En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 2 heures 26 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 52 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 9 heures 2 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 10 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 12 heures 5 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 12 heures 27 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 13 heures 23 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 16 heures 12 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 17 heures 18 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 2 heures 40 min
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 7 heures 20 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 9 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 11 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 12 heures 13 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 12 heures 49 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 14 heures 27 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 15 heures 14 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 17 heures 34 min
La MES est-elle dite ?

MES : le règlement de la crise de la dette vaut bien une perte de souveraineté

Publié le 22 février 2012
L'Assemblée nationale a adopté mardi soir le texte de ratification du Mécanisme européen de stabilité. Il devrait pouvoir mobiliser 750 milliards d'euros pour financer la dette publique européenne qui représente environ 8500 milliards d'euros.
Jean-Marc Daniel est professeur à l'ESCP-Europe, et responsable de l’enseignement de l'économie aux élèves-ingénieurs du Corps des mines. Il est également directeur de la revue Sociétal, la revue de l’Institut de l’entreprise, et auteur de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Daniel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Daniel est professeur à l'ESCP-Europe, et responsable de l’enseignement de l'économie aux élèves-ingénieurs du Corps des mines. Il est également directeur de la revue Sociétal, la revue de l’Institut de l’entreprise, et auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Assemblée nationale a adopté mardi soir le texte de ratification du Mécanisme européen de stabilité. Il devrait pouvoir mobiliser 750 milliards d'euros pour financer la dette publique européenne qui représente environ 8500 milliards d'euros.

L’Assemblée nationale a adopté  le texte de ratification du Mécanisme européen de stabilité et comme toujours dès qu’il s’agit d’Europe, le débat a vite tourné à l’aigre et au virulent. Habileté suprême de Nicolas Sarkozy, ces aigreurs furent surtout de gauche et ont rouvert les blessures du vote de la Constitution européenne.

Sur le fond le texte entérine un enchaînement de décisions et de sommets bruxellois dont l’objectif était de dépasser le simple problème de la dette grecque pour doter l’Europe d’un instrument de financement crédible des dettes publiques.

Le Mécanisme européen de stabilité qui se met en place – qu’il ne faut pas confondre avec le Mécanisme européen de stabilité financière (MESF), qui lui-même ne se résume pas au Fonds européen de stabilité financière (FESF) : Bruxelles compte parmi ses charmes et ses attributions la production de jargon…– devrait pouvoir mobiliser 750 milliards € si l’on y incorpore l’héritage du FESF. Si l’on ajoute à cela le SMP (Security markets program) de la Banque Centrale Européenne, on arrive une force de frappe de 1000 milliards €. Cela sera-t-il suffisant ? La dette publique européenne représente environ 8500 Mds € . Cela donne une sécurité d’environ 15% alors qu’à elle seule, la Banque d’Angleterre ( la BoE) détient 20% de la dette publique britannique (soit 250 Mds £). Le mécanisme adopté est donc utile mais reste probablement en deçà des besoins. La vraie réponse reste l’acceptation du rôle plein et entier de la BCE comme gestionnaire complet du refinancement de l’économie.

On lit souvent que la BCE et la la BoE n’ont pas le même statut et que la force de la BoE est de pouvoir financer directement l’Etat anglais. Il n’en est rien. La BoE, qui depuis la réforme de ses statuts en 1997, obéit aux mêmes règles que la BCE, rachète la dette anglaise sur les marchés secondaires. Le véritable enjeu du moment est donc moins la réforme des textes sur la Banque centrale que l’accord des pays européens sur l’utilisation que l’on doit en faire.

Pourtant, le débat politique français ne s’est pas concentré sur ce problème pour revenir aux clivages usuels entre partisans d’une nouvelle avancée européenne vers plus de fédéralisme et souverainistes poussant des cris d’orfraie au nom de la sauvegarde de notre indépendance nationale.

Et notre souveraineté serait menacée moins par le MES en tant que tel mais par ce qu’à Bruxelles on appelle le TSCG (le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance), texte lié au MES et qui précise les règles budgétaires du pacte de stabilité et de croissance.

 

Le TSCG est devenu le symbole d’une soi-disant capitulation française devant des exigences allemandes réclamant un artificiellement contraignant équilibre budgétaire. Les vieilles nostalgies keynésiennes se sont donc manifestées et l’on a vu réapparaître tous ceux qui croient que la dette permet la croissance, qu’un pays dont l’Etat dépense sans compter devient riche et que la forme ultime du pouvoir politique est de manier sans contrainte la planche à billets.

Pourtant, si l’on oublie les vieilles nostalgies inflationnistes, le TSCG représente une avancée considérable par rapport au Pacte de stabilité et de croissance. En effet, il définit des règles de fonctionnement des finances publiques selon le principe d’une dynamique cyclique de l’économie. Il accepte le principe du déficit dans les périodes de basses eaux économiques pour exiger que la croissance soit mise à profit pour rembourser la dette. Déjà la réforme de 2004/2005 du pacte de stabilité et de croissance avait prévu d’introduire la dimension cyclique de l’économie et de parler en termes de décomposition du déficit budgétaire en déficit structurel et déficit conjoncturel. Adopter cette approche n’est pas perdre sa souveraineté, c’est se rallier au bon sens et aux résultats de la théorie économique du cycle des affaires.

La souveraineté, l’affirmation des droits des peuples ne passent pas par la gabegie et par la fuite en avant financière. Si l’Europe en fin de compte mutualise le bon sens, pourquoi s’en plaindre ? 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
yoda
- 23/02/2012 - 17:35
NON ! NON ! NON ! et non !!!!
cela suffit de cette europe qui nous fou tous dans la mouise et maintenant on veut nous faire perdre notre souveraineté ? ah ben pis quoi encore !!!!!!!!!!!
Nanard10
- 23/02/2012 - 10:10
A propos des déficits et de la dette
http://ecofrance.free.fr/SIVECA/
brennec
- 23/02/2012 - 09:54
Rotis ou bouillis?
donc on aurait le choix entre une souveraineté Keynesienne nous menant droit dans le mur (ce qui est sur) et un fédéralisme Hayekien. Et pourquoi pas une souveraineté Hayekienne? On peut rèver, mais on voit bien que notre classe politique n'aura jamais ce courage. En avant donc pour un abandon de souveraineté, pour le bien de la france. Vraiment, a bruxelles on se préoccupe du bien de la france?