrait permettre quelques éclaircissements idéologiques, et ne devrait pas, comme pour la primaire de la droite, modifier la tendance générale du scrutin.

 

Cet article est également consultable sur le blog d'Eric Verhaeghe. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
07.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
04.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 23/01/2017 - 15:15
sympathique synthèse ;-)
effectivement la campagne de terrain parmi les militants transparait assez peu à la télé mais semble être un must aux primaires
Beredan
- 23/01/2017 - 07:54
apocalypse now
...Peillon carbonisé , Montebourg souffleté , Manolo bousculé , le Ps vaporisé ,
Le Bouffi libéré.....